Suite

Générer des séries d'ellipses en ligne avec ArcGIS Desktop ?

Générer des séries d'ellipses en ligne avec ArcGIS Desktop ?


J'essaie de créer une série d'ellipses (simulées en vert ci-dessous) de dimensions définies le long d'une ligne. Je suis allé jusqu'à générer des points régulièrement espacés le long de la ligne qui sont attribués au rayon principal (axe perpendiculaire à la direction de la ligne) r1 et au rayon mineur (axe parallèle à la direction de la ligne) r2.

Le but ici est de construire un modèle afin que je puisse revenir en arrière et créer facilement de nouveaux polygones pour des valeurs modifiées de r1, r2 et des géométries de points variables (les points seront toujours sur une ligne et r1, r2 auront toujours la même relation géométrique avec ligne.

J'ai accès à ArcMap et aux extensions.


Comme indiqué par MappaGnosis dans les commentaires, il existe un outil pour cela dans ArcGIS, appelé Table to Ellipse.

Voici la documentation : http://help.arcgis.com/en/arcgisdesktop/10.0/help/index.html#//0017000000tt000000

Vous pourrez modifier les valeurs de votre table et recréer facilement les ellipses.


Création d'entités d'index de carte de bande

Les caractéristiques de l'index de la carte en bande peuvent être utilisées pour définir chaque page de votre carte en bande. Ces caractéristiques définissent l'étendue spatiale et la rotation de la carte pour chaque page, tout en fournissant les données qui peuvent être utilisées pour étiqueter les pages suivantes et précédentes.

L'exemple ci-dessus montre une carte en bande du Rhin entre les villes de Cologne et de Coblence. Cette série de 44 pages peut être facilement créée par tout utilisateur d'ArcMap disposant d'une connexion Internet. Les données proviennent du service de carte topographique mondiale disponible sur ArcGIS Online. Vous pouvez facilement recréer cette carte en bande à l'aide des pages dynamiques, des outils de géotraitement disponibles dans le jeu d'outils Pages dynamiques, des propriétés du bloc de données et du texte dynamique. Vous devrez créer l'entité linéaire utilisée pour déterminer l'itinéraire de la carte de bande. Cela peut être fait en créant une nouvelle classe d'entités linéaires à l'aide des outils de mise à jour ArcMap.

Les étapes suivantes utilisent l'outil de géotraitement Strip_Map_Index_Features pour créer une classe d'entités d'index de carte en bande. Il s'agit de la classe d'entités utilisée pour définir les étendues de carte pour l'exemple de carte de bande ci-dessus. Ces étapes supposent que vous avez effectué les étapes décrites dans les rubriques suivantes :

Mise en garde:

Bien que vous puissiez adapter ces étapes à vos propres cartes ou à votre carte de bande, gardez à l'esprit que les étapes citées dans cet exemple sont spécifiques à l'exemple d'atlas illustré ci-dessus. L'utilisation de ces étapes exactes sur un autre ensemble de cartes peut entraîner des résultats inattendus.

Vous pouvez trouver l'outil en ouvrant Rechercher et en tapant Fonctionnalités d'index de grille , ou vous pouvez localiser l'outil sous Boîtes à outils > Boîtes à outils système > Outils de cartographie > Pages dynamiques .

Une nouvelle classe d'entités, strip_map_index est créée et, si ArcMap est ouvert, ajoutée à votre bloc de données actif. Comme vous pouvez le voir, certaines grilles ne couvrent que l'eau. Cette classe d'entités contient des champs essentiels à la création d'une carte de bande. Ces champs comprennent

Pour plus d'informations sur ces champs et d'autres champs créés par cet outil, consultez Strip_Map_Index_Features . La prochaine étape de la création de la carte de bande consiste à activer les pages dynamiques.


Visualisation

Que peut me montrer ma carte ?

Dans de nombreux cas, juste en faisant une carte, vous faites une analyse. C'est parce que vous faites la carte pour une raison. Vous avez une question à laquelle la carte vous aide à répondre : où la maladie a-t-elle ravagé les arbres ? Quelles communautés sont sur le chemin d'un feu de forêt ? Où sont les zones de forte criminalité ? C'est aussi parce que lorsque vous créez une carte, comme pour toute analyse, vous prenez des décisions sur les informations à inclure et sur la manière de présenter ces informations. Une visualisation efficace est précieuse pour communiquer les résultats et les messages de manière claire et engageante.

