Suite

17.7 : Ressources terrestres côtières - Géosciences

17.7 : Ressources terrestres côtières - Géosciences


Les terres côtières sont probablement la partie la plus changeante et la plus importante sur le plan économique de l'environnement physique de la Terre. Selon les rapports des Nations Unies, environ 40 pour cent de la population mondiale vit actuellement à moins de 100 kilomètres d'une côte. En 2017, les Nations Unies ont publié un rapport selon lequel les catastrophes naturelles sont la plus grande menace pour l'humanité, et la plupart de ces catastrophes sont associées à de super tempêtes affectant les régions côtières.


Graphique 17.8. Une vue du ciel nocturne de l'Europe montrant les lumières de la ville met en évidence le fait que les côtes du monde sont parmi les régions les plus densément peuplées de la planète.


Océans et opportunités côtières

Les États-Unis dépendent des océans et des Grands Lacs pour leur alimentation, leur sécurité nationale, leurs ressources énergétiques, leurs transports, leurs loisirs et d'autres besoins importants. Plus de la moitié de la population des États-Unis vit dans des comtés des bassins versants côtiers qui génèrent 58 % du produit intérieur brut de la nation. Les géoscientifiques fournissent des informations sur la façon dont les côtes, les océans et les fonds marins de notre planète se comportent maintenant et comment ils ont fonctionné dans le passé. Les géoscientifiques mènent également des recherches sur les ressources énergétiques et minérales marines, les risques naturels, l'élévation du niveau de la mer et l'acidification des océans. Les États-Unis ont juridiction sur 3,4 millions de miles carrés d'océan, presque aussi grand que la superficie des 50 États réunis. Cette vaste zone marine offre des ressources environnementales et des opportunités économiques, mais les communautés côtières sont menacées par l'élévation du niveau de la mer, les tsunamis, les ouragans, les accidents industriels et les agents pathogènes d'origine hydrique, qui sont déjà exacerbés par le changement climatique. Une meilleure compréhension de nos océans et de nos zones côtières renforcera notre économie et sauvera des vies.

Acte de gestion de la zone côtière

A c t sur les océans et les décharges

A c t de protection des mammifères marins

Loi sur le développement des ressources en eau

Terres humides d'am é ri can e

C on s e rva t i on A c t

A c t na t i ona l de surveillance des côtes

R e s o u r ces o c e a n s et côtières Calendrier législatif

R e che r ch & Sanctu ari e s

É ss e ssm en t en vir on m ental des plages

& A c t de santé coa s tal

R e rche ch e , Pr event i on ,

N O AA B u dge t Autor i t y

M illi o n s d o ll a r s 2020

S e rv i c e national de l'océan

Service national M a r i n e F i s h e r i e s

O ff i c e d e R e che r c h oc e a n i c et At m o s p h e r i c

S o u r ce : AAA S R e p o r t s et d a g e n c y b u dg e t a . C o n s t a n t d oll a r s io n s c o n v e r s s io n s basés sur l'écart du PIB de l'OM B à partir du budget de l'exercice 2020

Pour assurer l'utilisation durable à long terme de nos océans, de nos ressources côtières et de nos régions polaires :

Mener des recherches fondamentales et appliquées sur les questions océaniques et côtières. Une meilleure compréhension des processus océaniques et côtiers aidera à protéger les océans et la vie marine, à accroître la résilience des communautés côtières et à promouvoir la croissance économique en construisant des scénarios précis pour le comportement de l'océan à l'avenir.

Améliorer les observations océaniques. Les océans sont le moteur des systèmes hydrologiques et météorologiques mondiaux en absorbant, en stockant et en déplaçant de grandes quantités de chaleur, d'eau et de CO2 de la Terre. Une nation résiliente a besoin d'observations océaniques soutenues depuis l'espace, depuis la surface de l'océan et en profondeur.

Surveiller, rechercher et réagir à l'élévation du niveau de la mer. Le niveau de la mer augmente et le taux devrait s'accélérer dans des conditions plus chaudes, modifiant les écosystèmes côtiers et rendant les communautés côtières vitales vulnérables à l'érosion et aux inondations associées aux ondes de tempête et aux marées hautes.

Évaluer les ressources énergétiques et minérales marines, y compris leur contexte environnemental. L'océan n'est pas seulement une source de ressources minérales, y compris des minéraux métallifères des fonds marins et des formes d'eau profonde de gaz naturel gelé, mais est une source d'énergie elle-même sous la forme de mouvements de marée et de vagues qui peuvent être utilisés pour produire de l'électricité.


17.7 : Ressources terrestres côtières - Géosciences

Nouvelle version internationale
Le territoire de Manassé s'étendait d'Aser à Mikméthath à l'est de Sichem. La frontière s'étendait vers le sud à partir de là pour inclure les habitants d'En Tappuah.

Nouvelle traduction vivante
La frontière de la tribu de Manassé s'étendait de la frontière d'Aser à Micmethath, près de Sichem. Ensuite, la frontière est allée au sud de Micmetath jusqu'à la colonie près de la source de Tappuah.

Version anglaise standard
Le territoire de Manassé s'étendait d'Aser à Michméthath, qui est à l'est de Sichem. Ensuite, la frontière va vers le sud jusqu'aux habitants d'En-tappuah.

Bible d'étude béréenne
Or, la frontière de Manassé allait d'Aser à Michmethath près de Sichem, puis vers le sud pour inclure les habitants d'En-tappua.

Bible du roi Jacques
Et la côte de Manassé s'étendait d'Aser à Michméthah, se trouve devant Sichem et la frontière, marchaient à droite vers les habitants d'Entappua.

Nouvelle version King James
Et le territoire de Manassé s'étendait d'Aser à Michméthath, mensonges à l'est de Sichem et la frontière s'étendait au sud jusqu'aux habitants d'En Tappuah.

Nouvelle Bible standard américaine
La frontière de Manassé allait d'Aser à Michméthath qui était à l'est de Sichem, puis la frontière allait vers le sud jusqu'aux habitants d'En-tappua.

NASB 1995
La frontière de Manassé allait d'Aser à Michméthath qui était à l'est de Sichem, puis la frontière allait vers le sud jusqu'aux habitants d'En-tappua.

NASB 1977
Et la frontière de Manassé allait d'Aser à Michméthath qui était à l'est de Sichem, puis la frontière allait vers le sud jusqu'aux habitants d'En-tappua.

Bible amplifiée
Le territoire de Manassé s'étendait d'Aser à Michméthath qui était à l'est de Sichem puis la frontière allait vers le sud jusqu'aux habitants d'En-tappua.

Bible standard chrétienne
La frontière de Manassé allait d'Aser à Michméthath près de Sichem. Elle se dirigea ensuite vers le sud vers les habitants d'En-tappuah.

Bible standard chrétienne Holman
La frontière de Manassé allait d'Aser à Michméthath près de Sichem. Elle se dirigea ensuite vers le sud vers les habitants d'En-tappuah.

Version standard américaine
Et la frontière de Manassé allait d'Aser à Michméthath, qui est avant Sichem et la frontière allait à droite, jusqu'aux habitants d'En-tappua.

Bible araméenne en anglais simple
Et la frontière des enfants de Manasheh était de la frontière de Makath qui est à la droite des habitants d'Eyn Tapukh

Traduction de la Septante Brenton
Et les frontières des fils de Manassé étaient Delanath, qui est avant les fils d'Anath, et elle continue jusqu'aux frontières même à Jamin et Jassib à la fontaine de Thaphtoth.

Version anglaise contemporaine
Le pays de la tribu Manassé allait de sa frontière nord avec la tribu Asher au sud jusqu'à Michmetath, qui est à l'est de Sichem. La frontière sud a commencé là, mais s'est incurvée encore plus au sud pour inclure les personnes qui vivaient autour de Tappuah Spring.

Bible de Douay Reims
Et la frontière de Manassé était d'Aser, Machmethath qui regarde vers Sichem; et elle sort à droite par les habitants de la fontaine de Taphua.

Version anglaise révisée
Et la frontière de Manassé allait d'Aser à Michméthath, qui est avant Sichem et la frontière allait à droite, jusqu'aux habitants d'En-tappua.

Traduction de bonnes nouvelles
Le territoire de Manassé s'étendait d'Aser à Michméthath, à l'est de Sichem. La frontière s'est ensuite dirigée vers le sud pour inclure les habitants d'Entappuah.

LA PAROLE DE DIEU® Traduction
La frontière de Manassé s'étend d'Aser à Michméthath, qui fait face à Sichem. Ensuite, la frontière se dirige vers le sud vers les habitants d'En Tappuah.

Version de norme internationale
La frontière de Manassé s'étendait d'Aser à Michmethath à l'est de Sichem, puis se tournait vers le sud pour inclure les habitants d'En-tappuach.

JPS Tanakh 1917
Et la frontière de Manassé était, à partir d'Aser, Michméthath, qui est avant Sichem et la frontière allait à droite, jusqu'aux habitants d'En-tappua.--

Version littérale standard
Et la frontière de Manassé est d'Aser à Michméthah, qui [est] sur le front de Sichem, et la frontière a continué à droite, aux habitants d'En-Tappua.

NET Bible
La frontière de Manassé allait d'Aser à Micmethath qui est près de Sichem. Il est ensuite allé vers le sud vers ceux qui vivent à Tappuah.

Bible anglaise du nouveau coeur
La frontière de Manassé était d'Aser à Michméthath, qui est avant Sichem. La frontière longeait à droite jusqu'à Jashub et jusqu'à En Tappuah.

Bible mondiale en anglais
La frontière de Manassé était d'Aser à Michméthath, qui est avant Sichem. La frontière passait à droite, aux habitants d'En Tappuah.

Traduction littérale de Young
Et la frontière de Manassé va d'Aser à Michméthah, qui est sur le front de Sichem, et la frontière s'est dirigée vers la droite, jusqu'aux habitants d'En-Tappua.

Josué 16:6
et vers la mer. De Michmethath au nord, il tourna vers l'est en direction de Taanath-shiloh et passa par là jusqu'à Janoah à l'est.

Josué 17:6
car les filles de Manassé reçurent un héritage parmi ses fils. Et le pays de Galaad appartenait au reste des fils de Manassé.

Josué 17:8
La région de Tappuah appartenait à Manassé, mais Tappuah même, à la frontière de Manassé, appartenait à Éphraïm.

Psaume 60:6
Dieu a parlé depuis son sanctuaire : « Je triompherai ! Je partagerai Sichem et partagerai la vallée de Succoth.

Et la côte de Manassé s'étendait d'Aser à Michméthah, qui est devant Sichem et la frontière allait à droite vers les habitants d'Entappua.

Josué 16:6-8 Et la frontière allait vers la mer jusqu'à Michméthah du côté nord et la frontière allait vers l'est jusqu'à Taanathshiloh, et passait par là à l'est jusqu'à Janohah …

Josué 20 :7 Et ils nommèrent Kedesh en Galilée sur le mont Nephtali, et Sichem sur le mont Éphraïm, et Kirjatharba, qui est Hébron, dans la montagne de Juda.

Josué 21:21 Car ils leur ont donné Sichem et ses faubourgs sur le mont Éphraïm, être une ville de refuge pour la tueuse et Gezer avec ses faubourgs,

Josué 24:1,32 Et Josué rassembla toutes les tribus d'Israël à Sichem, et appela les anciens d'Israël, et leurs chefs, et leurs juges, et leurs officiers et ils se présentèrent devant Dieu.

Verset 7. - Côte . Plutôt frontière. Asher. On a supposé que ce n'était pas la tribu d'Aser, car c'était au nord, mais une ville qui a été identifiée avec le Yasir moderne, à environ cinq heures de distance de Nablous, ou Neapolis, sur la route de Beisan, ou Beth -shean, où, dit Delitzsch, il y a maintenant de "magnifiques ruines" à voir. Voir cependant la note v. 10. Michméthah (voir Josué 16:6). Cet endroit n'a pas été identifié. Tout ce que nous savons, c'est qu'il est opposé ( עַל־פְנֵי ) Shechem. Certains ont pensé qu'il s'agissait simplement du dénominatif d'Aser, pour le distinguer de la tribu, et que pour « Asher à Michmethah », nous devrions lire « Asher-ham-Michmethah ». Mais cela pourrait difficilement être le Yasir d'en haut, puisqu'il est en face de Sichem. Sichem. Maintenant Naplouse. Cet endroit est célèbre à la fois dans l'Ancien et le Nouveau Testament. Nous l'avons lu pour la première fois, sous le nom de Sichem, dans Genèse 12:6. C'était la demeure de Sichem et de Hamor son fils, quand Jacob demeura à Canaan après son retour de Padan-Aram. Elle était située entre Garizim et Ebal, et devint une ville importante au temps des Juges (Juges 9.). Il a été détruit par Abimélec (Juges 9:45), mais il semble s'être rétabli. C'est là que Roboam alla se faire couronner, et là que sa réponse peu judicieuse éloigna à jamais les dix tribus de son règne. Jéroboam en fit sa capitale et l'on dit l'avoir "construite" (1 Rois 12:25). Il l'a ensuite abandonné pour Penuel, et Penuel à nouveau apparemment pour Tirzah (1 Rois 14:17), et Tirzah pour Jizreel, qui est restée la capitale jusqu'à ce qu'Omri construise Samarie (1 Rois 16:24). C'est sans doute le Sychar mentionné dans Saint Jean 4. La plupart des voyageurs ont admiré la situation pittoresque de Sichem. Il a même extorqué un hommage au Dr Peterman, dans son « Reisen im Orient », un ouvrage qui, bien que plein d'informations précieuses sur la condition et les coutumes du peuple, n'abonde pas dans la description des paysages. Il devient presque poétique en parlant de cette ville, reposant sur les pentes du Garizim, montagne féconde jusqu'à son sommet, et ayant en face l'El Ebal, nu et pierreux, aux contours sans verdure, le repaire des chacals, dont les hurlements, comme le cri des pleurs des enfants en détresse trouble le silence de la nuit. Thomson (« La terre et le livre », p. 470) décrit ainsi la scène : « Une vallée verte d'herbe, grise d'oliviers, des jardins en pente de chaque côté, des sources fraîches se précipitant dans toutes les directions au fond d'une ville blanche incarnée dans toute cette verdure logée entre les deux hautes montagnes qui s'étendent de chaque côté de la vallée, c'est l'aspect de Naplouse, le plus beau, peut-être pourrait-on dire le seul bel endroit de la Palestine centrale. dans différentes parties. Ici, le bilbul se plaît à s'asseoir et à chanter, et des milliers d'autres oiseaux se réjouissent de grossir le chœur. "

de Manassé
מְנַשֶּׁה֙ (mə·naš·šeh)
Nom - propre - masculin singulier
Strong's 4519: Manassé - "faire oublier", un fils de Joseph, également roi de Juda, également deux Israélites

allé
וַיְהִ֤י (chemin·hî)
Conjonctif waw | Verbe - Qal - Consécutif imparfait - troisième personne du masculin du singulier
Strong's 1961: Tomber, arriver, devenir, être

d'Asher
מֵֽאָשֵׁ֔ר (mê·’ā·šêr)
Préposition-m | Nom - propre - masculin singulier
Strong's 836 : Asher - « heureux », un fils de Jacob, également la tribu qui descend de lui, peut-être aussi une ville en Palestine

Sichem,
שְׁכֶ֑ם (šə·ḵem)
Nom - propre - féminin singulier
Strong 7927 : Shechem -- 'ridge', un district du nord de la Palestine, également fils de Hamor


Géosciences

L'histoire géologique du Texas est enregistrée dans les strates rocheuses qui remplissent les nombreux bassins sédimentaires souterrains et affleurent à travers l'État. L'origine de ces strates documente une géographie changeante qui a commencé il y a plusieurs milliards d'années à l'ère précambrienne. Les montagnes, les mers, les rivières, les volcans et les tremblements de terre font partie de l'histoire géologique du Texas, et les ressources produites par les phénomènes géologiques (pétrole, charbon, lignite, métaux, eaux souterraines, sel, calcaire, argiles céramiques et divers sols) sont l'héritage du visage changeant de l'État.

