Suite

Utilisation correcte de la mise en mémoire tampon par champ (distance) dans ArcGIS for Desktop ?

Utilisation correcte de la mise en mémoire tampon par champ (distance) dans ArcGIS for Desktop ?


J'essaie de créer une zone tampon en mètres autour de certains points en utilisant un champ avec la distance. Cependant, je ne peux pas attribuer un type de distance à utiliser et par défaut, je suppose qu'il fait des degrés décimaux (je me retrouve avec des tampons "écrasés"). Existe-t-il un moyen d'utiliser des compteurs lors de la mise en mémoire tampon d'un champ ?


Oui, vous pouvez avoir votre tampon en mètres simplement en ajoutantMètresdans votre domaine 'TAMPON' comme 1000 mètres, 250 mètres… et ainsi de suite.

Ceci est documenté sur les ressources ArcGIS - Buffer (Analysis)

Voici l'extrait du site indiquant cette capacité.

  • Si un champ des entités en entrée est utilisé pour obtenir des distances tampons, les valeurs du champ peuvent être soit un nombre (5), soit un nombre avec une unité linéaire valide (5 kilomètres). Si une valeur de champ est simplement un nombre, il est supposé que la distance est dans l'unité linéaire de la référence spatiale des entités en entrée (à moins que les entités en entrée soient dans un système de coordonnées géographiques, auquel cas, la valeur est supposée être en mètres). Si l'unité linéaire spécifiée dans les valeurs de champ n'est pas valide ou n'est pas reconnue, l'unité linéaire de la référence spatiale des entités en entrée sera utilisée par défaut. Utilisation d'un champ tampon pour les distances tampons

À partir d'ArcGIS 10.0, l'exécution de l'outil Tampon sur une classe d'entités ponctuelles ou linéaires avec un système de coordonnées géographiques (par exemple, WGS84, NAD83) entraîne géodésique tampons totalement exempts de distorsion. C'est probablement ce qui s'est passé ici, sauf que le système de coordonnées de votre bloc de données déforme la zone. Depuis la page d'aide (c'est moi qui souligne) :

Vous pouvez complètement éviter la distorsion lors de la mise en mémoire tampon de points en utilisant une classe d'entités qui possède un système de coordonnées géographiques et en spécifiant une distance de zone tampon en unités linéaires (mètres, pieds, etc., par opposition aux unités angulaires telles que les degrés). Lorsque cette combinaison d'entrées est utilisée (entités ponctuelles ou multipoints dans un système de coordonnées géographiques tamponné par des unités linéaires), la sortie sera de véritables tampons géodésiques. Les tampons géodésiques apparaissent sous forme d'ovales sur n'importe quelle carte plate et n'apparaîtront que sous forme de cercles parfaits lorsqu'ils sont affichés sur un globe.

Quelques remarques liées :

  • Pour confirmer que les tampons sont circulaires, remplacez le système de coordonnées de votre bloc de données par une zone UTM appropriée. La distorsion doit être réduite. Vous pouvez également utiliser le système de coordonnées orthographiques "Le monde vu de l'espace" pour simuler l'observation d'un globe.

  • Il n'y a pas de case à cocher dans l'outil de tampon pour activer et désactiver la mise en mémoire tampon géodésique - cela dépend uniquement du type de système de coordonnées des données d'entrée.

  • À partir d'ArcGIS 10.1, cette mise en mémoire tampon géodésique s'applique également aux polygones.

  • Notez que bien que cette réduction de la distorsion soit une fonctionnalité intéressante, elle est également plus gourmande en performances.


Syntaxe

Entités linéaires ou ponctuelles à tamponner.

Le multipatch de sortie contenant les tampons 3D.