Analyse visuelle et de visibilité

Une surface affichée dans l'espace 3D a une valeur en tant que toile de fond d'affichage visuel pour draper les données et les analyser. Cette scène en perspective montre un bassin versant et une rivière restaurés drapés sur un modèle numérique d'élévation du terrain.

Visualiser l'exposition au rayonnement solaire

Les outils de rayonnement solaire d'ArcGIS vous permettent de cartographier et d'analyser le potentiel des panneaux solaires à produire de l'électricité. (Naperville, Illinois, illustré ici.)

Évaluation de la santé des cultures

L'imagerie multispectrale peut offrir une nouvelle perspective sur la santé et la vigueur des cultures. L'indice de végétation par différence normalisée (NDVI) révèle des cultures de pommes de terre et de canola saines en Saskatchewan, au Canada.

Calcul du champ de vision

Cette carte d'histoire historique utilise une analyse de visibilité SIG pour raconter l'histoire fatidique de la bataille de Gettysburg pendant la guerre de Sécession. Au moment où le général Robert E. Lee (à l'œil rouge) s'est engagé à s'engager avec les troupes de l'Union, il ne pouvait voir que les troupes dans les zones claires. . Les historiens utilisant des comptes personnels, des cartes de la bataille et une couche d'élévation de base ont pu percer le mystère de la raison pour laquelle Lee s'est peut-être engagé dans la bataille face à de si faibles chances.


Enrichissement des données

Ces outils vous aident à explorer le caractère des zones. Des données démographiques et des statistiques détaillées sont renvoyées pour les zones que vous avez choisies. Des informations comparatives peuvent également être rapportées pour des zones étendues telles que les comtés et les États.

Cet outil enrichit vos données ponctuelles ou de zone en obtenant des informations sur les personnes, les lieux et les entreprises qui entourent vos emplacements de données. En utilisant cet outil, vous pouvez répondre à des questions sur des emplacements auxquels vous ne pouvez pas répondre avec des cartes seules, par exemple, quel genre de personnes vivent ici ? Qu'est-ce que les gens aiment faire dans ce domaine? Quelles sont leurs habitudes et leurs modes de vie ? Quel genre d'entreprises sont dans ce domaine?

Le résultat est une nouvelle couche contenant toutes les informations démographiques et géographiques provenant de collections de données données. Ces informations sont ajoutées sous forme de champs dans le tableau.

Votre administrateur de portail doit configurer un service utilitaire GeoEnrichment pour le portail et vous accorder le privilège GeoEnrichment pour que cet outil soit disponible. De plus, l'administrateur du portail doit configurer les services utilitaires réseau et vous accorder le privilège d'analyse de réseau pour que vous puissiez enrichir les couches en fonction des modes de déplacement.


Modèles d'application ArcMap

Les types d'applications cartographiques que vous créez dans ArcMap peuvent définir des modèles communs d'organisation des couches cartographiques dans la table des matières de la carte.

  • Créez des mises en page de carte pour l'impression et l'exportation au format PostScript, PDF et autres documents électroniques.
  • Créez, modifiez et gérez des données géographiques.
  • Effectuer le géotraitement et l'analyse.
  • Explorez, évaluez, interprétez, visualisez, comparez et résumez les résultats générés par l'analyse. Les résultats sont généralement présentés sous forme de couches cartographiques opérationnelles supplémentaires.
  • Organisez une grande collection de fonds de données pour un projet, un groupe de travail ou une entreprise. En visualisant leurs données dans ArcMap, les utilisateurs peuvent commencer à organiser leur contenu en couches de carte logiques, jeux de données et collections.
  • Créez des services de fond de carte à publier et à servir à l'aide d'ArcGIS Server.
  • Générez des documents cartographiques pouvant être utilisés pour travailler avec des couches cartographiques opérationnelles. Par exemple, vous pouvez publier et interagir avec des couches de carte dérivées des résultats de diverses opérations de géotraitement, d'analyse et de requête. Ceux-ci sont souvent mélangés avec Google Maps, Google Earth, Microsoft Virtual Earth, les services ArcGIS Online ou vos propres fonds de carte SIG.
  • Créer des cartes à publier à l'aide d'ArcReader

En tant qu'utilisateur d'ArcMap, vous créerez différents types de documents ArcMap pour prendre en charge ces workflows et bien d'autres. Le type de carte que vous créez influencera la façon dont vous organisez vos couches de carte dans la table des matières et la façon dont vous définissez les outils utilisés pour travailler avec chaque couche de carte.

