Suite

Comment puis-je explorer l'arborescence des répertoires et changer Mxd relativePaths en true ?

Comment puis-je explorer l'arborescence des répertoires et changer Mxd relativePaths en true ?


J'ai un grand nombre de dossiers de projet où chaque dossier de projet peut avoir de nombreux sous-dossiers. Ces sous-dossiers peuvent contenir des mxds, des shapefiles, des gdb personnels et des fgdb. Dans de nombreux cas, l'utilisateur a oublié de cocher la case "Utiliser les chemins relatifs" avant d'enregistrer les mxds. Ainsi, lorsque le dossier est copié, les liens de source de données sont rompus.

Je voudrais écrire un script arcpy autonome qui parcourt les répertoires, ouvre chaque mxd, définit les relativePaths sur true, puis enregistre le mxd. Existe-t-il un script qui fait cela quelque part ?

La propriété relativePaths de l'objet MapDocument est en lecture seule. Y a-t-il un autre moyen de changer cela?


Ceci est possible en utilisant le script python suivant (merci à Neil Clemmons sur le forum ESRI). Vous aurez besoin de la bibliothèque comtypes et du module Snippets de Pierssen Consulting.

de Snippets importer GetLibPath, InitStandalone de comtypes.client importer GetModule, CreateObject importer os m = GetModule(GetLibPath() + 'esriCarto.olb') InitStandalone() file_dir = r'C:dir' pour le nom de fichier dans os.listdir(file_dir ): fullpath = os.path.join(file_dir, filename) p = CreateObject(m.MapDocument, interface=m.MapDocument) p.Open(fullpath) newpath = os.path.join(file_dir,'Changed_' + nom de fichier) p.SaveAs(newpath,True,False) del p

Pas possible dans 10.0, mais j'ai eu un certain succès en utilisant ArcObjects en Python pour des tâches relativement simples comme celle-ci où l'écriture d'une application .NET serait exagérée, mais la fonctionnalité nécessaire n'était pas exposée dans les modules arcpy/arcgisscripting. Utilisez os.walk pour l'exploration de l'arborescence des répertoires.

Pour le bit ArcObjects, utilisezIMapDocument.Open()pour ouvrir le MXD (sans avoir à l'ouvrir dans ArcMap), cast versIMxDocumentEt mettreCheminsrelatifsà vrai, et utiliserIMapDocument.Save()pour le sauver.


Convertir glob en "trouver"

J'ai encore et encore eu ce problème: j'ai un glob, qui correspond exactement aux bons fichiers, mais provoque une ligne de commande trop longue . Chaque fois, je l'ai converti en une combinaison de find et de grep qui fonctionne pour la situation particulière, mais qui n'est pas équivalente à 100%.

Existe-t-il un outil pour convertir les globs en expressions de recherche que je ne connais pas ? Ou existe-t-il une option pour que find corresponde au glob sans correspondre au même glob dans un sous-répertoire (par exemple, foo/*.jpg n'est pas autorisé à correspondre à bar/foo/*.jpg ) ?


Vous devez passer l'option -np / --no-parent à wget (en plus de -r / --recursive , bien sûr), sinon il suivra le lien dans l'index du répertoire de mon site vers le répertoire parent. La commande ressemblerait donc à ceci :

Pour éviter de télécharger les fichiers index.html générés automatiquement, utilisez l'option -R / --reject :

Pour télécharger un répertoire de manière récursive, qui rejette les fichiers index.html* et les téléchargements sans le nom d'hôte, le répertoire parent et toute la structure du répertoire :

Pour toute autre personne ayant des problèmes similaires. Wget suit robots.txt qui pourrait ne pas vous permettre de récupérer le site. Pas de soucis, vous pouvez le désactiver :

Vous devez utiliser l'indicateur -m (miroir), car cela prend soin de ne pas déranger les horodatages et de se reproduire indéfiniment.

Si vous ajoutez les points mentionnés par d'autres dans ce fil, ce serait:

Voici la commande wget complète qui a fonctionné pour moi pour télécharger des fichiers à partir du répertoire d'un serveur (en ignorant robots.txt ):

Si --no-parent ne vous aide pas, vous pouvez utiliser l'option --include.

Et vous voulez télécharger downloads/good mais pas downloads/mauvais répertoire :

Peut-être avez-vous un .wgetrc qui interfère avec cela?

Pour récupérer un répertoire de manière récursive avec le nom d'utilisateur et le mot de passe, utilisez la commande suivante :

Cette version se télécharge de manière récursive et ne crée pas de répertoires parents.

Tout ce dont vous avez besoin est de deux drapeaux, l'un est "-r" pour la récursivité et "--no-parent" (ou -np ) afin de ne pas aller dans le '.' et ".." . Comme ça:

wget -r --no-parent http://example.com/configs/.vim/

C'est ça. Il sera téléchargé dans l'arborescence locale suivante : ./example.com/configs/.vim . Cependant, si vous ne voulez pas les deux premiers répertoires, utilisez l'indicateur supplémentaire --cut-dirs=2 comme suggéré dans les réponses précédentes :

wget -r --no-parent --cut-dirs=2 http://example.com/configs/.vim/

Et il téléchargera votre arborescence de fichiers uniquement dans ./.vim/

En fait, j'ai obtenu la première ligne de cette réponse précisément dans le manuel wget, ils ont un exemple très clair vers la fin de la section 4.3.


Comment trouver le répertoire parent en C# ?

Vous pouvez utiliser System.IO.Directory.GetParent() pour récupérer le répertoire parent d'un répertoire donné.

Si vous ajoutez .... à votre chemin existant, le système d'exploitation parcourra correctement le dossier grand-parent.

Si vous parcourez ce chemin, vous parcourrez le répertoire grand-parent.

J'ai trouvé que les variantes de System.IO.Path.Combine(myPath, "..") sont les plus simples et les plus fiables. Encore plus si ce que dit northben est vrai, que GetParent nécessite un appel supplémentaire s'il y a une barre oblique à la fin. Cela, pour moi, n'est pas fiable.

Path.Combine s'assure que vous ne vous trompez jamais avec les barres obliques.

.. se comporte exactement comme partout ailleurs dans Windows. Vous pouvez ajouter n'importe quel nombre de .. à un chemin dans cmd ou explorer et il se comportera exactement comme je le décris ci-dessous.

Chemin.Combiner(@"D:GrandparentParentChild.txt", @"....") => D:Grandparent Chemin.Combiner(@"D:GrandparentParent", @ "....") => D:

Chemin.Combiner(@"D:GrandparentParentEnfant.txt", "..", "..") => D:Grandparent Chemin.Combiner(@"D:GrandparentParent", "..", "..") => D:

Pour obtenir un répertoire 'grand-parent', appelez Directory.GetParent() deux fois :

Directory.GetParent est probablement une meilleure réponse, mais pour être complet, il existe une méthode différente qui prend une chaîne et renvoie une chaîne : Path.GetDirectoryName .

Vous voudrez peut-être consulter le DirectoryInfo . Propriété parentale.

Personne n'a fourni de solution qui fonctionnerait de manière croisée. Je sais que cela n'a pas été spécifiquement demandé, mais je travaille dans un environnement Linux où la plupart des solutions (comme au moment où je publie ceci) fourniraient une erreur.

Les séparateurs de chemin de codage en dur (ainsi que d'autres choses) donneront une erreur dans tout sauf les systèmes Windows.

Dans ma solution d'origine, j'ai utilisé:

Cependant, après avoir vu certaines des réponses ici, je l'ai ajusté pour qu'il soit :

Pour éviter les problèmes de fin de , appelez-le de cette façon :

Puisque rien d'autre que j'ai trouvé n'aide à résoudre ce problème de manière vraiment normalisée, voici une autre réponse.

Notez que certaines réponses à des questions similaires essaient d'utiliser le type Uri, mais cela a également du mal avec les barres obliques à la fin par rapport à l'absence de barres obliques à la fin.

Mon autre réponse sur cette page fonctionne pour les opérations qui font fonctionner le système de fichiers, mais si nous voulons avoir le chemin résolu maintenant (comme pour des raisons de comparaison), sans passer par le système de fichiers, C:/Temp/.. et C:/ seraient considérés comme différents. Sans passer par le système de fichiers, naviguer de cette manière ne nous fournit pas un chemin normalisé et correctement comparable.

Nous nous appuierons sur la découverte suivante :

Path.GetDirectoryName(chemin + "/") ?? "" va de manière fiable donne nous un chemin de repertoire sans barre oblique.

  • Ajout d'une barre oblique (sous forme de chaîne , ne pas as char ) traitera un chemin nul de la même manière qu'il traite "" .
  • GetDirectoryName s'abstiendra de supprimer le dernier composant de chemin grâce à la barre oblique ajoutée.
  • GetDirectoryName normalisera les barres obliques et les points de navigation.
  • Cela inclut la suppression de toutes les barres obliques de fin.
  • Cela inclut l'effondrement .. en naviguant vers le haut.
  • GetDirectoryName renverra null pour un chemin vide, que nous fusionnons en "" .

Comment utilisons-nous cela?

Première, normaliser le chemin d'entrée:

Alors nous pouvons récupérer le répertoire parent, et nous pouvons répéter cette opération un certain nombre de fois pour remonter plus haut :

Notez que nous n'avons jamais touché au système de fichiers. Aucune partie du chemin n'a besoin d'exister, comme ce serait le cas si nous avions utilisé DirectoryInfo .


Fonctionnalités de visualisation

Algorithmes de mise en page graphique

Otter a deux options pour le placement du nœud racine : circulaire et basé sur les coordonnées. Circulaire la disposition, où Otter place les nœuds le long de la circonférence d'un cercle, est la valeur par défaut, car nous supposons une faible probabilité d'avoir des informations de latitude/longitude de nœud requises pour la disposition géographique.

Pour basé sur les coordonnées placement, Otter utilise les informations de coordonnées fournies dans le fichier d'entrée, qui peuvent être soit géographiques (latitude/longitude), partiellement géographiques (latitude/longitude pour certains sous-ensembles des nœuds du fichier) ou des coordonnées cartésiennes régulières (X,Y). La possibilité d'utiliser des coordonnées pré-calculées pour la mise en page a été essentielle pour manipuler des ensembles de données trop volumineux pour calculer la mise en page tout en utilisant Otter de manière interactive. Même avec les données de coordonnées (X,Y) calculées à l'avance, sur des machines plus lentes, Otter peut nécessiter plusieurs minutes pour dessiner de grandes topologies (des dizaines de milliers de nœuds).

S'il n'y a que des informations géographiques partielles, Otter utilise ce que nous appelons quasi-géographique placement. Dans cette méthode de mise en page graphique, Otter trouve les coordonnées de latitude et de longitude disponibles maximales et minimales de l'ensemble complet de nœuds racines dans le fichier de données. Ces valeurs déterminent les quatre coins d'un rectangle, que Otter met ensuite à l'échelle pour occuper la moitié de la zone de visualisation. Le coin supérieur gauche représente les valeurs de latitude et de longitude les plus élevées, le coin inférieur droit les valeurs les plus basses. Otter place ensuite les nœuds racines dans le rectangle à leur emplacement quasi-géographique correspondant. Les nœuds racines qui n'ont pas d'informations de latitude/longitude enregistrées sont placés selon l'algorithme utilisé pour les nœuds non racines, décrit dans le paragraphe suivant. Notez que le placement quasi-géographique dans des zones métropolitaines fortement réseautées peut provoquer le chevauchement de clusters de nœuds. Pour plus de visibilité, Otter sépare les clusters de sorte que les nœuds aient au moins la longueur de leur diamètre les uns des autres.

  1. plus un nœud a d'enfants, plus ces enfants doivent être éloignés afin qu'ils ne se chevauchent pas
  2. les enfants qui ont eux-mêmes beaucoup d'enfants devraient être encore plus éloignés afin que les petits-enfants ne se chevauchent pas

Figure 1 : disposition quasi-géographique Figure 2 : disposition circulaire

Personnalisation de l'affichage

Réglage manuel du placement des nœuds

Figure 3 : Avant le placement manuel Figure 4 : Après le placement manuel

Modification interactive des nœuds racine

Zoomer

Figure 7 : Loutre agrandie
(jeu de données : table de routage CERFnet de juillet 1998)
Figure 8 : Loutre dézoomée
(jeu de données : table de routage CERFnet de juillet 1998)

Coloration graphique par attributs de données

Coloration du spectre

Coloration et masquage binaire

La figure 9 ci-dessous montre le même exemple de topologie de multidiffusion BBNPlanet montré précédemment, en utilisant une expression booléenne pour spécifier des liens dont les points de terminaison partagent le même préfixe d'adresse réseau IP /24. Les liens reliant les nœuds dans le même préfixe /24 sont colorés en bleu, les autres sont en gris. La figure 10 est la même image utilisant le masquage pour masquer entièrement les liens qui ne correspondent pas.

