Suite

Représentation personnalisée de bas niveau des rues et des règles de circulation

Représentation personnalisée de bas niveau des rues et des règles de circulation


Je suis nouveau dans le SIG et j'essaie toujours de comprendre ce qui peut être représenté dans les différents fichiers SIG. Très généralement, je sais (/pense) que vous pouvez représenter des points, que des lignes, des polylignes et des polygones peuvent être construits à partir de ces points et que n'importe lequel de ces éléments peut être associé à des attributs qui ont une valeur énumérée, une chaîne ou une valeur numérique. (Ai-je bien compris ?)

Pour mon application actuelle, je souhaite créer une représentation personnalisée de bas niveau d'un réseau de circulation qui sera utilisée conjointement avec un outil d'anomalie de conduite. (C'est un contrat gouvernemental pour créer un cadre dans lequel la conduite anormale est identifiée à partir de la vidéo.) Dans ma pseudo-implémentation suivante, aidez-moi à repérer mes malentendus et offrez des conseils sur la façon d'accomplir ce que je veux.

  • voies Ceux-ci seront représentés comme des polylignes avec untaperattribut défini survoie. Les voies comprennent à la fois les voies marquées/permanentes ainsi que les voies non marquées/transitoires comme celles que vous trouveriez dans une intersection. Les voies auront d'autres annotations telles que le nom, la limite de vitesse. Les voies auront une directionnalité basée sur l'ordre des points dans leur polyligne.
  • carrefours Ceux-ci seront représentés comme un ensemble devoies. (Puis-je grouper des choses comme ça ?). Les intersections seront également associées à des identifiants uniques.

De plus, devrais-je considérer la différence entre GML, Shapefile, etc. Ou puis-je supposer qu'ils me donneront tous à peu près la même capacité de représenter les choses.


Aucun SIG standard à ma connaissance n'inclut une telle modélisation des transports dans le produit de base. Ainsi, si vous envisagez d'utiliser ArcGIS, QGIS, uDig, etc., vous devrez créer votre propre implémentation. Il existe un groupe de l'industrie du transport ESRI, et bien que leurs ressources Web mettent l'accent sur ArcGIS, de nombreuses approches et idées sont susceptibles d'être également utiles sur d'autres plates-formes.

Le livre GIS for Transportation de Miller et Shaw (2001) propose un certain nombre de stratégies pour organiser et mettre en œuvre une base de données qui offre des voies, des intersections et des comportements associés. Le livre est largement indépendant de la plate-forme. Un résumé détaillé avec des discussions sur les points principaux du livre a été mis en ligne sur : http://www.giscafe.com/Vision/Book/miller_shaw.pdf (les pages 2 à 6 mettent l'accent sur les points principaux avec des notes sur les intersections ; les pages 16- 17 ont des notes sur les modèles de données de réseau basés sur les voies).


Le simple vs le complexe

Cela pourrait être exagéré pour votre représentation de bas niveau

mais met en évidence les pièges potentiels avec les réseaux routiers et les règles (sens unique, etc.).

Tous les réseaux nécessitent Topologie des simples nœuds liés aux algorithmes mathématiques complexes

rester simple : voir

4.1 Réseaux de nœuds de liaison simples (point et ligne)

4.3.1 Traduire la topologie lien-tour-nœud en un graphe (intersections)

http://proceedings.esri.com/library/userconf/proc97/proc97/to600/pap573/p573.htm *basé sur arcinfo (poste de travail) ancien mais donne de bons détails et explique des problèmes complexes

Les fichiers de formes peuvent créer des réseaux simples, bien que les couvertures d'arc et les géodatabases puissent être plus structurées et avoir un bien meilleur contrôle de la topologie.

Geography Markup Language est un bon format d'échange ouvert pour la géométrie géographique. Il vous suffit de trouver un programme SIG pour interpréter la géométrie et construire des réseaux routiers à partir de celle-ci.


En supposant que vous n'envisagez pas de dépenser pour quelque chose comme Oracle, jetez un œil à ce didacticiel PostGIS sur la topologie de réseau, qui traite de la création d'une topologie de réseau. Vous pouvez également jeter un œil à PGrouting for PostGIS, qui vise à introduire la fonctionnalité de routage dans PosGIS.

Alternativement, vous pouvez essayer GRASS GIS pour la mise en réseau qui fonctionne assez bien.

En ce qui concerne les représentations de votre réseau, les voies avec directionnalité ne sont pas un problème, mais j'aurais tendance à représenter les intersections comme un nœud reliant les lignes d'intersection, et un coût associé pour faire des virages (gauche, droite, demi-tours, tout droit à travers ).

J'espère que cela t'aides!


Représentation personnalisée de bas niveau des rues et des règles de circulation - Systèmes d'information géographique

Unité 5 - La République romaine

L'Empire romain (ci-dessous) de la mort de Jules César (44 avant JC) à la mort de Marc-Aurèle (180 après JC)

Une grande partie de ce que nous savons sur l'Italie ancienne provient de l'Histora Naturalis de Pline l'Ancien qui a été publiée vers 77-79 après JC. text?doc=Persée%3Atext%3A1999.02.0137%3Abook%3D3%3Achapter%3D6.

De nombreux groupes de personnes possèdent des descriptions mythologiques de leurs origines, souvent contenues sous la forme de totems - des héros anciens, des animaux ou même des plantes et des arbres, à partir desquels ce groupe de personnes a d'abord émergé sur terre. Selon de telles mythologies, les Allemands ont émergé soudainement d'une fissure à la surface de la terre. De nombreuses tribus primitives croient qu'un animal totem était leur ancien ancêtre, d'où les mâts totémiques parmi les tribus d'Alaska. L'histoire des origines de Rome n'est pas différente. Il présente les jumeaux, Romulus et Remus, qui sont probablement des personnes mythiques.