Voici quelques exemples de modèles d'utilisation que vous pourriez finir par utiliser dans vos applications et l'organisation correspondante de la table des matières de chaque carte.


Utilisation d'un document ArcMap avec des couches de carte indépendantes

Traditionnellement, les documents ArcMap ont fourni un cadre pour effectuer des travaux SIG, tels que l'édition et la compilation de données. La plupart des utilisateurs d'ArcGIS considèrent leurs cartes dans ArcMap, ArcGlobe et ArcScene comme un ensemble de couches cartographiques indépendantes. La carte elle-même sert de cadre pour l'organisation d'une vaste collection d'ensembles de données géographiques. La plupart des utilisateurs suivent cette approche dans presque tous leurs cas d'utilisation d'ArcMap.

Chaque carte est basée sur une série de couches de carte que vous ajoutez à votre carte. Certaines des couches de la carte fourniront une base ou un cadre sur lequel vous effectuerez votre travail. D'autres couches fourniront les fonctionnalités avec lesquelles vous souhaitez travailler ou opérer. Par exemple, les éditeurs modifieraient les entités cibles à l'aide d'outils spécifiques aux entités particulières qu'ils modifient (par exemple, l'édition de lignes pour les lignes et les limites de polygones, les outils d'attributs pour mettre à jour les attributs des entités, les outils d'édition de réseau pour mettre à jour un réseau géométrique tel qu'une installation électrique couche, et ainsi de suite).

Dans ces cartes, chaque couche cartographique est généralement gérée indépendamment des autres couches de la table des matières.

Fréquemment, les informations sont organisées en une série de couches cartographiques qui représentent un fond de carte et un ensemble de couches opérationnelles avec lesquelles vous travaillez à l'aide d'outils et de tâches. Par exemple, l'ortho-imagerie est souvent utilisée comme couche de fond de carte. De plus, dans une carte de services publics, votre fond de carte est un territoire et vous modifiez les éléments de votre réseau d'installations au-dessus du territoire.


Utilisation des couches d'outils de géotraitement

De nombreux utilisateurs créent des cartes qui sont utilisées pour héberger des opérations de géotraitement et d'analyse. Ces cartes incluent généralement des informations de base qui fournissent un contexte géographique ou de localisation ainsi que des couches cartographiques supplémentaires qui sont utilisées comme entrées dans le processus de modélisation. Lorsque des opérations de géotraitement sont exécutées, de nouvelles couches de carte sont ajoutées pour vous aider à afficher et à utiliser les résultats des modèles analytiques.

Certaines cartes analytiques contiennent des couches d'outils. Il s'agit de couches de carte qui contiennent le modèle de géotraitement, toutes les couches de carte en entrée associées et les résultats des opérations analytiques.


Utilisation des couches de résultats dans votre carte

Dans de nombreux workflows SIG, une carte est utilisée pour présenter et utiliser les couches de résultats. De nombreux utilisateurs souhaitent publier les résultats de modèles, de requêtes, de flux de capteurs, de simulations et d'autres tâches de travail. Il est souvent important de réfléchir à la façon dont vous voulez travailler avec ces résultats.

Ces cartes incluent également généralement une série d'outils qui permettent aux utilisateurs de comprendre, visualiser, analyser et comparer leurs résultats. Par exemple, les outils permettant de travailler avec les couches de carte résultantes peuvent avoir besoin d'inclure des outils de graphique et de création de graphiques statistiques, des outils de création de rapports, des fenêtres contextuelles HTML, etc.

Pour plus d'informations sur l'utilisation des couches de résultats dans ArcGIS, consultez la rubrique d'aide intitulée Création de couches cartographiques opérationnelles. Cette rubrique traite de l'utilisation des résultats dans les applications Web, mais un cas d'utilisation similaire peut être appliqué dans ArcMap.


Utiliser la table des matières de la carte pour organiser les informations de manière thématique

Une carte peut fournir un cadre pour l'organisation thématique d'une grande collection d'ensembles de données géographiques. Pour de nombreux grands projets, l'une des étapes initiales consiste à collecter, assembler et organiser une grande collection d'ensembles de données pour une zone d'étude. Par exemple, vous pouvez générer des couches de carte pour tous les jeux de données et en les affichant et en comprenant leur contenu, vous pouvez ensuite commencer à organiser ces couches individuelles en groupes de couches thématiques dans votre table des matières.