Figure 9 : bleu - nœuds de connexion dans le même préfixe d'adresse réseau IP /24, gris - autre

Figure 10 : bleu - nœuds de connexion dans le même préfixe d'adresse réseau IP /24, d'autres masqués

Affichage graphique incrémentiel


Apache démarre plusieurs écouteurs sur les ports 80 et 443 jusqu'à ce que le serveur tombe en panne

Lorsque je démarre le serveur httpd (Apache) sur mon Amazon Linux 2, il crée de nombreux écouteurs de port répétés sur les ports 80 et 443. Toutes les deux minutes, il ajoute un autre ensemble. Les ports d'origine 80 et 443 démarrent en tant que root, les autres sont démarrés par l'utilisateur Apache. Fondamentalement, si je le laisse fonctionner, il continue d'ajouter des écouteurs jusqu'à ce que les ressources soient complètement submergées et que le serveur ralentisse. Après une nuit de fonctionnement, il avait 256 auditeurs sur le port 80 et 256 auditeurs sur le port 443. (Le serveur fonctionnait correctement jusqu'à il y a 2 jours - il a peut-être démarré lorsque j'ai redémarré le serveur ou effectué une mise à jour de base de yum. Mais je ne sais pas quoi autre chose à vérifier.) Est-ce un comportement normal ? (nouveau sur Apache, mon expérience était principalement IIS)

J'ai supprimé toutes mes configurations de site supplémentaires (en-têtes personnalisés), mais même après un redémarrage de httpd, j'obtiens : (et toutes les quelques minutes, les 2 dernières lignes se répètent avec un nouveau pid ajouté aux auditeurs en cours d'exécution)

Je ne peux pas dire ce qui cause les auditeurs répétés. Mais toutes les quelques minutes de plus sont ajoutées.

Le processus pour Apache et Pool continue de s'ajouter.

Même avec tous mes fichiers de configuration de site Web supprimés des sites activés, cela commence toujours avec ces ports supplémentaires en cours d'exécution.


Script Runner : un plugin pour exécuter des scripts Python dans QGIS

Suite à mon dernier post, Exécution de scripts dans la console Python, j'ai créé un plugin pour simplifier l'exécution de scripts :

Le Script Runner plugin vous permet d'ajouter vos scripts à une liste afin qu'ils soient facilement disponibles. Vous pouvez ensuite les exécuter pour automatiser les tâches QGIS et avoir un accès complet à l'API PyQGIS. De plus, vous pouvez afficher des informations sur les classes, méthodes et fonctions de votre module ainsi que parcourir la source :

Pour que votre script fonctionne avec ScriptRunner, il doit implémenter une seule fonction comme point d'entrée. Voici quelques informations supplémentaires à partir de l'onglet Aide du plugin :

Exigences

Pour que Script Runner exécute votre script, vous devez définir un script de lancement fonction qui accepte un seul argument. Il s'agit du point d'entrée standard utilisé par Script Runner. Une référence à l'objet qgis.utils.iface sera transmise à votre script de lancement une fonction. Vous n'êtes pas obligé d'utiliser l'objet iface dans votre script, mais votre script de lancement la fonction doit l'accepter comme argument.

Voici un exemple simple script de lancement une fonction:

Dans cet exemple, le script de lancement crée une instance (ldr) d'une classe nommée Loader qui est définie dans le même fichier source. Il appelle ensuite une méthode de la classe Loader nommée load_shapefiles pour faire quelque chose d'utile dans ce cas, charger tous les fichiers de formes dans un répertoire spécifié.

Alternativement, vous pouvez choisir de ne pas utiliser de classes et de tout faire dans le script de lancement fonction, y compris en lui faisant appeler des fonctions dans le même script ou d'autres que vous pourriez importer. L'important est d'être sûr d'avoir défini un script de lancement une fonction. Sinon, Script Runner ne chargera pas votre script.

Travailler avec des scripts

Pour exécuter un script, vous devez l'ajouter à Script Runner en utilisant le Ajouter un script outil sur la barre d'outils. Cela l'ajoutera à une liste dans le panneau de gauche. Cette liste de scripts est conservée entre les utilisations de QGIS. Vous pouvez supprimer un script en utilisant le Supprimer le script outil. Cela le supprime simplement de la liste, il ne fait rien au fichier de script sur le disque.

Une fois que vous avez chargé un script, vous pouvez cliquer sur le bouton Informations sur le script pour remplir les onglets Info et Source dans le panneau de droite. L'onglet Info contient la docstring de votre module, puis une liste des classes, méthodes et fonctions trouvées dans le script. Avoir une docstring appropriée en tête de votre script vous aidera à déterminer le but du script.

Vous pouvez afficher la source du script dans l'onglet Source. Cela vous permet de confirmer rapidement que vous utilisez le bon script et qu'il fait ce que vous pensez qu'il fera.

Installation du plugin

  1. Ouvrez le programme d'installation du plugin Python : Plugins->Récupérer les plugins Python
  2. Vérifiez si vous avez le nouveau dépôt officiel dans votre liste de plugins en cliquant sur Dépôts languette. L'URL est http://plugins.qgis.org/plugins/plugins.xml.
  3. Si vous l'avez, passez à l'étape 5. Si le nouveau référentiel n'est pas dans la liste, ajoutez-le en cliquant sur le bouton Ajouter. Donnez-lui un nom et insérez l'URL http://plugins.qgis.org/plugins/plugins.xml
  4. Clique sur le Plugins languette
  5. Entrez scriptrunner dans la zone Filtre
  6. Sélectionnez le plugin ScriptRunner et cliquez sur Installer

ScriptRunner ajoute une entrée au menu Plugins ainsi qu'un outil sur la barre d'outils Plugins : . Cliquez dessus et vous êtes prêt à courir.


os.walk renvoie la racine, la liste des répertoires et la liste des fichiers, c'est pourquoi je les ai décompressés en r, d, f dans la boucle for, puis, recherche d'autres fichiers et répertoires dans les sous-dossiers de la racine et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de sous-dossiers.

Os.listdir() : récupère les fichiers dans le répertoire courant (Python 2)

En Python 2, si vous voulez la liste des fichiers dans le répertoire courant, vous devez donner l'argument comme '.' ou os.getcwd() dans la méthode os.listdir.

Pour remonter dans l'arborescence des répertoires

Obtenir des fichiers : os.listdir() dans un répertoire particulier (Python 2 et 3)

Obtenez les fichiers d'un sous-répertoire particulier avec os.listdir()

Os.walk('.') - répertoire courant

Next(os.walk('.')) et os.path.join('dir', 'file')

Next(os.walk('F:') - obtenir le chemin complet - compréhension de la liste

Os.walk - obtenir le chemin complet - tous les fichiers dans les sous-répertoires **

Os.listdir() - n'obtient que les fichiers txt


Structure des accessoires

Une construction accessoire est une construction qui se trouve sur le même terrain qu'une construction principale et dont l'usage est accessoire à l'usage de la construction principale. Par exemple, une structure résidentielle peut avoir un garage détaché ou une remise pour les outils de jardin en tant que structures accessoires. D'autres exemples de structures accessoires comprennent les belvédères, les pavillons de pique-nique, les hangars à bateaux, les petites granges sur poteaux, les hangars de stockage et les bâtiments similaires. Les réglementations du National Flood Insurance Program (NFIP) pour les nouvelles constructions s'appliquent généralement aux structures accessoires nouvelles et considérablement améliorées.

La loi nationale sur l'assurance contre les inondations de 1968 et ses modifications.

Valeur de rachat réelle (ACV)

Le coût de remplacement d'un bien assuré au moment du sinistre, moins la valeur de la dépréciation physique.

Une addition

Un ajout est une amélioration qui augmente la superficie en pieds carrés d'une structure. Il s'agit notamment des ajouts latéraux ajoutés sur le côté ou à l'arrière d'une structure, des ajouts verticaux ajoutés au-dessus d'une structure et des enceintes ajoutées sous une structure. Les règlements du NFIP pour les nouvelles constructions s'appliquent à un ajout qui est considéré comme une amélioration substantielle d'une structure. Certains États et communautés exigent que tous les ajouts, quelle que soit leur taille, répondent à ces exigences.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Structure agricole

Une structure utilisée uniquement à des fins agricoles dans laquelle l'utilisation est exclusivement liée à la production, la récolte, l'entreposage, le séchage ou l'élevage de produits agricoles, y compris l'élevage de bétail. Les communautés doivent exiger que les nouvelles constructions ou les améliorations substantielles des structures agricoles soient élevées ou protégées contre les inondations jusqu'à ou au-dessus de l'élévation de base des crues (BFE) comme tout autre bâtiment non résidentiel.

Inondation du cône alluvial

Inondations se produisant à la surface d'un cône alluvial ou d'un relief similaire qui prend sa source au sommet et se caractérise par des écoulements à grande vitesse, des processus actifs d'érosion, de transport et de dépôt de sédiments et des voies d'écoulement imprévisibles. L'inondation des cônes alluviaux est représentée sur une carte de taux d'assurance contre les inondations (FIRM) en tant que zone AO, avec une profondeur et une vitesse d'inondation.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Modification d'un cours d'eau

Des modifications sont souvent apportées aux canaux des rivières, des ruisseaux ou des canaux de drainage, généralement pour améliorer le drainage, déplacer le canal ou augmenter sa capacité de charge des crues. Il y a deux exigences pour maintenir la capacité de charge des crues d'un cours d'eau modifié. Le cours d'eau modifié ou déplacé doit avoir une capacité égale ou supérieure à celle du cours d'eau d'origine. De plus, une fois la modification effectuée, la capacité du cours d'eau modifié ou déplacé doit être maintenue au fil du temps.

Évaluation alternative

Méthode d'évaluation utilisée lorsqu'un bâtiment est pré-FIRM, que la zone de la carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) est inconnue et que la communauté dans laquelle le bâtiment est situé n'a pas de zones V. Peut également être utilisé pour le renouvellement des polices dans les communautés qui sont passées du programme d'urgence au programme régulier pendant la durée d'une police.

Ancré

Suffisamment sécurisé pour empêcher la flottaison, l'effondrement ou le mouvement latéral.

Ancrage

Si un chantier de construction proposé se trouve dans une zone inondable, toutes les nouvelles constructions et améliorations substantielles doivent être conçues (ou modifiées) et correctement ancrées pour empêcher la flottaison, l'effondrement ou le mouvement latéral de la structure résultant des charges hydrodynamiques et hydrostatiques, y compris le effets de la flottabilité. Il existe des exigences spécifiques pour les maisons préfabriquées et les structures dans les zones V.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Demandeur

Un individu ou un chef de famille qui a demandé une aide fédérale en cas de catastrophe. 44 CFR 206.111

Application

La déclaration faite et signée par le preneur d'assurance potentiel ou l'agent/producteur lors de la demande d'une police d'assurance contre les inondations NFIP. L'Application fournit des informations utilisées pour déterminer l'éligibilité du risque, le type de police à émettre et le paiement correct de la prime. L'Application fait partie de la police d'assurance contre les inondations. Pour qu'une police soit émise, le paiement correct de la prime doit accompagner la proposition.

Structure annexe

Un garage détaché desservant une maison de 1 à 4 familles.

Mission

Le transfert par un preneur d'assurance de son droit ou intérêt légal dans un contrat d'assurance à un tiers. Dans le NFIP, la cession écrite d'une police est autorisée lors du transfert de propriété sans le consentement de la FEMA, sauf dans le cas où une police résidentielle (ménage) uniquement sur le contenu est impliquée ou une police a été émise pour couvrir un bâtiment en cours. de construction.

