Suite

Imagerie 50cm - aérienne ou satellite ?

Imagerie 50cm - aérienne ou satellite ?


La zone d'intérêt est de 1450 km2.

Mes options sont :

Images aériennes en couleurs naturelles de 50 cm nouvellement collectées pour 28 300 $

OU ALORS

Images satellites d'archives récentes de 50 cm (y compris la bande proche IR) pour 20 600 $

L'utilisation principale sera l'évaluation des terres, la géologie (identification des affleurements rocheux) et les travaux généraux de SIG tels que la numérisation des caractéristiques hydrologiques et de transport, les cartes d'orientation, etc.

La société embauchée pour survoler la zone et traiter l'imagerie rencontre diverses difficultés techniques, notre produit n'a donc pas encore été livré.

Des images satellites récentes sont disponibles pour toute la zone. Je suis conscient du processus d'imagerie multispectrale à netteté panoramique et de cette image aérienne (lorsqu'elle est disponible) montrera plus de détails au sol, mais quels sont les autres avantages et inconvénients ?

Quel type d'imagerie convient le mieux aux utilisations que j'ai énumérées ci-dessus ?


Quelques éléments à considérer :

1) L'imagerie aérienne va-t-elle déjà être assemblée ou allez-vous devoir assembler et post-traiter manuellement chaque image. Vous devrez probablement post-traiter l'imagerie satellite.

2) Quand l'imagerie a-t-elle été acquise ? Pour de nombreuses fonctionnalités (par exemple, les affleurements rocheux), vous aurez besoin d'images sans feuilles.

3) L'imagerie (à la fois aérienne et satellite) a-t-elle été acquise à peu près au même moment ? Allez-vous vous retrouver avec cinq images satellites à l'automne 2010 et deux à partir de l'hiver 2008 ?

4) Quels sont les pourcentages de couverture nuageuse dans l'imagerie satellite ? Quelle est la qualité de l'imagerie aérienne (ombres, etc.) ?

Essentiellement, aux fins que vous énumérez ci-dessus, vous voulez juste des images optiques haute résolution qu'un technicien SIG peut regarder et numériser à partir. Les images aériennes et satellites à cette résolution seront suffisantes, en supposant que la qualité est bonne (faible couverture nuageuse, ombres). Je serais plus préoccupé par le moment où l'imagerie a été acquise et par le travail qu'il faudra pour la post-traiter pour que votre personnel SIG puisse travailler avec. Une différence de 10 000 $ peut sembler beaucoup, mais lorsque vous ajoutez les heures de travail pour le remettre en état de marche, le coût est négligeable, surtout compte tenu de la grande empreinte que vous cherchez à couvrir.


Produits et services

Une gamme de produits orthomosaïques pour répondre à différents besoins de précision et délais d'exécution

1. ORTHO PLUS

Produit orthomosaïque haut de gamme de haute qualité radiométrique et géométrique

  • Libre de tout artéfact géométrique et radiométrique
  • Contrôle de qualité étendu
  • Précision absolue de 2 pixels RMSE
  • Solution d'entreprise pour couvrir une grande variété d'applications

Ce produit ortho-mosaïque sans couture haut de gamme est généré à l'aide d'un modèle de terrain numérique précis édité en stéréo afin de fournir une très grande précision géométrique. Des techniques et des logiciels avancés d'équilibrage des couleurs garantissent un produit radiométrique homogène. Des images à trois et/ou quatre bandes en 8 bits ou 16 bits peuvent être produites.

Ce produit convient à la plus large gamme d'applications de cartographie 2D. La philosophie est de produire un seul produit qui peut répondre à tous les besoins. Les ingénieurs, les géomètres, les travailleurs des infrastructures et de la construction ont besoin d'une précision décimétrique ou supérieure pour contrôler les grandes études de planification technique ou les travaux sur le terrain. Les autorités de gestion côtière ont besoin de la meilleure pénétration de l'eau possible et de l'absence d'éblouissement du soleil pour surveiller la croissance des herbiers marins.

2. ORTHO STANDARD

Produit orthomosaïque standard de l'industrie

  • Orthomosaïque standard de l'industrie
  • Traitement rapide des données, 2 à 4 semaines à partir de la capture d'image
  • Précision absolue de 3 pixels RMSE

Cette ortho-mosaïque semi-automatique est réalisée avec le même soin que notre produit Ortho Plus avec un peu plus d'automatisation et un Contrôle Qualité optimal. Des images à trois et/ou quatre bandes peuvent être produites. Ce produit est le plus adapté à une production rapide et dans des applications où la devise est une priorité élevée.

3. ORTHO RAPIDE

Produit orthomosaïque entièrement automatisé

  • Données acquises dans de bonnes conditions de vol pour minimiser l'éblouissement et les ombres du soleil
  • Traitement et livraison rapides (à partir de 1-2 semaines)
  • Solution économique pour les grandes surfaces

Il s'agit d'un produit correctement triangulé et ortho-rectifié et généralement fourni dans toute l'étendue de la photographie volée, ce qui donne une zone « bonus » au client. Bien que la précision ne soit pas indiquée, les défauts seront rarement évidents dans les images de pixels de 50 cm. Les produits Fast Ortho sont rapides et axés sur l'automatisation.

Fast Ortho est particulièrement utile pour les applications dans lesquelles la vitesse de livraison et la devise sont la priorité la plus élevée. Cela peut inclure des zones de changement dynamique, la surveillance de la progression d'un événement généralisé ou la documentation des dommages généralisés le plus rapidement possible. Sur certains types de terrain comme les déserts, Fast Ortho peut approcher le même niveau de qualité que Standard Ortho ou même Ortho Plus. En effet, ces zones ne contiennent pas de grands plans d'eau, de forêts ou de grands bâtiments, qui nécessitent plus d'attention manuelle.

La documentation des événements de feux de brousse est une application courante de Fast Ortho. Les images doivent être transportées dans de bonnes conditions pour garantir l'exhaustivité et l'utilité à long terme, mais doivent être transportées et traitées le plus rapidement possible pour garantir que les services de suivi disposent des informations dont ils ont besoin à portée de main. Le Fast Ortho pour un tel événement est souvent utilisé sous forme d'imagerie à 4 bandes (RGBI) pour documenter la gravité des brûlures et les effets sur la végétation. Ce service est régulièrement utilisé par les gouvernements des États et les compagnies d'assurance.