Selon la légende, le roi d'une petite communauté en Italie a ordonné que ses fils jumeaux soient jetés dans le Tibre. Comme pour l'histoire de Cronos et de son fils Zeus, le roi craignait qu'à l'âge adulte, les jumeaux ne prennent sa place. Ils ont atterri dans une partie peu profonde de la rivière et ont été allaités par une louve. Ils ont été découverts par un berger qui les a ramenés à la maison et les a élevés comme des fils. Lorsqu'ils atteignirent leur maturité, Romulus assassina Remus (un souvenir de Caïn et d'Abel ?) et forma la communauté de Rome.

Romulus (d'où le nom de "Rome") a forgé de nombreuses alliances avec les peuples voisins afin de fortifier et de protéger "pour l'éternité" la ville qui a finalement gagné le nom de "La ville éternelle". La période de temps pour cette histoire n'est pas ancienne. La plupart des sources le situent vers 750-700 av.

5.3. Les Étrusques et le royaume romain (753-509 av. J.-C.)

Les Étrusques sont originaires de Lydie, dans ce qui est aujourd'hui l'ouest de la Turquie. Ils ont migré dans le nord de l'Italie et au 6ème siècle se sont déplacés vers le sud de la Toscane du nord de l'Italie au Tibre. Lorsqu'ils sont arrivés au Tibre et dans les premières colonies autour de la Rome actuelle, ils ont nettoyé les huttes de boue des habitants d'origine, creusé des canaux pour l'irrigation et le drainage des marécages et organisé l'élevage du bétail dans une industrie durable.

Ils ont établi une monarchie absolue avec un Sénat, une constitution et une assemblée populaire. Le Sénat fonctionnait comme un conseil consultatif auprès du roi, et l'assemblée était saisie de questions pour la participation populaire, que le roi pouvait accepter ou ignorer. Selon la mythologie, Romulus a été le premier roi.

Les Latins entrèrent en Italie vers 1000 av. et en 500 av. dominait les Etrusques.

5.4. La République romaine (509-27 av. J.-C.)

La monarchie ou royaume de Rome a duré jusqu'en 509 av. lorsque son absolutisme fut remplacé par un soulèvement de la noblesse, formant la République romaine. Le roi étrusque a été tué et une République a été établie. La République dura de 509 av. jusqu'à la formation de l'Empire romain en 27 av. Le roi a été remplacé par deux consuls qui ont été élus par la population chaque année (l'idée était que vous ne pouvez pas faire confiance à un souverain ou il essaiera de régner absolument, et ne peut pas lui permettre de servir pendant de longues périodes ou il le fera régner pour toujours !), et le Sénat a reçu des pouvoirs élargis (plutôt que d'être simplement un groupe consultatif comme ils l'étaient sous l'ancienne monarchie). Finalement, le Sénat a reçu l'autorité suprême de la République. Tous les fonctionnaires purgeaient des peines d'un an, sauf en cas d'urgence, afin qu'aucune personne ne puisse prendre le pouvoir sur ses concitoyens. Au fil du temps, une constitution a été adoptée qui comportait une forme précoce de séparation des pouvoirs et un système de freins et contrepoids.

Vers 500 av. Plus tard, Rome et Carthage devaient s'engager dans trois guerres sanglantes, appelées guerres puniques (264-146 av. Et environ 500 av. le premier temple en l'honneur de Jupiter a été construit sur le Capitole (le point culminant de Rome). Jupiter était le nom romain du dieu grec Zeus.

C'était la Rome primitive et non Athènes qui devait jeter le plus de bases pour les démocraties ultérieures.

5.5. Structure politique de la République

Pour s'assurer qu'une dictature ou un pouvoir absolu ne pourrait pas émerger, la République a développé une série d'assemblées, assurant que chaque classe au sein de la société aurait une représentation. Les citoyens étaient divisés en siècles (100 citoyens) et 35 tribus, 4 grandes tribus dans la ville de Rome (habitants des villes) et 31 tribus rurales (agriculteurs, propriétaires terriens).

Le Sénat, cependant, a enduré plusieurs sacs de Rome par les barbares, et a même fonctionné sous plusieurs empereurs germaniques. Le Sénat a finalement cessé d'exister en 603 après JC.

Assemblées législatives : deux formes-- comités (composés de tous les citoyens) et conseils (composés de citoyens choisis pour des capacités spéciales)

Assemblée des siècles : les décisions importantes nécessitaient l'approbation de la majorité des siècles, les siècles seuls pouvaient déclarer la guerre, ratifier les traités, approuver le recensement officiel, servir de grand jury pour les plus hautes affaires juridiques et élire des magistrats. Les siècles étaient généralement présidés par l'un des consuls.

Assemblée des 35 tribus : elle était présidée par l'un des consuls, était composée de représentants de chacune des 35 tribus, n'agissait pas sur les lois (cela était réservé aux siècles) mais élisait des consuls militaires, élus surveillants des bâtiments publics et des travaux publics, et étaient chargées de maintenir l'ordre public et la paix, et de réglementer les jours fériés et les festivals, les tribus n'étaient pas des divisions ethniques mais étaient basées sur des divisions géographiques.

Conseil plébien : chacune des 35 tribus a choisi un représentant au Conseil, qui a adopté la plupart des lois et a servi de cour d'appel.