Données disponibles

Lorsqu'une communauté a des zones de zone A sans données d'élévation et/ou de canal de dérivation, la communauté doit obtenir, examiner et utiliser raisonnablement les données d'élévation de base des crues (BFE) et de canal de dérivation disponibles auprès d'une source fédérale, d'un État ou autre, y compris les données développées conformément au paragraphe 60.3 (b) (3), en tant que critères pour exiger que les nouvelles constructions, améliorations substantielles ou autres développements dans la zone A sur la carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) ou la carte des limites et des canaux de dérivation (FBFM) de la communauté répondent à la gestion de la plaine inondable. normes.

Inondation de base

Profondeur d'inondation de base (BFD)

La profondeur indiquée sur la carte du taux d'assurance contre les inondations (FIRM) pour la zone AO ​​qui indique la profondeur de l'eau au-dessus du niveau adjacent le plus élevé résultant d'une inondation qui a 1 % de chance d'égaler ou de dépasser ce niveau au cours d'une année donnée.

Élévation de base de crue (BFE)

Élévation des eaux de surface résultant d'une inondation qui a 1 % de chances d'égaler ou de dépasser ce niveau au cours d'une année donnée. Le BFE est affiché sur la carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) pour les zones AE, AH, A1–A30, AR, AR/A, AR/AE, AR/A1–A30, AR/AH, AR/AO, V1–V30 et VE.

Sous-sol

Rapport biennal

Tous les deux ans, les communautés participant au Programme national d'assurance contre les inondations (NFIP) doivent remplir et soumettre un rapport biennal décrivant les progrès de la communauté au cours des deux années précédentes dans la mise en œuvre des mesures de gestion des plaines inondables et sur ses besoins de re-cartographie et d'assistance technique. .

La FEMA envoie le formulaire de rapport biennal aux responsables de la communauté locale. La soumission de ce rapport est requise dans le cadre de la participation d'une communauté au NFIP.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Cartable ou certificat d'assurance

Un accord temporaire entre l'entreprise, l'agent/producteur et l'assuré que la police est en vigueur. Le NFIP ne reconnaît pas les liants. Cependant, à des fins d'information uniquement, le NFIP reconnaît les certificats d'assurance et les formulaires similaires pour les polices de renouvellement.

Assurance globale

Un seul montant d'assurance s'appliquant à plus d'un bâtiment et/ou contenu. L'assurance globale n'est pas autorisée dans le cadre du NFIP

Mur de séparation

Imeuble

Une structure avec 2 murs extérieurs rigides ou plus et un toit entièrement sécurisé, qui est fixée à un site permanent ou

Bâtiment en cours de construction

Un bâtiment muré et couvert (voir la section Règles générales pour l'exception) qui est principalement au-dessus du sol et adossé à un site permanent. Cela n'inclut pas les matériaux de construction ou les fournitures destinés à être utilisés dans la construction, la modification ou la réparation, à moins que ces matériaux ou fournitures ne se trouvent dans un bâtiment fermé sur les lieux.

Bâtiment d'affaires

Un immeuble dans lequel l'assuré désigné est une entreprise commerciale dont l'activité principale est de générer des revenus et la couverture est pour :

Propriété d'entreprise

Soit un immeuble commercial, soit le contenu d'un immeuble commercial, ou les deux.

Annulation

La résiliation de la couverture d'assurance prévue par une police avant la date d'expiration.

Certifications

Certaines activités (par exemple, conception de protection contre les inondations, conception de construction de la zone V, relevé des élévations des bâtiments, analyses hydrologiques et hydrauliques, relevés et données topographiques) nécessitent une certification par un architecte, un ingénieur, un arpenteur ou un administrateur communautaire de la plaine inondable agréé.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Canalisation

Citerne

Les citernes couvertes et l'eau qu'elles contiennent sont définies comme faisant partie intégrante d'un bâtiment assurable, c'est-à-dire sous le bâtiment ou au-dessus du sol et physiquement attachées à un côté du bâtiment, l'un des murs du bâtiment et la citerne étant communs l'un à l'autre.

Lac du bassin fermé

Un lac naturel d'où l'eau s'écoule principalement par évaporation et dont la superficie dépasse ou a dépassé 1 mile carré à tout moment dans le passé enregistré. Les bâtiments assurés par le NFIP qui sont soumis à des inondations de lac continues à partir d'un lac de bassin fermé sont couverts par les dispositions de la police d'assurance standard contre les inondations (SFIP).

Barrière côtière

Une île, un banc de sable ou une autre bande de terre d'origine naturelle, y compris la côte continentale, qui protège la côte des vagues violentes.

Loi sur l'amélioration des barrières côtières de 1990 (CBIA)

Adoptée le 16 novembre 1990, la loi a considérablement élargi les terres identifiées dans le système de ressources de la barrière côtière (CBRS) établi conformément à la Loi sur les ressources de la barrière côtière (CBRA) de 1982.

Loi de 1982 sur les ressources de la barrière côtière (CBRA)

Aux fins du NFIP, la CBRA de 1982 a désigné certaines parties du golfe et de la côte est comme barrières côtières non aménagées. Ces zones sont indiquées sur les panneaux de carte d'assurance contre les inondations appropriés et ont certaines restrictions de couverture.

Système de ressources de la barrière côtière (CBRS)

une. Communautés, barrières côtières et Aires autrement protégées (AOP) identifiées par la législation définie ci-dessus.

Zones côtières à haut risque

Zones spéciales de risque d'inondation (SFHA) le long des côtes qui présentent des risques supplémentaires en raison de l'action du vent et des vagues. Ces zones sont identifiées sur les cartes des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) en tant que zones V, V1-V30 et VE.

Coassurance

Une pénalité imposée sur le paiement des pertes à moins que le montant d'assurance porté sur le bâtiment endommagé soit d'au moins 80 % de son coût de remplacement ou du montant maximal d'assurance disponible pour ce bâtiment en vertu du NFIP, selon le moindre des deux. La coassurance s'applique uniquement à la couverture de l'immeuble en vertu de la politique de l'association pour la construction de condominiums résidentiels (RCBAP).

Communauté

  1. Un groupe de personnes vivant dans la même localité et sous le même gouvernement, ou une subdivision politique d'un État ou d'une autre autorité qui a compétence en matière de zonage et de code du bâtiment sur une zone particulière.
  2. Une entité politique qui a le pouvoir d'adopter et d'appliquer des ordonnances sur les plaines inondables pour la zone sous sa juridiction.
  3. Un réseau d'individus et de familles, d'entreprises, d'organisations gouvernementales et non gouvernementales et d'autres organisations civiques qui résident ou opèrent dans une limite géographique partagée et peuvent être représentés par une direction politique commune

Visite d'Assistance Communautaire (CAV)

Une composante majeure du programme d'assistance communautaire (PAC) du National Flood Insurance Program (NFIP). Le CAV est une visite dans une communauté par un membre du personnel de la FEMA ou du personnel d'une agence d'État au nom de la FEMA qui sert le double objectif de fournir une assistance technique à la communauté et de s'assurer que la communauté applique de manière adéquate ses règlements de gestion des plaines inondables. En règle générale, un CAV consiste en une visite de la plaine inondable, une inspection des dossiers de permis communautaires et des réunions avec des élus locaux nommés et élus.

Programme de conformité communautaire

Le National Flood Insurance Act de 1968 interdit à l'Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) de fournir une assurance contre les inondations dans une communauté à moins que cette communauté n'adopte et applique des règlements de gestion des plaines inondables qui répondent aux critères minimaux du National Flood Insurance Program (NFIP). Lorsque des problèmes administratifs ou des violations potentielles sont identifiés dans une communauté, la FEMA s'engage à travailler avec cette communauté et à fournir une assistance technique pour les aider à mettre leurs programmes de gestion des plaines inondables en conformité avec les exigences du NFIP.

Numéro de communauté

Une désignation à 6 chiffres identifiant chaque communauté NFIP. Les 2 premiers chiffres sont le code de l'état. Les 4 suivants sont le numéro de communauté attribué par la FEMA. Un suffixe alphabétique est ajouté à un numéro de communauté pour identifier les révisions de la carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) pour cette communauté.

Système d'évaluation communautaire (SRC)

Un programme développé par la FEMA pour fournir des incitations aux communautés du programme régulier qui ont dépassé les exigences minimales de gestion des plaines inondables pour développer des mesures supplémentaires pour fournir une protection contre les inondations.

Stockage compensatoire

La norme du canal de dérivation NFIP dans 44CFR 60.3 (d) empêche les nouveaux développements d'obstruer l'écoulement de l'eau et d'augmenter les hauteurs d'inondation. Cependant, cette disposition ne répond pas à la nécessité de maintenir le stockage des crues. Surtout dans les zones plates, la plaine inondable remplit une fonction précieuse en stockant les eaux de crue. Lorsque du remblai ou des bâtiments sont placés dans la lisière des crues, les zones de stockage des crues sont perdues et les hauteurs de crue augmenteront car il y a moins de place pour les eaux de crue. Ceci est particulièrement important dans les petits bassins versants qui réagissent plus tôt aux changements de topographie.

Lettre conditionnelle de révision de carte (CLOMR)

Commentaire de la FEMA sur un projet proposé qui, lors de la construction, affecterait les caractéristiques hydrologiques ou hydrauliques d'une source d'inondation et entraînerait ainsi la modification du canal de dérivation réglementaire existant, les élévations de base effectives des crues (BFE) ou la zone spéciale à risque d'inondation ( SFHA). La lettre ne révise pas une carte NFIP efficace, elle indique si le projet, s'il est construit tel que proposé, serait reconnu par la FEMA. La FEMA facture des frais pour le traitement d'un CLOMR afin de récupérer les coûts associés à l'examen.

Syndicat de copropriété

L'entité composée des propriétaires d'unités responsables de l'entretien et de l'exploitation des éléments suivants :

• Éléments communs détenus en parts indivises par les propriétaires de parts
• Autres biens immobiliers sur lesquels les propriétaires de l'unité ont des droits d'usage

où l'appartenance à l'entité est une condition requise pour la propriété de l'unité. Immeuble en copropriété. Un type de bâtiment sous forme de propriété dans lequel chaque propriétaire d'unité a un intérêt indivis dans les éléments communs du bâtiment.

Agent contractuel

Un employé d'une entreprise Write Your Own (WYO) ou un agent/producteur sous contrat écrit avec une entreprise WYO, habilité à agir au nom de l'entreprise et ayant le pouvoir d'informer un demandeur d'assurance contre les inondations que l'entreprise acceptera le risque.

Carte du comté

Une carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) qui montre des informations sur les inondations pour l'ensemble de la zone géographique d'un comté, y compris les communautés constituées en société dans le comté.

Vide sanitaire

une. Les fondations des vides sanitaires sont couramment utilisées dans certaines parties du pays pour élever les étages les plus bas des bâtiments résidentiels situés dans les zones spéciales à risque d'inondation (SFHA) au-dessus de l'élévation de base des inondations (BFE). Les vides sanitaires doivent être construits de manière à ce que le sol du vide sanitaire soit au niveau ou au-dessus du niveau le plus bas adjacent au bâtiment. Les vides sanitaires qui ont leurs planchers en dessous de BFE doivent avoir des ouvertures pour permettre l'égalisation des forces d'inondation.

Installation critique

Pour certaines activités et installations, même un faible risque d'inondation est une trop grande menace. Les installations critiques typiques comprennent les hôpitaux, les casernes de pompiers, les postes de police, le stockage des dossiers critiques et les installations similaires. Ces installations devraient faire l'objet d'une attention particulière lors de la formulation d'alternatives réglementaires et de plans de gestion des plaines inondables. Une installation critique ne devrait pas être située dans une plaine inondable dans la mesure du possible.

Bâtiment de dommages cumulatifs

Tout bâtiment qui a subi des dommages liés aux inondations à la suite de deux inondations ou plus dans lesquelles les montants cumulés des paiements sont égaux ou supérieurs à la juste valeur marchande de ce bâtiment, telle que déterminée à l'aide de la procédure suivante. Pour déterminer si un bâtiment a subi des dommages cumulatifs, un pourcentage de perte sera calculé, pour chaque perte, égal au montant du paiement de la réclamation pour cette perte divisé par la juste valeur marchande de ce bâtiment la veille de chaque perte.