4. ORTHO D'URGENCE

Entièrement automatisé avec un timing de capture critique

  • Traitement très rapide – 1-3 jours
  • Délai d'exécution critique - la nuit est possible dans des situations extrêmes
  • Equipage aérien expérimenté dans la cartographie des catastrophes - les inondations, les cyclones, les incendies, etc. sont régulièrement couverts

Idéal pour les projets urgents, le produit ortho-mosaïque peut être livré au client en 1 à 3 jours selon la zone couverte. La précision n'est pas spécifiée et en fonction des conditions de capture, de la fumée, de la brume et des reflets d'eau peuvent être présents dans les produits finaux

En 2012, Aerometrex a cartographié presque quotidiennement le pouls d'une inondation majeure dans la région de Broken Creek à Victoria. Le mouvement de l'impulsion de crue le long du système fluvial a été imagé 7 fois en 12 jours pour déterminer la nécessité d'évacuer les villes sur son passage. Nous avons effectué la capture des données et traité chaque couverture pendant la nuit pour fournir les images le lendemain matin.

Ce produit est d'une grande importance pour les agences gouvernementales, les compagnies d'assurance, les services de police, les coroners et divers services d'urgence de l'État.

5. VRAI ORTHO

Exempt de distorsions de construction/maigre

  • Pas de distorsions du bâtiment/maigre
  • Utile dans les zones bâties où la construction en inclinaison pourrait autrement obscurcir le sol
  • Idéal pour les applications de cartographie et de transport.

L'inclinaison du bâtiment (distorsion radiale) peut masquer les caractéristiques au niveau du sol dans les orthophotos. Notre produit True Ortho corrige le déplacement du relief pour les bâtiments ainsi que la surface du terrain, supprimant ainsi le « maigre » dans l'imagerie du bâtiment.

Il s'agit d'un produit idéal utilisé par de nombreux quartiers du CBD et conseils municipaux, architectes et gestionnaires d'actifs. Les conseils municipaux peuvent grandement bénéficier de True Orthos pour évaluer l'état d'éléments tels que les trottoirs dans une zone CBD. De même, les gestionnaires d'actifs peuvent utiliser ce produit pour cartographier les emplacements des panneaux de signalisation, des marquages ​​​​routiers, etc.

Un raster de valeurs d'altitude pouvant être modifié en un modèle numérique de terrain (MNT) ou un modèle numérique de surface (DSM)

Les modèles d'altitude de tous types sont automatiquement interpolés à partir de nuages ​​de points 3D extrêmement denses extraits d'images aériennes. Les meilleurs résultats pour les DTM et les DSM sont obtenus par des caméras de cartographie aérienne de haute qualité avec une géométrie grand angle. La meilleure précision est obtenue en appliquant des algorithmes avancés pour la correspondance des images et le filtrage des données.

Modèles numériques de terrain

UNE Modèle numérique de terrain (MNT) est une représentation de la surface du terrain « terre nue ». Il est utilisé dans la production d'autres types de données telles que les orthophotos, et est un produit autonome important, permettant le calcul des volumes (déblai et remblai / tas), de la pente et de l'aspect, etc. La qualité d'un MNT dépend sur divers facteurs relatifs aux spécifications de vol, à la taille des pixels, à la géométrie de la caméra et aux paramètres du logiciel de traitement ainsi qu'au degré d'édition nécessaire. La capture des lignes de rupture, le cas échéant, est essentielle pour obtenir un ajustement parfait d'un MNT avec le monde réel.

Toute application nécessitant des données précises sur la forme, la taille et l'orientation des reliefs nécessite des MNT. Cela ouvre un large éventail d'applications dans les domaines de la construction civile, des services d'eau, de la modélisation des feux de brousse, de l'ingénierie, de l'exploitation minière, de la cartographie topographique, des loisirs, de la défense, etc.

Modèle numérique de terrain haut de gamme de précision technique

DTM Plus est notre modèle numérique de terrain haut de gamme. Ce produit est le résultat de l'interpolation de nuages ​​de points 3D extrêmement denses qui sont extraits de l'imagerie, couplée à une revue d'opérateurs qualifiés en 3D. Il est entièrement édité en stéréo et les lignes de rupture 3D sont capturées à des changements de pente brusques pour obtenir un ajustement parfait du MNT avec le monde réel. La précision absolue fournie convient aux projets de type ingénierie où la précision est un facteur critique.

  • Corrigé hydrologiquement
  • Révisé de manière critique et édité dans des conditions stéréo 3D
  • Précision absolue d'env. 1,5 pixel à 2σ (intervalle de confiance à 95 %)
  • Application la plus large possible du produit

Modèle numérique de terrain édité en stéréo aux normes de l'industrie

Notre modèle de terrain numérique standard est une grille régulière éditée en stéréo qui représente le terrain « terre nue » exempt de bâtiments, de végétation et d'autres objets non terrestres. Les lignes de rupture majeures peuvent être collectées et fournies.

  • Standard d'industrie
  • Traitement rapide des données
  • Précision absolue de 2,5 pixels à 2σ (intervalle de confiance à 95 %)
  • Utile pour les applications environnementales et de planification

Modèle numérique de terrain entièrement automatisé

Les données 3D brutes sont générées à partir d'images aériennes par un logiciel avancé de stéréo-corrélation et d'appariement d'images. Des algorithmes de filtrage automatique avancés sont ensuite appliqués pour supprimer les points 3D qui peuvent se trouver au-dessus des bâtiments, de la végétation et d'autres objets non terrestres.

  • Définir des formes de relief
  • Temps de traitement très rapide
  • Solution économique pour les grandes surfaces

Modèle numérique de terrain haut de gamme de précision technique

DTM Plus est notre modèle numérique de terrain haut de gamme. Ce produit est le résultat de l'interpolation de nuages ​​de points 3D extrêmement denses extraits de l'imagerie, couplée à une revue d'opérateurs qualifiés en 3D. Il est entièrement édité en stéréo et les lignes de rupture 3D sont capturées à des changements de pente brusques pour obtenir un ajustement parfait du MNT avec le monde réel. La précision absolue fournie convient aux projets de type ingénierie où la précision est un facteur critique.