Magistrats : ont servi comme juges, surveillants des affaires juridiques, exécutants d'une première forme d'habeas corpus (le droit d'un accusé d'être entendu et de ne pas être détenu sans preuves suffisantes) ont été sélectionnés par l'Assemblée des siècles.

Consuls : étaient élus par la population chaque année parmi les magistrats, présidaient le Sénat et les Assemblées, avaient des pouvoirs civils et militaires suprêmes, étaient à la tête du gouvernement romain et, lorsqu'ils étaient à l'extérieur de Rome, commandaient une armée.

5.6. Disposition sociale dans la République

La société romaine de la République a développé un format hiérarchique, divisant le peuple en deux classes : les patriciens (aristocratie foncière) et les plébéiens (tous les autres - jusqu'à ce que l'esclavage se développe). De plus en plus, les patriciens ont obtenu une autorité et un pouvoir accrus dans le gouvernement.

Alors que la République prenait une qualité plus militaro-expansionniste, le succès de la guerre devint lié à l'avancement de la politique. Cela a donné naissance à de puissants dirigeants militaires/politiques. Sous leur direction, la République au cours de ses deux premiers siècles (500-300 avant JC) a pris le contrôle de l'Espagne, de l'Afrique du Nord, de la Grèce, de toute l'Italie et du sud de la France. Au Ier siècle av. la majeure partie de la France était sous contrôle romain ainsi que certaines parties de l'Allemagne jusqu'au Danube.

L'expansion et l'esclavage ont un impact sur la société romaine

Carthage en Afrique du Nord était une rivale pour le pouvoir en Méditerranée. Les vastes récoltes de maïs et de blé en ont fait la zone de production alimentaire dominante. Il a également développé une armée de haute qualité. En 264 av. Les deux États rivaux sont entrés en guerre. Le général Hannibal de Carthage, lors de la seconde des trois guerres puniques envahit l'Italie, traversant les Alpes avec ses troupes, dont une unité de 37 éléphants. Hannibal est resté en Italie pendant 13 ans mais n'a jamais pu conquérir Rome.

Rome était à l'origine une armée de terre, mais a copié les navires des Carthaginois, qui étaient à l'époque maîtres de l'océan méditerranéen. En deux mois, ils ont étonnamment construit plus de 300 navires de guerre et formé 10 000 marins pour combattre Carthage.

En représailles, Rome a envoyé des navires de guerre et des marines à Carthage. Hannibal a été tué. Rome avec sa marine a envahi Carthage, l'a réduite en cendres et a versé du sel sur le sol afin qu'une ville ne puisse plus jamais y être construite.

Rome a également combattu un autre concurrent, cette fois la Macédoine dans le nord de la Grèce. Les armées romaines ont vaincu les Macédoniens en 168 av. Au sud, en Attique et dans le Péloponnèse, la Ligue attique se révolta contre les envahisseurs romains, mais fut rapidement vaincue. La principale ville de la ligue attique rebelle, Corinthe, a été incendiée par les Romains.

Les Grecs avaient également établi un autre empire, l'Empire séleucide, en Syrie. Une série de rois sans cœur et corrompus a conduit à un chaos social et politique si grave qu'en 64 avant JC Rome a dû intervenir et conquérir la région afin d'apaiser la confusion. Ce n'est qu'une des nombreuses fois où Dieu a utilisé des armées païennes comme outil pour rendre justice aux rois et aux royaumes malfaisants.

Jérusalem était sous contrôle séleucide depuis de nombreuses années. Lorsqu'ils entendirent une fausse rumeur en 167 avant JC selon laquelle Antiochus Épiphane IV, roi des Séleucides, avait été tué au combat en Égypte, une rébellion éclata dans la ville. Apprenant la nouvelle, Antiochus se rendit rapidement d'Égypte à Jérusalem. Le résultat a été décrit par les auteurs du deuxième livre des Maccabées :

« Lorsque ces événements ont été rapportés au roi, il a pensé que la Judée était en révolte. Rageant comme un animal sauvage, il partit d'Egypte et prit Jérusalem d'assaut. Il ordonna à ses soldats d'abattre sans pitié ceux qu'ils rencontraient et de tuer ceux qui se réfugiaient dans leurs maisons. Il y a eu un massacre de jeunes et de vieux, un meurtre de femmes et d'enfants, un massacre de vierges et d'enfants. En l'espace de trois jours, quatre-vingt mille ont été perdus, quarante mille ont subi une mort violente, et le même nombre a été vendu en esclavage. (II Maccabées 5:11-14)

De plus, Antiochus ordonna de cesser tout culte juif, tua ceux qui désobéissaient et profana le temple en offrant des cochons sur le saint autel. Les Juifs ont qualifié cet événement de « l'Abomination de la Désolation ».

L'expansion signifiait la conquête. La conquête a conduit à la pratique de l'esclavage. Les peuples conquis étaient importés à Rome pour servir les citoyens. Pendant de nombreuses années, les plébéiens, par fidélité à la République, ont ignoré la nécessité de réformes sociales, mais avec l'afflux d'esclaves, les choses étaient sur le point de changer. De nouvelles conquêtes ont entraîné un afflux d'hommes libres et d'esclaves dans la ville. En conséquence, deux problèmes majeurs se sont posés. Premièrement, il a rempli les tribus et le Conseil de nouveaux arrivants qui ne se sont pas contentés de laisser le statu quo se poursuivre. (« Les étrangers s'emparent de la ville. ») Deuxièmement, l'afflux de nouveaux arrivants et d'esclaves a créé un chômage massif. (« Renvoyez-les d'où ils viennent ! Ils sont prêts à travailler pour rien et volent tous les emplois !! »)

5.7. La République prend fin (44 av. J.-C.) - Le premier triumvirat, la guerre civile et Julias Caesar

Les troubles à Rome dus au chômage massif et à l'afflux de nouvelles personnes ont conduit à la montée de rivalités radicales. Une série d'assassinats, de prises de pouvoir et de nominations d'individus par le Sénat en dehors des règles normales de la constitution, a provoqué une crise. Le Sénat en 60-59 av. Les trois se sont arbitrairement choisis pour prendre le pouvoir dans ce qui était essentiellement un coup d'État militaire. Les trois étaient Jules César de son affectation en Angleterre, Pompée de son poste en Espagne et Crassus dans son poste de Syrie. Crassus s'était déjà fait connaître pour avoir vaincu la révolte des esclaves en Italie menée par l'esclave Spartacus.