Dommages cumulatifs Biens

Soit un bâtiment à dommages cumulatifs, soit le contenu d'un bâtiment à dommages cumulatifs, ou les deux.

Date de construction

La date à laquelle le permis de construire a été délivré, à condition que le début effectif de la construction, de la réparation, de la reconstruction ou de l'amélioration ait lieu dans les 180 jours suivant la date du permis.

Page des déclarations

Un résumé généré par ordinateur des informations fournies par le preneur d'assurance potentiel dans la demande d'assurance contre les inondations. La page des déclarations décrit également la durée de la police et les limites de couverture et affiche la prime et le nom de l'assureur. La page des déclarations fait partie de la police d'assurance contre les inondations.

Déductible

Le montant fixe d'une perte assurée qui est la responsabilité de l'assuré et qui est encourue avant que des montants soient payés pour la perte assurée en vertu de la police d'assurance.

Emplacement décrit

L'endroit où se trouve le bâtiment ou les biens personnels assurés. L'emplacement décrit est indiqué sur la page des déclarations.

Développement

Toute modification apportée par l'homme à des biens immobiliers améliorés ou non, y compris, mais sans s'y limiter, les bâtiments ou autres structures, l'exploitation minière, le dragage, le remplissage, le nivellement, le pavage, les opérations d'excavation ou de forage ou le stockage d'équipement ou de matériaux. Une communauté sans carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) ou sans carte des limites des risques d'inondation (FHBM) doit exiger un permis pour toute construction ou autre développement proposé dans la communauté, afin qu'elle puisse déterminer si la construction ou tout autre développement est proposé dans le cadre d'une inondation. -zone sujette.

Numéro du diagramme

N'importe lequel des numéros utilisés dans les instructions du certificat d'élévation NFIP pour identifier les schémas des principaux types de bâtiments.

Perte physique directe par ou à partir d'une inondation

Perte ou dommages aux biens assurés, directement causés par une inondation. Il doit y avoir des preuves de changements physiques à la propriété.

Maison manufacturée (mobile) double largeur

Une maison préfabriquée (mobile) qui, lorsqu'elle est assemblée en tant que bâtiment permanent non mobile, mesure au moins 16 pieds de large et a une superficie à l'intérieur de ses murs d'enceinte d'au moins 600 pieds carrés.

Logement

Un bâtiment conçu pour être utilisé comme résidence pour un maximum de 4 familles ou une unité unifamiliale dans un immeuble sous forme de copropriété.

Forme d'habitation

Voir Police d'assurance standard contre les inondations (SFIP)--Formulaire d'habitation.

Systèmes électriques

Bâtiment surélevé

Bâtiment sans sous-sol et dont le plancher surélevé le plus bas est élevé au-dessus du niveau du sol par des murs de fondation, des murs de contreventement, des poteaux, des piliers, des pilotis ou des colonnes. Les murs de fondations solides (périmétriques) ne sont pas un moyen acceptable d'élever des bâtiments dans les zones V et VE.

Certificat d'altitude

Le dossier de permis d'une communauté doit avoir un dossier officiel qui montre que les nouveaux bâtiments et les améliorations substantielles dans toutes les zones à risque d'inondation (SFHA) identifiées sont correctement surélevées. Ces informations d'élévation sont nécessaires pour montrer la conformité avec l'ordonnance sur la gestion des plaines inondables. La FEMA encourage les communautés à utiliser le certificat d'élévation développé par la FEMA pour répondre à cette exigence, car il peut également être utilisé par le propriétaire pour obtenir une assurance contre les inondations.

Ascenseurs

Les réglementations du National Flood Insurance Program (NFIP) exigent que les ascenseurs et leurs équipements associés soient protégés contre les dommages causés par les inondations. La meilleure façon de le faire est de localiser l'équipement mécanique associé à l'ascenseur au-dessus de l'élévation de base des crues (BFE). La couverture d'assurance contre les inondations NFIP est limitée pour l'équipement d'ascenseur. L'équipement neuf ou de remplacement se rapportant à un ascenseur, installé le ou après le 1er octobre 1987, et situé sous l'étage le plus bas d'un immeuble surélevé ou dans un sous-sol n'est pas couvert par l'assurance contre les inondations.

Programme d'urgence

La phase initiale de la participation d'une communauté au programme national d'assurance contre les inondations, tel que prescrit par l'article 1306 de la loi.

Enceinte

Empiètements

Les empiètements sont des activités ou des constructions dans le canal de dérivation, y compris le remblayage, les nouvelles constructions, les améliorations substantielles et d'autres aménagements. Ces activités sont interdites dans le canal de dérivation réglementaire adopté à moins qu'il n'ait été démontré par des analyses hydrologiques et hydrauliques que l'empiètement proposé n'entraînerait aucune augmentation des niveaux de crue.

Érosion

une. L'effondrement, l'affaiblissement ou l'affaissement d'un terrain le long de la rive d'un lac ou d'un autre plan d'eau. L'érosion est un péril couvert si elle est causée par des vagues ou des courants d'eau dépassant leurs niveaux cycliques qui entraînent des inondations.

Décret exécutif 11988

Publié en mai 1977, ce décret exécutif ordonne aux agences fédérales de :

Construction existante

Aux fins de la détermination des taux d'assurance contre les inondations, les structures pour lesquelles le "début de construction" a commencé avant la date d'entrée en vigueur de la carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) ou avant le 1er janvier 1975, pour les FIRM en vigueur avant cette date. « construction existante » peut également être appelée « structures existantes ».

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Juste valeur marchande

Le prix que le vendeur est prêt à accepter et que l'acheteur doit payer sur le marché libre et dans le cadre d'une transaction sans lien de dépendance.

Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA)

1) Une agence du département américain de la Sécurité intérieure chargée de répondre aux catastrophes déclarées par le Président. 2)
Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA). L'agence fédérale sous laquelle le NFIP est administré.En mars 2003, la FEMA a été intégrée au nouveau département américain de la Sécurité intérieure.

Frais de police fédérale

Une charge forfaitaire que le preneur d'assurance doit payer sur chaque nouvelle police ou renouvellement pour couvrir certaines dépenses administratives engagées dans l'exécution du NFIP.

Le remblai en terre est parfois placé dans une zone spéciale inondable (SFHA) pour réduire le risque d'inondation dans la zone remplie. La mise en place du remblai est considérée comme un développement et nécessitera un permis en vertu des lois, ordonnances et réglementations fédérales, étatiques et locales applicables. Le remblayage est interdit dans le canal de dérivation à moins qu'il n'ait été démontré qu'il n'entraînera pas d'augmentation des niveaux de crue. Certaines communautés limitent l'utilisation de remblai en bordure d'inondation pour protéger la capacité de stockage ou nécessitent un stockage compensatoire. L'utilisation de remblai est interdite pour le support structurel des bâtiments dans les zones V.

Accord d'aide financière/subvention

L'arrangement entre une compagnie d'assurance et la FEMA pour initier la participation de l'entreprise au programme Write Your Own (WYO). Il établit les devoirs de l'entreprise et du gouvernement.

Zone finie (habitable)

Un espace clos ayant plus de 20 pieds linéaires de murs intérieurs finis (lambris, etc.) ou utilisé à des fins autres que uniquement pour le stationnement de véhicules, l'accès au bâtiment ou l'entreposage.

Inonder

Une condition générale et temporaire d'inondation partielle ou totale de 2 acres ou plus de terres normalement sèches ou de 2 propriétés ou plus (dont au moins 1 est la propriété du preneur d'assurance) à partir de :

Carte des limites des risques d'inondation (FHBM)

Carte officielle d'une communauté publiée par la FEMA, où les limites des zones d'inondation, de coulée de boue et d'érosion associées présentant des risques particuliers ont été désignées.

Risques d'inondation préoccupants

Les normes cartographiques et réglementaires du National Flood Insurance Program (NFIP) sont des normes générales et ne traitent pas tous les problèmes d'inondation aux États-Unis. Certaines plaines inondables et risques liés aux inondations sont moins courants, plus destructeurs et plus difficiles à cartographier que les inondations fluviales, côtières, alluviales et peu profondes. Les dangers particuliers comprennent l'érosion côtière, les tsunamis, les lacs de bassin fermé, les voies d'écoulement incertaines, les ruptures de barrage, les embâcles et les coulées de boue.

Inondation en cours

Une inondation qui est en cours à la première des dates suivantes :

Bureau des réclamations d'assurance contre les inondations (FICO)

Un bureau de traitement des réclamations NFIP mis en place dans une zone sinistrée lorsqu'un nombre suffisant de réclamations pour inondations résulte d'un seul événement.

Carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM)

Carte officielle d'une communauté sur laquelle la FEMA a délimité les zones spéciales de risque d'inondation (SFHA), les altitudes de base des inondations (BFE) et les zones de prime de risque applicables à la communauté.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

  • 59.1 - Définition
  • 59.22 (6) - Référentiel de cartes locales
  • 59.22 (9) (v) - Mises à jour des limites de la communauté
  • 64.3 - Utilisation FERME pour la vente d'assurance contre les inondations
  • 65 - Révisions à FIRM

Étude sur l'assurance contre les inondations (FIS)

Une compilation et une présentation des données sur les risques d'inondation pour des cours d'eau, des lacs et des zones côtières inondables spécifiques au sein d'une communauté. Lorsqu'une étude d'inondation est terminée pour le NFIP, les informations et les cartes sont rassemblées dans un FIS. Le rapport FIS contient des données détaillées sur l'élévation des crues dans des profils de crues et des tableaux de données.

Carte des inondations

Une carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM), une carte des limites d'inondation et des voies de dérivation (FBFM) et une carte des limites des risques d'inondation (FHBM) sont toutes des cartes d'inondation produites par la FEMA. Le FIRM est le type de carte le plus courant et la plupart des communautés ont ce type de carte. Au minimum, les cartes d'inondation montrent les zones à risque d'inondation et leurs limites, et peuvent également montrer les canaux de dérivation et les altitudes de base des crues (BFE). Le FBFM est une version d'une carte des crues qui ne montre que le canal de dérivation et les limites des crues.

Bureau d'intervention en cas d'inondation (BOF)

Le BOF assure une présence locale dans la zone touchée et soutient les sociétés WYO, l'agent de service NFIP et divers responsables fédéraux, étatiques et locaux en fournissant des réponses aux questions de couverture des sinistres, des formulaires de traitement des sinistres, des enquêtes et des données statistiques. L'une des principales exigences du personnel du BOF est de coordonner et d'effectuer des réinspections des pertes directes WYO et NFIP. Le BOF suit également les performances de l'expert en sinistres et fournit ces informations aux sociétés WYO intéressées et à l'agent de service NFIP.

Zones inondables

Les zones à risque d'inondation identifiées sur la carte des taux d'assurance contre les inondations sont identifiées comme une zone à risque d'inondation spéciale (SFHA). Les SFHA sont définies comme la zone qui sera inondée par l'inondation ayant 1 % de chance d'être égale ou dépassée au cours d'une année donnée. La crue annuelle de 1 % est également appelée crue de base ou crue centennale. Les SFHA sont étiquetés comme Zone A, Zone AO, Zone AH, Zones A1-A30, Zone AE, Zone A99, Zone AR, Zone AR/AE, Zone AR/AO, Zone AR/A1-A30, Zone AR/A, Zone V, Zone VE et Zones V1-V30.

Érosion liée aux inondations

L'effondrement ou l'affaissement de terrain le long de la rive d'un lac ou d'un autre plan d'eau à la suite d'un affaissement causé par des vagues ou des courants d'eau dépassant les niveaux cycliques prévus ou soudainement causés par un niveau d'eau anormalement élevé dans un plan d'eau naturel, accompagné par une violente tempête, ou par une force naturelle imprévue, telle qu'une crue éclair ou une onde de marée anormale, ou par un événement tout aussi inhabituel et imprévisible qui entraîne une inondation.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Matériau résistant aux inondations

Les matériaux résistants aux inondations comprennent tout produit de construction capable de résister à un contact direct et prolongé avec les eaux de crue sans subir de dommages importants. Un contact prolongé est défini comme au moins 72 heures. Les dommages importants sont des dommages nécessitant plus qu'une réparation esthétique à faible coût (comme la peinture). Tous les matériaux de construction structuraux et non structuraux à ou au-dessous de l'élévation de base d'inondation (BFE) doivent être résistants aux inondations.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

60.3 (a)(3) - Raisonnablement à l'abri des inondations

Plaine inondable

Toute zone terrestre susceptible d'être inondée par les eaux de crue de toute source.