Le Texas repose sur des roches précambriennes vieilles de plus de 600 millions d'années. Les anciennes roches ignées volcaniques et intrusives déformées et les roches sédimentaires se sont formées au début de l'histoire de la Terre. Ils sont maintenant exposés dans le soulèvement du Llano et dans quelques petites zones de Trans-Pecos au Texas.

Au début du Paléozoïque, de larges mers intérieures ont inondé la région stable de l'ouest du Texas (Texas Craton), déposant des calcaires et des schistes étendus. Des roches du Paléozoïque inférieur sont maintenant exposées autour du soulèvement du Llano et dans les montagnes de Trans-Pecos au Texas. Le craton du Texas était bordé à l'est et au sud par la fosse d'Ouachita, un bassin marin profond s'étendant le long de la marge continentale paléozoïque de l'Arkansas et de l'Oklahoma jusqu'au Mexique. Les sédiments se sont accumulés dans la fosse d'Ouachita jusqu'à la fin de l'ère paléozoïque lorsque les plaques continentales européenne et africaine sont entrées en collision avec la plaque nord-américaine. La convergence des plaques nord-américaines et sud-américaines dans cette région a produit des soulèvements montagneux limités par des failles (monts Ouachita) et de petits bassins remplis par des mers intérieures peu profondes qui constituaient le bassin ouest du Texas.

De larges plateaux calcaires et des récifs barrières entouraient les parties les plus profondes des sous-bassins marins. Les rivières coulaient vers les bords terrestres des bassins, formant des deltas, et les côtes se déplaçaient à plusieurs reprises au fur et à mesure que les sédiments côtiers se déposaient puis s'érodaient par les processus marins. Les strates pennsylvaniennes qui sont le produit de ces processus sont aujourd'hui exposées dans le centre-nord du Texas. Vers la fin de l'ère paléozoïque, les mers intérieures se sont retirées vers le sud-ouest et l'ouest du Texas est devenu le site de vastes bassins d'évaporites où le sel, le gypse et les boues rouges se sont déposés dans un climat chaud et aride. Les strates déposées à l'origine dans le bassin permien sont exposées dans les plaines vallonnées de l'ouest et du nord-ouest du Texas et à Trans-Pecos au Texas.

L'ère mésozoïque au Texas a commencé il y a environ 245 millions d'années lorsque les plaques européenne et africaine ont commencé à se séparer de la plaque nord-américaine, produisant une ceinture de bassins de rift allongés (limités par des failles) qui s'étendait du Mexique à la Nouvelle-Écosse. Les sédiments des soulèvements adjacents ont été déposés dans ces bassins par les cours d'eau. Alors que l'Europe et l'Afrique s'éloignaient, les bassins étaient enfouis sous le sel marin lors de la création des bassins de l'est du Texas et de la côte du golfe. Pendant le reste de l'ère mésozoïque, de larges plateaux calcaires ont été périodiquement ensevelis par des plaines côtières et des dépôts deltaïques alors que la marge continentale du Texas se déplaçait progressivement vers le sud-est dans le golfe du Mexique. Dans le bassin est du Texas, des dépôts de sel profondément enfouis se sont déplacés vers le haut, formant des crêtes et des dômes de sel, fournissant une variété de structures plissées et de pièges pour le pétrole et le gaz.

Dans l'ouest du Texas, au début du Mésozoïque, un grand lac peu profond occupait le site abandonné du bassin permien, mais les eaux du golfe du Mexique ont finalement empiété et inondé l'ouest du Texas sous une mer peu profonde. Les dinosaures parcouraient la terre et les eaux peu profondes, et les reptiles marins dominaient les mers du Mésozoïque jusqu'à ce que les eaux se retirent de l'ouest du Texas, vers la fin de l'ère.Des strates mésozoïques sont exposées le long des marges ouest et nord de la côte du golfe et des bassins de l'est du Texas et largement à travers l'ouest du Texas.

À l'aube de l'ère cénozoïque au Texas, il y a environ 66 millions d'années, le bassin est du Texas se remplissait de dépôts de lignite d'origine fluviale et delta. Le début du Cénozoïque Mississippi coulait à travers l'est du Texas, et un grand delta occupait la région au nord de Houston. Des deltas plus petits et des îles-barrières s'étendaient vers le sud-ouest jusqu'au Mexique, tout comme la côte actuelle du Texas. Les sables du delta et des rivières ont été transportés vers le sud-est dans les eaux de plus en plus profondes du golfe du Mexique. Dans le bassin de la côte du golfe, le sel du Mésozoïque inférieur profondément enfoui s'est déplacé vers le haut pour former des dômes et des structures anticlinales. Maintenant, les strates cénozoïques sont exposées dans tout l'est du Texas et dans de larges ceintures de la plaine côtière qui rajeunissent vers le golfe du Mexique.

À Trans-Pecos au Texas, de vastes volcans cénozoïques sont entrés en éruption, d'épaisses coulées de lave se sont déposées sur des strates plus anciennes du Mésozoïque et du Paléozoïque et des bassins de rift se sont formés. Les roches volcaniques cénozoïques sont maintenant bien exposées dans la région aride de Trans-Pecos au Texas.

Dans le nord-ouest du Texas, les cours d'eau de la fin du Cénozoïque ont déposé du gravier et du sable transportés depuis les montagnes Rocheuses du sud du Colorado et du nord du Nouveau-Mexique. Au cours de l'ère glaciaire (époque pléistocène, commençant il y a environ 2 millions d'années), la rivière Pecos s'est érodée vers le nord jusqu'à l'est du Nouveau-Mexique et a isolé les dépôts éoliens alluviaux des hautes plaines du Texas de leur source dans les montagnes Rocheuses. Les hautes plaines isolées ont été érodées par plusieurs rivières du Texas pendant et depuis l'ère glaciaire, provoquant le retrait de la marge orientale (cave) vers l'ouest jusqu'à sa position actuelle.

Alors que la partie nord du continent était recouverte d'épaisses calottes glaciaires du Pléistocène, les ruisseaux serpentaient vers le sud-est à travers un Texas frais et humide transportant de grands volumes d'eau vers le golfe du Mexique. Ces rivières, le Colorado, le Brazos, le Red et le Canadian, ont lentement retranché leurs méandres alors qu'un soulèvement progressif s'est produit à travers le Texas au cours du dernier million d'années. Les changements du niveau de la mer au cours de la période glaciaire ont alternativement exposé et inondé le plateau continental. Les sédiments fluviaux, deltaïques et côtiers déposés pendant les étapes interglaciaires (haut niveau de la mer) sont exposés le long des 80 kilomètres extérieurs de la plaine côtière. Depuis que le niveau de la mer a atteint sa position actuelle approximative il y a environ 3 000 ans, de minces sédiments de barrière côtière, de lagune et de delta se sont déposés le long de la côte du golfe.

Le Texas est un composite de processus naturels. Le Texas d'aujourd'hui n'est qu'un cadre dans un kaléidoscope géologique dynamique de rivières changeantes, de bassins qui s'affaissent, de plages mouvantes, de montagnes qui s'élèvent et de plateaux qui s'érodent. Le visage du Texas moderne est le lien qui relie son passé géologique à son avenir inévitable.

Une bonne appréciation de la déformation régionale et mondiale ne vient qu'en voyant notre planète comme un fluide recouvert d'une croûte mince et cassante. Bien que la face rocheuse de la Terre semble solide et stationnaire, elle est constituée de plaques qui se déplacent au fil des millénaires en raison de l'écoulement de roches bien sous la surface de la Terre. La tectonique est l'étude de l'histoire de la déformation régionale et mondiale et des processus tectoniques des plaques qui contrôlent un tel mouvement. Notre compréhension des mouvements passés est résumée sur des cartes tectoniques, comme cette carte tectonique du Texas.

Les plaques qui composent la surface de la Terre se déplacent horizontalement et verticalement les unes par rapport aux autres, à une vitesse pouvant atteindre quelques centimètres par an. Le mouvement de la surface de la Terre peut être brusque, comme peuvent en témoigner ceux qui vivent dans des zones sujettes aux tremblements de terre, mais il est généralement progressif et imperceptible. Pourtant, sur de longues périodes de temps - des millions d'années - des parties de la surface de la Terre peuvent se déplacer sur des dizaines de milliers de kilomètres par rapport à d'autres parties. Les Texans qui ont manipulé des échantillons de roches récupérés dans les puits de pétrole et géothermiques profonds de l'État savent que ces roches peuvent être presque trop chaudes pour être touchées. A plus grande profondeur, les températures sont encore plus élevées. Parce que la résistance de la roche diminue de façon exponentielle avec l'augmentation de la température, l'intérieur de la Terre est faible et capable de s'écouler plastiquement. C'est ce flux profond qui provoque le soulèvement des chaînes de montagnes et le déchirement des plateaux pour former des bassins océaniques.

Les cartes tectoniques documentent l'histoire des mouvements en mettant en évidence les relations structurelles entre les segments de la croûte terrestre qui peuvent s'étendre sur des centaines de kilomètres. De telles cartes montrent des modèles architecturaux crustaux qui indiquent la séquence d'événements tectoniques. Pour mieux comprendre les utilisations de ces cartes, comparez cette carte tectonique du Texas avec la carte de géologie du Texas au format page du Bureau of Economic Geology.

Les cartes géologiques montrent où se trouvent les strates rocheuses (couches) à la surface de la Terre ou sous une fine couche de sol et de végétation. Ces cartes ont des motifs de couleurs élaborés car leur but est de représenter de nombreuses formations rocheuses distinctives.

Contrairement au modèle de couleur compliqué de la carte géologique, la carte tectonique du Texas a un modèle de couleur simple qui représente les éléments de base de la carte, appelés unités tectonostratigraphiques. Ces unités sont des séquences de strates de roches sédimentaires ou des groupes de roches métamorphiques et ignées qui partagent une histoire commune de déformation. La combinaison de formations géologiques individuelles supprime les détails gênants qui masquent les histoires de déformation partagées de gros blocs de croûte. Sur la carte tectonique du Texas, par exemple, les diverses formations paléozoïques entre Midland, Dallas et Amarillo ont été combinées. Le placage mince de dépôts plus jeunes du Crétacé, du Tertiaire et du Quaternaire qui se trouve à la surface sur une grande partie de la zone n'est pas illustré.

Les informations structurelles tirées des enregistrements de puits profonds sont illustrées sur la carte tectonique par un codage couleur qui montre la profondeur d'une formation particulière choisie comme horizon de référence. Différentes formations rocheuses ont été utilisées dans diverses parties du Texas comme horizons de référence. Il s'agissait autrefois de couches presque horizontales à la surface de la Terre. À la suite de la déformation, des parties de ces formations ont été soulevées ou abaissées, et le codage couleur sur la carte montre à quel point ces horizons sont maintenant profondément enfouis. Par exemple, dans l'ouest du Texas, des nuances de bleu plus foncées marquent les profonds bassins de l'ouest du Texas et d'Anadarko. L'horizon de référence utilisé ici est la Formation Paléozoïque d'Ellenburger, une roche réservoir de pétrole largement pénétrée par les forages pétroliers et gaziers.

Les cartes tectoniques montrent les principales caractéristiques structurelles, y compris les fronts tectoniques qui marquent les bords des principaux bassins et des anciennes chaînes de montagnes (ceintures orogéniques). Les relations transversales montrent les âges relatifs des entités. Par exemple, les motifs bleus des bassins et des soulèvements paléozoïques dans l'ouest du Texas sont recoupés par le vert clair du bassin plus jeune de la côte du golfe à l'est de San Antonio, Austin et Dallas.

Plusieurs cycles tectoniques ont affecté le Texas. Ceux-ci sont officieusement répertoriés sur cette carte comme des "épisodes tectoniques", mais ce sont en réalité des subdivisions locales de mouvements de plaques mondiaux qui n'ont pas commencé ou se terminer partout en même temps, et qui - dans une certaine mesure - sont des jalons arbitraires dans un histoire du mouvement. Chaque cycle a produit des unités tectonostratigraphiques qui enregistrent initialement la génération de rifts et de marges continentales divergentes, suivies de la destruction d'un bassin océanique et de la formation de montagnes (orogenèse). La carte tectonique du Texas distingue trois cycles tectoniques principaux :

(1) Des cycles précambriens sont enregistrés dans les roches anciennes de la région de Llano et près de Van Horn et El Paso. Parmi ceux-ci, le plus connu est le cycle de Llano d'il y a entre 1 200 et 1 080 millions d'années (mya). À la fin de ce cycle, des parties du Texas actuel étaient attachées à des roches qui se trouvent maintenant en Antarctique et dans le sud-ouest de l'Australie.