L'idée que trois généraux aussi ambitieux puissent partager le pouvoir n'a pas fonctionné. Bientôt un conflit éclata avec chacun des trois recherchant l'autorité unique.

En 60 av. des troupes gauloises fidèles à Jules César, l'accompagnèrent à la rencontre des troupes fidèles à Pompée à Rome. Ils avaient déjà traversé l'Italie du Nord depuis la Gaule en 49 av. et a osé traverser la rivière Rubicon en violation de la coutume romaine. Afin d'empêcher les révolutions armées à Rome, il était interdit aux généraux de retour à Rome de permettre à leurs troupes de franchir en masse le Rubicon. Le Rubicon était la ligne frontière.

Pompée s'enfuit de Rome pour la Grèce, craignant l'arrivée de Jules. Julius a poursuivi Pompée en Grèce. Les deux armées se sont rencontrées à Pharsale près de Philippes en 48 av.

Au cours de la bataille, Pompée s'enfuit de Pharsale en Égypte avec Julius à sa poursuite. Lorsque Pompée a débarqué à Alexandrie, il a été tué par des Égyptiens qui pensaient être fidèles à Julius et trouveraient grâce auprès de lui. Cependant, Julius avait une règle personnelle : aucun chef vaincu par Julius ne serait mis à mort. Il serait plutôt encouragé à s'allier à Julius. En arrivant en Égypte et en apprenant la mort de Pompée, Julius a mis à mort les assassins de Pompée.

Julius avait désormais acquis le pouvoir exclusif. Crassus, le troisième membre du triumvirat, a été tué au combat en 53 av. à Harran dans l'actuelle Turquie alors qu'il se dirigeait vers le nord depuis la Syrie. Par conséquent, Julius, le dernier homme debout des trois, retourna à Rome et fut déclaré « dictateur perpétuel » par le Sénat en 44 av. Aux termes de la constitution, il s'agissait d'un mandat de six mois. Cependant, en 43 av. ils nommèrent Jules César « dictateur à vie ».

La nomination de Jules César comme dictateur à vie à toutes fins utiles marqua la fin de la République. Cette action du Sénat et l'arrogance perçue de Julius ont grandement alarmé un groupe au Sénat dirigé par Julius Brutus. Brutus était un ami proche de Julius et s'était battu avec lui à Pharsale contre Pompée, mais il était alarmé par la prise de pouvoir de Julius. Pour protéger la République contre une dictature, Brutus et d'autres membres du Sénat ont élaboré un plan sanglant.

Le 15 mars 44 av. ("les ides de mars") dans un complot secret, Julius Brutus et un groupe de 60 sénateurs ont attiré Julius au Sénat et l'ont assassiné sur le parquet du Sénat. Prenant les choses en main, ils pensaient que c'était le seul moyen de préserver la République.

5.8. Le deuxième triumvirat et l'établissement de l'Empire Empire romain (27 av. J.-C.)

De plus, le Sénat à ce stade semblait être intimidé par les militaires. Ce n'est pas simplement à cause de ses attributs personnels ou du fait qu'il était le neveu de Julius qui a amené le Sénat à inclure Octavian. Le fait était qu'Octave avait marché sur Rome et exigé que le Sénat le nomme comme l'un des consuls !

(Image de gauche, Auguste de Prima Porta , 1er siècle, trouvée sur http://en.wikipedia.org/wiki/Augustus )

Arrivé à Rome Octave, aidé de Marc Antoine , puis poursuivi Julius Brutus l'assassin de son oncle en Grèce, où deux batailles à Philippes dans le nord de la Grèce, Octave a vaincu et tué Brutus. A ses côtés se trouvait le jeune Marc Antoine.

Les trois membres du deuxième triumvirat ont convenu de diviser la République entre eux - Octavian a pris l'Ouest, Antoine a pris l'Est, y compris l'Egypte, et Lépide a pris l'Espagne et l'Afrique du Nord. Peut-être que la séparation géographique permettrait au deuxième triumvirat de réussir là où le premier avait échoué.

Marc Antoine, résidant désormais en Egypte, se lia bientôt d'une amitié amoureuse avec Cléopâtre avec qui il eut plusieurs enfants. Pour ne rien arranger, Antoine était marié à la sœur d'Octave et Octavian, à son tour, était marié à la sœur de Marc Antoine ! Ainsi, le deuxième triumvirat s'est avéré aussi instable que le premier.

Octavian et Anthony se méprisaient et Lepidus, le troisième membre du triumvirat, était un personnage trop faible pour tenir tête à l'un ou l'autre. Octavian a pris deux mesures pour accomplir la règle unique. Premièrement, il a arbitrairement et unilatéralement écarté Lepidus du triumvirat. Deuxièmement, il a secrètement volé le testament privé d'Anthony et en a fait connaître les termes au Sénat. Le testament d'Antoine prévoyait d'importantes concessions de terres en Italie pour les enfants qu'il avait engendrés avec Cléopâtre. Il a également demandé que son corps soit renvoyé à Alexandrie à sa mort. Lorsque le Sénat a été informé des termes du testament, ils étaient furieux. Ils étaient tellement en colère qu'ils ont déclaré la guerre à Cléopâtre - sachant que cela entraînerait également Antoine dans le conflit, mais en évitant, techniquement au moins, une guerre civile romaine.