L'affichage de votre contenu dans des cartes peut vous aider à commencer à comprendre comment organiser tous vos jeux de données individuels en un tout plus cohérent, souvent sous la forme d'un ensemble de thèmes d'information. Les vues cartographiques vous aident à les synthétiser en un système d'information plus significatif qui aide les utilisateurs à trouver des informations pour soutenir leur travail.

De nombreuses grandes organisations SIG utilisent des documents cartographiques similaires pour fournir un accès public à leurs fonds de données SIG.


Création d'un service de carte en cache ArcGIS Server

De nombreux utilisateurs créent des cartes qui sont utilisées pour générer des services de carte en cache ArcGIS Server, principalement pour une utilisation en tant que services de fond de carte.

Les caches de carte ArcGIS Server sont utilisés pour créer des fonds de carte SIG. Celles-ci ressemblent beaucoup à de nombreuses cartes Web qui intègrent un certain nombre de couches cartographiques dans une seule vue cartographique unifiée. Pour les SIG, ces cartes fournissent un cadre ou un contexte sur lequel les informations opérationnelles sont affichées et utilisées.

Il est courant que ces cartes soient conçues pour être utilisées à plusieurs échelles cartographiques. Il s'agit essentiellement de concevoir une série de cartes, une pour chaque plage d'échelles, qui représente le contenu de manière appropriée pour chaque échelle de carte.

Les tables des matières de ces cartes organisent toutes les couches cartographiques pour une échelle de carte donnée en un seul groupe de couches (c'est-à-dire pour générer une vue unifiée). De plus, chaque fond de carte peut avoir une seule couche ou deux (comme les noms de lieux et les transports) que vous pouvez activer ou désactiver.

L'utilisation d'un fond de carte dans vos cartes SIG crée une expérience utilisateur plus simple et plus efficace. En tant que professionnel SIG, votre travail peut inclure la génération de fonds de carte avec un comportement similaire à Google Earth et Virtual Earth. Par exemple, lorsque vous effectuez un zoom avant et arrière, la carte peut se représenter de manière appropriée sur toute la plage d'échelles de carte prises en charge.


Construire des couches cartographiques opérationnelles

De nombreux utilisateurs souhaitent publier des services de carte Web utilisés pour diffuser des couches cartographiques opérationnelles à l'aide d'ArcGIS Server. De nombreuses cartes présentent des cartes d'état ou une image opérationnelle commune. Il est souvent important de générer une série de couches cartographiques qui présentent des observations, des flux de capteurs ou des résultats de requête d'entités correspondant à des critères particuliers. Ces couches cartographiques peuvent être servies avec des outils axés sur la visualisation et la synthèse de l'état d'une situation, souvent couplés à des outils qui vous aident à identifier des modèles importants.


Exemple d'une couche opérationnelle pour les jauges de flux le long du système de la rivière Neuse en Caroline du Nord Les stations de jaugeage donnent accès à des mesures de débit en temps réel et historiques à chaque station. Les valeurs de débit pour une station de jaugeage sélectionnée sont affichées dans le graphique pour une fenêtre de temps de deux mois.

Consultez la rubrique d'aide intitulée Un cadre pour les applications cartographiques Web SIG pour plus d'informations sur les éléments des cartes Web et la création de couches cartographiques opérationnelles pour les options sur la façon dont elles peuvent être créées et publiées.

Si vous êtes prêt à commencer à publier des couches opérationnelles à l'aide d'ArcMap, envisagez d'utiliser des services de carte optimisés pour obtenir de bonnes performances et une bonne évolutivité.


Création de couches cartographiques à fusionner avec les services ArcGIS Online

ArcGIS Online fournit un ensemble de services de fond de carte multi-échelles hautes performances qui incluent des images, des transports, des cartes topographiques, etc. Il est facile pour les utilisateurs d'ArcGIS de superposer leurs propres données sur les services cartographiques 2D et 3D d'ArcGIS Online.

Il existe au moins trois manières courantes d'utiliser les fonds de carte ArcGIS Online :

  • Vous pouvez simplement ajouter des cartes ou des images ArcGIS Online en tant que couche de fond de carte dans vos documents ArcMap ou ArcGlobe (ainsi que dans ArcGIS Explorer). Ajoutez ensuite vos propres données locales par-dessus.