(2) Le cycle paléozoïque d'Ouachitan a commencé avec un rift continental d'environ 550 millions d'années, suivi d'une inondation d'une grande partie du Texas par des mers peu profondes. Ce cycle s'est terminé avec la collision de l'Amérique du Sud et de l'Amérique du Nord qui a provoqué l'événement de construction de la montagne Ouachita, se terminant environ 245 millions d'années. À cette époque, une grande partie du Texas était à l'ombre de vastes chaînes de montagnes qui traversaient le sud et le centre-est du Texas.

Sur la carte tectonique, deux éléments majeurs enregistrent cette histoire ouachitane. Le plus important est la zone d'avant-pays de l'ouest du Texas, représentée en nuances de bleu. Ici, l'héritage de l'ouverture des océans et de l'élévation et de la chute du niveau de la mer a créé les caractéristiques stratigraphiques et structurelles qui piégeraient plus tard de grandes quantités de pétrole et de gaz. Le terme avant-pays signifie que la paléophysiographie et la structure de cette zone ont été façonnées par une ceinture montagneuse voisine. L'ancienne ceinture montagneuse presque entièrement érodée est l'autre élément ouachitan montré sur la carte. La ceinture montagneuse d'Ouachitan s'étendait au sud et à l'est du front tectonique d'Ouachita. Ses racines pour la plupart enfouies s'étendent de la région de Marathon dans l'ouest du Texas, où des reliques profondément érodées de la ceinture montagneuse sont exposées, à travers un grand arc courbé vers le nord jusqu'à près de Dallas, de là dans l'Oklahoma. Cette zone de profonde contraction crustale se poursuit dans les Appalaches de l'est de l'Amérique du Nord et au-delà.

(3) Le cycle tectonique actuel au Texas est la côte du golfe, qui a commencé au Texas avec un rift continental dans le Trias supérieur d'environ 220 millions d'années et a finalement conduit à la création d'une croûte océanique dans le golfe du Mexique. Bien après que cet océan ait commencé à s'ouvrir dans le sud et l'est du Texas, entre 85 et 50 millions d'années (du Crétacé supérieur au Paléocène), un événement de formation de montagnes appelé orogenèse du Laramide s'est produit dans l'ouest du Texas. Cet événement fait partie d'une déformation généralisée dans l'ouest des États-Unis, du Canada et du Mexique qui a créé les montagnes Rocheuses.

La carte tectonique indique où les événements de la côte du golfe et du laramide ont eu leur impact le plus fort sur la géologie du Texas. Les roches représentées en vert et en brun (strates du Crétacé et du Tertiaire de la côte du golfe), principalement à l'est de Dallas, Austin et San Antonio, ont été déposées lors de la création du golfe du Mexique et de l'océan Atlantique. Les sous-produits de la formation du bassin représentés sur la carte comprennent des failles normales et des intrusions de sel mobile (diapirs de sel). Entre Del Rio et Dallas, le bord du bassin de la côte du golfe suit le front tectonique ouachitan plus ancien, témoignant de la tendance à la déformation à se localiser au cours du temps le long des zones de failles préexistantes. Des motifs verts et feu et des traces de failles s'étendant au sud-est d'El Paso marquent le bord de la ceinture orogénique de Laramide et le bord frontal des montagnes Rocheuses.

La formation du golfe du Mexique et des montagnes Rocheuses fait partie de la déformation mondiale continue. L'océan Atlantique s'élargit à mesure que l'Europe et l'Amérique du Nord se séparent, tandis que le bassin de l'océan Pacifique se ferme à mesure que la plaque nord-américaine et l'Asie convergent. Les premières phases de ce modèle de mouvement moderne peuvent être lues dans l'histoire tectonique de la côte du golfe et du Laramide au Texas.

Les cartes tectoniques aident à illustrer l'histoire agitée de la Terre en mettant en évidence les principaux épisodes du mouvement tectonique des plaques, y compris la formation des montagnes et la formation des océans. Avec cette carte comme guide, les utilisateurs de la carte peuvent retracer l'expérience du Texas dans l'histoire des mouvements régionaux et mondiaux de la Terre.

Les propriétés physiques et biologiques fondamentales des terres du Texas qui sont représentées sur cette carte définissent collectivement des catégories de ressources terrestres de base : régions de recharge des eaux souterraines, terres contenant des ressources minérales économiques, zones contenant des matériaux de surface ayant des propriétés physiques économiquement importantes, régions présentant des des formes terrestres distinctives, des zones influencées par des processus physiques dynamiques et des zones dominées par des facteurs biologiques. Une ou plusieurs de ces catégories définissent une unité de ressource foncière, différenciée sur cette carte par couleur et étiquetée par des abréviations alphanumériques. Chacune des unités cartographiques généralisées représente généralement plus d'une unité de ressources terrestres.

Unités de recharge des eaux souterraines

Les sables et graviers de recharge de surface (unités de carte Rs1 à Rs4) sont parmi les ressources terrestres les plus importantes sur le plan économique du Texas. Les aquifères fournissent près de 60 pour cent de la demande totale d'eau douce de l'État, et ils sont la seule source d'eau dans de nombreuses régions du Texas. Les zones de recharge reposent généralement sur du sable non cimenté ou faiblement cimenté ou sur un mélange de sable et de gravier. Les eaux de surface peuvent cependant recharger les aquifères en traversant pratiquement n'importe quel type de substrat rocheux ou de sédiments superficiels qui ont une perméabilité (par exemple, les unités cartographiques G, L7 et d'autres non spécifiquement désignées comme sables de recharge sur cette carte) suffisante pour permettre à l'eau de s'écouler dans les aquifères.

Le mouvement et le stockage des eaux souterraines dans les sédiments de recharge et les aquifères se produisent dans des espaces ouverts (porosité) entre les grains de sédiments et peuvent composer jusqu'à 25 pour cent du volume de sédiments. Le degré auquel ces espaces ouverts sont interconnectés (pour permettre l'écoulement de l'eau souterraine) détermine la perméabilité de la recharge et du matériau aquifère. La carte fait la distinction entre les unités de recharge en fonction de la taille des grains de sédiments (gravier, sable et argile), de la perméabilité et de la topographie (par exemple, collines ondulantes, îles-barrières et terrains à faible relief).

Unités de ressources minérales

Parce que le Texas produit un large éventail de ressources minérales, en particulier des minéraux non métalliques, il a toujours été classé parmi les cinq premiers États en termes de rendement annuel total de produits minéraux. Les unités de ressources minérales représentées sur la carte (unités cartographiques SI à S5, G, C I et C2, Rb I et LI à L7) comprennent des régions où existent des ressources importantes connues ou des gisements potentiels. Par exemple, les grandes carrières de calcaire dur (unité cartographique LI), de grès (unité cartographique S4) et de granit (unité cartographique G) dans le centre et l'est du Texas fournissent des pierres de construction, de dimension et de parement pour les structures commerciales et résidentielles. Le calcaire concassé, le grès et d'autres types de roches et de sédiments fournissent des agrégats de roche dure dans les fondations des routes. Les sables de recharge abritent également d'importants gisements d'uranium dans la région de Karnes City, dans le sud du Texas. Le caliche (unité cartographique L6) et les sables verts-fers (unité cartographique SI) sont des bases routières localement communes. Le minerai de fer a également été étamé à partir de sable vert et de pierre de fer dans le nord-est du Texas. Les cimenteries sur et à proximité du substratum calcaire (unité cartographique L5) s'étendent de San Antonio à Dallas, et les zones représentées par les unités cartographiques C2 et Rb I ont produit du charbon bitumineux, de l'argile céramique et du gypse dans le centre-nord du Texas.

Unités de propriété physique

Les unités de propriété physique déterminent l'adéquation des caractéristiques physiques d'une zone à diverses utilisations par les humains. Les caractéristiques physiques du substrat ou du sol sont les plus importantes, et les propriétés foncières qui imposent des limites techniques à la construction sont parmi les plus importantes des unités cartographiques. Ces limites incluent la stabilité des pentes, la résistance des fondations, le potentiel d'excavation, la compressibilité, la plasticité, le potentiel de corrosion et la capacité d'infiltration, entre autres.

Les unités de sable de recharge (unités cartographiques Rs1 à Rs4) présentent d'excellentes propriétés d'ingénierie pour la construction. Ils comprennent une résistance élevée des fondations, un faible potentiel de corrosion, une faible compressibilité, un faible potentiel d'expansion (rétrécissement-gonflement), une stabilité de pente modérée et une facilité d'excavation. Le calcaire, le grès et le granit (unités cartographiques L1 à L5, S1, S5 et G) partagent bon nombre de ces caractéristiques souhaitables. En revanche, les unités de ressources foncières qui ont une teneur élevée en argile ne conviennent généralement pas comme base de construction. Les argiles et les schistes (unités cartographiques C1, C2, S2, S3 et Rb1) s'érodent facilement, formant des basses terres qui composent des fondations et des matériaux de construction faibles et ont des propriétés expansives et corrosives qui endommagent les routes et les fondations. Cependant, les unités dominées par l'argile, généralement bien adaptées à l'élimination des déchets solides, sont des sources d'argiles industrielles et constituent des terres agricoles de choix.

Unités terrestres

Pour certaines zones de ressources foncières du Texas, le relief topographique et la configuration de la surface des terres contrôlent l'utilisation des terres. Contrairement à d'autres unités de ressources terrestres, cependant, peu de généralisations peuvent être faites sur les propriétés physiques des unités de forme terrestre en raison de leur diversité à l'échelle de l'État. Les matériaux de substrat vont de très durs à mous, la topographie va des prairies plates et des terres côtières aux terrains montagneux accidentés, et l'aptitude agricole va de terres de parcours pauvres avec une végétation clairsemée à des terres agricoles très productives. Vues sur les montagnes, les canyons et le désert (unités cartographiques Dm1, Dm2 et Af) dans le Trans-Pecos au Texas, les terrains de badland à lit rouge (unités cartographiques Rb1 et Rb2) dans le centre-nord du Texas et le Panhandle, le Hill Country soutenu par le calcaire du centre du Texas (unités cartographiques L1 et L3), et les champs de dunes et les îles-barrières du Texas côtier ne sont que quelques exemples d'unités de forme terrestre qui ont créé des attractions récréatives de premier ordre dans l'État.

Unités de processus dynamiques

Les unités de ressources terrestres dans lesquelles les processus physiques dynamiques (par exemple, les inondations et l'érosion éolienne) sont primordiaux affectent grandement l'aptitude naturelle de nombreuses zones de l'État aux activités humaines. Dans certaines régions, ces processus sont continus dans d'autres régions, les processus se produisent périodiquement, rapidement et parfois avec intensité. La périodicité et l'intensité de ces processus et les changements de surface terrestre qui en résultent affectent fortement la capacité humaine à utiliser les ressources en terre et en eau dans les zones touchées.
Les unités de ressources terrestres regroupées sous des processus dynamiques sont les dépôts fluviaux, côtiers et éoliens (vent) : vallées et terrasses sujettes aux inondations (unité cartographique A), zones susceptibles d'être inondées par les ouragans (unité cartographique Bi et autres unités côtières ), les dunes de sable et les éruptions (unité de carte W1) et les sables soufflés par le vent (unité de carte W2). D'autres unités qui sont moins influencées par les processus dynamiques comprennent les terrains calcaires susceptibles de former des dolines (unité cartographique L7) et les terrains montagneux où des glissements de roche et de boue peuvent se produire (unités cartographiques Dm1 et Dm2). Les unités de processus dynamiques primaires sont limitées à la zone côtière du Texas, à l'ouest du Texas et au Panhandle.

Les sols riches en nutriments des vallées des cours d'eau et des rivières qui sont soumis à des inondations périodiques sont mieux utilisés pour l'agriculture dans les zones rurales et pour les ceintures vertes en milieu urbain. Les terrasses fluviales nécessitent un développement commercial réfléchi car elles restent des zones inondables possibles lors d'inondations rares, mais majeures. Les zones topographiquement basses le long de la zone côtière, telles que les îles-barrières, sont sensibles aux inondations causées par les ondes de tempête et à l'érosion du littoral. Les dunes de sable mobiles et les éruptions, impliquant des processus dynamiques généralement continus, sont des éléments de terres qui ne sont généralement pas aménagées en tant que terres de parc pittoresque. Les zones montagneuses sujettes aux glissements de terrain et de boue sont peuplées et ce sont également des terres pittoresques de premier ordre.

Unités de ressources biologiques

Une seule unité de ressources biologiques est représentée sur cette carte-zones humides (carte unité M). Cette unité de ressources terrestres comprend des marais d'eau douce, saumâtre et salée dans des contextes côtiers et deltaïques qui peuvent être cartographiés en tant qu'unités distinctes sur une carte à plus grande échelle. Les marécages et les terres riveraines, également généralisés, sont inclus dans l'unité des milieux humides. De nombreux autres marais et marécages côtiers ne peuvent être représentés à cette échelle. Dans les zones côtières des baies, de nombreuses autres unités biologiques peuvent être identifiées sur la base des populations benthiques. Les herbiers marins et les récifs d'huîtres en sont des exemples. Pour plus de détails sur les informations résumées sur cette carte, veuillez consulter la carte à l'échelle 1:500 000 du Bureau et le texte qui accompagne la publication Land Resources of Texas.

Cette carte de type de végétation/couverture du Texas est le résultat des efforts déployés par le Texas Parks and Wildlife Department pour délimiter et catégoriser les types de végétation et de couverture terrestre existants à l'échelle de l'État à l'aide des données Landsat (1972 à 1980), d'une analyse de classification informatique et d'une vérification systématique de l'exactitude. procédures. Il représente des informations résumées à partir d'une mosaïque de cartes de végétation à plus grande échelle publiées par le Texas Parks and Wildlife Department. Ces cartes (1:300 000) présentent des informations détaillées sur la végétation et la couverture terrestre à une résolution de 80 mètres.