À son retour triomphal à Rome en 29 av. J.-C., Octavian fut proclamé dictateur par le Sénat. Vers 27 av. il est devenu le premier empereur d'un nouvel empire romain. La République était morte. L'Empire était né.

5.9. La lignée julienne des empereurs (27 av. J.-C.-68 ap. J.-C.)

Après la mort de Julius, six empereurs de sa lignée familiale régnèrent successivement de 27 avant J.-C. à 68 après J.-C.

1. Octave fut le premier à recevoir le titre d'empereur en 27 av. Il prit plus tard le titre d'Auguste César. Il était un leader bien qualifié et était l'empereur qui a ordonné le recensement qui a amené Joseph et Marie à se rendre à Bethléem.

2. Tibère était empereur au moment de la crucifixion de Jésus.

3. Caligula était connu comme l'empereur fou. Son acte le plus insensé fut de nommer son cheval membre du Sénat !

4. Claudius était un sénateur plus âgé et respecté lorsqu'il succéda à Caligula, son neveu, en 47 après JC et fut le premier empereur à naître en dehors de Rome. Après sa mort en 54 après JC, son petit-neveu et fils adoptif, Néron est devenu empereur.

5.10. Année des quatre empereurs (69 après J.-C.) et la lignée flavienne des empereurs

À la mort de Néron en 68 après J.-C., l'« Année des quatre empereurs » en 69 après J. Vespasien, pour devenir le quatrième des empereurs en 69 après JC, a été rappelé de Palestine où il avait été envoyé en 67 après JC par Néron pour réprimer la révolte juive. Il est rappelé à Rome pour apaiser les troubles. Il fut bientôt proclamé empereur en décembre 69 après JC, mettant fin à cette année meurtrière.

Vespasien régna jusqu'à sa mort en 79 après JC et rétablit la paix et un gouvernement stable à Rome. Il fut le premier empereur de la nouvelle lignée d'empereurs flaviens.

Titus, qu'il avait laissé en Palestine pour achever la destruction de Jérusalem en 70 après JC, succéda à Vespasien comme empereur en 79 après JC. Titus régna de 79-81 après JC. Il fut ensuite remplacé par son frère, Domitien, que beaucoup considéraient comme un candidat plus faible. parce qu'il n'avait pas le zèle militaire de son père et de son frère. Domitien, cependant, régna de 81 après JC jusqu'à son assassinat en 96 après JC.

Domitien est connu pour sa persécution brève mais brutale de l'Église chrétienne. Certains pensent qu'il est l'empereur qui a exilé Jean l'Apôtre sur l'île de Patmos. D'autres, comme indiqué ci-dessus, pensent que l'exil de Jean a été ordonné par Néron en 65 après JC. Pourquoi est-ce important ? La datation de la rédaction du livre de l'Apocalypse par Jean à Patmos détermine si le livre a été écrit avant la destruction de Jérusalem en 70 après JC ou après l'événement. Ceux qui acceptent la première date sous Néron interprètent l'Apocalypse comme s'appliquant principalement à la destruction de Jérusalem, du temple et du système sacrificiel, et finalement à la chute de l'Empire romain, et ne voient pas le livre aborder principalement les choses qui doivent arriver deux mille ou plus d'années dans le futur. Ceux qui acceptent la date tardive du livre le considèrent comme une prophétie sur les choses qui se passeront à la fin des temps.

La lignée des Flaviens a apporté une paix relative à Rome. Les Flaviens ont mis fin à la révolte juive en 70 après JC avec la destruction de Jérusalem. Ils ont assuré le contrôle romain de la Grande-Bretagne et renforcé les frontières avec les tribus germaniques. Ils ont adopté de nouveaux codes fiscaux pour restaurer le trésor romain et ont augmenté la base d'argent pour la monnaie romaine.

Pendant le règne de Titus plusieurs calamités naturelles se sont produites. Le Vésuve est entré en éruption en 79 après JC et a détruit les villes voisines d'Herculanum et de Pompéi. En 80 après JC, un deuxième incendie majeur éclata à Rome, suivi d'une grave peste.

Néanmoins, des bâtiments importants ont été érigés par les Flaviens. Le plus remarquable était le Colisée.

5.11. La révolte juive de 66 après JC et la destruction de Jérusalem et du Temple en 70 après JC.

Destruction de Jérusalem par Ercole de’ Roberti

Les Juifs nationalistes ont commencé une révolte contre leurs seigneurs romains en 66 après JC. La campagne était divisée entre plusieurs factions. Les Juifs hellénisés étaient devenus européens dans leur robe, leur langue et leur culture. Les pharisiens tentèrent désespérément de garder intacts le judaïsme et le culte du temple. Les Zélotes avaient tendance à être des nationalistes impétueux voués à l'indépendance, non seulement de Rome, mais aussi de ce qui était pour moi un sacerdoce corrompu. La guerre civile était dirigée non seulement contre Rome, mais était menée à l'intérieur de Jérusalem par une faction contre l'autre.

Par exemple, pendant une partie du siège posé par les Romains, les Zélotes ont détruit les réserves de nourriture stockées dans la ville afin de prendre l'avantage sur leurs factions rivales. Les Zélotes se sont également déguisés en femmes pour se déguiser et ont plongé des poignards dans des rivaux dans les rues de Jérusalem.

