Suite

Supprimer plusieurs sommets à la fois des représentations à l'aide d'ArcGIS Desktop ?

Supprimer plusieurs sommets à la fois des représentations à l'aide d'ArcGIS Desktop ?


J'ai une classe d'entités surfaciques que j'ai convertie en représentations afin de pouvoir supprimer certains sommets.

Je fais cela pour simplifier certaines formes manuellement, mais j'aimerais accélérer cela en sélectionnant un groupe de sommets avec l'outil lasso Représentations, puis en les supprimant immédiatement plutôt que d'utiliser le point-et-. cliquez sur l'outil Supprimer le sommet.

Est-ce possible?


Apparemment, ArcGIS Idea to Delete Multiple Verticies [sic] a été implémenté dans ArcGIS Desktop 10, donc tant que vous utilisez cette version (ou une version ultérieure), vous devriez pouvoir l'utiliser.


Si vous utilisez une version antérieure à ArcGIS 10, vous pouvez utiliser les outils suivants :

Outil sommet

Supprimer plusieurs sommets en dessinant un polygone


Cliquez sur l'outil Supprimer un sommet dans la barre d'outils Modifier les sommets et faites glisser un cadre autour des sommets à supprimer. Vous pouvez également maintenir enfoncé et faites glisser une case, ou appuyez sur RETOUR ARRIÈRE, pour supprimer les sommets sélectionnés.

http://help.arcgis.com/en/arcgisdesktop/10.0/help/index.html#//001t000000097000000.htm


Presque sans exception, chaque géodatabase contiendra des classes d'entités. Vous souhaiterez peut-être uniquement une conception de géodatabase simple contenant uniquement un ensemble de classes d'entités. Cependant, la plupart des utilisateurs trouveront le besoin de développer un modèle de données plus complet qui ajoute des éléments de géodatabase avancés. Vous prendrez la décision d'étendre vos conceptions de classes d'entités simples en fonction des besoins et des objectifs de votre système. Vous étendrez votre conception pour prendre en charge les fonctionnalités et le comportement SIG essentiels. Cette section présente un grand nombre de ces fonctionnalités de classe d'entités et vous dirige vers des rubriques d'aide où vous pouvez obtenir plus d'informations sur chaque option.

Commencez par définir les propriétés communes des classes d'entités simples. Vous pouvez ajouter à cela plus tard si nécessaire, mais concentrez-vous d'abord sur la définition de votre conception de base.

Une classe d'entités est un ensemble d'entités géographiques avec le même type de géométrie (comme un point, une ligne ou un polygone), un ensemble commun de colonnes d'attributs et le même système de coordonnées.

Exemples de classes d'entités dans ArcGIS

Les segments de rue divisés à chaque intersection contiennent généralement des plages d'adresses et des propriétés de réseau

Ont généralement de nombreux attributs descriptifs dans les tables associées

Intégration topologique avec les limites et les coins des parcelles

A une géométrie de coordonnées et des attributs de dimension participe à une topologie avec des parcelles et des coins

Les coins arpentés des parcelles participent à une topologie avec des polygones et des limites de parcelles

Fournit des étiquettes de texte pour les dimensions du lot, la taxation et les informations de description légale

Contient les contours des bâtiments et des structures

* Le jeu de données de l'atelier parcellaire fournit le comportement de la parcelle et une topologie parcellaire spécialisée pour ces classes d'entités.

Une fois que vous avez choisi une liste proposée de classes d'entités, essayez de définir les éléments suivants pour chacune :

  • Choisissez un type de géométrie (également appelé type de classe d'entités) tel qu'un point, une ligne, un polygone ou une annotation. Vous devrez utiliser un type de géométrie commun pour toutes les entités de chaque classe d'entités. Voir Notions de base sur les classes d'entités.
  • Déterminez les champs d'attribut et les types de colonnes. Voir Types de données de champ de géodatabase.
  • Déterminer les propriétés géométriques. Aurez-vous les coordonnées z ? Coordonnées M ? Quel type de résolution de coordonnées ? Quels types de segments de ligne pour les lignes et les classes d'entités surfaciques ? Le plus souvent, vous n'aurez besoin que de la valeur par défaut, qui utilise des segments simples et rectilignes. Cependant, vous aurez parfois besoin de segments courbes, par exemple, pour représenter des impasses et des routes. Voir Notions de base sur les classes d'entités.
  • Définissez le système de coordonnées pour chaque classe d'entités. Voir Vue d'ensemble des projections cartographiques.
  • Avez-vous besoin d'utiliser cet ensemble de données à plusieurs échelles ? Comment les représentations vont-elles évoluer à chaque échelle cartographique ? Il se peut que vous ayez besoin de représentations de classes d'entités alternatives à utiliser à d'autres plages d'échelle. Dans ces cas, vous pouvez envisager des classes d'entités supplémentaires pour représenter le même thème de données pour chaque plage d'échelles.