Le Texas comprend 10 grandes régions naturelles différenciées sur la base de la physiographie, des précipitations et d'autres facteurs climatiques, ainsi que de la végétation et de la faune. Ici, la végétation du Texas a été divisée en un total de 53 types de couverture, dont 47 associations végétales de 2 ou 3 espèces dominantes ou codominantes caractéristiques. Les noms d'association de plantes sont suivis d'un terme qui décrit la structure de l'espèce dominante, comme la forêt ou la prairie. Les unités indiquées sur la carte comprennent la végétation naturelle ainsi que les types de couverture, qui sont le résultat de l'utilisation des terres.

Le Texas est situé au carrefour de quatre grandes subdivisions naturelles de l'Amérique du Nord : forêts et prairies côtières du golfe, Great Western Lower Plains, Great Western High Plains et la région des Rocheuses. Topographiquement, à l'exclusion de la région montagneuse à l'ouest de la rivière Pecos, le Texas est une série de plaines et de prairies qui descendent en altitude du nord-ouest au sud-est. Il y a trois caractéristiques topographiques importantes : la province physiographique du bassin et de la chaîne dans le Trans-Pecos, l'escarpement nord-sud de Caprock des hautes plaines dans le Panhandle et l'escarpement en forme d'arc de Balcones dans la zone centrale de l'État. Les 367 miles de côtes sont vastes et biologiquement diversifiés.

Avant que le Texas ne soit colonisé par des immigrants européens, les changements dans les limites de la végétation se sont produits lentement en réponse aux changements graduels à long terme du climat. Des changements localisés majeurs à la végétation établie se sont également produits à la suite d'incendies de forêt naturels et de tempêtes, mais ces changements n'ont pas affecté les limites globales des principales communautés végétales. Avant la colonisation et la conversion profonde de l'utilisation des terres dans les années 1880, les 80 pour cent du centre du Texas étaient des prairies courtes à hautes, les 10 pour cent du Texas qui se trouvent à l'ouest de la rivière Pecos étaient des prairies désertiques et les 10 pour cent est de la l'état était des terres forestières.

Une grande partie du paysage du Texas a été considérablement modifiée par l'utilisation des terres. Parmi ces changements figurent l'urbanisation rapide et l'exploitation continue des ressources naturelles, notamment le développement des ressources en eau, la conversion des terres sauvages en pratiques agricoles et forestières, la production minérale et énergétique, l'expansion urbaine et industrielle, les développements récréatifs ou de loisirs et les infrastructures de transport. Malheureusement, ces conversions d'affectation des terres ont considérablement modifié la végétation naturelle de régions entières. Par exemple, de la prairie originale de Blackland, seulement environ 0,04 pour cent des prairies indigènes restent dans de petites étendues dispersées, ce qui rend ces vestiges uniques et précieux. De même, 95 pour cent des broussailles indigènes du delta inférieur du Rio Grande ont été perdues au profit du développement agricole et urbain, augmentant la valeur des broussailles restantes en tant qu'habitat pour la faune, y compris de nombreuses espèces menacées. Bien que la majeure partie de la région boisée de l'est soit encore boisée, environ 66 pour cent de la forêt de feuillus des basses terres ont été défrichés ou remplacés par des réservoirs, des pâturages cultivés et des cultures.

Non seulement les plantes indigènes ont été déplacées, mais beaucoup ont été remplacées par des espèces exotiques. Par conséquent, les limites de nombreux types de végétation changent maintenant rapidement, non pas en raison de changements naturels du climat, mais en raison de la modification à l'échelle du paysage induite par l'homme.

La grande diversité végétale et les modèles complexes de distribution des plantes au Texas se sont développés en réponse à une matrice de facteurs environnementaux complexes, notamment la géologie, la topographie, les zones climatiques, les ceintures de précipitations et les types de sols. Il existe plus de 5 000 espèces de plantes vasculaires (arbres, arbustes, vignes, fleurs sauvages, graminées et plantes herbacées telles que les carex et les joncs). De ce nombre, environ 400 sont endémiques. Près de la moitié (523) des espèces de graminées indigènes des États-Unis se trouvent au Texas. Plus de 500 espèces de plantes vasculaires sont introduites. Malheureusement, bon nombre de ces espèces exotiques ont dégradé ou détruit l'habitat d'espèces végétales indigènes.

Le plus grand nombre d'espèces végétales se trouve dans les régions forestières de Trans-Pecos et de l'est. Les zones de moindre diversité sont le Texas Panhandle, les Southern High Plains et les Rolling Plains. Le plus grand nombre d'espèces endémiques se trouve à Trans-Pecos Texas et sur le plateau Edwards et les plaines du Rio Grande. Ce modèle de diversité florale affecte directement la diversité et l'abondance de la faune. L'occurrence et la distribution des plantes au Texas abritent plus de 1 200 espèces de vertébrés indigènes et d'innombrables invertébrés qui dépendent de la végétation pour se nourrir et se couvrir.

Cette carte des types de végétation et de couvert représente un instantané à un instant de la dynamique du paysage à l'échelle régionale. L'application accrue de l'analyse du type de couverture pour les décisions d'utilisation des terres pourrait améliorer la probabilité d'atteindre un équilibre à long terme entre les considérations socio-économiques et les besoins en ressources naturelles.

Des informations supplémentaires concernant cette carte, telles que des descriptions détaillées de chacune des associations végétales cartographiées et des photographies de chaque association, sont disponibles sur le site Web de la section Nature, de l'unité de la vie végétale du Texas Parks and Wildlife Department.

-Roy G. Frye, Kirby L. Brown et Craig A. McMahan

Les géologues étudient le paysage naturel du Texas et classent ses variations en provinces physiographiques distinctes. Chaque province ou paysage reflète une histoire géologique unifiée des processus de dépôt et d'érosion. Chaque province physiographique se distingue par sa structure géologique caractéristique, les types de roches et de sols, la végétation et le climat. Les élévations et les formes de ses reliefs contrastent considérablement avec celles des reliefs des régions adjacentes. Le Carte physiographique du Texas affiche sept provinces physiographiques et leurs principales subdivisions, le tableau ci-joint décrit leurs principales différences physiques. Les descriptions suivantes mettent l'accent de manière sélective sur les caractéristiques qui distinguent les provinces et leurs subdivisions.

Plaines côtières du golfe

Les plaines côtières du golfe comprennent trois sous-provinces appelées les prairies côtières, les plaines côtières intérieures et les prairies de Blackland. Les Prairies côtières commencent au bord du golfe du Mexique. Les jeunes sables, limons et argiles deltaïques s'érodent en prairies presque plates qui forment des pentes presque imperceptibles au sud-est. Les arbres sont rares, sauf localement le long des ruisseaux et dans les mottes de chêne, poussant sur des sédiments sous-jacents plus grossiers d'anciens ruisseaux. Des pentes plus raides mineures, de 1 pied à 9 pieds de haut, résultent de l'affaissement des sédiments deltaïques le long des failles. Entre Corpus Christi et Brownsville, de larges nappes de sable creusées par des dunes basses et des éruptions formant des étangs dominent le paysage.

Les plaines côtières intérieures comprennent des ceintures alternées de sables non cimentés résistants parmi des schistes plus faibles qui s'érodent en longues crêtes sableuses. Au moins deux grands systèmes de failles descendant jusqu'à la côte sont presque parallèles au littoral. Des grappes de failles se concentrent également sur les dômes de sel dans l'est du Texas. Cette région est caractérisée par des forêts de pins et de feuillus et de nombreux cours d'eau permanents. À l'ouest et au sud, la densité des arbres diminue continuellement, les pins disparaissent dans le centre du Texas et les broussailles chaparrales et les herbes clairsemées dominent entre San Antonio et Laredo.

Dans les Blackland Prairies des plaines côtières du golfe les plus intérieures, les craies et les marnes se transforment en sols argileux profonds, noirs et fertiles, contrastant avec les sols sablonneux et argileux rouges et beiges minces des plaines côtières intérieures du golfe. Les terres noires ont une surface légèrement ondulée, débarrassée de la plupart des végétations naturelles et cultivées pour les cultures.

À partir du niveau de la mer dans le golfe du Mexique, l'élévation des plaines côtières du golfe augmente vers le nord et vers l'ouest. Dans la région d'Austin San Antonio, l'altitude moyenne est d'environ 800 pieds. Au sud de Del Rio, l'extrémité ouest des plaines côtières du golfe a une altitude d'environ 1 000 pieds.

Grand Prairie

L'est de la Grande Prairie s'est développé sur des calcaires, l'altération et l'érosion ont laissé des sols rocheux minces. Au nord et à l'ouest de Fort Worth, la surface en forme de plateau est bien exposée et de nombreux ruisseaux disséquent des terres qui sont pour la plupart plates ou en pente douce vers le sud-est. Là, la flore est constituée de prairies à pâturin argenté-Texas. Les grès sous-tendent principalement la marge ouest de la Grande Prairie, où les bois de chênes forment les Western Cross Timbers.

Plateau Edwards

L'escarpement des Balcones, superposé à une bande incurvée de failles normales majeures, délimite l'est et le sud du plateau Edwards. Sa zone principale comprend le Hill Country et un large plateau. L'érosion fluviale de l'escarpement de la faille sculpte le Hill Country de Waco à Del Rio. Le plateau Edwards est recouvert de calcaires durs du Crétacé. Les ruisseaux locaux retranchent le plateau jusqu'à 1 800 pieds sur 15 milles. Les drainages supérieurs des cours d'eau sont des tirages sans eau qui s'ouvrent dans des canyons en boîte où les sources fournissent de l'eau en permanence. Des gouffres parsèment généralement le terrane calcaire et se connectent à un réseau de cavernes. Une alternance de calcaires marneux durs et tendres forme une topographie en escalier dans l'intérieur central de la province.

Le plateau Edwards comprend le plateau Stockton, une terre semblable à un mesa qui est la partie la plus élevée de cette subdivision. Avec la diminution des précipitations vers l'ouest, la végétation passe de la brosse à genévrier mesquite vers l'ouest aux arbustes à goudron créosote.

La rivière Pecos érode un canyon aussi profond que 1 000 pieds entre les plateaux Edwards et Stockton. Ses cours d'eau latéraux deviennent des tirages formant d'étroits canyons aveugles aux parois presque verticales. Les canyons de Pecos comprennent la rivière principale et ses cours d'eau secondaires. La végétation est clairsemée, même près des sources et des ruisseaux.

Soulèvement du centre du Texas

La caractéristique la plus caractéristique de cette province est un bassin central ayant un fond roulant parsemé de collines granitiques arrondies de 400 à 600 pieds de haut. Enchanted Rock State Park est typique de ce terrain. Les roches formant à la fois le fond du bassin et les collines sont parmi les plus anciennes du Texas. Une bordure de formations résistantes du Paléozoïque inférieur (voir la carte de géologie du Texas) entoure le bassin. Au-delà du bord paléozoïque se trouve une deuxième crête formée de calcaires comme ceux du plateau Edwards. Les parcs de mesquite de chênes vivants centraux sont entourés de parcs de genévriers de chênes et de frênes vivants.

Plaines du centre-nord

Une surface d'érosion qui s'est développée sur les formations du Paléozoïque supérieur forme les plaines du centre-nord. Là où prédomine le substrat rocheux de schiste, des rivières sinueuses traversent des étendues de prairie locale. Dans les zones à substrat rocheux plus dur, les collines et les plaines vallonnées dominent. Des zones locales de grès durs et de calcaires recouvrent des pentes abruptes gravement disséquées près des rivières. Les longs pendages de calcaires fortement fracturés présentent de vastes motifs rectangulaires. Les roches et les sols de l'ouest sont rouges ou gris oxydés là où le gypse domine, tandis que les roches et les sols de l'est s'altèrent de brun à chamois. Les parcs de chênes et de genévriers vivants sont classés vers l'ouest en broussailles de lotebush mesquite.

Hautes plaines

Les hautes plaines du Texas forment un plateau presque plat avec une altitude moyenne d'environ 3 000 pieds. De vastes dépôts de sable et de gravier déposés par les cours d'eau, qui contiennent l'aquifère d'Ogallala, sous-tendent les plaines. Les sables et limons soufflés par le vent forment localement des sols riches et épais et des caliches. Les broussailles à mesquite de Havard tibia dominent les sols limoneux, tandis que la broussaille de havard tibia de Havard occupe les nappes de sable. De nombreux lacs playa se dispersent au hasard sur les plaines sans arbres. La limite orientale est un escarpement qui recule vers l'ouest et coiffé d'un caliche dur. Les eaux d'amont des grandes rivières entaillent profondément le caprock, comme en témoignent les parcs d'État de Palo Duro Canyon et Caprock Canyons.

Sur les hautes plaines, de petits ruisseaux intermittents répandus dominent le drainage. La rivière Canadian traverse la province, créant les failles canadiennes et séparant les hautes plaines centrales des hautes plaines du sud. Le drainage de la rivière Pecos érode l'escarpement orienté vers l'ouest des hautes plaines du sud, qui se termine contre le plateau Edwards au sud.

Bassin et Gamme

La province du bassin et de la chaîne contient huit sommets de plus de 8 000 pieds. À 8 749 pieds, Guadalupe Peak est le point culminant du Texas. Les chaînes de montagnes ont généralement une orientation presque nord-sud et s'élèvent brusquement à partir de plaines rocheuses stériles.

Les plateaux dans lesquels les roches sont presque horizontales et moins déformées flanquent généralement les montagnes. Des noyaux de roches sédimentaires et volcaniques fortement plissées et faillées ou de roches granitiques composent l'intérieur des chaînes de montagnes. Les roches volcaniques forment de nombreux sommets. D'importants flux de cendres volcaniques et d'épais dépôts de débris volcaniques flanquent les pentes de la plupart des anciens volcans. L'activité volcanique ancienne de la province du bassin et de la chaîne du Texas était principalement de nature explosive, comme le mont Saint Helens. Les volcans qui ont déversé des coulées de lave successives sont rares. Les cratères érodés, où les noyaux des volcans se sont effondrés et se sont affaissés, sont abondants.