La rébellion pure et simple de la part des Zélotes a amené Néron en 67 après JC à envoyer son général en chef, Vespasien, en Israël pour régler le chaos. Vespasien avec 60 000 légionnaires romains se dirigea vers le sud à travers la Syrie, la Samarie et le nord de Juda, éliminant systématiquement toute résistance à l'autorité de Rome. De nombreux citoyens ont fui devant les troupes vers le sud, laissant derrière eux des villes et des villages en flammes et cherchant la sécurité de la haute muraille de Jérusalem.

Vespasien a posé le siège initial de Jérusalem en 68 après JC, mais s'est retiré en Syrie pour consulter le gouverneur de Syrie. Entre-temps, un problème plus grave s'était posé. Néron est mort en 68 après JC et avec Vespasien avec les troupes d'Egypte et du Danube déterminés à renverser Vitellius, le troisième empereur en deux ans. La paix doit être restaurée à Rome.

Vespasien devient empereur

Vespasien a pris le contrôle de l'approvisionnement en blé romain en Égypte et en Afrique du Nord et a ainsi annoncé ses intentions. Il mena ensuite ses troupes fidèles à Rome et devint le nouvel empereur en 69 après JC. Il régna de 69 après JC jusqu'à sa mort en 79 après JC.

Lorsque Vespasien partit avec ses troupes pour le nord, les Juifs, et surtout les Zélotes, y virent un signe de faiblesse. Les conflits à l'intérieur des murs de Jérusalem s'intensifient.

Avant l'arrivée de Vespasien, la guerre civile se déroulait à l'intérieur de Jérusalem. Les Juifs hellénisés, les Pharisiens, les Zélotes et les gens ordinaires étaient enfermés dans un chaos de vols, d'intrigues, de meurtres et d'assassinats. Les Zélotes ont tenté d'utiliser le chaos et la peur pour prendre le contrôle de la ville.

Pendant trois générations, le souverain sacrificateur choisi pour diriger le culte du temple n'est pas issu de la lignée d'Aaron, comme le prescrivent les Écritures. Le poste de grand prêtre était attribué au plus offrant. En signe de protestation, de nombreux fidèles, probablement dirigés par des hommes qui auraient dû légalement devenir grand prêtre, ont quitté Jérusalem pour Massada dans le sud-est. Certains pensent que ce sont les Esséniens qui ont conservé les manuscrits de la mer Morte le long des rives de la mer Morte.

Le grand prêtre servait en quelque sorte d'intermédiaire entre l'autorité romaine et la population juive. Les grands prêtres, issus de l'aristocratie sadducéenne, ont reçu leur nomination de Rome depuis l'époque d'Hérode le Grand, et Rome comptait sur les grands prêtres pour maintenir la population juive en ligne.

Ces grands prêtres ont été rejetés par le parti religieux conservateur en tant que comparses politiques des Romains et certainement pas comme grands prêtres légalement sélectionnés. De plus, le culte juif avait tellement décliné que les prostituées, selon Josèphe, l'historien juif de l'Empire romain et camarade d'école de Titus, exerçaient leur métier à l'intérieur des murs du temple !

Cela a encore enflammé la situation à l'intérieur des murs de la ville et du temple.

(Image de gauche : Titus, Musées du Vatican, Cité du Vatican, roman-empire.net)

Les choses sont devenues si désespérées dans la ville que les gens se sont mis à manger du fumier animal, et un cas de cannibalisme a même été signalé. Ceux qui tentaient de s'échapper ont été rapidement saisis et tués. Lorsqu'on a découvert que certains tentaient de s'échapper après avoir avalé les bijoux en or et les pièces de monnaie, les Romains ont engagé des Arabes pour trancher l'estomac de ceux qui tentaient de fuir afin de rechercher l'or caché.

La méthode courante que les Romains utilisaient était la crucifixion. Josèphe déclare que la puanteur des morts sur les croix était si grande que les légionnaires sont tombés malades à l'odeur.

Finalement, après des mois de siège, les Romains réussirent à escalader les murs, brûler le temple et brûler la ville. Ils ont profané le temple et massacré tout ce qu'ils pouvaient trouver. Leur objectif était de ne pas quitter la ville avec un seul citoyen survivant. Les morts ont totalisé plus d'un million.

Jésus a prédit la calamité

Jésus instruisit ses disciples et eux-mêmes les autres chrétiens de Jérusalem au sujet de cette terreur imminente. Ses paroles sont rapportées au chapitre 24 : « Jésus quitta le temple et s’en allait quand ses disciples s’approchèrent de lui pour attirer son attention sur ses bâtiments. ‘Voyez-vous toutes ces choses ?’ demanda-t-il. «Je vous dis la vérité, pas une pierre ici ne restera sur une autre, tout le monde sera renversé. . . Je vous dis la vérité, cette génération ne passera certainement pas tant que toutes ces choses ne seront pas arrivées. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront jamais.’” (Voir aussi Luc 21)

Les chrétiens ont été avertis par la prophétie de Jésus de fuir la ville lorsqu'ils ont vu des guerres, des rumeurs de guerres, des tremblements de terre et les autres événements qui les accompagnent. Ils l'ont fait, et il n'y a pas une seule mort enregistrée d'un chrétien pendant le siège romain. Les chrétiens ont fui à Pella dans l'actuelle Jordanie et à Damas en Syrie.