Distance de la zone tampon autour des entités en entrée, qui peut être fournie sous forme de distance linéaire ou dérivée d'un champ numérique dans la table attributaire de l'entité en entrée. Si la distance tampon est spécifiée à partir d'un champ d'entrée, son unité de mesure sera dérivée de la référence spatiale de l'entité. Si la distance linéaire est spécifiée sous forme de valeur numérique, les unités de mesure suivantes sont prises en charge :

  • INCONNU
  • POUCES
  • PIEDS
  • TERRES
  • MILLES
  • MILLIMETRES
  • CENTIMETRES
  • DÉCIMÈTRES
  • MÈTRES
  • KILOMÈTRES

La forme du tampon entre les sommets des segments de ligne. Ce paramètre n'est valide que pour les entités linéaires en entrée.

  • STRAIGHT —La forme des connexions entre les sommets sera droite. C'est la valeur par défaut.
  • ROUND —La forme des connexions entre les sommets sera ronde.

Le nombre de segments utilisés pour représenter les entités multipatch résultantes. La valeur par défaut est 20, mais n'importe quel nombre compris entre 6 et 60 peut être saisi. Une valeur de qualité tampon plus élevée produit des caractéristiques 3D plus fluides, mais allonge également le temps de traitement.

Simplifie les lignes d'entrée en conservant leur forme dans le décalage spécifié de sa forme d'origine. La simplification n'aura pas lieu si aucune valeur n'est spécifiée. Les unités de mesure suivantes sont prises en charge :

  • INCONNU
  • POUCES
  • PIEDS
  • TERRES
  • MILLES
  • MILLIMETRES
  • CENTIMETRES
  • DÉCIMÈTRES
  • MÈTRES
  • KILOMÈTRES

Tampon euclidien et géodésique

Une caractéristique importante de l'outil Buffer est la possibilité de générer des tampons géodésiques. Les tampons géodésiques sont ceux qui tiennent compte de la forme réelle de la terre (un ellipsoïde, ou plus exactement un géoïde) dans le calcul des distances tampons sont mesurées entre deux points sur un globe. Un autre type de tampons, les tampons euclidiens, mesurent la distance dans un plan cartésien à deux dimensions, où les distances en ligne droite ou euclidiennes sont calculées entre deux points du plan. Les tampons euclidiens sont le type de tampon le plus courant et fonctionnent bien lors de l'analyse des distances autour d'entités dans un système de coordonnées projetées qui sont concentrées dans une zone relativement petite (comme une zone UTM). Les tampons géodésiques fournissent des décalages de tampon plus précis pour les entités plus dispersées (couvrent plusieurs zones UTM, de grandes régions ou même l'ensemble du globe).

Il y a des moments où l'exécution d'un tampon euclidien produira des résultats qui ne sont pas techniquement corrects. Le principal danger lié à l'exécution d'un tampon euclidien est que lorsque des entités sont stockées dans un système de coordonnées projetées, il existe des zones dans la projection où les distances, les zones et la forme des entités sont déformées. C'est le fait d'utiliser des systèmes de coordonnées projetées. Par exemple, si vous utilisez un plan d'état ou un système de coordonnées projetées UTM, les entités sont plus précises près de l'origine de la projection (le centre de l'état ou la zone UTM), mais deviennent plus déformées lorsqu'elles s'éloignent de l'origine. Dans les cas où un jeu de données n'est pas concentré dans une petite zone, ou lorsqu'une distance tampon est utilisée qui est suffisamment grande pour créer des décalages en dehors de cette petite zone, les tampons euclidiens seront incorrects. De même, si un système de coordonnées projetées World est utilisé, la distorsion est souvent minimale dans une zone, mais significative dans une autre (pour la projection Mercator World, la distorsion est minimale près de l'équateur mais significative près des pôles). Pour un jeu de données qui présente des caractéristiques à la fois dans les zones à faible et à forte distorsion, les tampons euclidiens seront plus précis dans les zones à faible distorsion et moins précis dans les zones à forte distorsion, les tampons géodésiques seront précis dans toutes les zones.

Bien que les zones tampons géodésiques soient toujours plus précises que les zones tampons euclidiennes, il existe un compromis en ce sens que la génération de zones tampons géodésiques prendra plus de temps que la génération de zones tampons euclidiennes. Cette différence de performances est due au fait que les tampons euclidiens sont générés à l'aide d'une formule de distance bidimensionnelle très simple, alors que le calcul du tampon géodésique est assez complexe.