  • Corrigé hydrologiquement
  • Révisé de manière critique et édité dans des conditions stéréo 3D
  • Précision absolue d'env. 1,5 pixel à 2σ (intervalle de confiance à 95 %)
  • Application la plus large possible du produit

Modèle numérique de terrain édité en stéréo, standard de l'industrie

Notre modèle de terrain numérique standard est une grille régulière éditée en stéréo qui représente le terrain « terre nue » exempt de bâtiments, de végétation et d'autres objets non terrestres. Les lignes de rupture majeures peuvent être collectées et fournies.

  • Standard d'industrie
  • Traitement rapide des données
  • Précision absolue de 2,5 pixels à 2σ (intervalle de confiance à 95 %)
  • Utile pour les applications environnementales et de planification

Modèle numérique de terrain entièrement automatisé

Les données 3D brutes sont générées à partir d'images aériennes par un logiciel avancé de stéréo-corrélation et d'appariement d'images. Des algorithmes de filtrage automatique avancés sont ensuite appliqués pour supprimer les points 3D qui peuvent se trouver au-dessus des bâtiments, de la végétation et d'autres objets non terrestres.

  • Définir des formes de relief
  • Temps de traitement très rapide
  • Solution économique pour les grandes surfaces

Modèles numériques de surface

Un modèle numérique de surface (DSM) est une surface d'élévation qui comprend des bâtiments et des arbres ainsi que la surface dénudée du terrain. Les DSM sont largement utilisés dans les applications qui nécessitent une analyse de la ligne de visée, en particulier dans les télécommunications. Les applications comprennent le placement d'antennes pour la télévision, les réseaux sans fil, les tours de téléphonie mobile, les tours à micro-ondes et autres.

Nos modèles numériques de surface contiennent des élévations de terrain naturel en plus du sommet des bâtiments, des arbres et de tout autre objet. Ce produit est analogue au modèle d'élévation LiDAR « premier retour ». Il convient à l'analyse de ligne de visée, à l'extraction de bâtiments et à l'analyse d'obstacles sur les lignes de transmission.

Aerometrex a généré de grands DSM à partir de certaines de ses couvertures d'images régulières.

  • Grille de points très dense
  • Cartographie des obstacles et analyse de la visibilité
  • Nadir vrai entrée de production ortho

Cadres RAW à saisir dans le logiciel photogrammétrique

  • Convient pour l'entrée dans les packages photogrammétriques
  • Peut être fourni avec ou sans données d'aéro-triangulation
  • Peut être fourni avec un GPS/IMU aéroporté traité
  • Des images géoréférencées en couleur RAW ou en noir et blanc peuvent être fournies sur demande
  • Traitement et livraison très rapide

Les entreprises de cartographie, les bureaux d'études, les promoteurs immobiliers, les architectes, les entreprises de construction et les modélistes du bâtiment trouvent ces informations inestimables. La trame brute triangulée est la source de données pour de nombreux types de produits de données en aval. Les organisations dotées de capacités internes de cartographie photogrammétrique peuvent préférer utiliser leur propre personnel pour générer ces produits.

Les agences gouvernementales dotées d'un service de cartographie interne peuvent exiger des cadres bruts pour produire des types de produits spécifiques pour lesquels ils ont une expertise spécialisée, comme la cartographie des espèces d'arbres ou des cultures.


SIG et Big Data : pourquoi « où dans le monde » compte

Nous avons entendu des dizaines de définitions de &ldquoBig Data&rdquo et de &ldquoInternet des objets&rdquo, et comment elles ont changé et vont changer l'informatique pour toujours. Il y a un composant de ces deux révolutions qui unifie et relie toutes ces données et permet des analyses qui seraient autrement impossibles. Ce composant est l'emplacement. L'un des principaux fabricants de logiciels de systèmes d'information géographique (SIG) dans le monde, Esri, a fait valoir ce point devant des praticiens de la cartographie et des professionnels du SIG lors d'une récente conférence, &ldquoGeography Matters.&rdquo Les informations de localisation sont associées à presque toutes les données de votre Enterprise and GIS permet d'exploiter ces informations de localisation et de les visualiser de manière nouvelle et passionnante pour une meilleure prise de décision et une gestion et une organisation améliorées de vos informations.

"Au fur et à mesure que de plus en plus d'ensembles de données &ldquoBig&rdquo basés sur la localisation deviennent disponibles, les entreprises trouveront des moyens nouveaux et innovants de les exploiter"

Sinon, pourquoi le titan de la publicité Google aurait-il acheté en 2004 une start-up de trois ans appelée Keyhole, qui cherchait à apporter une imagerie et une cartographie satellites mondiales transparentes à la communauté du renseignement américain ? Google a eu la clairvoyance de reconnaître que sa publicité et ses clients étaient basés sur l'emplacement, et ils pouvaient améliorer la qualité et la réactivité de leur publicité en la liant à l'emplacement. Avec le large soutien de Google Maps, de Google Earth et de la myriade d'applications Google intégrées à ces plates-formes, cette prévoyance a clairement prouvé sa sagesse.

Google a récemment annoncé son intention d'acheter une société d'imagerie par satellite, Skybox, pour 500 millions de dollars, avec l'intention de lancer un total de 24 satellites dans les années à venir. En juin, le gouvernement américain a levé les restrictions sur la taille autorisée des éléments visibles pour l'imagerie satellite de 50 cm à 31 cm pour une société commerciale, Digital Globe. Ces changements arrivent rapidement et cela signifie que nous connaîtrons bientôt l'emplacement précis de tout, des boîtes aux lettres aux trous d'homme avec une précision et une omniprésence que nous n'aurions jamais imaginées.

Michael Baker International possède et exploite un système LiDAR mobile Optech LYNX à la pointe de la technologie. En termes simples, ce système mesure et collecte des centaines de milliers de points de localisation par seconde et des dizaines de photos haute résolution par seconde lorsqu'il roule dans la rue. Chaque mesure de point comprend un emplacement très précis, et ensemble ces points et photos peuvent créer une scène 3D à partir de laquelle des techniques automatisées et manuelles peuvent extraire des informations utiles telles que l'emplacement d'un trou d'homme, l'emplacement et la taille d'un nid de poule, ou même le diamètre et les espèces d'un arbre. Les sociétés d'ingénierie sont souvent contactées par les gouvernements locaux pour effectuer une telle cartographie de l'infrastructure et avec la prolifération croissante du cloud computing et de la liberté d'information publique, les organisations peuvent trouver que ces informations sont de plus en plus disponibles. Mais votre entreprise est-elle prête à exploiter ce Big Data ?