Les parcs de genévriers alligator de pins pinyon de chêne gris drapent les plus hautes altitudes. Des buissons de créosote et des arbustes de lechuguilla peuplent de façon clairsemée les plateaux et les altitudes intermédiaires. La prairie de Tobosa black grama occupe les bas bassins.

Le Carte physiographique du Texas est un guide utile pour apprécier les voyages dans tout l'État. Le Texas regorge de panoramas de montagnes, de plateaux, de plaines, de collines et de vallées dans lesquelles de nombreux types de roches et structures géologiques sont exposés. Une variété de végétation pousse, selon le climat local.

Dans les bassins fluviaux du Texas, les ruisseaux transportent une ressource précieuse : les eaux de surface. Ils contiennent les nutriments essentiels au maintien de la vie chez les plantes, les animaux et les humains. Ils sont la matière première des forêts naturelles, des prairies, des prés, des marécages et des marais, ainsi que des pâturages et des terres cultivées. Tous les produits qui construisent nos communautés - béton, bitume, briques, bois, papier et plastiques - ont besoin de leurs eaux.

Un bassin fluvial est l'ensemble de la zone drainée par un cours d'eau et ses affluents. La terre la plus élevée entoure le bassin fluvial, formant sa limite extérieure et le divisant des bassins adjacents. À partir de cette limite, ou division, toute l'eau tombant dans le bassin s'écoule vers un point d'écoulement. Au point d'écoulement, les petits bassins fluviaux se déversent dans des bassins fluviaux ou fluviaux plus grands.

Les 13 principaux bassins fluviaux du Texas varient considérablement en taille, en forme et en modèles de cours d'eau. Bien que les bassins fluviaux partagent de nombreuses caractéristiques communes, chacun est unique. Les bassins fluviaux reflètent le climat, la géologie, la topographie et la végétation d'une région.

Cinq bassins fluviaux du Texas proviennent de l'extérieur du Texas. Deux commencent au Colorado : le Rio Grande dans les montagnes San Juan à environ 14 000 pieds et la rivière Canadian à Raton Pass à près de 8 500 pieds. Trois rivières commencent au Nouveau-Mexique: la rivière Rouge sous le nom de Blanca Creek à 4 640 pieds, la rivière Brazos à environ la même altitude et la rivière Colorado à Sulphur à environ 4 000 pieds. Les huit autres bassins fluviaux du Texas proviennent du Texas.

La rivière Canadienne et la rivière Rouge ont leurs débouchés, ou points d'écoulement, au-delà du Texas. Nos 11 bassins fluviaux restants se déversent dans le golfe du Mexique. Seuls le Rio Grande et le Brazos se jettent directement dans le golfe du Mexique, où ils ont construit des deltas substantiels dans un passé récent. Sur le Carte du bassin fluvial du Texas, les restes de leurs deltas font bomber le rivage dans le golfe.

Les bassins fluviaux restants se déversent dans les estuaires et les baies le long de la côte. Les rivières Sabine et Nueces se jettent dans le lac Sabine et formaient auparavant un seul bassin fluvial. De même, les rivières Trinity et San Jacinto se jettent dans les baies de Galveston et Trinity. Le fleuve Colorado, qui se combinait autrefois avec le fleuve Brazos pour former un delta, se jette maintenant dans la baie de Matagorda. La rivière Lavaca se jette dans la baie de Lavaca, la Guadalupe et San Antonio forment ensemble un delta dans la baie de San Antonio, et la rivière Nueces se jette dans la baie de Corpus Christi. Les marais, les herbiers, les crevettes, les poissons et la faune de fond comme les huîtres ont besoin de la nourriture fournie par les nutriments contenus dans l'afflux d'eau douce et de sédiments de ces rivières.

Comme le montre le tableau sous la carte, les bassins fluviaux du Texas varient considérablement en superficie et en longueur. Le plus grand, le Rio Grande, contraste nettement avec le plus petit, le fleuve San Jacinto, tant par sa taille que par sa longueur. Les rivières Rouge, Colorado et Brazos ont des zones similaires, mais la rivière Brazos est 25 % plus longue que les deux autres. La plupart des bassins fluviaux ont des formes allongées. Seules les rivières Nueces, Lavaca et San Jacinto s'arrondissent en forme de larme.

Des bassins côtiers mal drainés sont situés entre de nombreux grands bassins fluviaux. Les bassins côtiers le long du golfe du Mexique ne contiennent que de petits cours d'eau, communément appelés "bayous", à l'est de la rivière Brazos. Leurs petits débits dans les baies sont estimés, et ces bassins manquent d'instruments pour mesurer le débit des cours d'eau.

Le climat, en particulier les précipitations et l'évaporation, contrôle fortement le débit des rivières et des ruisseaux au Texas. Dans le bassin de la rivière Sabine, les précipitations annuelles moyennes sont de près de 60 pouces et l'évaporation annuelle est inférieure à 70 pouces, tandis que dans le bassin du Rio Grande, les précipitations annuelles moyennes varient de 8 à 20 pouces et l'évaporation annuelle peut atteindre 105 pouces. Par conséquent, les cours d'eau de l'est du Texas coulent toute l'année, mais la plupart des cours d'eau de l'ouest du Texas ne coulent qu'une partie de l'année ou par intermittence.

À l'est de la Trinité et au sud des rivières Rouges, les bassins fluviaux contiennent généralement des cours d'eau sombres et troubles en raison de leur teneur élevée en matières organiques. À l'ouest d'Austin, les principaux cours d'eau des bassins fluviaux sont clairs lorsqu'ils ne sont pas en crue. Dans l'est du Texas, le débit dans les bassins, qui est le volume d'eau passant par un point par unité de temps, reste relativement constant. Dans l'ouest et le nord du Texas, le débit change rapidement de zéro ou sec à l'étape d'inondation à la suite de tempêtes, par conséquent ces ruisseaux intermittents sont appelés "flashy."

Nous tirons parti des effets climatiques sur les cours d'eau du bassin en choisissant où nous construisons des réservoirs, comme indiqué dans le tableau sur le Carte du bassin fluvial du Texas. Le plus grand réservoir est Toledo Bend dans le bassin de la rivière Sabine, qui a une capacité de stockage de 4 472 900 acres-pieds. Un acre-pied est la quantité d'eau qu'il faut pour couvrir 1 acre de terre à 1 pied de profondeur. Le plus petit réservoir, qui est loin à l'ouest, est le réservoir Mackenzie de la rivière Rouge, d'une superficie de 46 250 acres-pieds.

Les bassins fluviaux reflètent fortement leur géologie. Par exemple, dans l'est du Texas, plus humide, où les sables et les boues non cimentés dominent le terrain, les vallées fluviales sont plus larges et contiennent des ruisseaux largement sinueux transportant une abondante boue brune en suspension. Les méandres sont les grands virages en forme de serpent qui migrent dans les deux sens à travers la plaine inondable au fil du temps. Les barres fluviales de l'Est sont composées de sables fins, de limons et d'argiles.Les rivières de l'est du Texas ont des pentes moyennes douces de 1,4 à 2,3 pieds par mile. La pente est la pente du lit du cours d'eau depuis son point d'origine le plus élevé jusqu'à son point d'écoulement final.

En revanche, les ruisseaux de l'extrême ouest du Texas ont creusé des gorges profondes avec des parois de canyon presque verticales dans des calcaires et des grès bardiques. Là, les cours d'eau sont incisés et s'écoulent normalement assez clairement. Les barres des cours d'eau de l'ouest contiennent de plus grandes proportions de gravier et de sable grossier. Les rivières occidentales ont des pentes moyennes plus raides de 7,3 à 12,5 pieds par mile.

Les substrats rocheux, sources de sédiments transportés par les cours d'eau, contribuent au caractère du cours d'eau. La rivière Rouge tire son nom des sédiments rouges qu'elle érode des strates rouges du Permien. Ces mêmes strates du Permien contiennent d'épais lits de sel qui se dissolvent dans les eaux des fleuves canadien et supérieur Brazos, les rendant trop salées pour être bues. Les roches noires qui proviennent des laves volcaniques sont particulièrement fréquentes dans les graviers du Rio Grande. Ces graviers contiennent également de nombreux types de roches transportés du Nouveau-Mexique, comme les granites.

Dans les terrains où les bassins fluviaux traversent des roches dures et tendres adjacentes, les modèles et les gradients des cours d'eau reflètent les différences de résistance à l'érosion. Les chutes d'eau augmentent généralement les débits, tombant sur des roches dures et résistantes sur des roches tendres. Le parc d'État de Pedernales Falls en contient un bon exemple. Dans les formations rocheuses dures et molles en pente douce, les cours d'eau s'écoulent dans des vallées érodées préférentiellement dans les roches tendres qu'ils érodent rarement à travers les roches plus dures.

Les structures géologiques contrôlent généralement les directions, les modèles et les gradients locaux des cours d'eau. Les cours d'eau occupent généralement des zones de substratum rocheux facilement érodé et très fracturé. Le drainage contrôlé par les failles et les fractures est courant dans tout l'État. Les bassins fluviaux s'alignent généralement parallèlement aux failles et aux fractures, puis se plient brusquement à des angles élevés, formant des plis contrôlés par les intersections de structures. Dans l'est du Texas, les dômes de sel près de la surface terrestre font que les cours d'eau se courbent autour d'eux.

Aucun bassin fluvial du Texas n'est à l'état naturel sur toute sa longueur. Tous sont quelque part touchés par l'homme et ont des barrages, des digues ou des canaux aménagés et des usines de traitement des eaux usées. Les rivières du Texas étanchent notre soif, sculptent un paysage magnifique, offrent des loisirs, créent des habitats pour la faune et fournissent de l'eau pour l'agriculture et l'industrie. À mesure que la population du Texas augmente, nous devons continuer à protéger la disponibilité et la qualité de ces actifs et allouer judicieusement nos ressources en eau.

Les aquifères sont une partie essentielle du cycle de l'eau. L'eau de pluie qui tombe sur la terre peut (1) s'évaporer, (2) être absorbée par les plantes, (3) ruisseler dans les ruisseaux ou (4) s'infiltrer sous terre à travers le sol, les sédiments et les roches. La fraction de l'eau qui se déplace dans la nappe phréatique est appeléerecharger. La roche ou les sédiments qui emmagasinent et transportent de l'eau sous terre en quantités et en qualité suffisantes pour être utiles à l'homme sont appelés aquifère.

L'eau est stockée dans des espaces au sein des sédiments ou de la roche qui sont appelés pores. Les pores vont des espaces microscopiques entre les grains minéraux, aux fractures, aux grottes. Sous la nappe phréatique, la plupart des pores d'une roche sont remplis d'eau, de sorte que cette roche est décrite comme saturé. La propriété de l'aquifère qui permet à l'eau de se déplacer à travers les pores connectés est connue sous le nom de perméabilité. Le gravier, le sable et le grès sont des types de sédiments et de roches généralement très perméables. L'argile et le schiste sont des exemples de sédiments et de roches ayant des pores petits ou mal connectés à travers lesquels l'eau ne se déplace pas facilement. La perméabilité du calcaire et des roches ignées dépend de l'histoire géologique de la roche.

L'eau dans un aquifère n'est pas stagnante mais se déplace plutôt sous pression. Il pénètre dans l'aquifère à la surface dans le zone de recharge. L'eau quitte l'aquifère au niveau des zones de rejet. Il peut s'agir de sources, de puits ou de zones le long du lit d'une rivière ou le long de la côte. Le trajet d'écoulement de la zone de recharge à la zone de décharge peut être court et simple, ou il peut mesurer des centaines de kilomètres de long et amener l'eau douce à des profondeurs de plusieurs milliers de pieds avant de la ramener à la surface. Certaines parties du trajet d'écoulement ont une couche de faible perméabilité au-dessus de l'aquifère, appelée la confiné partie de l'aquifère. Lorsqu'un puits est foré dans un aquifère captif, la pression dans l'aquifère fera monter l'eau dans le puits. Si la pression dans l'aquifère captif fait monter l'eau du puits au-dessus de la surface du sol, le puits est un artésien bien. L'eau est pompée à partir de puits pour l'irrigation, l'approvisionnement en eau des villes et des foyers, la fabrication et les activités minières.

Les eaux souterraines se dissolvent ou interagissent chimiquement avec les minéraux de la roche. Ce que nous appelons eau fraiche contient moins de 1 000 milligrammes de matière dissoute dans chaque litre d'eau. Dans un aquifère calcaire, l'eau dissout une partie de la calcite minérale, ce qui donne à l'eau le goût et les propriétés moussantes médiocres de l'eau dure. À de plus grandes profondeurs et dans des roches moins perméables, l'eau devient de plus en plus salée. Il devient également salin lorsqu'il entre en contact avec des dépôts de sel et où, dans les zones arides, l'évaporation des eaux souterraines concentre les minéraux dissous.

Les gens peuvent modifier le système naturel. Si l'eau extraite de l'aquifère dépasse l'eau remplacée par la recharge, les sources peuvent s'assécher, l'eau salée peut se déplacer dans une zone qui avait auparavant de l'eau douce, ou la surface du sol peut s'affaisser, augmentant le risque d'inondation. Le déversement ou la mauvaise utilisation de matériaux tels que l'eau salée, l'huile, les produits chimiques, les pesticides ou les engrais peuvent contaminer les eaux souterraines.

Le Texas tire plus de la moitié de son approvisionnement en eau, soit plus de 2,5 billions de gallons, des aquifères. Étant donné que chaque système aquifère du Texas est unique, cette carte ne capture que la distribution générale des aquifères majeurs et de certains aquifères mineurs. Les neuf principaux aquifères du Texas fournissent plus de 90 % des eaux souterraines de l'État.

Certains des aquifères les plus productifs de l'État se trouvent dans des sédiments relativement jeunes (jusqu'à 1,6 million d'années [m.a.]) déposés par les cours d'eau et sont connus sous le nom de aquifères alluviaux. L'aquifère d'alluvions de la rivière Brazos, par exemple, s'est formé lorsque du sable, du gravier, du limon et de l'argile se sont déposés dans la plaine inondable et le canal de l'ancienne rivière Brazos. Les aquifères alluviaux le long de nombreuses rivières du Texas sont utilisés pour l'approvisionnement en eau domestique et pour l'irrigation. Parce qu'ils sont peu profonds et composés de sédiments perméables, les aquifères alluviaux sont sensibles à la contamination. Les sources naturelles et humaines de salinité ont réduit la qualité de l'eau dans certains aquifères alluviaux, comme l'aquifère de Lipan.