Parfois, vous chargez des données d'entités telles quelles dans votre SIG. Si tel est le cas, vous n'aurez peut-être pas besoin d'effectuer les tâches de conception supplémentaires suivantes. Cependant, il est important d'évaluer les avantages de l'ajout de fonctionnalités SIG supplémentaires aux entités de votre géodatabase. Ces fonctionnalités supplémentaires peuvent potentiellement rendre l'utilisation et la maintenance des données beaucoup plus faciles à long terme. Ils vous aideront à maintenir l'intégrité de vos informations spatiales, à augmenter la convivialité de vos données et, surtout, à comprendre la confiance que vous pouvez accorder à vos données pour répondre à vos besoins.

Voici quelques raisons courantes pour étendre votre modèle de données d'entités simples :

  • Lorsque vous devez valider un jeu de données avant de l'importer et de l'utiliser dans votre système (par exemple, pour vous assurer que le jeu de données respecte une série de règles d'intégrité spatiale)
  • Si vous devez modifier les données et maintenir leur intégrité spatiale
  • Si vous souhaitez utiliser la classe d'entités pour des travaux SIG avancés tels que la modélisation et l'analyse

Propriétés

Renvoie une représentation Esri JSON de la géométrie sous forme de chaîne.

La chaîne renvoyée peut être convertie en dictionnaire à l'aide de la fonction Python json.loads.

Renvoie la représentation binaire bien connue (WKB) pour la géométrie OGC. Il fournit une représentation portable d'une valeur géométrique sous la forme d'un flux contigu d'octets.

Renvoie la représentation textuelle connue (WKT) pour la géométrie OGC. Il fournit une représentation portable d'une valeur géométrique sous forme de chaîne de texte.

Aire d'une entité surfacique. Vide pour tous les autres types d'entités.

Le véritable centroïde s'il se trouve dans ou sur l'entité, sinon, le point d'étiquette est renvoyé. Renvoie un objet point.

L'étendue de la géométrie.

Le premier point de coordonnées de la géométrie.

Une chaîne délimitée par des espaces des paires de coordonnées du rectangle à enveloppe convexe.

True , si le nombre de pièces pour cette géométrie est supérieur à un.

Le point où se trouve l'étiquette. Le labelPoint est toujours situé dans ou sur une entité.

La dernière coordonnée de l'entité.

La longueur de l'entité linéaire. Zéro pour les types d'entités point et multipoint.

La longueur 3D de l'entité linéaire. Zéro pour les types d'entités point et multipoint.

Le nombre de pièces géométriques pour la fonction.

Le nombre total de points pour l'entité.

La référence spatiale de la géométrie.

Le centre de gravité d'une entité.

Le type de géométrie : polygone, polyligne, point, multipoint, multipatch, cote ou annotation.


Tâche 3 : Ajout d'éléments de géodatabase pour faciliter la mise à jour des données et gérer l'intégrité des données

La géodatabase inclut des fonctionnalités de modélisation de données facultatives qui ajoutent des règles d'intégrité et un comportement de mise à jour à votre SIG. Ces fonctionnalités vous aident à automatiser une grande partie de votre travail de gestion des données et des contrôles d'intégrité.