Au fur et à mesure que de plus en plus de ces ensembles de données & ldquoBig&rdquo géolocalisés deviendront disponibles, les entreprises trouveront de nouvelles façons innovantes de les exploiter. Dans l'industrie de l'ingénierie, nous utilisons les SIG et la réalité augmentée (AR) pour faciliter la conception et la construction, car cela nous permet de visualiser nos conceptions de préconstruction ainsi que les tuyaux et les infrastructures sous les rues en temps réel. Dans un article précédent dans CIO Review, Dan Horton, notre CIO chez Baker, a reconnu que Google Glass et AR pouvaient apporter une valeur significative et des économies de coûts à de nombreuses organisations. Lorsque les technologies de cartographie mobile comme le LiDAR et la visualisation comme la RA sont combinées, cela nous permet d'évaluer à distance les conditions du monde réel ou d'apporter des informations vitales sur le terrain. Selon une nouvelle étude publiée par Markets and Markets, les marchés de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle devraient croître pour atteindre 1,06 milliard de dollars en 2018.

La technologie SIG et les informations basées sur la localisation ont également montré une croissance omniprésente en raison des fonctionnalités de la technologie mobile telles que l'appareil photo et un GPS (Global Positioning System) sur les smartphones et autres appareils mobiles, qui permettent aux utilisateurs à la fois de cartographier leur emplacement en temps réel et de fournir des données à Sources de mégadonnées. Dans certains cas, ce téléchargement de données est intentionnel, comme des données de terrain et une collecte de photos pour un projet, ou pour vous diriger vers une destination tout en évitant le trafic, ou même pour &ldquocheckin&rdquo sur les réseaux sociaux. Dans d'autres cas, nos applications collectent ces informations sans que nous en soyons conscients.

Par exemple, en chargeant Google Maps sur nos smartphones et en cliquant sur le bouton &ldquoAgree&rdquo, nous avons autorisé Google à nous suivre presque partout où nous allons. D'autres applications ont emboîté le pas et nous voyons maintenant ces très grandes données basées sur la localisation devenir disponibles sur le marché commercial pour être exploitées par votre organisation pour améliorer et optimiser vos services. À titre d'exemple, certaines villes utilisent désormais ce type de données de concert avec des censeurs sous les rues pour surveiller les véhicules individuels lorsqu'ils traversent la ville afin d'ajuster la synchronisation des feux de circulation afin d'améliorer la circulation en fonction des habitudes de conduite des automobilistes.

Nous avons tous écouté Jeff Bezos, PDG d'Amazon, nous montrer comment il utiliserait des drones pour livrer nos colis. Bien que cela puisse être loin, les drones offriront très bientôt une nouvelle voie au Big Data pour prendre en charge nos applications de cartographie SIG. Une fois approuvés par la FAA, les vols de drones seront utilisés par de nombreuses entreprises pour collecter des données aériennes une fois relégués à des vols d'hélicoptères et d'avions coûteux. Ces images aériennes et ces données seront utilisées pour extraire et cartographier des caractéristiques au sol, ce qui enrichira davantage nos connaissances et la localisation de tout ce qui nous entoure dans le monde.

De plus, il y a une nouvelle révolution dans le Big Data en cours de déploiement qui augmentera par ordres de grandeur la quantité d'informations disponibles pour chaque organisation. Le soi-disant &ldquoInternet des objets&rdquo (IoT) fait référence à la connectivité des appareils et des machines pour fournir des informations sur leur fonctionnement, pour vous alerter si vous manquez de lait ou si vous avez laissé la porte du garage ouverte. Selon Gartner, &ldquoIl y aura près de 26 milliards d'appareils sur l'Internet des objets d'ici 2020.&rdquo Cette prolifération d'informations ainsi que les progrès récents du cloud computing et des communications mobiles signifient que nous pouvons tous bénéficier de ces informations, que nous utilisions ou non pour vérifier l'état d'un colis que nous avons commandé, livrer nos produits à quelqu'un à domicile ou tracer des tendances pour soutenir une nouvelle campagne marketing.

L'emplacement est important et le Big Data est là pour rester. En utilisant les technologies SIG, nous pouvons mieux organiser et comprendre ces informations au profit de notre entreprise. Chaque organisation a un bon usage pour le Big Data basé sur la localisation qui est disponible aujourd'hui et à l'horizon. Cependant, ce n'est que grâce à l'ingéniosité et à la perspicacité que nous pouvons, comme Google, reconnaître à quel point la localisation est importante pour notre entreprise et tirer parti des outils fournis par le SIG pour renforcer et optimiser nos opérations.


Imagerie 50cm - aérienne ou satellite ? - Systèmes d'information géographique

Les récents glissements de terrain à La Conchita, en Californie, à Mumbai, en Inde, à Ratnapura, au Sri Lanka et dans le village de Sugozu, en Turquie, ont illustré de manière spectaculaire les précipitations prolongées sur le changement induit par l'eau dans le stress de cisaillement du sol. Dans ces exemples, l'empreinte humaine peut également avoir effacé ou altéré le drainage naturel de la rivière de petite à grande échelle. En étudiant les modèles de glissements de terrain dans les écosystèmes naturels, les responsables gouvernementaux, les décideurs, les ingénieurs, les géologues et autres peuvent être mieux informés du succès probable des programmes de prévention ou d'amélioration dans les zones à risque. Notre zone d'étude dans le bassin de Los Amigos dans les forêts tropicales amazoniennes du sud-est du Pérou, a enregistré plusieurs centaines de glissements de terrain. La région n'a pas de grands établissements humains. Le bassin est caractérisé par de fortes précipitations, une végétation dense, des méandres fluviaux et des sols uniformes. Nos objectifs étaient : 1). Déterminer la configuration spatiale des glissements de terrain à l'aide du SIG et des données de télédétection, 2). Modéliser la relation statistique entre les variables environnementales et, 3). Évaluer l'influence du drainage sur le paysage et la perte de sol.