Gestion des plaines inondables

une. L'exploitation d'un programme global de mesures correctives et préventives pour réduire les dommages causés par les inondations, y compris, mais sans s'y limiter, les plans de préparation aux situations d'urgence, les travaux de contrôle des inondations et les règlements de gestion des plaines inondables.

b. La gestion des plaines inondables est un processus décisionnel qui vise à réaliser l'utilisation rationnelle des plaines inondables du pays. « Utilisation rationnelle » signifie à la fois la réduction des pertes dues aux inondations et la protection des ressources naturelles et de la fonction des plaines inondables.

Ordonnances de gestion des plaines inondables

Une fois que la FEMA fournit à une communauté les informations sur les risques d'inondation sur lesquelles se fondent les règlements de gestion des plaines inondables, la communauté est tenue d'adopter une ordonnance de gestion des plaines inondables qui respecte ou dépasse les exigences minimales du NFIP. L'objectif primordial des règlements de gestion des plaines inondables est de s'assurer que les communautés participantes prennent en compte les risques d'inondation, dans la mesure où ils sont connus, dans toutes les actions officielles relatives à la gestion et à l'utilisation des terres. Les exigences spécifiques se trouvent dans la section 60.3 du règlement NFIP et s'appliquent aux communautés comme suit :

Protection contre les inondations

Toute combinaison d'ajouts, de modifications ou d'ajustements structurels et non structurels aux structures qui réduisent ou éliminent les dommages causés par les inondations aux biens immobiliers ou à l'amélioration des biens immobiliers, des installations d'eau et sanitaires, des structures et de leur contenu.

Certificat de protection contre les inondations

Documentation de la certification par un ingénieur ou architecte professionnel enregistré que la conception et les méthodes de construction d'un bâtiment non résidentiel sont conformes aux pratiques acceptées pour répondre aux exigences de protection contre les inondations dans l'ordonnance sur la gestion des plaines inondables de la communauté. Cette documentation est requise à la fois pour les exigences de gestion des plaines inondables et à des fins de tarification d'assurance.

Canal de dérivation

Un « canal de dérivation réglementaire » désigne le canal d'une rivière ou d'un autre cours d'eau et les terres adjacentes qui doivent être réservées afin de décharger la crue de base sans augmenter cumulativement l'élévation de la surface de l'eau au-delà d'une hauteur désignée. Les collectivités doivent réglementer l'aménagement de ces canaux de dérivation pour s'assurer qu'il n'y a pas d'augmentation des élévations des crues en amont.

Fondation

Sans une fondation appropriée, un bâtiment surélevé peut subir des dommages dus à une inondation due à l'érosion, à l'affouillement ou au tassement. Les réglementations du National Flood Insurance Program (NFIP) fournissent des normes de performance pour l'ancrage de nouveaux bâtiments et des normes de placement des fondations et du remblai pour les bâtiments, pour les maisons préfabriquées et dans les zones V. Cependant, les normes de performance NFIP ne précisent pas comment les fondations d'un bâtiment doivent être construites dans les zones A. Les codes modèles nationaux du bâtiment traitent des fondations des bâtiments et du placement, du compactage et de la protection appropriés du remblai.

Murs de fondation

Murs en maçonnerie, murs en béton coulé ou murs en béton préfabriqué, quelle que soit leur hauteur, qui s'étendent au-dessus du sol et supportent le poids d'un bâtiment.

Franc-bord

une. Une hauteur supplémentaire au-dessus de l'élévation de base de l'inondation utilisée comme facteur de sécurité (par exemple, 2 pieds au-dessus de l'inondation de base) pour déterminer le niveau auquel le plancher le plus bas d'une structure doit être élevé ou protégé contre les inondations pour être conforme à la plaine inondable de l'État ou de la communauté règlement de gestion.

Systèmes de carburant

Taux de prime à risque complet

Un taux facturé à un groupe de polices qui se traduit par des primes globales suffisantes pour payer les pertes et les dépenses prévues pour ce groupe.

Utilisation fonctionnellement dépendante

Une utilisation qui ne peut pas remplir sa fonction prévue à moins qu'elle ne soit située ou effectuée à proximité immédiate de l'eau. Ce terme comprend uniquement les installations d'amarrage, les installations portuaires nécessaires au chargement et au déchargement de marchandises ou de passagers, et les installations de construction et de réparation navales, mais n'inclut pas le stockage à long terme ou les installations de fabrication connexes.

Garages

Garages attenants Un garage attaché à une structure résidentielle ou dans un espace clos en dessous d'un bâtiment surélevé peut avoir la dalle de plancher du garage en dessous de l'élévation de base en cas d'inondation (BFE). Parce qu'un tel garage est un espace clos sous le BFE, des ouvertures sont nécessaires soit dans les murs extérieurs du garage, soit dans les portes de garage elles-mêmes.

Formulaire général de propriété

Voir Police d'assurance contre les inondations standard – Formulaire de propriété générale.

Élévation

Le niveau de sol fini le plus bas ou le plus élevé qui est immédiatement adjacent aux murs du bâtiment. Utiliser le niveau du sol naturel (pré-construction), si disponible, pour la zone AO ​​et la zone A (sans BFE).

Grand-père

Une exonération fondée sur des circonstances préexistantes.

Assurance collective contre les inondations

Publié par le programme direct NFIP en réponse à une déclaration présidentielle de catastrophe. Les demandeurs d'assistance en cas de catastrophe, en échange d'une prime modeste, reçoivent un montant minimum de couverture de bâtiment et/ou de contenu pour une période de police de 3 ans. Un demandeur peut annuler la police de groupe à tout moment et obtenir une police d'assurance standard contre les inondations (SFIP) régulière via le NFIP.

Chauffage, ventilation et climatisation (CVC)

Supplément HFIAA

La surtaxe légale imposée par l'article 1308 de la loi.

Zone à haut risque

Une zone de risque d'inondation spécial s'étendant du large à la limite intérieure d'une dune frontale primaire le long d'une côte ouverte et de toute autre zone soumise à l'action des vagues à grande vitesse provenant de tempêtes ou de sources sismiques. La zone côtière à haut risque est identifiée comme la zone V sur les cartes de taux d'assurance contre les inondations (FIRM). Des exigences spéciales de gestion des plaines inondables s'appliquent dans les zones V, y compris l'exigence que tous les bâtiments soient élevés sur des pieux ou des colonnes.

Immeuble de grande hauteur

Les immeubles en copropriété de grande hauteur ont 5 unités ou plus et au moins 3 étages à l'exclusion de l'enceinte même s'il s'agit de l'étage le plus bas aux fins d'évaluation. Une enceinte sous un bâtiment surélevé, même s'il s'agit de l'étage le plus bas à des fins d'évaluation, ne peut pas être compté comme un étage pour éviter de classer le bâtiment comme bas. En vertu du NFIP, les maisons en rangée/maisons en rangée ne sont pas considérées comme des immeubles de grande hauteur, quel que soit le nombre d'étages.

Norme supérieure

L'Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) a établi des exigences minimales de gestion des plaines inondables pour les communautés participant au Programme national d'assurance contre les inondations (NFIP). Les communautés doivent également appliquer toutes les exigences étatiques plus restrictives. Toute communauté peut dépasser les normes minimales en adoptant des règlements de gestion des plaines inondables plus complets. Dans certains cas, les responsables communautaires peuvent avoir accès à des informations ou connaître des conditions qui nécessitent, en particulier pour la sécurité humaine, des normes plus élevées que les critères minimaux du NFIP.

Grade adjacent le plus élevé

L'élévation naturelle la plus élevée de la surface du sol avant la construction à côté des murs proposés d'une structure. Dans les zones AO, toutes les nouvelles constructions et améliorations substantielles des structures résidentielles doivent avoir le plancher le plus bas, y compris le sous-sol surélevé au-dessus du niveau adjacent le plus élevé au moins aussi haut que le nombre de profondeur spécifié en pieds sur la carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) de la communauté ou au moins deux pieds si aucun numéro de profondeur n'est spécifié.

Bâtiment historique

Structure historique

Forces hydrodynamiques

Les forces hydrodynamiques sont imposées à un objet, tel qu'un bâtiment, par l'écoulement de l'eau contre et autour de lui. Parmi les forces figurent la pression frontale positive contre la structure, l'effet de traînée le long des côtés et la pression négative du côté aval. Les forces hydrodynamiques sont l'une des principales causes des dommages causés par les inondations. Les zones typiques où les forces hydrodynamiques sont particulièrement préoccupantes sont le long des rivières et des ruisseaux avec des eaux de crue à grande vitesse et les zones côtières et autres soumises aux forces des vagues.

Forces hydrostatiques

L'eau stagnante ou l'eau en mouvement lent peut induire des forces hydrostatiques horizontales contre une structure, en particulier lorsque les niveaux d'eau de crue des différents côtés d'un mur ne sont pas égaux. Les inondations peuvent également provoquer des forces hydrostatiques verticales ou la flottation. Les forces hydrostatiques sont l'une des principales causes des dommages causés par les inondations.

Améliorations et améliorations

Agencements, transformations, installations ou ajouts faits ou acquis aux seuls frais d'un locataire et faisant partie d'un immeuble assuré.

Augmentation des coûts de conformité

Couverture des dépenses qu'un propriétaire doit engager, au-delà du coût de réparation des dommages physiques subis par la structure à la suite d'une inondation, afin de se conformer aux exigences d'atténuation des ordonnances ou lois de gestion des plaines inondables de l'État ou de la région. Les mesures d'atténuation acceptables sont l'élévation, la protection contre les inondations, le déplacement, la démolition ou toute combinaison de celles-ci.

Tribus indiennes

Les tribus indiennes, les organisations tribales autorisées, les villages autochtones de l'Alaska ou les organisations autochtones autorisées, qui ont un pouvoir d'utilisation des terres, sont considérés comme des communautés par le National Flood Insurance Program (NFIP) et peuvent rejoindre le programme même s'il n'existe aucune carte des risques d'inondation couvrant toutes les terres tribales. .

Examen de la lettre de décision (LODR)

La décision de la FEMA sur la décision prise par un prêteur ou un tiers qu'un bâtiment de l'emprunteur se trouve dans une zone spéciale inondable (SFHA). Un LODR ne traite que de l'emplacement d'un bâtiment par rapport à la limite SFHA indiquée sur la carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM).

Lettre de modification de carte (LOMA)

Lettre de changement de carte (LOMC)

La lettre de changement de carte (LOMC) est un terme général utilisé pour désigner les différents types de révisions et d'amendements aux cartes FEMA qui peuvent être accomplis par lettre. Ils comprennent la lettre de modification de carte (LOMA), la lettre de révision de carte (LOMR) et la lettre de révision de carte basée sur le remplissage (LOMR-F).

Lettre de révision de carte (LOMR)

Une lettre de révision de carte est la modification par la FEMA d'une carte de taux d'assurance contre les inondations (FIRM) ou d'une carte des limites et des voies de dérivation (FBFM) efficace, ou les deux. Les révisions de la lettre de carte sont généralement basées sur la mise en œuvre de mesures physiques qui affectent les caractéristiques hydrologiques ou hydrauliques d'une source d'inondation et entraînent ainsi la modification du canal de dérivation réglementaire existant, les élévations de base d'inondation (BFE) effectives ou le risque d'inondation spécial. Région (SFHA).

Lettre de révision de la carte basée sur le remplissage (LOMR-F)

Une lettre de révision de la carte basée sur le remplissage (LOMR-F) est la modification par la FEMA de la zone spéciale de risque d'inondation (SFHA) indiquée sur la carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) en fonction de la mise en place du remplissage à l'extérieur du canal de dérivation réglementaire existant.

Toutes les demandes de modifications des cartes effectives, autres que celles initiées par la FEMA, doivent être faites par écrit par l'intermédiaire du directeur général (PDG) de la communauté ou d'un responsable désigné par le PDG.

Perte en cours

Un sinistre déjà en cours à 00 h 01 le premier jour de la durée du contrat ou, quant à toute augmentation des limites de garantie qui est demandée, un sinistre déjà en cours au moment de la demande de couverture complémentaire.