  • Vous pouvez étendre les fonds de carte des services ArcGIS Online avec votre propre contenu plus détaillé et à jour pour votre domaine d'intérêt. Cela se fait en utilisant les services ArcGIS Online pour les échelles de carte plus généralisées dans votre fond de carte et en les étendant en ajoutant votre propre contenu plus ciblé pour une utilisation à des échelles de carte plus grandes. Par exemple, dans une administration locale, il est probable que vous disposiez d'images plus détaillées et à jour pour vos zones urbaines.

La possibilité d'étendre les fonds de carte ArcGIS Online est l'un des objectifs des cartes et des services de données ArcGIS Online.

Voici un exemple d'un cache de carte multi-échelle existant, affiché en vert, et comment vous pouvez envisager d'ajouter votre propre cache de carte pour le travail de votre organisation, affiché en bleu. Il y a une échelle de carte qui se chevauche, mais essentiellement, vos cartes prennent le relais à des échelles de carte plus grandes. Ce même concept peut être utilisé pour étendre n'importe quel fond de carte ArcGIS Online.

  • Vous pouvez combiner des services de carte opérationnels. L'API REST d'ArcGIS Server et l'interface JavaScript facilitent la création de scripts et le déploiement de mashups qui fusionnent plusieurs services, comme illustré dans les deux applications hydrologiques illustrées ci-dessous.

Les utilisateurs de SIG définiront souvent l'ensemble d'outils et d'opérations qui seront utilisés pour travailler avec leurs services cartographiques opérationnels. Dans l'exemple d'application ci-dessous, les utilisateurs ont mélangé les emplacements des jauges de flux pour interroger et représenter graphiquement les flux de flux pour certaines périodes.


Création de couches de carte à fusionner avec Google et Microsoft

De nombreux utilisateurs souhaitent créer des cartes à l'aide d'ArcGIS qui peuvent être combinées avec Google Earth™, Google Maps™ ou Microsoft Virtual Earth™. De nombreuses cartes créées dans ArcMap affichent des résultats ou des cartes d'état que vous souhaitez combiner avec des applications cartographiques grand public et basées sur un navigateur. Une capacité courante consiste à inclure des outils d'identification de caractéristiques qui affichent des informations HTML contextuelles.


Ateliers CSDE

Objectif
Ce cours présentera l'utilisation de R pour les workflows d'analyse de superposition de systèmes d'information géographique (SIG) basés sur des scripts. À la fin du cours, vous serez capable de scripter des analyses SIG simples et de présenter les résultats dans des pages Web interactives et auto-documentées.

Raisonnement
Alors que les packages SIG de bureau sont d'excellentes applications pour l'analyse exploratoire des données spatiales et la génération de graphiques cartographiques, avec des flux de travail typiques, ils sont limités à la recherche scientifique. Si vous ne pouvez pas vous souvenir, reproduire ou communiquer clairement votre méthodologie, alors ce que vous faites ne peut pas être techniquement appelé « recherche ». Bien qu'ArcGIS Desktop et QGIS, deux principales applications SIG de bureau, utilisent Python pour scripts d'analyses de géotraitement et d'interfaces utilisateurs, l'apprentissage de Python peut être difficile et nécessite un engagement fort et une grande quantité de temps à maîtriser.

R est une option d'ArcPy ou de l'API Python de QGIS, étant très utilisé, extensible, gratuit et basé sur des scripts. Si vous avez suivi des cours de sciences sociales, d'épidémiologie ou de statistiques à l'UW, vous connaissez probablement déjà suffisamment R pour commencer à l'utiliser comme plate-forme d'analyse SIG. R est également de plus en plus utilisé pour diverses tâches de programmation au-delà de son développement initial en tant qu'environnement de programmation statistique, en particulier en raison de la prolifération de packages pouvant être ajoutés pour étendre les fonctionnalités de R. L'un de ces packages, sf (Simple Features for R), étend le cadre d'analyse R pour inclure une pléthore de tâches de gestion et d'analyse de données spatiales et tire parti du cadre de données tibble pour inclure la représentation d'objets géométriques. De plus, le package de dépliants peut être utilisé pour rendre des cartes “glissantes” (évolutives en temps réel, pan-capables) intégrées dans des pages Web créées par le package RMarkdown. La combinaison de ces fonctionnalités avec le langage de programmation relativement simple de R’s peut vous aider à effectuer des analyses SIG, à générer des résumés de données à partir d'opérations de géotraitement, à restituer des tableaux et des graphiques de haute qualité et à inclure des cartes dans vos rapports.