Les couches SIG se composaient de : images aériennes de 50 cm, MNT, cours d'eau numérisés, sols, géologie, précipitations du satellite TRMM et couverture végétale des capteurs LANDSAT et MODIS.


Utiliser l'imagerie satellite pour compter les baleines et autres animaux

L'imagerie satellitaire est à une époque de changement rapide, avec un satellite capable d'enregistrer des détails jusqu'à 50 cm en ligne il y a seulement quatre ans, et déjà remplacé par un satellite capable d'une résolution de 25 cm (4 fois plus de pixels pour la même zone). Au fur et à mesure que la résolution de ces systèmes augmente, la variété de leurs utilisations possibles augmente également. Cependant, l'accès aux images est relativement coûteux (environ 10 £ par kilomètre carré) ce qui affecte les applications qui sont viables.

Le terme de recherche BAS, dirigé par le Dr Fretwell, a développé des algorithmes capables de détecter plusieurs types de baleines et de les compter dans les océans, en utilisant les images satellites. Grâce à l'analyse spectrale, ils peuvent également utiliser les mêmes algorithmes pour détecter les populations d'oiseaux marins via le guano autour de leurs colonies, qui possède une signature spectrale unique qui varie en fonction du régime alimentaire des oiseaux.

Il existe déjà des activités commerciales bien établies dans les domaines des opérations militaires et policières, et de la mesure de la végétation, qui utilisent l'imagerie satellitaire. De même, les relevés aériens sont utilisés commercialement pour surveiller les animaux sur terre. Cela suggère fortement qu'il devrait également être possible de créer une entreprise viable en utilisant les techniques d'analyse par satellite BAS.

L'expertise particulière du Dr Fretwell réside dans la détection et la mesure de choses relativement petites qui bougent, jusqu'à une taille de deux pixels (1 m actuellement, et 50 cm à partir de fin 2014). En plus des populations de baleines et d'oiseaux marins, l'équipe du BAS a également effectué des dénombrements mondiaux de la population de manchots empereurs, par exemple, et a suscité l'intérêt de l'industrie du tourisme, de divers organismes de conservation et de la Commission baleinière internationale.

L'enjeu pour la i-Team est d'étudier l'éventail des usages possibles de ces algorithmes, mais aussi les différents types d'organisations qui seraient intéressées par les résultats de ces analyses. Cela devrait inclure des intérêts gouvernementaux, intergouvernementaux et de conservation, ainsi qu'une gamme d'applications commerciales.


PAView s'efforce d'établir des liens avec des éducateurs à travers le Commonwealth pour développer des partenariats, créer des opportunités de formation et fournir du matériel de formation et d'information pour soutenir l'enseignement de la télédétection. Ces efforts incluent le soutien à l'atelier annuel de télédétection PA DCNR et le développement de leçons et de tutoriels. Certains efforts liés à PAView sont inclus dans cette section du site.

Les systèmes d'information géographique (SIG) peuvent utiliser des images Lidar haute résolution et multispectrales recueillies à partir d'avions pour fournir des cartes détaillées des diverses caractéristiques d'un bassin versant. Dans les affluents de la baie de Chesapeake, y compris la rivière Susquehanna, le transport des sédiments est particulièrement intéressant en raison de son impact sur l'écosystème de Chesapeake. Les sédiments peuvent provenir de minuscules rigoles dans les hautes terres d'un bassin versant ou dans le chenal principal sous forme d'érosion des berges. Ce travail se concentre sur les mécanismes qui fonctionnent à une échelle entre la rigole et l'échelle du réseau de canaux. Les travaux antérieurs de Bucknell se sont concentrés sur la modélisation des voies d'écoulement et sur l'utilisation de modèles numériques d'élévation (MNE) ainsi que de cartes d'utilisation et de couverture des terres (LULC) pour développer un indice de potentiel de pollution dans les voies d'écoulement concentrées. L'été dernier (2019), un nouvel indice a été développé, basé sur les travaux de Moore et Wilson (1992). Ce travail a utilisé l'indice de puissance du cours d'eau (représentant le débit multiplié par la pente) pour représenter la capacité d'un chemin d'écoulement à transporter des sédiments. Sur la base de l'hypothèse qu'une capacité de transport de sédiments élevée correspond à un transport de sédiments élevé lors de grandes crues, des cartes montrant la capacité de transport de sédiments le long des voies d'écoulement concentrées ont été développées. Les données pour évaluer divers indices n'étaient pas disponibles en 2019 en raison du temps sec pendant les semaines disponibles pour la recherche. En 2020, il a été prévu de mesurer le dépôt de sédiments dans les hautes terres, mais les restrictions liées au COVID-19 ont rendu impossible la collecte de ces données cet été. Les travaux de cet été ont tenté de valider divers indices de transport sédimentaire en utilisant deux MNT à haute résolution pris à 11 ans d'intervalle (en 2006 et 2017). Les différences réelles (probablement pas des artefacts numériques) entre ces deux MNT devraient représenter l'érosion ou le dépôt du sol. La figure 1 est une carte topographique du bassin versant. La figure 2 est une carte montrant la différence d'élévations entre ces deux DEM à une échelle horizontale de 1 m. Les couleurs claires représentent l'érosion et les couleurs sombres représentent les dépôts

L'objectif est d'utiliser l'imagerie pour démontrer aux étudiants comment la technologie de télédétection peut être utilisée pour entreprendre une analyse géospatiale scientifique, dans ce cas, évaluer l'imagerie pour l'évaluation des catastrophes naturelles et les effets environnementaux de deux zones : 1) la zone du feu de camp dans Comté de Butte, Californie en novembre 2018 et 2) la zone Florida Panhandle de Mexico Beach touchée par l'ouragan Michael en octobre 2018. Ce projet utilisera des techniques de traitement d'images pour analyser les impacts et l'étendue des destructions causées par l'incendie de forêt en Californie et l'ouragan quand il est passé au-dessus de la Florida Panhandle. Il est prévu que les images haute résolution des Pléiades (50 cm) et les images satellites à moyenne résolution SPOT (1,5 m) devraient être suffisantes pour détecter les changements dans l'utilisation des terres/la couverture des terres et divers effets environnementaux de ces catastrophes naturelles tels que les cicatrices de brûlures, la végétation les impacts, les inondations et la destruction de l'habitat. Le projet initiera les étudiants en télédétection aux technologies et techniques géographiques. L'utilisation de l'imagerie s'est avérée populaire au-delà du cours de télédétection. Ce projet et l'imagerie seront également utilisés pour le cours sur les catastrophes ainsi que pour le cours de géotechnique et les cours d'études environnementales.