Bâtiment de faible hauteur

Immeubles de faible hauteur en copropriété comptant moins de 5 logements peu importe le nombre d'étages ou 5 logements ou plus de moins de 3 étages incluant le sous-sol. Toutes les maisons en rangée/maison en rangée, quel que soit le nombre d'étages ou d'unités, et tous les immeubles unifamiliaux en copropriété détachés sont classés comme de faible hauteur. Une enceinte sous un bâtiment surélevé, même s'il s'agit de l'étage le plus bas à des fins d'évaluation, ne peut pas être comptée comme un étage pour éviter de classer le bâtiment comme un immeuble de faible hauteur.

Grade adjacent le plus bas

Le point le plus bas du niveau du sol immédiatement à côté d'un bâtiment.

Étage le plus bas

Élévation du plancher la plus basse (LFE)

La distance mesurée de l'étage le plus bas d'un bâtiment au-dessus du système de référence géodésique nationale (NGVD) ou d'un autre système de référence spécifié sur le FIRM pour cet emplacement.

Élément de structure horizontal le plus bas

Dans les zones V, les nouvelles constructions doivent avoir l'élévation de l'élément structurel horizontal le plus bas égal ou supérieur à l'élévation de base des crues (BFE). Les éléments structurels horizontaux sont des obstructions et peuvent transmettre la force des impacts des vagues au reste de la structure. Cette élévation est utilisée comme niveau de référence pour déterminer les tarifs d'assurance. Cela contraste avec la tarification de la construction et de l'assurance dans les zones A, qui utilise l'élévation de l'étage le plus bas, y compris le sous-sol, comme niveau de référence.

Achat obligatoire

En vertu des dispositions de la Flood Disaster Protection Act de 1973, les particuliers, les entreprises et autres personnes qui achètent, construisent ou améliorent des propriétés situées dans des zones identifiées de risques d'inondation spéciaux au sein des communautés participantes sont tenus de souscrire une assurance contre les inondations comme condition préalable pour recevoir tout type de aide financière fédérale indirecte (p. ex. tout prêt, subvention, garantie, assurance, paiement, subvention ou aide en cas de catastrophe) lorsque le bâtiment ou les biens personnels font l'objet d'une telle aide ou en sont garantis.

Stand de mangrove

Un assemblage d'arbres de mangrove qui sont pour la plupart des arbres bas notés pour un développement abondant de racines adventives entrelacées au-dessus du sol et qui contient une ou plusieurs des espèces suivantes : mangrove noire, mangrove rouge, mangrove blanche et bois de bouton. Les peuplements de mangrove offrent une protection importante contre les inondations dans certaines zones côtières en protégeant les zones situées vers la terre contre les impacts des vagues.L'altération humaine des peuplements de mangrove dans les zones V est interdite à moins qu'il ne puisse être démontré qu'une telle altération n'augmentera pas les dommages potentiels dus aux inondations.

Maison préfabriquée (mobile)

Parc ou lotissement de maisons préfabriquées (mobiles), existant

Un parc ou lotissement de maisons préfabriquées (mobiles) pour lequel la construction d'installations pour desservir les lots sur lesquels les maisons (mobiles) préfabriquées doivent être apposées (y compris, au minimum, l'installation de services publics, la construction de rues et soit le nivellement du site ou le coulage des dalles de béton) est terminé avant la date d'entrée en vigueur des règlements de gestion des plaines inondables adoptés par la communauté.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Parc ou lotissement de maisons préfabriquées (mobiles), extension au site existant

La préparation de sites supplémentaires par la construction d'installations pour desservir les lots sur lesquels les maisons préfabriquées doivent être apposées (y compris, au minimum, l'installation de services publics, la construction de rues, et soit le nivellement final du site ou le coulage de béton tampons.)

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Parc ou lotissement de maisons préfabriquées (mobiles), neuf

Un parc ou un lotissement de maisons préfabriquées pour lequel la construction d'installations pour desservir les lots sur lesquels les maisons préfabriquées doivent être apposées (y compris, au minimum, l'installation de services publics, la construction de rues et soit le nivellement final du site ou le coulage de dalles de béton) est achevée à la date d'entrée en vigueur ou après la date d'entrée en vigueur des règlements de gestion des plaines inondables adoptés par la communauté.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Parc ou lotissement de maisons préfabriquées

Une parcelle (ou des parcelles continues) de terrain divisée en deux ou plusieurs lots de maisons préfabriquées à louer ou à vendre. Voir Maison préfabriquée (mobile) pour les exigences de gestion des plaines inondables.

Révision de la carte

Une modification de la carte des limites des risques d'inondation (FHBM) ou de la carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) pour une communauté qui reflète la zone révisée, l'inondation de base ou d'autres informations.

Murs de maçonnerie

Murs constitués de composants individuels posés et liés ensemble avec du mortier. Ces composants peuvent être de la brique, de la pierre, des blocs de béton, etc.

Équipement mécanique

Le programme national d'assurance contre les inondations (NFIP) exige que tous les équipements mécaniques des structures nouvelles ou considérablement améliorées soient élevés au-dessus du BFE ou conçus de manière à ce que les eaux de crue ne puissent pas s'infiltrer ou s'accumuler dans aucun composant du système. Cela comprend les équipements électriques, de chauffage, de ventilation, de plomberie et de climatisation et d'autres installations de service.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Mauvaise évaluation

La prime facturée est incorrecte car une ou plusieurs des caractéristiques de tarification utilisées pour déterminer le taux de prime applicable pour une demande ou un renouvellement s'avèrent incorrectes ou étaient auparavant correctes, mais ont changé. Par exemple, une mauvaise évaluation sera considérée comme s'étant produite lorsque le taux de prime facturé est incorrect parce que :

Bâtiment à usage mixte

Un bâtiment qui a des usages résidentiels et non résidentiels. Bâtiment modulaire. Un bâtiment qui est généralement transporté sur son site sur une charpente en acier ou une remorque spéciale car il n'a pas de châssis permanent comme une maison (mobile) préfabriquée. Un bâtiment modulaire est classé et classé sous 1 des autres types de bâtiments.

Programme de protection du portefeuille hypothécaire (MPPP)

Un programme conçu pour aider les établissements de crédit à se conformer à la loi de 1973 sur la protection contre les inondations, telle que modifiée. Les polices rédigées dans le cadre du MPPP ne peuvent être souscrites que par l'intermédiaire d'une société Write Your Own (WYO).

Flux de boue

Une rivière de boue liquide et coulante à la surface de terres normalement sèches, comme lorsque la terre est emportée par un courant d'eau. D'autres mouvements de terre, tels qu'un glissement de terrain, une rupture de pente ou une masse de sol saturée se déplaçant par liquidité le long d'une pente, ne sont pas des coulées de boue.

Immeuble Multifamilial

Un autre immeuble résidentiel qui n'est pas un immeuble en copropriété.

Programme national d'assurance contre les inondations (NFIP)

1) Le NFIP est un programme qui met à disposition une assurance contre les inondations soutenue par le gouvernement fédéral dans les États et les communautés qui acceptent d'adopter et d'appliquer des ordonnances de gestion des plaines inondables pour réduire les dommages futurs causés par les inondations. (AFGP)
Programme national d'assurance contre les inondations (NFIP). Le programme de couverture d'assurance contre les inondations et de gestion des plaines inondables administré en vertu de la Loi et des règlements fédéraux applicables promulgués au titre 44 du Code des règlements fédéraux, sous-chapitre B.

Système de référence géodésique national (NGVD) de 1929

Système de référence national standard pour les altitudes, anciennement appelé niveau moyen de la mer (MSL) de 1929. Le NGVD 1929 peut être utilisé comme système de référence sur certaines cartes de taux d'assurance contre les inondations (FIRM).

Qualité Naturelle

Le grade n'est pas affecté par les techniques de construction telles que le remblai, l'aménagement paysager ou l'aménagement de bermes.

Nouvelle construction

Bâtiments pour lesquels le « début de la construction » a commencé à compter de la date d'entrée en vigueur d'une première carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) ou après le 31 décembre 1974, selon la date la plus tardive, y compris toutes les améliorations ultérieures.

une. À des fins de gestion des plaines inondables: Structures pour lesquelles le début de la construction a commencé à la date d'entrée en vigueur d'un règlement de gestion des plaines inondables adopté par une communauté ou après cette date et comprend toutes les améliorations ultérieures apportées à ces structures.

Nouvellement mappé (une propriété nouvellement mappée dans la SFHA)

). Une propriété qui était autrefois désignée en dehors de la zone spéciale de risque d'inondation (SFHA) sur une carte de taux d'assurance contre les inondations (FIRM) efficace et à la suite d'une révision de la carte, est désignée dans la SFHA. Une propriété nouvellement cartographiée dans la SFHA par une révision de carte à compter du 1er avril 2015 et répondant à certaines exigences relatives à l'historique des pertes est admissible à la procédure d'évaluation Nouvellement cartographiée décrite dans la section Nouvellement cartographié de ce manuel si la couverture est achetée dans l'année suivant la révision de la carte et maintenue en permanence.

Bureau NFIP et agent statistique

Une société, un partenariat, une association ou toute autre entité organisée qui passe un contrat avec la FEMA pour être le point focal des opérations de soutien pour le NFIP.

Agent de service NFIP

Une société, un partenariat, une association ou toute autre entité organisée qui passe un contrat avec la FEMA pour gérer les polices d'assurance en tant qu'entreprise directe.

Facilité directe spéciale (SDF) du NFIP

Formé en 2000, une succursale de l'agent de service NFIP à laquelle Write Your Own (WYO) Companies transfère les renouvellements pour les propriétés identifiées de pertes répétitives graves (SRL) afin qu'une aide à l'atténuation puisse être offerte aux assurés.

Certification No-Rise pour les dérivations

Tout projet dans un canal de dérivation doit être examiné pour déterminer s'il augmentera les hauteurs d'inondation. Une analyse technique doit être effectuée avant qu'un permis puisse être délivré. Le dossier de permis de la communauté doit contenir un enregistrement des résultats de cette analyse, qui peut prendre la forme d'une certification No-rise. Cette certification de non-élévation doit être appuyée par des données techniques et signée par un ingénieur professionnel enregistré.

Résidence non principale

Un immeuble d'habitation qui n'est pas la résidence principale du preneur d'assurance.

Propriété résidentielle non principale

Soit une résidence non principale, soit le contenu d'une résidence non principale, ou les deux.

Bâtiment non résidentiel

Un bâtiment commercial ou à usage mixte dont l'usage principal est commercial ou non résidentiel.

Propriété non résidentielle

Soit un bâtiment non résidentiel, le contenu d'un bâtiment non résidentiel, ou les deux.

Système de référence vertical nord-américain (NAVD) de 1988

Le système de référence vertical établi pour les levés de contrôle vertical aux États-Unis d'Amérique sur la base du General Adjustment of the North American Datum de 1988. Il remplace le National Geodetic Vertical Datum (NGVD) de 1929.

Annulation

Le fait de déclarer un contrat d'assurance invalide dès son origine de sorte que, d'un point de vue juridique, le contrat d'assurance n'a jamais existé.

Obstacles

Toutes les nouvelles constructions et améliorations substantielles dans les zones V doivent avoir l'espace sous le plancher le plus bas soit exempt d'obstructions ou construit avec des murs sécables non porteurs. Des fondations offrant une résistance minimale aux eaux de crue passant sous un bâtiment surélevé sont requises dans les zones V. Le remblai est interdit pour le support structurel des bâtiments dans les zones V.

Exigences du programme national d'assurance contre les inondations

Ouvertures

Dans les zones A, toutes les nouvelles constructions et améliorations substantielles peuvent avoir des zones entièrement fermées sous le plancher le plus bas qui sont utilisables uniquement pour le stationnement des véhicules, l'accès au bâtiment ou le stockage, dans une zone autre qu'un sous-sol, qui sont sujettes aux inondations. Ces zones fermées doivent être conçu pour égaliser automatiquement les forces d'inondation hydrostatiques sur les murs extérieurs en permettant l'entrée et la sortie des eaux de crue. Les conceptions répondant à cette exigence doivent être certifiées ou répondre aux critères suivants :

Ordonnances

Autre bâtiment non résidentiel

Il s'agit d'une sous-catégorie de bâtiments non résidentiels, un bâtiment non résidentiel qui n'est pas considéré comme un bâtiment commercial ou un bâtiment résidentiel.