Conditions préalables

Les prérequis suivants seront requis pour que vous puissiez suivre le cours.


Street_and_Address_Composite

Nom du localisateur Données source La description
1A_SAM_AP_ZipName Points d'adresse SAM Points d'adresse SAM en utilisant le nom du code postal postal pour le nom de la ville dans le localisateur.
1B_SAM_AP_CTName Points d'adresse SAM Points d'adresse SAM. Le nom de la ville ou de la ville est utilisé pour le nom de la ville dans le localisateur.
1C_SAM_AP_PlaceName Points d'adresse SAM Points d'adresse SAM. Le nom de la ville est renseigné à l'aide des villages NYS et des réserves indiennes, des lieux désignés du recensement et des autres noms de code postal acceptables de l'USPS. Ces noms n'existent pas partout, il y aura donc un nombre limité de points dans ce localisateur.
3A_SS_ZipName Segments de la rue NYS Ensemble de données NYS Street Segments utilisant le nom de code postal pour le nom de la ville dans le localisateur. L'emplacement est interpolé à partir d'une plage d'adresses sur le segment de rue. Le nom de la ville peut être différent pour les côtés gauche et droit des rues.
3B_SS_CTName Segments de la rue NYS NYS Street Segments utilisant le nom de la ville ou de la ville pour le nom de la ville dans le localisateur. L'emplacement est interpolé à partir d'une plage d'adresses sur le segment de rue.
3C_SS_PlaceName Segments de la rue NYS NYS Street Segments utilisant un autre nom de lieu pour le champ de la ville. Ce champ est renseigné à l'aide des villages et des réserves indiennes du NYS, des lieux désignés du recensement et des autres noms de code postal acceptables de l'USPS. Ces zones n'existent pas partout, il y aura donc un nombre limité de segments avec cet attribut. L'emplacement est interpolé à partir d'une plage d'adresses sur le segment de rue.

Toute adresse qui ne réussit pas à géocoder vers le premier composite peut ensuite être exécutée via le deuxième localisateur composite (Street_NoNum_and_ZipCode_Composite). Reconnaître que les coups de ce localisateur ne seront pas précis dans l'espace. Ce localisateur composite est composé des localisateurs suivants.


Application qui va lire certains fichiers texte et générer des fichiers compatibles Esri Arc Gis

par DerekLaw

> . construire une application utilitaire qui lira certains fichiers texte et générera des fichiers compatibles Esri Arc Gis

Qu'entendez-vous par « fichiers compatibles Esri ArcGis » ? Classes d'entités ? Carte des documents ? Vous suggérons de consulter la liste des types de fichiers pris en charge, des types de données et des éléments pris en charge—ArcGIS Pro | ArcGIS Desktop

De plus, ce n'est pas le bon forum de discussion, je vais passer du forum Portal for ArcGIS au forum des développeurs.

par RebeccaStrauch_ _GISP

Comme Derek l'a mentionné, des informations supplémentaires seraient utiles. Utilisez-vous Desktop ou Pro ? Version?

Fichiers texte ? sont au format .csv (séparé par des virgules) ou au format fixe (c'est-à-dire des colonnes). ou forme totalement libre ?

merci derek et rebeka j'essaie de développer une application, lire du texte dans n'importe quel format et générer un fichier de formes

par DerekLaw

Merci pour la clarification. Quelques ressources pour vous aider à démarrer,

par RebeccaStrauch_ _GISP

"n'importe quel texte" n'est probablement pas possible.

S'il s'agit d'un fichier de points, vous aurez généralement un ID, x, y au minimum. Vous devrez également savoir s'il s'agit de coordonnées géographiques (par exemple, longitude, latitude pour x/y) ou dans un système projeté, et pour qu'elles correspondent, vous devrez inclure ces informations dans une partie du processus.

Une ligne aurait une série de coordonnées. Un polygone serait le même, mais avec le même point de départ et d'arrêt. Vous voudrez peut-être consulter wiki.gis.com et certaines des définitions du type d'informations nécessaires pour les données. peut-être dans l'onglet dictionnaire. Cela expliquerait probablement les différents types mieux que moi.

La question est donc la suivante : avez-vous un moyen d'extraire les informations dont vous aurez besoin pour créer des données à partir du fichier "tout texte" s'il n'y a pas de formatage connu de ces informations ?