  • Voulez-vous gérer l'intégrité des valeurs d'attribut ? Vous pouvez utiliser des domaines, qui sont des règles pour attribuer des valeurs valides dans un champ d'attribut.
  • Voulez-vous utiliser des sous-types pour vous aider à gérer des sous-ensembles d'entités dans une classe d'entités ? Les sous-types vous permettent de configurer des comportements spéciaux pour chaque sous-classe. Ils peuvent être utilisés pour définir des règles par défaut pour la gestion des sous-ensembles d'entités. Par exemple, vous pouvez utiliser des sous-types pour attribuer automatiquement des valeurs attributaires par défaut lorsque de nouvelles entités sont ajoutées lors de la mise à jour, définir des règles d'intégrité spatiale pour la façon dont les nouvelles entités se connectent aux autres et ajouter d'autres comportements d'entités.
  • Déterminez s'il existe des tables liées et si vous avez besoin de classes de relations. Les classes de relations vous permettent de travailler avec des entités dans une table en sélectionnant des entités dans des tables liées, une capacité de base de données relationnelle très courante.
  • Déterminez s'il existe des relations spatiales entre les entités de cette classe d'entités ou avec d'autres classes d'entités qui doivent être modélisées. Par exemple, avez-vous des parcelles qui partagent des limites communes ? Partagent-ils la géométrie avec une classe d'entités de limites de parcelle et une autre de coins de parcelle ? Voulez-vous vous assurer que vos segments de route se connectent les uns aux autres ou que les lignes électriques se rejoignent aux jonctions et aux aiguillages ? Avez-vous des limites de comté qui s'imbriquent dans les États et ne se chevauchent pas ? Avez-vous des classes de végétation qui partagent des limites avec d'autres couches environnementales telles que les polygones de pente, d'aspect et de type de sol ? Dans ce genre de cas, la topologie est très utile en fait, elle est indispensable.

Les classes d'entités qui participent à une topologie doivent être organisées dans le même jeu de classes d'entités. Consultez Présentation de la topologie dans ArcGIS pour en savoir plus sur la façon dont vous pouvez les utiliser dans des jeux de classes d'entités pour organiser et gérer l'intégrité des relations topologiques lors des opérations de mise à jour et de mise à jour.


DirectX 11 : utilisez UpdateSubresource pour mettre à jour les tampons Vertex et Index

dans ma simulation scientifique, j'ai d'énormes ensembles de données (environ 600 000 sommets) à mettre à jour à intervalles de temps réguliers (environ 1 seconde).

Pour le premier ensemble de données, je crée un tampon comme suit :

J'utilise des appels similaires pour créer un tampon d'index.

Ensuite, après 1 seconde, je veux mettre à jour l'ensemble des données. Je veux donc échanger tout le tampon de vertex et d'index. Les anciens sommets et indices sont supprimés tandis que les nouveaux sont censés être écrits dans les tampons.

Ce point donne lieu à la véritable question. Mon code ressemble à ça en ce moment :

Ce code fonctionne (la plupart du temps) mais le problème est que la taille du tampon n'augmente pas automatiquement.

Par exemple, j'ai d'abord un ensemble de données avec 650 000 sommets, puis un avec 700 000 sommets. Le deuxième ensemble sera rempli dans le tampon mais n'affichera que 650000 sommets. Il y a des trous visibles. Comment puis-je faire face à cela? Je n'ai rien trouvé sur le Web ou dans l'aide de Microsoft.

Dois-je utiliser map/unmap même si je ne mets pas à jour chaque image ?

Dans mon cas, UpdateSubresource() semble être la mauvaise approche. Ce que je fais maintenant, c'est supprimer l'ancien tampon et en créer un nouveau. La simulation fonctionne toujours bien, le "swapping" se fait en millisecondes. Mon code ressemble à ceci :


4 réponses 4

C'est impossible. Blender ne stocke pas d'enregistrement de l'emplacement précédent des sommets individuels. Une fois que vous avez sculpté une zone, il modifie le maillage d'origine.

Il existe cependant de nombreuses solutions de contournement.

La méthode la plus efficace (et d'une certaine manière, simple) serait de sélectionner la zone que vous souhaitez annuler (en mode édition) et de la supprimer. Vous pouvez ensuite le refaire ou revenir à une sauvegarde/version précédente que vous avez créée et copier cette section. Pour que cette méthode soit efficace, vous devez enregistrer une version de votre projet avant de commencer à sculpter.

Cependant, si vous envisagez de commencer un nouveau modèle à partir de zéro, je suggérerais l'une de ces méthodes.

Tout d'abord, vous pouvez créer une texture en niveaux de gris et peindre dessus, en l'utilisant comme déplacement pour le maillage d'origine. Vous "sculptez" ensuite en mode peinture de texture. Le principal inconvénient est qu'il ne peut pas se mettre à jour automatiquement. Vous devez passer en mode édition et revenir en arrière pour voir les modifications prendre effet.