La fin du culte au temple

Le culte du temple à Jérusalem a pris fin, tout comme la prêtrise et le système sacrificiel. C'était le jugement de Dieu sur un peuple qui le rejetait, bien qu'il se présentât à eux comme leur Messie.

C'était la déclaration finale de Dieu dans la destruction de Jérusalem que le nouveau Sacrifice était venu, Jésus, l'Agneau de Dieu, Il était maintenant le Souverain Sacrificateur. Il était maintenant le Temple. Il était la source de la vie éternelle. L'ancien avait disparu et le nouveau était arrivé.

(Image ci-dessus, Le sac de Jérusalem, du mur intérieur de l'Arc de Titus, Rome, trouvé sur http://en.wikipedia.org/wiki/Siege_of_Jerusalem_(70))

Pour lire un témoignage oculaire de la célébration à Rome acclamant la victoire sur les Juifs à Jérusalem, voir "Rome Celebrates the Vanquishing of the Jews, 70" EyeWitness to History, www.eyewitnesstohistory.com (2008).

La destruction de Jérusalem et du temple a secoué le monde du Moyen-Orient. C'était une calamité de la plus grande proportion ! Mais c'était une preuve supplémentaire de la véracité du message de Jésus, qu'en lui seul se trouvent le pardon des péchés et le don gratuit de la vie éternelle.

5.12. Les « cinq bons empereurs » de la dynastie Nerva-Antonine (96-180 après JC)

This dynasty brought excellent administrative leadership to the Empire through the absolute rule of Nerva, Trajan, Hadrian, Antoninus Pius, and Marcus Aurelius. Trajan, Hadrian, and Marcus Aurelius were exceptional administrative leaders.

With the death of Marcus Aurelius in 180 A.D. the Pax Romana came to a close.

5.13. The Pax Romana and Rome’s Contributions to Western Civilization

The Pax Romana , or “Peace of Rome,” was a period in the empire from 27 B.C. to 180 A.D. where relative peace and order were restored and maintained. Highways could be traveled in peace and safety. Laws were generally and equally applied in all the provinces.

There were few attempts by neighboring peoples to invade the empire. The borders were secure. Citizenship was granted to free persons in the empire. Expansion into the Balkans, Spain, Britain, Gaul, Persia, and North Africa produced the greatest era of Romanization.

(Image above, Roman aquaduct, Pont du Gard, Roman Gaul. The upper tier carried water and the lower a roadway across the river, from http://en.wikipedia.org/wiki/Roman_aqueduct)

1. A large system of a queducts, sewer systems, and medicine improved the health of the empire. The large sysem of aqueducts supplied water to the cities and military bases. Some were fed by manmade reservoirs, one of the earliest, large scale attempts to manage natural resources.

(Image right, Roman road in Great Britain, found at Primary History - Romans - Roads and places bbc.co.uk, http://images.google.com/imgres?q=roman+roads)

3. Julius Caesar developed a calendar containing 12 months and 365 days which was universally adopted in the domains of the Empire. The Julian Calendar provided the names of the months used world-wide and served as Europe’s unified calendar until 1582 when Pope Gregory XIII developed the Gregorian Calendar. The Gregorian calendar better provided for the extra minutes each year unaccounted for due to the earth’s revolutions around the sun, producing the necessity of the “leap year,” and better account for the solar equinox which occurs twice each year around September 22 and March 20, at which time the sun crosses the celestial equator, when day and night are of equal length. The Gregorian calendar also attempted to make more uniform the dates when Easter is celebrated in the Christian Church.

The Julian calendar and the Gregorian calendar both contain the same twelve months:

■ 1 - January - 31 days (named for the Roman god Janus)

■ 2 - February - 28 days 29 days in leap years (named for the Latin term februum, or cleansing because was the month for ceremonial washings in ancient Rome)

■ 3 - March - 31 days - named for Mars, the god of war, the month when the Roman armies prepared for new summer campaigns

■ 4 - April - 30 days -- named for the Latin aperire, “to open,” the month when trees open new leaves

■ 5 - May - 31 days -- named for the goddess Maia, the goddess of growth

■ 6 - June - 30 days -- named for Juno, the queen of the Roman gods

■ 7 - July - 31 days -- Julio, named for Julius Caesar

■ 8 - August - 31 days -- named for Augustus, the Emperor

■ 9 - September - 30 days -- Latin number “seven” (septem)-- seventh month for military campaigns counting from March

■ 10 - October - 31 days -- Latin number “eight” (octo) -- eighth month counting from March

■ 11 - November - 30 days -- Latin number “nine” (novem) counting from March

■ 12 - December - 31 days -- Latin number “ten” (decem) counting from March

The Gregorian calendar has four months with a length of 30 days and seven months that are 31 days long. February is the only month that is 28 days long in common years and 29 days long in leap years.

4. Central heating in homes was developed in construction methods that allowed for air spaces under houses through which hot air from furnaces could circulate. Public restrooms and public baths were also introduced by the Romans, although public toilets were present earlier in Greece, also.

5. Concrete was invented by the Romans, making possible the large construction projects--stadiums, theaters, basilicas, aqueducts, basilicas.

6. Roman architecture first used arches in constructing aqueducts, bridges, and buildings. Arches could support heavier loads than columns and flat roofs by distributing the weight downward through each segment of the arch’s construction.

7. Roman architecture first used domes in constructing temples, which made possible larger unsupported ceilings in public buildings. Most famous of Roman domed buildings was the Pantheon in Rome, the temple dedicated to the worship and honoring of “all the gods,” which is what the word “pantheon” means in Greek.

(Images below: the Pantheon in Rome and its famed domed roof structure.)