Un autre groupe d'aquifères est formé dans des dépôts associés à des rivières qui ont coulé pendant le Cénozoïque (jusqu'à 65 millions d'années). L'aquifère Seymour est hébergé par des dépôts de sable et de gravier d'anciennes rivières coulant vers l'est. Son âge est indiqué par les vallées que les rivières modernes ont creusées dans ces dépôts. Les dunes de sable ainsi que les sédiments fluviaux ont contribué aux alluvions de la rivière Pecos, et les roches plus anciennes (Rustler) sous les alluvions de Pecos échangent de l'eau avec elle. L'aquifère le plus prolifique du Texas, l'aquifère Ogallala des hautes plaines du sud, est constitué de sables et de graviers du Cénozoïque qui ont également été déposés dans un complexe de système fluvial. Cet aquifère est rechargé à partir de petits lacs de playa à la surface des hautes plaines et est fortement utilisé pour l'irrigation. L'eau peut s'écouler entre l'aquifère d'Ogallala et les aquifères sous-jacents. Des milliers de pieds de dépôts de sable, de limon et de gravier remplissent les bassins intermontagnards de l'ouest du Texas connus sous le nom de bolsons. Chaque bolson a une séquence distincte de remplissage sédimentaire et son propre bilan hydrique. Parce que la recharge et la taille du bassin sont limitées, la conservation de l'eau est essentielle dans ces zones désertiques.

Également au cours du Cénozoïque, les rivières ont transporté du gravier, du sable et de l'argile vers le golfe du Mexique et les ont déposés dans les plaines côtières, les plages et les environnements marins. L'aquifère de la côte du golfe est un composite de plusieurs formations géologiques composées de couches de sable et d'argile. Dans certaines régions, l'eau de l'aquifère de la côte du golfe peut se déplacer facilement d'une unité de sable à une unité de sable dans d'autres, les couches d'argile confinent l'eau et chaque unité de sable agit comme un aquifère distinct. Les noms donnés à certains de ces aquifères partiellement séparés sont Catahoula, Jasper, Evangeline et Chicot. Dans certaines régions, le pompage intensif de l'aquifère a eu des effets néfastes, tels que l'affaissement de la surface terrestre et l'intrusion d'eau saline dans l'aquifère. Les puits profonds peuvent exploiter plusieurs aquifères.

Sur la plaine côtière supérieure, une séquence cénozoïque plus ancienne de sables, de graviers et d'argile de plaine côtière abrite les aquifères Carrizo-Wilcox, Queen City, Sparta et Yegua-Jackson. Dans la plupart des régions, ces aquifères sont séparés par des couches de confinement riches en argile. L'eau pénètre dans ces aquifères où les grès affleurent à la surface et descend l'aquifère jusqu'au sous-sol, où elle est pompée à partir de puits. Dans certaines régions, l'eau a réagi avec des charbons de qualité inférieure (appelés lignite) ou avec des sédiments riches en fer et est de mauvaise qualité. L'aquifère Carrizo-Wilcox est largement utilisé pour l'irrigation dans la région du sud-ouest du Texas Winter Garden.

Une bande de roches d'âge crétacé (140 à 65 m.y.) héberge des aquifères à travers le milieu de l'État. Le calcaire fossilifère d'Edwards est l'un des aquifères les plus dynamiques du pays. Là où les ruisseaux et les rivières Hill Country traversent les affleurements du calcaire d'Edwards, l'eau est capturée par des grottes et des fractures, s'écoule à des profondeurs pouvant atteindre 3 000 pieds à travers les couches de calcaire d'Edwards et se déverse dans certaines des célèbres sources du centre du Texas. Mais des conflits entre les pompes agricoles et urbaines et les écosystèmes dépendants des débits printaniers surgissent en période de sécheresse. Les aquifères de grès du Crétacé comprennent Trinity, Woodbine, Nacatoch et Blossom. Sur le plateau Edwards, les calcaires et les grès sont considérés comme un seul aquifère, l'Edwards-Trinity, qui est en relation hydrologique avec les aquifères supérieurs et sous-jacents d'Ogallala, des alluvions de la rivière Pecos et de Dockum.

Les petits aquifères sont importants là où les ressources en eau sont rares. Le Capitan Reef Complex et Bone Spring-Victorio Peak de l'ouest du Texas, par exemple, sont des aquifères calcaires qui se rechargent dans les zones montagneuses. L'aquifère de Blaine, encaissé dans des lits interstratifiés de calcaire, de grès et de gypse, est localement salin. Hickory, Marble Falls et Ellenburger-San Saba sont des aquifères mineurs autour du soulèvement du Llano. Ces roches très anciennes (430 à 550 m.a.) reposent sur des roches ignées et métamorphiques encore plus anciennes qui ne sont généralement pas suffisamment poreuses ou perméables pour servir d'aquifères. Les roches ignées fracturées (par exemple, les basaltes et les tufs) et les dépôts alluviaux associés sont utilisés pour les ressources en eau dans les zones peu peuplées et arides de Trans-Pecos au Texas. De même, les roches fracturées, plissées et légèrement métamorphisées et les alluvions sus-jacentes sont des aquifères mineurs dans la région de Marathon.

Sources

Ashworth, J. B., et Hopkins, Janie, 1995, Aquifères du Texas : Texas Water Development Board, rapport 345, 69 p.

Brune, Gunnar, 1975, Sources majeures et historiques du Texas : Département des ressources en eau du Texas, Rapport 189, 94 p.

Ryder, P.D., 1996, Segment 4, Oklahoma, Texas, dans Atlas des eaux souterraines des États-Unis : Reston, VA, U.S. Geological Survey, 30 p.

-Susan D. Hovorka et Alan R. Button

Le Texas a produit plus de pétrole et de gaz naturel que tout autre État et reste à ce jour le plus gros producteur quotidien. Le pétrole et le gaz naturel se trouvent dans la plupart des régions de l'État. Aucun État ni aucune autre région dans le monde n'a été aussi fortement exploré ou foré pour le pétrole et le gaz naturel que le Texas. À l'heure actuelle (août 2003), 151 605 puits de pétrole actifs et 66 951 puits de gaz actifs produisent du pétrole et du gaz naturel dans l'État.

Production de pétrole au Texas

Bien que le Texas n'ait pas été le premier État à produire du pétrole, les Texans n'étaient pas loin derrière. Le forage pétrolier au Texas a eu lieu à Oil Springs, près de Nacogdoches dans l'est du Texas, en 1866, moins d'une décennie après que le colonel Edwin Drake en 1859 Titusville, en Pennsylvanie, ait fait entrer les États-Unis dans l'ère du pétrole. Du pétrole avait déjà été trouvé au Texas, mais il s'agissait soit de suintements naturels de surface, soit de forages pour trouver de l'eau. Puis, en 1894, l'ère pétrolière du Texas a commencé avec la première découverte majeure, le champ de Corsicana, dans l'est du Texas. Le premier boom est arrivé en 1901 avec le champ Spindletop dans le bassin de la côte du golfe. Des milliers d'autres découvertes ont suivi. Le champ pétrolifère de l'est du Texas, le plus grand champ pétrolifère du Texas ou de l'un des 48 États américains inférieurs, a été découvert en 1930. La production annuelle de pétrole du Texas a culminé en 1972 à 1 263 MMbbl (millions de barils), puis la production a rapidement diminué. Bien que la production de pétrole au Texas soit en déclin, des opportunités importantes de récupération progressive existent dans les technologies avancées d'exploration et de production. En moyenne, seulement 35 pour cent du pétrole d'origine en place dans les réservoirs du Texas a été récupéré. La technologie joue un rôle central dans l'augmentation du taux de récupération, l'amélioration de l'économie et l'aide à l'exploration de réservoirs de pétrole complexes. Si la technologie peut être appliquée à une base de ressources de plus en plus complexe et mature, le déclin de la production pétrolière au Texas peut être ralenti.

Production de gaz naturel au Texas

Historiquement, le gaz naturel au Texas a été découvert comme un sous-produit du pétrole. Cette forme de gaz naturel, qui est en contact avec le pétrole brut dans le réservoir, est appelée gaz associé, et dans les années précédentes, il était gaspillé et évacué sans être produit. Avec l'augmentation de l'exploration pétrolière et des découvertes au Texas, la production annuelle de gaz naturel a augmenté régulièrement et a culminé également en 1972 à 9,6 Tcf (billion de pieds cubes). Cependant, contrairement à la production pétrolière, depuis le début des années 1980, la production gazière du Texas a maintenu un niveau de production stable. Ceci a été réalisé grâce à plusieurs grandes découvertes sur le terrain, telles que le champ Newark, East, dans le centre-nord du Texas, ainsi qu'une multitude de champs de plus petite taille qui ont nécessité l'application de technologies avancées d'exploration et de développement. Les niveaux de production de gaz naturel du Texas ont été maintenus grâce à un nombre croissant de puits en production, qui ont maintenant atteint un niveau record. Aujourd'hui, bon nombre des nouvelles activités d'exploration et de production impliquent le gaz naturel plutôt que le pétrole.

Classement américain et mondial

Grâce à l'application de technologies avancées, la récupération progressive du pétrole à partir de champs pétrolifères matures continue de faire du Texas l'État leader dans la production de pétrole. En termes de production de pétrole et de gaz naturel en 2002. Le Texas a produit 17 % (366 MMbbl) et 30 % (5,7 Tcf) respectivement, du total américain. En effet, si le Texas était une nation, il se classerait parmi les 10 meilleurs pro­ducers au monde. En termes de réserves prouvées de pétrole et de gaz naturel, le Texas détient respectivement 22 % (5 015 MMbbl) et 23 % (44,3 Tcf), respectivement, du total américain. Les réserves sont les quantités estimées que l'analyse des données géologiques et techniques démontre avec une certitude raisonnable dans les années à venir qu'elles sont récupérables à partir des réservoirs connus, dans les conditions économiques et d'exploitation existantes.

Principales régions productrices

La production de pétrole et de gaz naturel au Texas peut être divisée en sept grands bassins de production. Le bassin permien domine la production pétrolière de l'État et le bassin de la côte du golfe domine la production de gaz naturel. Les principaux champs pétrolifères du Texas comprennent Wasson, Yates et Spraberry dans l'ouest du Texas, ainsi que le plus grand champ pétrolifère du Texas, le champ East Texas dans le bassin East Texas. Le bassin permien a été la province productrice de pétrole la plus prolifique de l'histoire des États-Unis. Le champ East Texas a produit plus de pétrole que tout autre champ dans les 48 États inférieurs. Principaux gisements de gaz naturel au Texas, en termes de taux de production d'aujourd'hui. comprennent Newark, East, champ dans le champ Fort Worth Basin Carthage dans l'est du Texas Panhandle, West, champ dans le bassin Anadarko et le champ Giddings dans le bassin de la côte du golfe. À l'exception du champ Panhandle, West, tous les principaux gisements de gaz naturel du Texas sont le produit de l'application de technologies de pointe, telles que la fracturation hydraulique et le forage horizontal, qui ont entraîné une augmentation de la production de ces gisements complexes et à faible perméabilité.

Bien que la production de pétrole et de gaz naturel au Texas ait diminué par rapport à son pic, les technologies avancées d'exploration et de développement permettront au Texas de rester le principal producteur de pétrole et de gaz naturel aux États-Unis. Texas, la future combinaison de ressources pétrolières et gazières sera de plus en plus complexe et technologiquement difficile.

Impact economique

La production de pétrole et de gaz naturel au Texas, bien que moins importante que par le passé, reste une importante source d'avantages économiques, en termes de valeur, d'emplois créés et d'impôts. Selon le modèle d'entrée-sortie du Texas Comptroller de l'économie du Texas, la valeur économique totale du pétrole et du gaz est de 2,91 fois la valeur de la production. De plus, 19,1 emplois sont créés par million de dollars de production de pétrole et de gaz. En supposant des prix du pétrole et du gaz naturel de 25 $/b et 5 $/Mpi, et une production annuelle de 366 Mbbl et 5,7 Tpi en 2002, la valeur à la tête de puits dépasse 37 milliards de dollars. La valeur annuelle du gaz naturel est actuellement de 3,1 fois celle de la valeur du puits de pétrole au Texas. En termes d'astuce de valeur économique menée par l'économie du Texas et d'emplois créés, ce chiffre équivaut à près de 1 10 milliards de dollars et 719 115 emplois. Les indemnités de départ, ad valorem et les impôts indirects procurent au Texas des avantages économiques supplémentaires de plus de 6 milliards de dollars. De plus, la location de droits miniers sur des terres appartenant à l'État et à l'université dans tout l'État fournit des redevances et des revenus de location qui reconstituent les fonds permanents de l'université et de l'école, d'importantes sources de revenus pour l'éducation publique au Texas.

Commission des chemins de fer du Texas

La Commission des chemins de fer du Texas, créée en 1891, est la plus ancienne agence de réglementation de l'État et l'une des plus anciennes du genre dans le pays. La Railroad Commission a des divisions réglementaires qui supervisent l'industrie pétrolière et gazière du Texas, les services publics de gaz, la sécurité des pipelines et des chemins de fer, la sécurité dans l'industrie du gaz de pétrole liquéfié et l'extraction à ciel ouvert de charbon et d'uranium. En tant qu'agence de réglementation de l'industrie pétrolière et gazière, elle fournit des statistiques détaillées sur le forage et la production. La Railroad Commission continue de servir le Texas dans sa gestion des ressources naturelles et de l'environnement, son souci de la sécurité individuelle et communautaire des citoyens et son soutien à l'amélioration du développement et de la vitalité économique pour l'amélioration du Texas dans son ensemble.