L'algorithme de tampon géodésique est utilisé lorsque l'entrée de tampon est dans un système de coordonnées géographiques (non projeté) et que vous spécifiez une distance de tampon en unités linéaires (mètres, pieds, etc., par opposition aux unités angulaires telles que les degrés).

Exemple de tampon géodésique

L'objectif de cet exemple est de comparer les tampons géodésiques et euclidiens de 1 000 kilomètres d'un certain nombre de villes du monde sélectionnées. Les tampons géodésiques ont été générés en tamponnant une classe d'entités ponctuelles avec un système de coordonnées géographiques, et les tampons euclidiens ont été générés en tamponnant une classe d'entités ponctuelles avec un système de coordonnées projetées (dans les jeux de données projetés et non projetés, les points représentent les mêmes villes).

Lorsque vous travaillez avec un jeu de données dans l'un des systèmes de coordonnées projetés courants pour le monde entier, comme Mercator, la distorsion de projection peut être minime près de l'équateur, mais importante près des pôles. Cela signifie que pour un jeu de données projeté Mercator, les mesures de distance et les décalages tampons doivent être assez précis près de l'équateur et moins précis loin de l'équateur.

Le graphique de gauche montre les emplacements des points d'entrée. L'équateur et le premier méridien sont indiqués à titre de référence. Les deux graphiques sont affichés dans la projection Mercator (Monde).

Dans le graphique de droite, les points proches de l'équateur ont des tampons géodésiques et euclidiens qui coïncident. Pour les points proches de l'équateur, la projection de Mercator fait un bon travail pour produire des mesures de distance précises. Cependant, les tampons des points éloignés de l'équateur présentent une distorsion de distance considérablement plus importante, car leurs tampons euclidiens sont beaucoup plus petits que les tampons géodésiques. Le Groenland et l'Antarctique ont des superficies énormes par rapport aux masses continentales proches de l'équateur). Tous les tampons euclidiens de 1 000 kilomètres ont la même taille puisque la routine des tampons euclidiens suppose que les distances cartographiques sont les mêmes partout dans la projection (1 000 kilomètres au Brésil équivaut à 1 000 kilomètres en Russie centrale), ce n'est pas vrai car loin de l'équateur, le les distances de projection deviennent de plus en plus faussées. Avec tout type d'analyse de distance à l'échelle mondiale, des tampons géodésiques doivent être utilisés car ils seront précis dans toutes les zones, tandis que les tampons euclidiens ne seront pas précis dans les zones à forte distorsion.

L'affichage des tampons géodésiques et euclidiens sur un globe révélera que les tampons géodésiques sont vraiment plus précis.

Ce sont les mêmes tampons euclidiens et géodésiques de 1 000 kilomètres qui ont été créés pour l'exemple ci-dessus. Lorsqu'il est affiché sur un globe, chacun des tampons euclidiens a une taille différente malgré le fait que la même distance de tampon a été utilisée pour chacun (notez que le tampon en Alaska semble considérablement plus petit que le tampon au Brésil). Ceci est le résultat de la création des tampons avec la fausse hypothèse que toutes les distances de la carte étaient les mêmes d'un endroit à un autre. Au contraire, chacun des tampons géodésiques a une taille uniforme correcte lorsqu'il est affiché sur le globe, ces tampons géodésiques sont corrects car ils n'ont pas été influencés par la distorsion d'un système de coordonnées projeté.

Informations supplémentaires sur la mise en mémoire tampon géodésique

Les sommets des entités polylinéaires et surfaciques en entrée sont supposés être connectés à des lignes géodésiques (une ligne géodésique est le chemin le plus court entre deux points sur un ellipsoïde). Si le chemin prévu entre les sommets n'est pas censé suivre une géodésique, vous devez d'abord densifier explicitement les entrées. Les géométries peuvent être densifiées à l'aide de l'outil Densifier.

  • Murphy B., Collier P., Mitchell D. et Hirst W. (1999) - "Génération de frontières maritimes à partir de lignes de base droites définies comme géodésiques". Actes de la Conférence internationale sur les aspects techniques de la délimitation et de la délimitation des frontières maritimes. Monaco, 9-10 septembre 1999.