Autre Immeuble Résidentiel

Un bâtiment résidentiel qui est conçu pour être utilisé comme espace résidentiel pour 5 familles ou plus ou un bâtiment à usage mixte dans lequel la superficie de plancher totale consacrée à des usages non résidentiels est inférieure à 25 % de la superficie de plancher totale à l'intérieur du bâtiment.

Autre propriété résidentielle

Soit un autre bâtiment résidentiel, le contenu d'un autre bâtiment résidentiel, ou les deux.

Aires autrement protégées (OPA)

Zones établies en vertu de lois fédérales, étatiques ou locales ou détenues par une organisation qualifiée, principalement à des fins de refuge faunique, de sanctuaire, de loisirs ou de conservation des ressources naturelles. La seule interdiction fédérale de dépenser dans les OPA est l'assurance fédérale contre les inondations.

Détermination comme indiqué

Un résultat alternatif du processus d'examen de la lettre de modification de la carte de la FEMA (LOMA) indiquant qu'une propriété spécifique est située en dehors de la zone spéciale de risque d'inondation (SFHA) comme indiqué sur la carte des limites des risques d'inondation (FHBM) ou la carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) .

Communauté participante

Une communauté pour laquelle la FEMA a autorisé la vente d'assurance contre les inondations dans le cadre du NFIP.

Participation au NFIP

La participation au Programme national d'assurance contre les inondations (NFIP) est volontaire. Pour adhérer, la communauté doit :

  1. Remplissez une demande
  2. Adopter une résolution d'intention de participer et de coopérer avec la FEMA
  3. Adopter et soumettre une ordonnance de gestion des plaines inondables qui respecte ou dépasse les critères minimaux du NFIP. L'ordonnance de gestion des plaines inondables doit également adopter tout FIRM ou FHBM pour la communauté.

Au sein des communautés participantes, le gouvernement fédéral rend l'assurance contre les inondations disponible dans toute la communauté.

Permis d'aménagement des plaines inondables

Un permis est requis avant le début de la construction ou du développement dans une zone spéciale inondable (SFHA). Si la FEMA n'a pas défini la SFHA au sein d'une communauté, la communauté doit exiger des permis pour toute construction ou autre développement proposé dans la communauté, y compris le placement de maisons préfabriquées, afin qu'elle puisse déterminer si une telle construction ou autre développement est proposé dans des zones sujettes aux inondations. domaines. Des permis sont nécessaires pour garantir que les projets de développement proposés répondent aux exigences du NFIP et de l'ordonnance sur la gestion des plaines inondables de la communauté.

Politique

L'intégralité du contrat écrit entre l'assuré et l'assureur. Il comprend les éléments suivants :
o Le formulaire de police imprimé
o La page Candidature et déclarations
o Tout avenant qui peut être émis et
o Tout certificat de renouvellement indiquant que la couverture a été instituée pour une nouvelle police et une nouvelle durée de la police.
o Un seul logement, spécifiquement décrit par le preneur d'assurance potentiel dans la proposition, peut être assuré en vertu d'une police.

Polluants

Substances qui incluent, sans s'y limiter, tout irritant ou contaminant solide, liquide, gazeux ou thermique, y compris la fumée, la vapeur, la suie, les fumées, les acides, les alcalis, les produits chimiques et les déchets. Les "déchets" incluent, sans s'y limiter, les matériaux à recycler, reconditionner ou récupérer.

Risque d'accumulation

Un risque d'inondation qui se produit dans les zones plates lorsqu'il y a des dépressions dans le sol qui collectent des " étangs " d'eau. Le risque d'accumulation est représenté par la désignation de zone AH sur la carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM).

Population

Le nombre d'individus résidant dans une zone géographique. Le chiffre de la population est basé sur le recensement officiel le plus récent et n'inclut que les personnes qui résident en permanence dans la juridiction desservie. Les chiffres de la population n'incluent pas les poussées démographiques quotidiennes ou saisonnières.

Bâtiment Post-FIRM

Un bâtiment pour lequel la construction ou l'amélioration substantielle a eu lieu après le 31 décembre 1974 ou à la date d'entrée en vigueur ou après la date d'entrée en vigueur d'une première carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM), selon la date la plus tardive.

Les bâtiments de la carte des taux d'assurance post-inondation (FIRM) sont de nouvelles constructions et ceux construits après la date d'entrée en vigueur du premier FIRM pour une communauté. Les tarifs d'assurance pour les bâtiments Post-FIRM dépendent de l'élévation de l'étage le plus bas par rapport à l'élévation de base en cas d'inondation (BFE).

Bâtiment Pré-FIRM

Un bâtiment dont la construction ou l'amélioration substantielle a eu lieu au plus tard le 31 décembre 1974 ou avant la date d'entrée en vigueur d'une première carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM).

Politique de risque privilégiée (PRP)

Une police d'assurance standard contre les inondations (SFIP) à moindre coût rédigée sous le formulaire de logement ou le formulaire de propriété générale. Il offre des combinaisons fixes de limites de couverture de bâtiment/contenu ou de couverture de contenu uniquement. Le PRP est disponible pour les propriétés situées dans les zones B, C et X dans les communautés du Programme régulier qui répondent aux critères d'éligibilité en fonction de l'historique des pertes dues aux inondations de la propriété. Il est également disponible pour les bâtiments éligibles au PRP Eligibility Extension.

Montant prépayé (total)

Le montant total qui doit être soumis avec une demande ou un renouvellement afin d'être acceptable pour la couverture. Il est déterminé en ajoutant les frais de police fédérale à la prime prépayée totale.

Prime prépayée (total)

Le montant de la demande (à l'exclusion de la demande de politique de risque préférentiel [PRP]) qui comprend le sous-total annuel, la prime du coût accru de conformité (ICC), la remise de la prime du système de notation communautaire (CRS) (le cas échéant) et la surtaxe de probation (le cas échéant).

Présentation du paiement (Prime)

La date du paiement par chèque ou carte de crédit par le demandeur ou son représentant si le paiement de la prime ne fait pas partie d'une clôture de prêt ou la date de clôture, si le paiement de la prime fait partie d'une clôture de prêt.

Résidence principale

Un immeuble unifamilial, un logement en copropriété, un appartement ou un logement dans un immeuble coopératif qui sera habité par le preneur ou le conjoint du preneur pour :
• Plus de 50 % des 365 jours civils suivant la date d'entrée en vigueur de la police actuelle ou
• 50 % ou moins des 365 jours civils suivant la date d'entrée en vigueur de la police en cours si le titulaire de la police n'a qu'une seule résidence et ne loue pas cette résidence à une autre partie ou ne l'utilise pas comme propriété de location ou de revenu à tout moment pendant la durée de la police.

Propriété résidentielle principale

Soit une résidence principale, soit le contenu d'une résidence principale, ou les deux.

Résidence principale

Une habitation unifamiliale dans laquelle, au moment du sinistre, l'assuré désigné ou son conjoint a vécu pendant 80 % des 365 jours précédant immédiatement le sinistre ou 80 % de la période de propriété, si moins de 365 jours .

Bâtiment principalement hors sol

Un bâtiment qui a au moins 51 % de sa valeur de rachat réelle (VCA), y compris les machines et l'équipement, au-dessus du sol.

Probation

Supplément de probation (prime)

Une charge forfaitaire que le preneur d'assurance doit payer sur chaque police nouvelle ou renouvelée émise couvrant une propriété dans une communauté que la NFIP a placée en probation en vertu des dispositions de 44 CFR 59.24.

Déficience du programme

Les communautés participant au Programme national d'assurance contre les inondations (NFIP) doivent disposer d'autorisations adéquates et d'autres procédures administratives en place pour assurer le respect de leur ordonnance. Une déficience du programme est un défaut dans les règlements de gestion des plaines inondables ou les procédures administratives d'une communauté qui entrave la mise en œuvre efficace des règlements de gestion des plaines inondables des normes de 44 CFR (Code of Federal Regulations) sections 60.3, 60.4 ou 60.6. Les collectivités devront corriger toute lacune du programme identifiée.

Preuve de perte

Une déclaration du preneur d'assurance du montant d'argent demandé, signée et assermentée par le preneur d'assurance avec la documentation à l'appui du montant demandé.

Ouvertures appropriées - Boîtiers (applicable aux zones A, A1-A30, AE, AO, AH, AR et AR Dual)

Toutes les enceintes situées sous le plancher surélevé le plus bas doivent être conçues pour égaliser automatiquement les forces hydrostatiques des inondations sur les murs extérieurs en permettant l'entrée et la sortie des eaux de crue. Un minimum de 2 ouvertures, avec positionnement sur au moins 2 murs, ayant une superficie nette totale d'au moins 1 pouce carré pour chaque pied carré de zone fermée sujette à l'inondation doit être fournie. Le bas de toutes les ouvertures ne doit pas être à plus de 1 pied au-dessus du plus haut de l'extérieur ou de l'intérieur (adjacent) ou du plancher immédiatement en dessous des ouvertures.

Propriété enlevée aux frais de sécurité

Jusqu'à 1 000 $ de dépenses raisonnables engagées par l'assuré pour retirer temporairement les biens assurés de l'emplacement décrit en raison d'une inondation ou d'un danger imminent d'inondation.

Note provisoire

Une méthode pour placer une couverture contre les inondations avant la réception d'un certificat d'élévation FEMA.

Raisonnablement à l'abri des inondations

La communauté doit examiner toutes les demandes de permis pour déterminer si les sites de construction proposés seront raisonnablement à l'abri des inondations comme l'une des exigences minimales de gestion des plaines inondables du National Flood Insurance Program (NFIP) établies par les réglementations NFIP. Si la communauté détermine qu'un site n'est pas raisonnablement à l'abri des inondations, elle doit exiger que des mesures d'atténuation soient prises pour réduire le potentiel de dommages causés par les inondations aux structures.

Véhicule récréatif

  1. Construit sur un seul châssis
  2. 400 pieds carrés ou moins lorsque mesuré à la plus grande projection horizontale
  3. Conçu pour être autopropulsé ou remorqué en permanence par un camion léger et
  4. Conçu principalement non pour être utilisé comme habitation permanente, mais comme logement temporaire pour les loisirs, le camping, les voyages ou une utilisation saisonnière.

Un véhicule récréatif placé sur un site dans une zone spéciale inondable (SFHA) doit répondre aux exigences d'élévation et d'ancrage des maisons préfabriquées, à moins qu'il :

Programme régulier

Communauté du programme régulier

Une communauté dans laquelle une carte des taux d'assurance contre les inondations (FIRM) est en vigueur et des limites complètes de couverture sont disponibles en vertu de la loi.

Canal de dérivation réglementaire

Réintégration

Après une période de suspension du Programme national d'assurance contre les inondations (NFIP) pour défaut d'adopter ou d'appliquer les règlements de gestion des plaines inondables ou pour abroger ou modifier les règlements de gestion des plaines inondables précédemment conformes, une communauté peut être réintégrée dans le programme. Certaines conditions peuvent être imposées à sa participation avant et après sa réintégration. L'assurance contre les inondations est disponible dans les communautés qui ont été rétablies.

Structure de pertes répétitives

Une structure assurée par le NFIP qui a subi au moins 2 pertes dues aux inondations de plus de 1 000 $ chacune au cours d'une période de 10 ans depuis 1978.

Valeur du coût de remplacement (RCV)

Le coût de remplacement d'un bien par le même type de matériau et de construction sans déduction pour amortissement.

Évaluation du fonds de réserve

Un montant dédié au fonds de réserve NFIP tel qu'autorisé par la loi de 2012 sur la réforme de l'assurance contre les inondations de Biggert-Waters (BW12).

Bâtiment résidentiel

Un bâtiment non commercial conçu pour l'habitation par une ou plusieurs familles ou un bâtiment à usage mixte qui se qualifie comme un bâtiment unifamilial, 2 à 4 familles ou un autre bâtiment résidentiel.

Immeuble résidentiel en copropriété

Un immeuble, détenu et administré comme une copropriété, contenant 1 ou plusieurs unités familiales et dans lequel au moins 75 pour cent de la superficie de plancher est résidentiel.