-Eugene M. Kim et Stephen C. Ruppel

Le sol, un corps naturel composé de minéraux, de matière organique, de liquides et de gaz, se trouve à la surface de la Terre et soutient la croissance des plantes. Les sols se forment dans des environnements allant des paysages désertiques aux herbiers côtiers recouverts en permanence par de l'eau jusqu'à 2,5 m de profondeur. La formation du sol est liée à cinq facteurs : le matériau parental, le climat, la topographie, les organismes vivants et le temps. Le sol sous vos pieds détermine l'utilisation des terres, les types de cultures, les besoins en engrais et le potentiel d'érosion. L'État du Texas est divisé en 15 grandes zones de ressources terrestres, chacune regroupant des sols, une végétation, un climat et une topographie similaires.

Bassins, plaines et montagnes désertiques du sud

Ces sols se sont formés dans une zone de chaînes de montagnes linéaires et de larges bassins désertiques bordés par des cônes alluviaux en pente et des pentes de piémont connues sous le nom de bassin et chaîne. Les sols peu profonds, y compris les sols Brewster, Lajitas et Mainstay, se sont formés sur un terrain montagneux dans un substrat rocheux igné. Les sols qui sont peu profonds à une couche restrictive de racines de caliche cimenté (CaCO 3 ) se trouvent dans des sédiments graveleux altérés à partir de sources ignées, telles que les sols Delnorte et Boracho, et de sources calcaires, telles que les sols Philder. Sols très profonds formés dans les sédiments du bassin à partir de calcaire, tels que les sols Armesa et Reyab, et de sources mixtes, telles que les sols Reakor. Sols vivants, substrat rocheux modérément profond à igné, formé dans des sédiments ignés graveleux. Les sols très profonds et limoneux de Musquiz se trouvent sur de larges plaines.

Hautes plaines du sud

Ces sols se sont formés sur une plaine presque plane sur un plateau élevé, généralement bordé par des escarpements modérément escarpés sur les marges ouest et est. De nombreux bassins de playa parsèment les plaines. La région est caractérisée par des sols profonds et bien développés, avec une augmentation de l'argile dans les horizons du sous-sol et des accumulations de carbonate de calcium. Les sols Sherm, Darrouzett, Pullman, Lofton et Randall ont des horizons de sous-sol argileux et des propriétés de retrait-gonflement. Acuff, Olton et Gruver sont des sols limoneux ayant des horizons de surface sombres (matière organique plus élevée), tandis qu'Amarillo, Dallam, Rickmore et Vingo sont des sols limoneux ayant moins de matière organique. Les sols Patricia, Brownfield, Jalmar et Triomas ont des horizons de surface sableux. Nutivoli et Penwell sont des sols sableux moins développés. Les sols Conlen, Sunray, Spurlock et Veal sont partout calcaires, et les sols Mobeetie et Berda sont limoneux et se trouvent le long des escarpements flanquants.

Plaines rouges ondulantes centrales

Ces sols se sont formés sur une surface d'érosion caractérisée par des plaines ondulantes ayant d'anciennes terrasses fluviales associées à la dissection des cours d'eau. Les sols (principalement rouges) se sont formés dans des dépôts sédimentaires du Trias et du Permien à faible pendage et des alluvions altérées par le substratum rocheux affleurant. Miles, Delwin et Springer sont des sols bien développés ayant des horizons de surface sableux. Les sols Woodward et Vernon sont modérément profonds au substratum rocheux de grès et de mudstone, respectivement. Les sols Loamy Tillman et Hollister sont très profonds avec des propriétés de retrait et de gonflement.

Texas North Central Prairies

Ces sols se sont formés sur un plateau disséqué avec des vallées étroites et escarpées creusées par des ruisseaux coulant généralement vers le sud-est. Les matériaux d'origine du sol sont principalement des roches sédimentaires d'âge pennsylvanien. Les sols de Bonti, Bluegrove, Callahan, Stoneburg et Throck, modérément profonds à grès, siltstone ou argilo-calcaire, se trouvent sur de larges crêtes et plaines en pente douce à raide. Des sols de Trêve profonde et des sols d'Anocon très profonds se sont formés sur des paysages similaires. Sols de Kirkland très profonds formés en alluvions argileuses sur siltstone ou argilo.

Plateau Edwards

Ces sols se sont formés sur des mesas et des plateaux de calcaire résistant à l'érosion contenant des canyons profondément incisés, des crêtes et des collines calcaires et des fonds de vallée en pente douce. Les sols Tarrant, Lozier, Ector, Langry, Brackett, Eckrant et Real sont peu profonds à calcaires et diffèrent par leur texture, leur minéralogie ou leur teneur en matière organique. Les sols Conger, Kavett, Oplin et Zorra ont une couche restrictive de racines de caliche cimenté (CaCO 3 ) sur un substrat rocheux calcaire. Les sols très profonds présents sur de larges plateaux et dans les sédiments de cônes alluviaux et de remplissage de vallées comprennent des sols Reagan limoneux et calcaires. Les sols argileux de Tobosa se trouvent dans les plaines alluviales, les larges hautes terres et les dépressions.

Bassin central du Texas

Ces sols se sont formés sur une surface d'érosion d'affleurements de roches ignées et métamorphiques précambriennes et de roches sédimentaires d'âge cambrien et crétacé. Le paysage est dominé par des collines de granit, de gneiss et de schiste qui sont incisées par des rivières coulant vers le sud-est. Les sols de Keese peu profonds se sont formés sur du granite et du gneiss sur des pentes douces à abruptes, des sols de Ligon modérément profonds se sont formés dans du schiste et du gneiss sur des crêtes larges et convexes en pente douce.

Plaine du Rio Grande

Ces sols se sont formés sur une large plaine côtière constituée de sédiments d'âge tertiaire et quaternaire. L'étendue méridionale de cette plaine presque plate se situe dans la vallée ancestrale coupée par le Rio Grande. Le paysage de la plaine côtière est disséqué par des ruisseaux coulant généralement vers le sud-est. Les sols Weesatche, Duval, Sarnosa, Hidalgo, Brennan, pernitas, Uvalde, Pryor, Elindio et McAllen sont des sols limoneux profonds et très profonds, bien développés, qui se trouvent sur des plaines presque plates à modérément inclinées et sur de larges crêtes. Sols d'Olmos, de Delmita et de Randado, une couche superficielle à restrictive de caliche cimentée (CaCO 3 ) formée dans des sédiments graveleux du Pléistocène. Les sols Langtry sont peu profonds, les sols Montell et Catarina sont des sols argileux affectés par le sodium, et les sols Maverick sont argileux et un substrat rocheux de schiste modérément profond à altéré. Les sols Falfurrias, Sarita et Nueces sont des sols sableux très profonds de la prairie de sable qui couvre les parties sud-est de la plaine côtière du sud du Texas.

Bois croisés

Ces sols se sont formés sur un paysage vallonné au relief faible à modéré disséqué par de nombreux ruisseaux étroits. Des affleurements de grès, de schistes et de calcaires du Crétacé recouvrent le paysage, et des sables et graviers non consolidés remplissent les rivières et les ruisseaux. Les sols Duffau, Gasil et Windthorst sont des sols profonds et fortement altérés qui se sont formés dans des interstratifications de grès et de schiste. Ces sols se sont formés sur des hautes terres convexes et sont très sensibles à l'érosion. Les sols Chaney, Crosstell et Callisburg ont des sous-sols argileux et sont profonds à argilo-calcaires ou schisteux.

Grand Prairie

Ces sols se sont formés sur des plateaux calcaires légèrement ondulés à vallonnés et disséqués et dans des vallées adjacentes en pente douce. Des pentes abruptes bordent les vallées le long des principaux cours d'eau et la plupart des sols se sont formés dans des calcaires plats et des schistes calcaires du Crétacé. Les sols peu profonds, y compris Aledo, Brackett, Purves et Real, se produisent sur les collines et les crêtes et diffèrent par leur texture, leur minéralogie et leur teneur en matière organique. Les sols Bolar modérément profonds se produisent sur des paysages similaires. Les sols argileux Sanger, qui se sont formés dans les matériaux parentaux de schiste, ont des propriétés de retrait et de gonflement.

Texas Blackland Prairie

Ces sols se sont formés sur une plaine presque plate à légèrement vallonnée, disséquée par des ruisseaux coulant généralement vers le sud-est et un paysage mdasha qui s'est développé sur des affleurements de schistes calcaires du Crétacé. La craie d'Austin (escarpement des balcons) borde la prairie de Blackland à l'ouest. Les matériaux parentaux de schiste ont produit une quantité importante de sols argileux ayant des propriétés de retrait et de gonflement élevées, y compris les sols Houston Black, Heiden, Frelsburg, Bleiblerville et Latium. Les sols limoneux sur des positions de paysage similaires, qui se sont formées dans du grès et du schiste interstratifiés, comprennent Hallettsville, Crockett, Wilson et Carbengle.

Zone d'argile du Texas

Ces sols se sont formés sur des plaines presque plates à en pente, disséquées par des ruisseaux pérennes et leurs affluents. Les grandes plaines inondables et les terrasses de cours d'eau sont associées aux réseaux fluviaux sinueux. Sur la majeure partie de la zone, les sols ont des horizons de sous-sol argileux bien développés avec des textures de surface sableuses et limoneuses. Les sols Woodtell, Edge, Crockett et Straber se trouvent sur les lignes de partage et les crêtes entre les cours d'eau, et les sols Tabor se trouvent sur les terrasses des cours d'eau. Les sols Padina et Silstid ont des couches de surface sableuses de plus de 20 pouces d'épaisseur.

Plaine côtière de l'Ouest et forêts plates

Ces sols se sont formés sur des plateaux de plaine côtière presque plats à escarpés qui sont disséqués de manière complexe par les cours d'eau. Les matériaux parents sont des sédiments alluviaux et marins d'âge tertiaire. Les sols de pinèdes sont pour la plupart des sols acides très altérés qui soutiennent une végétation de pins feuillus. Cuthbert, Bowie, Kirvin, Eastwood, Scottsville, Woodtell et Pinetucky sont des sols profonds qui se trouvent sur les divisions entre les cours d'eau et les crêtes basses. Les sols de Trawick se sont formés dans des sédiments glauconiques. Les sols Conroe, Pickton, Lovelady et Wolfpen ont des couches de surface sableuses de plus de 2 pouces d'épaisseur, et les sols Fuller et Keltys sont limoneux et profonds à mudstone. Les sols de bois plats sont très altérés et acides et supportent une végétation de pins = feuillus caractérisée par le pin à encens. Les sols très profonds d'Otanya, Kirbyville et Evadale se trouvent sur des hautes terres à faible relief et des plaines plates.

Plaines inondables

Ces sols se sont formés dans les alluvions sur les plaines inondables, les plaines presque planes qui bordent un ruisseau et qui sont sujettes aux inondations dans les conditions de crue des rivières. Les sols Tinn, Trinity, Kaufman, Pledger et Brazoria ont des textures argileuses et des propriétés de retrait-gonflement élevées. Les sols Loamy Norwood ont une répartition irrégulière de la matière organique avec la profondeur du sol.

Prairie de la côte du golfe

Ces sols se sont formés dans des sédiments alluviaux et marins d'âge (principalement) quaternaire qui se sont déposés dans des conditions fluctuantes du niveau de la mer. La zone est caractérisée par un faible relief local et une dissection par des rivières qui se jettent dans le golfe du Mexique. Les sols Victoria, Laewest, Edroy, Beaumont, League et Lake Charles sont des sols argileux bien développés avec des propriétés de retrait-gonflement élevées. Les sols Orelia, Dacosta, Edna, Labelle, Gessner, Bernard, Katy, Telferner, Wockley, Cieno et Nada ont des textures de surface limoneuses et des horizons de sous-sol limoneux et argileux, et ils diffèrent principalement par la classe de drainage et la minéralogie.

Prairies salées de la côte du golfe

Ces sols se sont formés dans des sédiments quaternaires sur des plaines côtières presque plates, y compris des marais côtiers, des vasières et des îles-barrières. Les sols argileux et salins comprennent Barrada, Harris, Surfside et Francitas. Les sols Sandy Mustang et Daggerhill se trouvent sur des formes de dunes dans des paysages d'îles-barrières.

Introduction

Les matériaux terrestres variés qui définissent les diverses formations de surface du Texas fournissent de nombreuses roches et minéraux industriels précieux utilisés par la société moderne. L'utilisation de matériaux terrestres par les résidents du Texas a commencé à la préhistoire avec de l'argile pour la poterie, du silex pour les pointes de projectiles et des outils, des meules pour la production alimentaire et de nombreuses autres utilisations des roches locales.

Aujourd'hui, le Texas est un important producteur de ressources minérales industrielles qui sont largement utilisées par la population toujours croissante de l'État, se classant généralement parmi les cinq premiers États en valeur de production annuelle de minéraux non combustibles. Ces ressources variées sont largement utilisées dans les industries de la construction et de la chimie, et leur production est généralement le reflet direct de la vitalité économique de l'État. Plus de 90 % de la valeur actuelle des minéraux industriels du Texas provient de la production de ciment, de pierre concassée et de sable et gravier de construction.

La consommation de minéraux industriels suit généralement la population régionale et se reflète dans le doublement de la population du Texas depuis 1970 pour atteindre ses 23 millions d'habitants actuels. Aux fins ici, ce groupe de minéraux comprend également certaines ressources minérales énergétiques & mdashlignite et uranium & mdash qui sont d'importants producteurs d'électricité pour les consommateurs résidentiels, commerciaux et industriels. Les sols et l'eau essentiels aux industries agricoles et forestières du Texas peuvent également être considérés comme des matériaux industriels.

Minéraux énergétiques du Texas

Bien que des charbons de divers âges et rangs géologiques soient présents au Texas, la production actuelle est dominée par de vastes gisements de &ldquobrun &rdquo de lignite d'âge tertiaire dans la plaine côtière du golfe du Mexique. Des charbons bitumineux tertiaires locaux se trouvent dans la vallée du Rio Grande, ainsi que dans les strates du Crétacé et du Pennsylvanien dans d'autres régions. L'exploitation intensive des lignites de la côte du golfe a commencé dans les années 1970 pour le carburant dans les centrales électriques de l'« embouchure de la mine » afin de répondre aux besoins croissants en électricité de la région. La demande d'électricité du Texas a augmenté de près de 400% de 1970 à 2005 et ne montre aucun signe de ralentissement. La production de lignite a totalisé plus de 1,3 milliard de tonnes, culminant à 56,5 millions de tonnes en 1993 et ​​se poursuivant à un rythme annuel de près de 47 millions de tonnes (2005). Les lits de lignite s'étendent dans le sous-sol vers la côte du Texas, mais les conditions économiques actuelles ne permettent l'extraction en surface que près de la ceinture d'affleurements. Les strates tertiaires de la plaine côtière abritent des gisements d'uranium dans le sud du Texas. La production d'uranium a commencé au début des années 1960 et a atteint un pic de 3 900 tonnes d'U 3 O 8 en 1980. Bien que la production d'uranium du sud du Texas ait diminué régulièrement tout au long des années 1990, les récentes augmentations de prix associées à une augmentation de la demande ont entraîné une production actuelle mineure.