Dans ArcGIS Pro, créez un cercle avec un rayon spécifié en géodésique

Les projections et les systèmes de coordonnées ne sont pas mon fort, pour le dire à la légère, alors peut-être que je ne poserai pas cette question correctement. Ou peut-être que je ne sais pas de quoi je parle.

J'utilise des données à l'aide de cette projection "WGS 1984 Web Mercator Auxiliary Sphere". Dans ArcGIS Pro, lorsque je crée un cercle avec un rayon spécifique dans une classe d'entités surfaciques, il le dessine en plan, ce qui signifie que le rayon est plus court qu'il ne devrait l'être.

J'ai vérifié cela en utilisant d'autres applications (comme celle-ci Longueur géodésique par rapport à la longueur planaire) et en remplissant les champs pour la superficie, la longueur, etc. de diverses classes d'entités à l'aide de règles d'attribut.

Existe-t-il un moyen de définir la géodésique lors de la saisie du rayon d'un cercle ? Ci-joint une capture d'écran d'un exemple. Le cercle vert a été fait avec un rayon de 1 mile (ce qui semble être planaire) et la ligne rouge est une géodésique de 1 mile. Existe-t-il un moyen de rendre le cercle vert d'un rayon de 1 mile géodésique ?

De plus, chaque fois que je rouvre le projet, l'outil Mesurer revient par défaut à l'utilisation de mesures planaires. Je veux que les mesures géodésiques obtiennent un réel 1 mile ou quelque chose.

Existe-t-il un paramètre ou quelque chose dans ArcGIS Pro pour toujours utiliser les mesures géodésiques ?


Description de la distance tampon

Le paramètre de distance tampon peut être saisi sous forme de valeur fixe ou sous forme de champ contenant des valeurs numériques.

Exemple 1 : Distance fixe

L'illustration suivante montre la zone tampon d'une classe d'entités linéaires utilisant une distance de 20, un type d'extrémité FLAT , un type de côté FULL et un type de fondu ALL.

Étant donné que la distance tampon est une constante, toutes les entités sont tamponnées à la même largeur.

Exemple 2 : Distance du champ

Cet exemple illustre la zone tampon d'une classe d'entités linéaires à l'aide d'un champ numérique avec des valeurs de 10, 20 et 30 pour la distance, un type d'extrémité FLAT , un type de côté FULL et un type de fondu ALL .

Étant donné que les distances de tampon dépendent des valeurs de champ, différentes largeurs de tampon peuvent être appliquées dans la même opération.


Valeurs des champs Shape_Length et Shape_Area incompréhensibles

Je remarque que sur de nombreuses opérations de géotraitement (par exemple, joindre des polygones à des points) et avec certains outils de géotraitement (par exemple, Multiple Ring Buffer), les jeux de données créés contiennent deux nouveaux champs ( Shape_Area et Shape_Length )

1. Pourquoi ces champs sont-ils automatiquement créés et renseignés lors du géotraitement ? Je n'en ai ni besoin ni envie.

Ils ne font qu'encombrer mes données.

2. Et, plus important, les valeurs de ces champs n'ont pas toujours de sens

(en fait, je me demande s'ils ont jamais un sens : je n'ai pas encore trouvé d'exemple quand ils le font)

Permettez-moi de vous donner un exemple simple de l'article #2. J'utilise l'outil " Multiple Ring Buffer " et crée un seul polygone circulaire

de rayon un mile. On pourrait donc penser que la Shape_Area s'élèverait à pi sq miles : 3,141592.

Mais non, je vois une valeur de 0,000936. (Capture d'écran jointe en .png)

BTW : J'utilise la projection dite " Equidistant Conic ".

Ok, alors peut-être que les unités sont en pieds carrés ou en mètres carrés. Non! La valeur serait beaucoup plus grande.