8. Latin became the “lingua franca” throughout the empire and produced the foundation for the “Romance languages” -- Italian, Spanish, French, Romanian. Latin also provided grammar and vocabulary items for English. There are at least 333 terms that are literally the same in spelling and meaning in both Latin and English. For examples see the accompanying PowerPoint, “Contributions of Rome” posted on DropBox.

5.14. Persecution of the Church by Diocletian and Galerius (303 A.D.)

A successive line of emperors ruled absolutely from Rome over an empire that covered most of the known world. Some of the most notable were Trajan, Marcus Aurelius, and Diocletian.

The Christian Church grew rapidly throughout the empire and very little opposition to the Church was experienced after the time of Trajan. After Trajan, Christians became progressively accepted and many were appointed to positions in government and the military, and many others held important positions as teachers and professors.

When Diocletian was declared emperor in 284 A.D.he allowed Christians freedom and treated them with toleration. The empire was so large that in 293 A.D. he created four large administrative regions within the empire and gave leadership of them to

three other men. Diocletian ruled in the East and appointed Maximian as emperor in the West. He placed two other men under Maximian and himself as junior partners, so-to-speak -- Constantius in Gaul as a junior partner under Maximian, and Galerius in the east under Diocletian, giving to them the title Augustus . The idea was that when either Diocletian or Maximian would die or retire, the junior partners would become the next emperors. The goal was to prevent chaos at the death of an emperor and to provide orderly succession of leadership.

Galerius, a pagan, persuaded Diocletian to bring waves of persecution on the Church. Galerius viewed the Church as a disruption to peace and unity in the Empire. Persecution broke out in 297 A.D. Churches were destroyed and church-owned land was confiscated. Christians were required to make sacrifices to the gods or face imprisonment, exile, or death. Government workers, teachers, and professors were removed from their positions. A large number of ministers and bishops were imprisoned. This was to be the last wide-spread persecution of the Church. It was an intense persecution lasting until 311 A.D.

5.15. Constantine the Christian Emperor (emperor from 306 A.D. - 337 A.D.)

At the death of Constantius in 306 A.D., his son, Constantine was declared emperor by his father’s troops in Gaul and Britain to succeed his father as their leader. Galerius, now emperor in the East, approved the new emperor. Constantine became emperor over Britain, Gaul, and Spain. Licinius was appointed Augustus in the East.

The new trio of emperors beginning in 306 A.D. was composed of Constantine in Spain, Gaul, and Britain, and Galerius in Rome, and with Licinius, the Augustus of Galerius, in the East (Egypt).

The elevation of Constantine marked the beginning of a new Empire, an Empire to be greatly impacted by the Christian Church. (See Unit 6 for more about Constantine.)

5.16 Timeline of the Roman Republic and Empire

5.17 List of important Emperors

There will certainly be emperors who would be disappointed that they are not included in the chart below. Other history teachers would perhaps include other emperors in a list they compile. But for this study, the following are listed as emperors and lines of emperors that are worth remembering.

1. Due to a variety of factors, including geography, military strength, and leadership, the city of Rome was over time able to gain control over central and southern Italy.

2. Rome was first governed by a monarchy which was replaced by a Republic -- the Republic provided a separation of powers and responsibilities, primarily concentrated in the Senate and among several important assemblies.

3. Tensions and conflict between the Patricians and the Plebeians escalated and broke out into hostilities which threatened the peace and security of Rome.

4. A first triumvirate was formed (Julius, Pompey, Crassus), seeking leadership and resolution to the conflict and granting authority. Julius Caesar emerged as the leader of the first triumvirate and was proclaimed “Perpetual Dictator.”

5. Julius’ assassination on the floor of the Senate by Brutus resulted in the formation of the second triumvirate composed of Octavian, Marc Anthony, and Lepidus. Marc Anthony despised Octavian and spent most of his time in Egypt with the Eastern troops. Lepidus foolishly attempted to take authority over Octavian’s troops and was expelled by Octavian from the triumvirate.

6. Although married to Octavian’s sister, Marc Anthony lived openly with Cleopatra in Alexandria, Egypt. (Cleopatra earlier had a son with Julius Caesar.)

7. The clash between Octavian and Anthony was settled at the Battle of Actium in 31 BC, with Anthony and Cleopatra driven back to Alexandria where both committed suicide.

8. Octavian, a member of the Julian line, was given the title, Augustus, by the Roman Senate. He became the first bona fide Emperor and the second of six in the Julian line to rule Rome. He was emperor when Jesus was born.

9. Tiberius Caesar was emperor when Jesus was crucified.

10. The last of the Julian line, Nero, was emperor who killed the two apostles, Peter and Paul, in Rome in 67 AD.

11. Rome grew to a huge empire that controlled almost all of the lands bordering the Mediterranean Sea from the Euphrates on the East to the Atlantic Ocean on the west, as well as Gaul (France), Spain, and England.

12. The Roman Republic lasted for almost 500 years. The Roman Empire lasted for more than 400 years.

13. Most roots of Western civilization can be traced to elements that existed in the Roman Empire from about 27 B.C. to 189 A.D.

14. Rome contributed roads, bridges, architecture, citizenship, language, republicanism, and culture to Europe -- producing the famed Pax Romana . It later protected and expanded Christianity in the empire.

15. The rise of the Roman Empire was foretold in the dream of the Persian king, Nebuchadnezzar, as interpreted by Daniel in his prophecy 2:1-45.

16. The Roman Empire provided the environment (language, roads) that enabled the Christian Church to grow throughout the known world.

17. Ultimately, the Christian Church conquered the Roman Empire through the faithful witness of Christians throughout the empire and with the conversion of the Emperor Constantine to the Christian faith.