Politique de l'Association de construction de condominiums résidentiels (RCBAP)

Voir "Politique d'assurance contre les inondations standard (SFIP)-Politique de l'association des immeubles résidentiels en copropriété (RCBAP)."

Propriété résidentielle

Soit un immeuble résidentiel, soit le contenu d'un immeuble résidentiel, ou les deux.

Révision des cartes NFIP

La FEMA a établi des procédures administratives pour modifier les cartes de taux d'assurance contre les inondations (FIRM) et les rapports d'étude d'assurance contre les inondations (FIS) efficaces sur la base de données scientifiques ou techniques nouvelles ou révisées. Une modification physique des panneaux FIRM affectés et des parties de la FIS est appelée « révision physique de la carte ». intégrer les nouvelles données. Des modifications peuvent également être apportées par une lettre de modification de carte (LOMC).

Dunes de sable

Accumulations naturelles de sable dans les crêtes ou les monticules vers la terre de la plage. L'altération humaine des dunes de sable dans les zones V est interdite à moins qu'il puisse être démontré qu'une telle altération n'augmentera pas les dommages potentiels dus aux inondations.

Les dunes de sable sont des premières lignes de défense importantes contre les tempêtes côtières et peuvent faire beaucoup pour réduire les pertes dues au développement des côtes intérieures. On peut supposer que tout enlèvement ou autre modification d'une dune de sable rendra la dune plus sensible à l'érosion et augmentera les dommages potentiels aux structures situées derrière cette dune.

Politique de construction planifiée

Une police qui exige qu'un montant d'assurance spécifique soit désigné pour chaque bâtiment et son contenu.

Article 1316

Revers

Les revers peuvent être utilisés pour maintenir le développement hors de danger. Les normes de retrait établissent les distances minimales auxquelles les structures doivent être positionnées (ou en retrait) des canaux fluviaux et des rivages côtiers. Les retraits peuvent être définis par des hauteurs verticales ou des distances horizontales. Les reculs ne sont pas requis par le National Flood Insurance Program (NFIP). Le système d'évaluation communautaire (CRS) attribue les échecs aux normes réglementaires supérieures et aux règlements sur les risques spéciaux.

Bâtiment à pertes répétitives graves

Tout bâtiment qui :
1. Est couvert par une police d'assurance contre les inondations standard mise à disposition sous ce titre
2. A subi des dommages dus aux inondations pour lesquels :
une. 4 paiements de sinistres distincts ou plus ont été effectués en vertu d'une police d'assurance contre les inondations standard émise conformément au présent titre, le montant de chaque sinistre dépassant 5 000 $ et le montant cumulé de ces paiements de sinistres dépassant 20 000 $ ou

Dommages graves et répétitifs

Soit un bâtiment à pertes répétitives sévères, soit le contenu d'un bâtiment à pertes répétitives sévères, ou les deux.


19 réponses 19

Parcourez tous les répertoires nommés sur la ligne de commande, calculez les sommes de contrôle MD5 et recherchez des fichiers avec un MD5 identique. S'ils sont égaux, faites une vraie comparaison s'ils sont vraiment égaux, remplacez le deuxième des deux fichiers par un lien physique vers le premier.

rdfind fait exactement ce que vous demandez (et dans l'ordre johny pourquoi listes). Permet de supprimer les doublons, de les remplacer par des liens logiciels ou physiques. Combiné avec des liens symboliques, vous pouvez également rendre le lien symbolique absolu ou relatif. Vous pouvez même choisir un algorithme de somme de contrôle (md5 ou sha1).

Puisqu'il est compilé, il est plus rapide que la plupart des solutions scriptées : le temps sur un dossier de 15 Gio avec 2600 fichiers sur mon Mac Mini à partir de 2009 renvoie ceci

Disponible dans la plupart des gestionnaires de packages (par exemple, MacPorts pour Mac OS X).

fdupes -r /chemin/vers/dossier vous donne une liste des doublons dans le répertoire (-r le rend récursif). La sortie ressemble à ceci :

nom de fichier3
nom de fichier4
nom de fichier5

avec filename1 et filename2 étant identiques et filename3, filename4 et filename5 étant également identiques.

2014) et extrêmement rapide. Pour 1,2M de fichiers (320 Go), cela n'a pris que 200 secondes (reliant environ 10% des fichiers). &ndash Marcel Waldvogel 5 février 17 à 19:13

Puisque votre objectif principal est d'économiser de l'espace disque, il existe une autre solution : la déduplication (et probablement la compression) au niveau du système de fichiers. Par rapport à la solution de lien dur, elle n'a pas le problème d'affecter par inadvertance d'autres fichiers liés.

ZFS a une déduplication (au niveau du bloc, pas au niveau du fichier) depuis la version 23 du pool et la compression depuis longtemps. Si vous utilisez Linux, vous pouvez essayer zfs-fuse, ou si vous utilisez BSD, il est nativement pris en charge.

Sur Linux moderne, ces jours-ci, il existe https://github.com/g2p/bedup qui déduplique sur un système de fichiers btrfs, mais 1) sans autant de frais d'analyse, 2) les fichiers peuvent à nouveau diverger facilement par la suite.

Description : Liens physiques sur plusieurs copies du même fichier Hardlink est un outil qui détecte plusieurs copies du même fichier et les remplace par des liens physiques.

J'ai également utilisé jdupes récemment avec succès.

Pour trouver des fichiers en double, vous pouvez utiliser duff.

Duff est un utilitaire de ligne de commande Unix permettant de trouver rapidement des doublons dans un ensemble donné de fichiers.

Pour créer automatiquement des liens physiques vers ces fichiers, vous devrez analyser la sortie de duff avec frapper ou un autre langage de script.

jdupes a été mentionné dans un commentaire mais mérite sa propre réponse, car il est probablement disponible dans la plupart des distributions et s'exécute assez rapidement (il vient de libérer 2,7 Go d'une partition complète à 98 % de 158 Go (lecteur SSD) en une minute environ) :

J'ai utilisé de nombreux outils de liaison matérielle pour Linux mentionnés ici. Moi aussi, je suis coincé avec ext4 fs, sur Ubuntu, et j'utilise son cp -l et -s pour la liaison matérielle/soft. Mais récemment remarqué le copie légère dans le cp page de manuel, ce qui impliquerait de ménager l'espace disque redondant jusqu'à un côté est modifié :

Comme je ne suis pas fan de Perl, voici une version bash :

Cela trouve tous les fichiers avec la même somme de contrôle (qu'ils soient gros, petits ou déjà des liens physiques) et les lie ensemble.

Cela peut être grandement optimisé pour les exécutions répétées avec des indicateurs de recherche supplémentaires (par exemple, la taille) et un cache de fichiers (vous n'avez donc pas à refaire les sommes de contrôle à chaque fois). Si quelqu'un est intéressé par la version plus intelligente et plus longue, je peux la poster.

REMARQUE: Comme cela a été mentionné précédemment, les liens physiques fonctionnent tant que les fichiers n'ont jamais besoin d'être modifiés ou déplacés d'un système de fichiers à l'autre.

Il me semble que vérifier d'abord le nom du fichier pourrait accélérer les choses. Si deux fichiers n'ont pas le même nom de fichier, dans de nombreux cas, je ne les considérerais pas comme des doublons. Il semble que la méthode la plus rapide serait de comparer, dans l'ordre :

Est-ce que des méthodes font ça ? Regardez duff , fdupes , rmlint , fslint , etc.

La comparaison des noms de fichiers peut-elle être ajoutée dans un premier temps, la taille dans un deuxième temps ?

J'ai fait un script Perl qui fait quelque chose de similaire à ce dont vous parlez :

Fondamentalement, il parcourt simplement un répertoire, calcule la somme SHA1 des fichiers qu'il contient, le hache et relie les correspondances entre elles. Il s'est avéré utile à de très nombreuses occasions.

Si vous souhaitez remplacer les doublons par des liens physiques sur mac ou tout autre système basé sur UNIX, vous pouvez essayer SmartDupe http://sourceforge.net/projects/smartdupe/ je le développe

Les applications FSLint (http://www.pixelbeat.org/fslint/) peuvent trouver tous les fichiers égaux dans n'importe quel dossier (par contenu) et créer des liens physiques. Essaie!

Si vous voulez créer des liens physiques, faites attention aux droits sur ce fichier. L'avis, le propriétaire, le groupe, le mode, les attributs étendus, l'heure et la liste de contrôle d'accès (si vous l'utilisez) sont stockés dans INODE. Seuls les noms de fichiers sont différents car ils sont stockés dans la structure de répertoires et d'autres points vers les propriétés INODE. Pour cette raison, tous les noms de fichiers liés au même inode, ont les mêmes droits d'accès. Vous devez empêcher la modification de ce fichier, car tout utilisateur peut endommager le fichier à un autre. C'est simple. C'est assez, n'importe quel utilisateur met un autre fichier au même nom. Le numéro d'inode est ensuite enregistré et le contenu du fichier d'origine est détruit (remplacé) pour tous les noms liés en dur.

Le meilleur moyen est la déduplication sur la couche du système de fichiers. Vous pouvez utiliser BTRFS (très populaire la dernière fois), OCFS ou comme ça. Regardez la page : https://en.wikipedia.org/wiki/Comparison_of_file_systems , spécialement la table Features and column data déduplication. Vous pouvez cliquer dessus et trier :)

Regardez spécialement le système de fichiers ZFS. C'est disponible en tant que FUSE, mais de cette façon c'est très lent. Si vous souhaitez un support natif, consultez la page http://zfsonlinux.org/ . Ensuite, vous devez patcher le noyau, puis installer les outils zfs pour la gestion. Je ne comprends pas pourquoi Linux ne prend pas en charge les pilotes, c'est le cas pour de nombreux autres systèmes d'exploitation / noyaux.

Les systèmes de fichiers prennent en charge la déduplication de 2 manières, les fichiers de déduplication ou les blocs. ZFS prend en charge le bloc. Cela signifie que le même contenu qui se répète dans le même fichier peut être dédupliqué. L'autre moyen est le moment où les données sont dédupliquées, cela peut être en ligne (zfs) ou hors ligne (btrfs).

Attention, la déduplication consomme de la RAM. C'est pourquoi l'écriture de fichiers sur un volume ZFS monté avec FUSE ralentit considérablement les performances. Ceci est décrit dans la documentation. Mais vous pouvez activer/désactiver la déduplication en ligne sur le volume. Si vous voyez que des données doivent être dédupliquées, il vous suffit d'activer la déduplication, de réécrire un fichier dans n'importe quel fichier temporaire et enfin de le remplacer. après cela, vous pouvez désactiver la déduplication et restaurer les performances complètes. Bien sûr, vous pouvez ajouter au stockage n'importe quel disque de cache. Il peut s'agir de disques à rotation très rapide ou de disques SSD. Bien sûr, cela peut être de très petits disques. Dans le vrai travail, c'est le remplacement de la RAM :)

Sous Linux, vous devez faire attention à ZFS car tout ne fonctionne pas comme il se doit, en particulier lorsque vous gérez le système de fichiers, créez un instantané, etc. mais si vous effectuez la configuration et ne la modifiez pas, tout fonctionne correctement. Sinon, vous devriez changer Linux en opensolaris, il prend en charge nativement ZFS :) Ce qui est très bien avec ZFS, c'est que cela fonctionne à la fois comme système de fichiers et comme gestionnaire de volume similaire à LVM. Vous n'en avez pas besoin lorsque vous utilisez ZFS. Voir la documentation si vous voulez en savoir plus.

Notez la différence entre ZFS et BTRFS. ZFS est plus ancien et plus mature, malheureusement uniquement sous Solaris et OpenSolaris (malheureusement étranglé par Oracle). BTRFS est plus jeune, mais la dernière fois, très bien pris en charge. Je recommande le noyau frais. ZFS a une déduplication en ligne, ce qui ralentit les écritures, car tout est calculé en ligne. BTRFS prend en charge la déduplication hors ligne. Ensuite, cela économise les performances, mais lorsque l'hôte n'a rien à faire, vous exécutez périodiquement l'outil pour faire la déduplication. Et BTRFS est créé nativement sous Linux. C'est peut-être mieux FS pour vous :)