Les gestionnaires de bassins hydrographiques disposant de ressources limitées ont besoin de méthodes pour prioriser les sites possibles de restauration ou d'assainissement. La Chesapeake Conservancy a développé une méthode basée sur un système d'information géographique (SIG) pour aider à cette hiérarchisation. Leur méthode impliquait l'utilisation de cartes d'utilisation des terres / couverture terrestre (LULC) et de modèles d'élévation numériques (MNE) à haute résolution, et a abouti à des cartes de chemins d'écoulement concentrés, codées par couleur selon la valeur d'un indice appelé NDFI, représentant la probabilité d'un chemin transportant de fortes concentrations de polluants. Les travaux dans ce domaine à Bucknell ont commencé au cours de l'année universitaire 2014-15 avec une série de consultations avec le personnel de Chesapeake Conservancy pour mieux comprendre leur méthodologie. Les travaux se sont poursuivis au cours de l'année universitaire 2015-2016 lorsque des cartes du NDFI pour Buffalo Creek ont ​​été élaborées. Au cours des années académiques 2016-17 et 2017-18, les travaux se sont concentrés sur le développement d'un indice de sédiments d'écoulement de surface (OFSI), adapté aux sédiments en tant que polluant d'intérêt. Au cours de l'été 2019, les chercheurs de Bucknell ont travaillé avec un indice alternatif basé sur la physique pour le transport des sédiments dans les bassins versants.

  • Norme 1 : Comment utiliser les cartes et autres représentations géographiques, les technologies géospatiales et la pensée spatiale pour comprendre et communiquer des informations
  • Norme 14 : Comment les actions humaines modifient l'environnement physique

L'objectif de cet exercice est d'aider les élèves à analyser les données raster pour examiner les modèles spatiaux.

En présentant aux étudiants les technologies SIG, le partenaire de PaView, California University of Pennsyvlania, a créé une leçon pour les étudiants de première année ou les lycéens. Cette leçon, qui dure environ deux sessions de classe, renforce les normes géographiques nationales : Norme 1 : Comment utiliser les cartes et autres représentations géographiques, les technologies géospatiales et la pensée spatiale pour comprendre et communiquer des informations Norme 14 : Comment les actions humaines modifient l'environnement physique Objectifs. Après ce devoir, les étudiants devraient être capables de : - Expliquer les données raster et leurs complexités - Analyser les données raster pour examiner les modèles spatiaux.

En 2020, Villanova a acheté des images satellites Pléiades et WorldView-2 (WV-2) de la zone des marais de Plum Island Sound, Massachusetts (Figure 1) avec le financement de la subvention Pennsylvania View (PA View). Les images acquises grâce à une subvention ont eu lieu en juin 2017 et juin 2018 pour l'analyse NDVI, et ont été complétées par un achat supplémentaire par le département d'images satellites WorldView-3 (WV-3) à partir de janvier 2018 pour effectuer une analyse de radeau de glace. Les images WV3 acquises seraient juste après le blizzard de janvier 2018 dans le nord-est des États-Unis (cyclone à la bombe) et les images de juin de 2017 et 2018 ont été utilisées pour effectuer une analyse de la végétation afin de déterminer l'étendue des dommages causés par les tempêtes hivernales sur l'habitat des marais. Les marais de Plum Island sont une zone d'étude pour l'un des étudiants diplômés en sciences de l'environnement de Villanova qui étudie l'effet des tempêtes sur le dépôt de sédiments, notamment via un mécanisme appelé rafting sur glace.

La classification des terres est directement liée à l'évaluation de la propriété. Dans le comté de Clarion, la classification des terres actuellement utilisée est dépassée, non seulement en termes d'âge (1958) mais également en termes de traitement et d'intégration dans les procédures d'évaluation. This project will evaluate the current state of data as well as processes for land valuation in Clarion County, and, using remotely sensed data and GIS techniques, new estimates for land classification will be produced and tested. The produced system will be also compared with the current one. Change estimates will be produced in order to evaluate the transformation in the quality of land during the past 50 years.

The Marine Conservation Science Institute, known for its Expedition WhiteShark shared their great white locational data with PAVIew. Megan Boger, a California University of Pennsylvania student, and Dr. Mueller created an ArcGIS lesson using the data.

Overview - This tutorial, created by Tim Linkenheimer of the Blackhawk Middle and High School, familiarizes users with the following ArcGIS Online commands and functions: with using the following commands offered in ArcGIS online: Utilizing all of the standard functions such as search, zoom, print, save, share, print and bookmark Using the Basemap command to load a topographic map provided by ESRI Using spreadsheet software to load a series of points of reference on a map that are important to locate while traveling Editing those points of interest so they are categorized, easy to interpret and represented properly on the map.

Overview – This activity, created by Lee Cristofano of Bethel Park High School, consists of students, working alone or in small groups, plotting the locations of earthquakes and volcanoes on a map of the Earth. By doing this, the “big idea” of this lesson is for students to discover the correlation between earthquake and volcano locations and the boundaries of the Earth’s tectonic plates. Further, this is evidence that the plates are actually in motion. This lesson is recommended for Grades 7-9 in an Earth and Space Science class.

This online, GIS –based activity allows students to use inquiry-based science to draw conclusions about the relationship between volcanic activity, fault lines and plate tectonics. They will use ArcGIS online mapping tools to arrive at their conclusions. A working ArcGIS mapping account is required for this activity. Ideally, this lesson would be taught after a lesson that introduces ArcGIS mapmaker and would be used as a method to scaffold learning from prior knowledge. The estimated time for this activity is between 60 and 90 minutes, depending on the skill level of the students. Beginner skills in ArcGIS are necessary.