Seraient-ils en stéradians : Non ! Le rayon de la terre est d'environ 4000 miles et donc la valeur serait pi divisé par le rayon au carré : environ 2e-7 : beaucoup plus petit que la valeur que je vois. Le même commentaire s'applique à la longueur de la forme. Je vois une valeur de 0,111. Donc, si je divise 2*pi*r par pi*r**2, j'obtiens 2/r=0.111/0.000936 => r=0.0169.


Configurer l'application

L'application My Park Locator est une configuration d'ArcGIS Web AppBuilder. Cette application utilise la carte Park Locator que vous avez créée et les informations géographiques de votre organisation.

Application de localisation de parc

Pour configurer l'application Park Locator, procédez comme suit :

    à l'aide de Web AppBuilder et ajoutez les éléments suivants :
    • Titre: Localisateur de parcs et de loisirs.
    • Mots clés: Loisirs, Extérieur, Parcs, Randonnée
    • Résumé: Park and Recreation Locator est une configuration d'ArcGIS Web AppBuilder qui peut être utilisée par le grand public pour localiser un parc ou une installation de loisirs et obtenir des informations sur les activités de loisirs dans leur communauté.
  1. Clique le Thème onglet et choisissez le Thème Plateau puis, choisissez le Style et Disposition pour votre application Localisateur de parcs et de loisirs.
  2. Clique le Carte onglet et si nécessaire cliquez sur Choisissez la carte Web, puis accédez au localisateur de parcs et de loisirs et cliquez sur d'accord.
  3. Clique le Widgets onglet, puis cliquez sur Définir le widget dans ce contrôleur et retirer le Widget Légende et Widget Liste des calques.
  4. Cliquez sur + pour ouvrir la collection de widgets et choisissez le widget Près de moi, puis cliquez sur d'accord.
  5. Changer le nom du Proche de moi widget au localisateur de parcs et de loisirs.
  6. Clique le Paramètres de recherche onglet, définissez le Sélectionnez la ou les couches de recherche, en cliquant sur le Régler et cochez la case en regard de ParkLocator, puis cliquez sur d'accord.
  7. Vérifier la Bouton Définir l'emplacement, Définir la visibilité de la mémoire tampon, Utiliser la mémoire tampon géodésique, et Zoom sur l'entité sélectionnée cases à cocher.
  8. Vous pouvez éventuellement modifier le tampon et le symbole d'adresse ou d'emplacement.
  9. Met le Définir la distance tampon par défaut à 1, Définir la distance tampon maximale à 5, et Unités de distance tampon à Miles, puis cliquez sur d'accord.
  10. Clique le Paramètres de symbologie onglet et définissez la symbologie, en cliquant sur Ajouter de nouveaux symboles.
  11. Clique le Nom du calque déroulant et choisissez Parcs.
  12. Cliquez sur Domaine menu déroulant et choisissez une activité.
  13. Clique le Valeurs liste déroulante et choisissez Oui.
  14. Cliquez sur Ajouter de nouveaux symboles pour ajouter un nouveau symbole.
  15. Cliquez sur le menu déroulant et choisissez National Park Service ou Custom Image. Si vous avez choisi Image personnalisée, cliquez sur Choisir le fichier et accédez à une image. Cliquez sur l'image >Ouvert, puis d'accord.
  16. Répétez les étapes 11 à 16 pour chaque symbole de parc et de loisirs supplémentaire que vous souhaitez inclure dans votre application Park Locator.
  17. Clique le Paramètres de filtre onglet et définissez un filtre, en cliquant sur Nouveau filtre.
  18. Dans le Couche menu déroulant choisissez Parcs.
  19. Tapez Handicap accessible dans le Titre zone de texte.
  20. Clique le Icône menu déroulant et accédez à une icône dans le jeu de symboles du National Park Service.

Si vous utilisez ArcGIS Enterprise 10.6.1, recherchez et cliquez sur votre image accessible aux personnes handicapées sur votre ordinateur, puis cliquez sur Ouvert.

Si vous utilisez ArcGIS Enterprise 10.6.1, cliquez sur Ajouter une expression et


Voir la vidéo: How to Install ArcGIS Crack Software: English Audio