Matériaux de construction du Texas

La pierre concassée, le gravier et le sable qui sont consommés en grandes quantités sous forme de granulats par l'industrie de la construction dominent la production annuelle de l'État en termes de tonnage. Le Texas est le plus grand État producteur de pierre concassée, avec plus de 200 carrières et un nombre égal d'exploitations produisant du sable et du gravier à partir de gisements de surface non consolidés. Le ciment, un autre matériau de construction essentiel fabriqué principalement à partir de calcaire et d'argile, est de loin le produit minéral industriel le plus précieux du Texas, avec une production estimée à plus d'un milliard de dollars en 2005 (40 + % de la valeur minérale industrielle annuelle du Texas) provenant de 12 cimenteries.

Le gypse est utilisé dans le plâtre et les panneaux muraux, ainsi que dans la fabrication de ciment. Les argiles de divers types, principalement dans la plaine côtière, sont utilisées dans de nombreux produits, l'argile commune étant consommée en grande quantité dans la fabrication de briques et de tuiles. La pierre dimensionnelle, utilisée principalement pour les monuments et les extérieurs de bâtiments, mais avec une utilisation résidentielle haut de gamme croissante, est fournie par les granits, les calcaires et les grès du Texas.

Minéraux chimiques du Texas

De nombreux minéraux industriels sont utilisés dans les industries chimiques, des applications industrielles primaires aux applications secondaires dans lesquelles ils servent de sources d'éléments précieux. Par exemple, le sel (chlorure de sodium) a diverses utilisations, mais la plupart est produit comme source de chlore pour la fabrication d'acide chlorhydrique, un produit chimique industriel largement utilisé. La chaux (oxyde de calcium produit par la calcination du calcaire) a également de nombreuses utilisations, notamment la purification de l'eau, la fabrication du papier et le raffinage du sucre. Les zéolites sont appréciées pour leur capacité d'échange d'ions et sont utilisées dans l'eau et d'autres procédés de purification. Les argiles bentonitiques ont diverses applications dans les procédés industriels, notamment la production de fluides de forage et le raffinage d'huile végétale. Les argiles à billes et à kaolin sont utilisées dans les céramiques et comme charges et agents de revêtement dans les industries du caoutchouc et du papier. Le calcaire a également de nombreuses utilisations chimiques, y compris la désulfuration des gaz de combustion du SO 2 produit par les centrales électriques au charbon. Ce procédé produit du gypse synthétique, qui devient une alternative au gypse naturel dans la fabrication de panneaux muraux et de ciment.

Le soufre, produit par plus de 60 raffineries de pétrole brut et de gaz naturel du Texas et de sources importées, est un autre élément largement utilisé, principalement dans la fabrication d'acide sulfurique. La principale source nationale d'hélium provient du gaz naturel des champs Texas Panhandle. Le sulfate de sodium est produit à partir de saumures sous-jacentes aux lacs alcalins de l'ouest du Texas. Les gisements de talc de l'ouest du Texas sont exploités pour les charges dans les produits en céramique, en papier, en plastique et en caoutchouc.

Géologie des grandes régions productrices

La plupart des minéraux industriels sont des matériaux terrestres relativement courants qui ne peuvent être produits commercialement que par des techniques d'extraction de surface relativement peu coûteuses. Ainsi, la production industrielle et minérale se produit généralement dans des zones où des unités géologiques favorables se trouvent à la surface relativement près des centres de population qui consommeront les produits.

Ces ressources minérales essentielles sont le produit d'événements géologiques passés qui ont affecté cette partie de la croûte terrestre. Les anciens processus de tectonique des plaques ont créé une vaste chaîne de montagnes, dont les racines sont représentées par les roches métamorphiques et les granites précambriens exposés dans la région de Llano au centre du Texas et de plus petites expositions dans l'ouest du Texas. Le Texas était couvert de mers peu profondes au début du Paléozoïque (Cambrien-Ordovicien), de la fin du Paléozoïque (Permien) et de la fin du Mésozoïque (Crétacé). Ces environnements ont produit les vastes strates carbonatées qui forment le plateau Edwards et d'autres ceintures superficielles de calcaire qui sont essentielles à la production de pierre concassée, de ciment et de chaux du Texas. L'évaporation de ces mers peu profondes au Permien et au Crétacé a également produit des dépôts de gypse locaux. Des évaporations encore plus étendues du début du Mésozoïque, présentes sous la plaine côtière du Texas, ont été déformées en dômes de sel locaux qui fournissent du sel via des mines souterraines et des opérations de saumure. Le soufre a été produit en grandes quantités à partir de zones d'altération microbienne dans les roches de couverture de dôme de sel de la plaine côtière et dans les évaporations du Permien dans l'ouest du Texas.

Les gisements de surface d'âge cénozoïque recouvrant des gisements plus anciens dans une grande partie du Texas fournissent de nombreuses ressources minérales industrielles précieuses. Les strates cénozoïques ont été déposées par des processus fluviaux et côtiers qui ont distribué les graviers, les sables et les boues érodés des montagnes Rocheuses et de l'intérieur du continent. Le dépôt de ces couches sédimentaires épaisses a construit la plaine côtière et étendu le littoral du Texas jusqu'à sa position actuelle (et plus loin pendant la période glaciaire qui a entraîné une baisse du niveau de la mer il y a 18 000 ans). Les marécages liés aux environnements deltaïques ont fourni des environnements pour une croissance végétale extensive et sont préservés en tant que dépôts de lignite tertiaires. Les sédiments de la plaine côtière sont également la source d'argile pour les briques et la céramique. Les cendres des volcans de Trans-Pecos au Texas et d'ailleurs dans le sud-ouest de l'Amérique du Nord ont fourni des sédiments inhabituels de la plaine côtière qui ont été altérés en zéolites industrielles, bentonites et autres dépôts d'argile précieux. Les cendres volcaniques tertiaires étaient également la source d'uranium qui était concentré par les eaux souterraines pour former des gisements d'uranium au Texas. La plupart du sable industriel et du sable et du gravier de construction sont produits à partir des dépôts alluviaux non consolidés des principaux systèmes fluviaux du Texas.

Importance économique

La valeur totale de la production minérale industrielle du Texas pour 2005 était de plus de 2,4 milliards de dollars, avec une valeur supplémentaire fournie par la production de lignite et d'uranium. De plus, des roches et des minéraux industriels sont produits dans pratiquement tous les comtés du Texas, principalement liés à la construction et aux activités industrielles locales. La production industrielle et minérale fournit des emplois locaux, et des concentrations minérales inhabituelles fournissent des produits spécialisés pour la distribution régionale. Alors que la population du Texas continue de croître, la production d'énergie et de minéraux industriels continuera de satisfaire les demandes des clients résidentiels, commerciaux et industriels.

Principales sources

Les écorégions désignent des zones de similarité générale dans les écosystèmes et dans le type, la qualité et la quantité de ressources environnementales. Ils sont conçus pour être un cadre spatial pour la recherche, l'évaluation, la gestion et la surveillance des écosystèmes et des composants de l'écosystème. Les écorégions stratifient l'environnement selon sa réponse probable aux perturbations (Bryce et al., 1999). Ces régions à vocation générale sont essentielles à la structuration et à la mise en œuvre de stratégies de gestion des écosystèmes dans les agences fédérales, les agences d'État et les organisations non gouvernementales responsables de différents types de ressources dans les mêmes zones géographiques (Omernik et al., 2000).

La diversité écologique et biologique du Texas est énorme.L'État comprend des îles-barrières et des plaines côtières, de grandes forêts de plaine inondable fluviale, des plaines et des plateaux vallonnés, des collines boisées, des déserts et une variété d'habitats aquatiques. Il existe 12 écorégions de niveau III et 56 écorégions de niveau IV au Texas, et la plupart continuent dans des parties écologiquement similaires des États adjacents aux États-Unis ou au Mexique.

Cette carte est basée sur la prémisse que les régions écologiques sont hiérarchiques et peuvent être identifiées par l'analyse des modèles spatiaux et la composition des phénomènes biotiques et abiotiques qui affectent ou reflètent les différences dans la qualité et l'intégrité des écosystèmes (Wiken, 1986 Omernik 1987, 1995). Ces phénomènes comprennent la géologie, la physiographie, la végétation, le climat, les sols, l'utilisation des terres, la faune et l'hydrologie. L'importance relative de chaque caractéristique varie d'une région écologique à l'autre.

Un schéma hiérarchique indique différents niveaux de régions écologiques. Le niveau I divise l'Amérique du Nord en 15 régions écologiques. Le niveau II divise le continent en 52 régions (Commission for Environmental Cooperation Working Group, 1997). Au niveau III, les États-Unis continentaux contiennent 104 écorégions et les États-Unis contigus comptent 84 écorégions (U.S. Environmental Protection Agency, 2003). Le niveau IV, représenté ici pour le Texas, est un raffinement supplémentaire des écorégions de niveau III. Des explications sur les méthodes utilisées pour définir les écorégions de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) sont données dans Omernik (1995), Omernik et al. (2000) et Gallant et al. (1989).

Cette carte est issue d'un projet de collaboration entre EPA Region VI, EPA National Health and Environmental Effects Research Laboratory (Corvallis, Oregon), la Texas Commission on Environmental Quality (TCEQ) et le US Department of Agriculture- Natural Resources Conservation Service (NRCS ). Une collaboration et une consultation ont également eu lieu avec le Centre de données des systèmes d'observation des ressources terrestres des États-Unis (USGS).

Ouvrages cités

Bryce, S. A., Omernik, J. M., et Larsen, D. P., 1999, Ecoregions - a Geographic Framework to guide risk characterization and economic management: Environmental Practice, v. 1, no. 3, p. 141-155.

Groupe de travail de la Commission de coopération environnementale, 1997, Régions écologiques de l'Amérique du Nord – vers une perspective commune : Montréal, Québec, Commission de coopération environnementale, 71 p.

Gallant, AL, Whittier, TR, Larsen, DP, Omernik, JM et Hughes, RM, 1989, La régionalisation en tant qu'outil de gestion des ressources environnementales : Corvallis, Oregon, US Environmental Protection Agency, EPA/600/3-89/060 , 152 p.

Omernik, J. M., 1987, Écorégions des États-Unis contigus (supplément de carte) : Annals of the Association of American Geographers, v. 77, no. 1, p. 118-125, échelle 1:7 500 000.

______ 1995, Ecoregions- un cadre spatial pour la gestion de l'environnement, dans Davis, W. S., et Simon, T. P., eds., Évaluation biologique et critères - outils pour la planification des ressources en eau et la prise de décision : Boca Raton, Floride, Lewis Publishers, p. 49-62.

Omernik, J.M., Chapman, S.S., Lillie, R.A. et Dumke, R.T., 2000, Ecoregions of Wisconsin: Transactions of the Wisconsin Academy of Sciences, Arts and Letters, v. 88, no. 2000, p. 77-103.

U.S. Environmental Protection Agency, 2003, Écorégions de niveau 111 des États-Unis continentaux (révision d'Omernik, 1987) : Corvallis, Oregon, U.S. Environmental Protection Agency- National Health and Environmental Effects Research Laboratory, carte M-1, diverses échelles.

Wiken, E., 1986, Écozones terrestres du Canada : Ottawa, Environnement Canada, Série Classification écologique des terres n° 19, 26 p.

Remerciements

Le BEG remercie James M. Omernik, chercheur principal, EPA, et Anne Rogers, Texas Commission on Environmental Quality (TCEQ), pour leur aide et leur autorisation de reproduire cette carte.

Rédacteur en chef : Peter Eichhubl

Responsable média : Cathy J. Brown

Graphismes : John T. Ames et Jamie H. Coggin

Auteurs : Glenn E. Griffith (Dynamac Corporation), Sandra A. Bryce (Dynamac Corporation), James M. Omernik (USGS), Jeffrey A. Comstock (Indus Corporation), Anne C. Rogers (TCEQ), Bill Harrison (TCEQ) , Stephen L. Hatch (Texas A&M University) et David Bezanson (Natural Area Preservation Association)


Recherche de données et de publications

Chez Geoscience Australia, nous proposons une gamme d'activités pratiques liées au programme pour promouvoir les géosciences.

Nous produisons des ressources pédagogiques pour les niveaux primaire et secondaire afin de rendre cette expérience géoscientifique amusante, interactive et pertinente.

Cette page montre tous les tremblements de terre qui ont été mesurés par Geoscience Australia au cours des 30 derniers jours.

Projets prioritaires

Digital Earth Australia (DEA) est une infrastructure numérique de premier plan qui libère le potentiel de plus de 30 ans d'images satellite pour détecter les changements physiques à travers l'Australie avec des détails sans précédent.

Exploring for the Future est une initiative du gouvernement australien visant à stimuler les investissements dans l'exploration des ressources à travers l'Australie.

Positioning Australia offre une capacité nationale qui accélère l'adoption et le développement de technologies et d'applications basées sur la localisation.

Dernières nouvelles

Geoscience Australia a franchi une étape clé dans son partenariat avec la Commission géologique des États-Unis et la Commission géologique du Canada, avec la publication aujourd'hui du portail en ligne Critical Minerals Mapping Initiative.

Le ministre des Ressources, de l'Eau et de l'Australie du Nord, Keith Pitt, a lancé aujourd'hui la première publication Australia&rsquos Energy Commodity Resources (AECR) 2021, un inventaire national de nos ressources en gaz naturel, charbon et uranium.


Voir la vidéo: QUEST-CE QUE LES GÉOSCIENCES?