Guidelines for access to aerial imagery

Due to the nature of aerial imagery and the market for its supply, a VAR&rsquos intended usage must be acceptable to Landgate and specified within a licence before access and pricing is provided.

Acceptable use

  • Generally, Landgate will allow access to imagery where it will not be used as the primary focus of a derived product. Where the focal point of a VAR&rsquos product is in providing functionality, information or a solution to a problem and aerial imagery is merely providing a supplementary visual reference/backdrop, it will be considered favourably.

Unacceptable use

  • Where the selling point of a VAR&rsquos product is the actual aerial imagery, with added functionality considered secondary or an enhancement to the imagery, then Landgate will not provide imagery access.
  • Where a VAR creates a product that will have users frequently consuming large amounts of imagery (within the SLIP environment), resulting in degraded performance for other subscribers. In these instances, Landgate may look to provide the imagery via an alternative channel.

The acceptance of a value added reseller application for imagery will be case by case at Landgate&rsquos discretion.


50cm imagery - aerial or satellite? - Systèmes d'information géographique

The GeoEye-1 satellite, launched on September 6, 2008, collects images at nadir with 0.41-meter panchromatic and 1.65-meter multispectral resolution. (Imagery sold to commercial customers is resampled to 0.5-meter resolution.) Just as important, 3 meters of inherent geolocation accuracy has never before been achieved in any commercial imaging system.

Originally named OrbView-5, GeoEye-1 has proven to be a milestone in the area of commercial imaging. The satellite collects up to 700,000 square kilometers of panchromatic (and up to 350,000 square kilometers of pan-sharpened multispectral) imagery per day. GeoEye-1 is able to revisit any point on Earth once every three days or sooner.

After the merger of GeoEye with DigitalGlobe, the satellite has joined WorldView-1, WorldView-2, QuickBird under unified umbrella constellation of DigitalGlobe. Ikonos too has joined its ranks.

Specifications of GeoEye-1 sensor:

Launch Date6 septembre 2008
Camera Modes0.41 m / 1.34 ft Panchromatic at nadir
1.65 m / 5.41 ft* multispectral
Spectral Range Panchromatic: 450 – 800 nmBlue: 450 – 510 nm
Green: 510 – 580 nm
Red: 655 – 690 nm
Near Infra Red: 780 – 920 nm
Précision CE stereo: 2 m / 6.6 ft
LE stereo: 3 m / 9.84 ft
CE mono: 3.5 m / 8.20 ft
These are specified as 90% CE (circular error) for the horizontal and 90% LE (linear error) for the vertical with no ground control points (GCP’s).
Swath WidthNominal swath width – 15.2 km / 9.44 mi at Nadir
Single-point scene – 225 sq km (15×15 km)
Contiguous large area – 15,000 sq km (300×50 km)
Contiguous 1° cell size areas – 10,000 sq km(100×100 km)
Contiguous stereo area – 6,270 sq km (224×28 km)
(Area assumes pan mode at highest line rate)
Imaging DirectionCapable of imaging in any direction
Collection CapacityUp to 700,000 sq km/day (270,271 sq mi/day) of pan area
Up to 350,000 sq km/day (135,135 sq mi/day) of pan-sharpened multispectral area
Dynamic Range11 bit per pixel

platform technical Information:

Launch VehicleDelta II
Launch Vehicle ManufacturerBoeing Corporation
Launch LocationVandenberg Air Force Base, California
Satellite Weight1955 kg
Satellite Storage and Downlink1 Terabit recorder X-band downlink (at 740 mb/sec or 150 mb/sec)
Orbital Altitude684 kilometers / 425 miles
Orbital VelocityAbout 7.5 km/sec or 17,000 mi/hr
Inclination/Equator Crossing Time98 degrees / 10:30am

The GeoEye-1 satellite is in a sun-synchronous orbit with a nominal equator crossing at 10:30 AM local. It takes approximately 98 minutes to complete one orbit and it makes nearly 15 orbits per day. The relatively high orbit, at 684 km above the Earth’s surface, allows for more access time over a particular area of interest resulting in larger collection capacity.

Comparison with other sensors:

Smaller Ground Sample distance allows GeoEye-1 to acquire high quality imagery even at high off-nadir angles.

Small GSD at low elevation angles is also important for shorter revisit times. This important factor makes GeoEye-1 the only sensor to achieve a GSD of 50cm even at Off-nadir angles as low as 60 deg(Off-nadir 30deg) unlike any other current or planned sensor.


50cm imagery - aerial or satellite? - Systèmes d'information géographique

SATPALDA provides you clear and timely insight into our changing world. With an array of modern Remote Sensing sensors in its product portfolio SATPALDA provides you with a unique strength that enables you to make positive contribution this planet and humanity. Sensor with disparate specification provide distinctive insight in terrestrial and marine phenomena.

Please select a satellite sensor from the list below to learn more about it.

WorldView-3

WorldView-3 is the latest satellite sensor from DigitalGlobe. With the addition of this sensor to its satellite constellation (in addition to QuickBird, WorldView-1, GeoEye-1, Ikonos and WorldView-2), DigitalGlobe will be capable of collecting

1 billion km2 of Earth imagery per year. DigitalGlobe has added a SWIR (Shortwave Infrared) sensing 8-band instrument to WorldView-3 satellite that will read more

WorldView-2

WorldView-2 satellite sensor from DigitalGlobe provides 8-band multispectral imagery. It was launched on October 8, 2009 from Vandenberg Air Force Base on a Delta II rocket to become DigitalGlobe’s third satellite in orbit, joining WorldView-1 which was launched in 2007 and QuickBird which was launched in 2001. It takes a new photograph of any place on Earth read more

GeoEye-1

The GeoEye-1 satellite, launched on September 6, 2008, collects images at nadir with 0.41-meter panchromatic and 1.65-meter multispectral resolution. (Imagery sold to commercial customers is resampled to 0.5-meter resolution.) Just as important, 3 meters of inherent geolocation accuracy has never before been achieved in any commercial imaging system. Originally named OrbView-5, GeoEye-1 has proven to read more

Pléiades 1A

Pléiades 1A Satellite Sensor First satellite to be launched for creation of Pleiades constellation was Pleiades 1A. It was launched in December, 2011 from French Guiana. About Pléiades 1A The Pleiades-1A constellation provides very-high-resolution optical products in record time, offering daily revisits to any point on the globe and acquisition capabilities tailored to meet the full spectrum read more