Contenu présenté par Esri

Qu'est-ce que l'Atlas Vivant du Monde ?

L'Atlas vivant du monde est une collection évolutive d'informations géographiques mondiales fiables et prêtes à l'emploi d'Esri . Il comprend des images, des fonds de carte, des données démographiques et des modes de vie, des paysages, des limites et des lieux, des transports, des observations de la Terre, des systèmes urbains, des océans et des cartes historiques qui peuvent être combinées avec vos propres données pour créer des cartes, des scènes et des applications et effectuer des analyses.

Qu'est-ce que le contenu des abonnés ?

Le contenu d'abonné est la collection de couches cartographiques prêtes à l'emploi, d'outils d'analyse et de services publiés par Esri qui nécessitent un compte d'abonnement d'organisation ArcGIS Online pour y accéder. Cela inclut les couches d'Esri telles que les images Landsat 8, les images NAIP, les couches d'analyse du paysage et les cartes historiques. Le contenu de l'abonné ne consomme pas de crédits ArcGIS Online.

Le contenu Premium est un type de contenu d'abonné ArcGIS Online. Il s'agit d'un ensemble de couches cartographiques prêtes à l'emploi, d'outils d'analyse, d'applications et de services publiés par Esri auxquels vous accédez via un compte d'organisation ArcGIS Online et consommez des crédits lorsqu'ils sont utilisés. Les couches de contenu premium d'Esri comprennent des cartes démographiques et de mode de vie ainsi que des outils de géocodage, de géoenrichissement, d'analyse de réseau, d'analyse d'altitude et d'analyse spatiale.


Logiciel recommandé

Google Meet (voir Formation et aide Google Meet ) - Utilisé pour le tutorat et la surveillance des tests

Facultatif - Au lieu de Reader, vous avez la possibilité d'obtenir Adobe Acrobat Pro dans le cadre de la suite Creative Cloud pour visualiser mais aussi pour éditer et combiner des fichiers PDF. C'est à un coût réduit pour les étudiants. Consultez le site Web d'Adobe Creative Cloud at ACC pour un lien vers les téléchargements de logiciels.

Microsoft Office (Excel, Word, en option - PowerPoint ou Publisher) - Consultez les onglets respectifs sur le site Web de l'ACC Libraries Tech Toolbox pour les liens de téléchargement et les instructions.


1 réponse 1

Il y a deux indices dans cette question - l'exigence de temps linéaire et l'aperçu des copies multiples. Le premier suggère qu'aucun sommet ne doit être traité plus d'un nombre fixe de fois, et le second suggère qu'une file d'attente doit être maintenue pour décider quel sommet visiter ensuite.

Sur cette base, mon idée générale est la suivante. Nous maintenons une file d'attente de sommets qui doivent être traités. Un sommet doit être traité s'il a un degré extérieur de 2 ou s'il a plusieurs arêtes vers un ou plusieurs autres sommets. Les sommets sont placés dans la file d'attente au fur et à mesure qu'ils sont découverts. Un sommet est découvert lorsqu'une arête y est ajoutée ou supprimée.


Dans certains cas, selon la topologie, les éléments suivants peuvent fonctionner :

    Sélectionnez l'un des sommets que vous souhaitez supprimer.

Le plus efficace, je suppose, serait d'essayer de les éviter si vous essayez de supprimer les boucles de bord, utilisez delete Edge Loop, vous éviterez ce problème car il supprime les bords et les sommets.

Notez qu'il n'est pas parfait et peut créer des bords superflus, mais sélectionnez-les et répétez le processus habituel nécessaire une seule fois.

Bien que vous n'ayez pas précisé comment vous en êtes venu à avoir ces sommets lâches, il est courant de se retrouver dans cette situation lors de l'utilisation de « dissoudre les arêtes » pour supprimer les arêtes de votre géométrie sans laisser de trous. Lorsque vous utilisez 'dissoudre les arêtes', les sommets qui faisaient partie des arêtes ne seront pas supprimés avec les arêtes, cependant, ils resteront sélectionnés. Vous pouvez ensuite simplement appuyer sur supprimer et sélectionner « dissoudre les sommets » pour vous en débarrasser également.


Voir la vidéo: ArcGIS - Cours 3: Sélection et interaction avec les tableaux dans ArcMap