Cela pourrait être, oui. mais il faudrait très probablement un certain type de modèle pour les données.

Quelle langue utilisez-vous pour l'utilitaire ? Quel logiciel ArcGIS utilisez-vous ??

fyi - le fichier de formes, bien que plus ancien, serait probablement le type de données le plus simple à créer si vous n'utilisez pas l'un des éléments ci-dessus. Je pense qu'il existe des bibliothèques open source pour les créer.


Série de présentations Bits and Bytes

Premiers pas avec Collaborative Archive & Data Research Environment (CADRE)

ArcGIS Desktop 10.5

Dans cet atelier, les participants apprendront les bases des systèmes d'information géographique (SIG). Les activités pratiques couvriront le chargement, la manipulation et la visualisation de jeux de données géospatiales à l'aide du logiciel ArcGIS d'Esri, en travaillant à la création de cartes numériques.

ArcGIS Online - Une introduction (http://utoronto.maps.arcgis.com/)

Les participants apprendront les bases de cette cartographie en ligne et de cette plate-forme SIG. Les sujets abordés incluront : le géocodage, la symbologie, les dépendances d'échelle, l'étiquetage des cartes, la gestion des fenêtres contextuelles, etc.

ArcGIS Pro - Une introduction (https://pro.arcgis.com/en/pro-app/)

Les participants à cet atelier apprendront les bases de la manipulation, de la visualisation et de l'analyse des ensembles de données géospatiales dans le tout dernier logiciel de bureau d'Esri. Les sujets abordés incluront : Une visite guidée d'ArcGIS Pro Chargement et manipulation de fichiers de formes et de bases de données géographiques Symbologie Cartographie Jointures spatiales et d'attributs Interrogation de statistiques résumées Sous-ensemble Découpage Effacement et mise en mémoire tampon Géocodage. Les participants travailleront également à résoudre un problème à l'aide d'outils d'analyse SIG.

Visualisation des données - Une introduction (Partie 1 - Théorie et critique)

Grâce à une combinaison d'exposés et d'activités, cet atelier utilisera un modèle de flux de travail de visualisation de données pour présenter aux participants les meilleures pratiques et directives pour concevoir des visualisations efficaces et évaluer les visualisations. Il y aura ensuite une activité pour appliquer les meilleures pratiques en travaillant en petits groupes pour critiquer les visualisations. Pour plus d'informations sur la visualisation des données, y compris les sujets abordés dans l'atelier et les services offerts par les bibliothèques, consultez notre Guide de visualisation des données. Cours en ligne à votre rythme (Inscrivez-vous avec votre UTORID. Si vous n'en avez pas, contactez-nous)

Visualisation des données - Une introduction (Partie 2 - Pratique avec Tableau)

Grâce à une combinaison de conférences et d'activités, cet atelier présentera aux participants un outil de visualisation de données commun, Tableau Desktop. Les participants apprendront à créer une variété de visualisations telles qu'un graphique linéaire des bénéfices au fil du temps par catégorie de produit, une boîte à moustaches de la largeur des pétales d'iris par espèce et un graphique à barres empilées des fréquences des mots dans Roméo et Juliette. Pour plus d'informations sur la visualisation des données, consultez notre Guide de visualisation des données. Cours en ligne à votre rythme (Inscrivez-vous avec votre UTORID. Si vous n'en avez pas, contactez-nous)

Outils des humanités numériques : Digital Scholar Lab

Cet atelier présente le Gale Digital Scholar Lab, une plate-forme qui permet aux utilisateurs de découvrir et de créer des collections de textes numérisés à partir des collections historiques Gale, d'exécuter diverses analyses statistiques sur eux et de visualiser les données résultantes. Les participants apprendront à utiliser le Digital Scholar Lab et auront un aperçu de l'exploration de texte grâce à une combinaison d'une conférence et d'une démonstration pratique. Remarque : Aucune expérience préalable requise, bien que les participants doivent avoir une adresse Gmail.

Excel : Au-delà des bases (pour Windows)

Apprenez à créer des tableaux et des graphiques simples, des calculs simples et des tableaux croisés dynamiques à l'aide de Microsoft Excel. Cet atelier comprend également une introduction aux macros.
Prérequis : Vous devez être à l'aise avec un ordinateur et naviguer seul dans les programmes de bureau. Cet atelier est le mieux adapté aux étudiants qui connaissent d'autres logiciels Microsoft Office tels que Microsoft Word. Remarque : cet atelier sera pour Windows uniquement.