Pléiades 1B

Pléiades 1B Satellite Sensor Pléiades 1B sensor was launched on 2nd December 2012. designed and constructed by Astrium France, this satellite was launched on board a Soyuz rocket from European Space Center’s launch pad in French Guiana. About Pleiades 1B Pléiades 1B is second in the series of 2 satellites to be launched by France read more

WorldView-1

WorldView-1 provides earth imagery at 50cm spatial resolution. Being a panchromatic(Black & White) sensor, WorldView-1 can acquire very large areas in short period of time. This sensor was launched by DigitalGlobe on September 18, 2007. With an average revisit time of 1.7 days, WorldView-1 is capable of collecting up to 750,000 square kilometers (290,000 sq mi) read more

QuickBird

DigitalGlobe’s QuickBird satellite offered sub-meter resolution imagery. Initially at an operational altitude of 482 km, QuickBird was operated at an altitude of 450 km and continued in an gradual descent until its end of mission life in 2015 at an altitude of 300 km. QuickBird provided commercial imagery at 0.61 m (PAN) and at 2.4 read more

Ikonos

When GeoEye successfully launched the IKONOS satellite in 1999, it made history with the world’s first one-meter commercial remote sensing satellite. Moving over the ground at approximately seven kilometers per second, IKONOS collects black and-white and multispectral data at a rate of over 2,000 square kilometers per minute. Through the nearly fifteen, 98-minute journeys it read more

SPOT 6 & 7

With SPOT 6 and SPOT 7 Astrium Geo is introducing a complete new design for the product line of the SPOT series. Thanks to many improvements in both space and ground segments, a special efforts have been made to make this new product line much easier to handle, moving forward the standard of satellite imagery to a new era. read more

SPOTMaps

SPOTMaps SPOTMaps are 2.5m resolution, natural color, ortho-image mosaics created from SPOT 5 multispectral and panchromatic imagery. SPOTMaps is an off-the-shelf, map-accurate, image mosaic derived from the global archive of SPOT 5 imagery. SPOT -5, 10m multispectral and 2.5m panchromatic scenes, acquired simultaneously by the High Resolution Geometric (HRG) instruments. SPOTMaps products now cover more read more

Advanced Land Observing Satellite, ALOS is a Japanese Earth-Observation satellite, developed by JAXA. The objective of the mission is to provide the user community with data of sufficient resolution to be able to generate 1:25,000 scale maps. It is one of the largest Earth observing satellites ever developed. ALOS has a GPS receiver and a read more

SPOT 5

SPOT-5 is the fifth satellite in the SPOT series of CNES (Space Agency of France), placed into orbit by an Ariane launcher. Since the first SPOT satellite was launched in 1986, the SPOT system has sought to provide continuity of service and constantly improved the quality of its products for the global user community.SPOT 5 read more

The Disaster Monitoring Constellation (DMC) consists of Algerian, Nigerian, Turkish, British and Chinese remote sensing satellites constructed by Surrey Satellite Technology Ltd (SSTL) and operated by DMC International Imaging. The main aim of this constellation is disaster relief under the International Charter for Space and Major Disasters. DMC Earth imagery is used for a variety of read more

ASTER

ASTER was launched in 1999 and remained fully operational till 31st March, 2008. Flew at an altitude of 438 miles, ASTER had a 16-day revisit period and follows a sun-synchronous polar orbit. Each ASTER acquisition is approximately 60km by 60km . The ASTER instrument acquires information across the visible and infrared spectrums. Specifically, information is acquired by three separate read more

Landsat ETM+ Gap-Filled

Some of the most popular and valued remote sensing images of the earth are obtained from the Landsat satellites which have been orbiting the earth for over thirty years. Prior to the launch of Landsat 7, two Landsats were in operation – Landsat 4 (operating from 1982 to decommission in June 2001) and Landsat 5 read more

TerraSAR-X

TerraSAR-X is an active matrix, X-band Synthetic Aperture Radar (SAR), capable of acquiring data with a resolution of 1 metre, and in all weather conditions, both during the daytime and at night. TerraSAR-X has a repeat period of 11 days. However, it can observe on both sides of its trajectory, which means it can acquire read more

LandScan

LandScan is global population distribution data having finest resolution available, it represents an ambient population (averaged over 24 hours). Landscan uses spatial data and imagery analysis and a multi-variable dasymetric modeling approach to dis-aggregate census counts within an administrative boundary. LandScan integrates daytime movements and collective travel habits into a single measure to produce a better representation of where people are read more

WorldView-4

WorldView-4 is the latest earth observation satellite operated by DigitalGlobe launched on 11th November 2016 from Vandenberg Air Force Base Space Launch Complex 3E. Worldview-4 provides similar imagery as WorldView-3 with highest resolution of 31cm. It is designed and built by ITT Exelis and Harris having 1.1m in diameter read more

DEM/DTM is a digital model or 3D representation of a terrain's surface. It may be represented as Grid data which includes raster format, interpolated values and have large storage for network analysis or in TIN (Triangulated irregular network) data which includes- read more

Vricon

WorldDEM™

DEM/DTM is a digital model or 3D representation of a terrain's surface and most versatile examples of raster data. It contains locations with elevation which can be used in numerous topographical applications. It may be represented as Grid data which includes raster format, interpolated values and have large storage for network analysis or in TIN (Triangulated Irregular Network) read more

Aerodrome Mapping Database (AMDB)

An AMDB is a spatial database of an airport. An AMDB dataset describes the spatial layout of an aerodrome in terms of features (e.g. runways, taxiways, and parking stands) with geometry described as points, lines or polygons and with attributes (e.g. Surface type) providing further information.AMDBs are produced and exchanged as datasets using global standards and tools of mainstream Geographic Information System (GIS) technology. read more

Drone Mapping

Drone or UAV (Unmanned Aerial Vehicle) is an unmanned aircraft, piloted autonomously and controlled by pilot, equipped with a high resolution camera. In recent history, drone data has been used for military and special operation applications but modern technology is using it to manufacture commercial versions for civilian usage. Now, UAV data can be used for urban planning, road and railway corridor mapping, utilities, agriculture and governance requirements. read more