Analyse exploratoire des données à l'aide de Python (partie 1)

Cet atelier pratique en Python couvre la lecture, la description et le filtrage des données, ainsi que la réalisation d'analyses récapitulatives de base, à l'aide du package pandas et de Jupyter Notebooks. Les participants à l'atelier n'ont besoin d'aucune expérience en programmation ou en Python/pandas, mais doivent être familiarisés avec les données tabulaires et avoir une compréhension de base des différents types de données (variables quantitatives/qualitatives). Nous utiliserons un logiciel installé sur les ordinateurs du laboratoire MDL et un exemple d'ensemble de données comprenant des données catégorielles, binaires, textuelles et numériques.

Analyse exploratoire des données à l'aide de Python (partie 2)

Il s'agit du deuxième de deux ateliers sur l'analyse exploratoire des données à l'aide de Python, et vous devez avoir terminé l'analyse exploratoire des données à l'aide de Python (partie 1), ou être familiarisé avec la lecture, la description, le filtrage et la synthèse des données à l'aide du package pandas.

Cet atelier pratique en Python utilise le package pandas et Jupyter Notebooks pour regrouper des données, travailler avec des formats de texte, recoder des données et créer de nouvelles variables. Nous utiliserons un logiciel installé sur les ordinateurs du laboratoire MDL et un exemple d'ensemble de données comprenant des données catégorielles, binaires, textuelles, de date et numériques.

Trouver des microdonnées canadiennes et internationales

Cet atelier vous présentera les données d'enquêtes en sciences sociales au niveau individuel provenant de sources canadiennes et internationales. Nous couvrirons les stratégies et les techniques de recherche et nous disposerons d'un temps pratique pour explorer et découvrir des données d'intérêt pour votre propre recherche. Fichiers d'atelier

Trouver des statistiques canadiennes

Cet atelier vous présentera les sources de statistiques canadiennes, en mettant l'accent sur les outils pour découvrir les données de Statistique Canada, y compris les tableaux de données (anciennement CANSIM), l'analyseur de recensement CHASS et le catalogue Map & Data Library. Il couvrira les stratégies et les techniques de recherche et laissera du temps pour explorer et découvrir des données d'intérêt pour votre propre recherche. Fichiers d'atelier

Géotraitement des données Lidar avec ArcGIS Desktop

Cet atelier couvrira l'utilisation d'ArcGIS pour traiter les données Lidar (Light Detection and Ranging). Les participants apprendront à reclasser des données classifiées, à extraire les hauteurs de bâtiments, à générer des rivages, à créer une canopée et à créer des modèles numériques de terrain et des modèles numériques de surface. Remarque : une bonne compréhension des principes SIG et une connaissance pratique d'ArcGIS 10.x sont attendues.

Premiers pas avec Python dans ArcGIS Desktop

Cet atelier initie l'étudiant à la programmation Python à l'aide du package de site arcpy pour ArcGIS Desktop. Apprenez à utiliser les outils de géotraitement ArcToolBox pour découper et projeter des données. Utilisez une boucle for et une instruction if pour le géotraitement. Exécutez des programmes Python autonomes. REMARQUE : les participants doivent avoir une connaissance pratique d'ArcMAP 10.x et d'ArcToolBox.

Infographie - Une introduction

Grâce à une combinaison de conférences et d'activités, cet atelier de trois heures présentera aux participants les meilleures pratiques et les lignes directrices pour concevoir des infographies efficaces et les évaluer. Pour la dernière partie de l'atelier, les participants auront la chance de parcourir l'ensemble du processus de conception d'une infographie, de la détermination de l'histoire, l'esquisse de la mise en page, le choix des visualisations de données appropriées, la sélection des polices et des couleurs et enfin l'utilisation d'une infographie en ligne commune. outil de création appelé Piktochart, pour mettre en œuvre la conception et créer une infographie finie. Pour plus d'informations sur la visualisation des données, y compris les sujets abordés dans l'atelier et les services offerts par les bibliothèques, consultez notre Guide de visualisation des données. Fichiers d'atelier

Analyse et visualisation de réseau à l'aide de Gephi - Une introduction (partie 1)

Un réseau est un moyen de spécifier les relations entre un ensemble d'entités. Les réseaux apparaissent dans une variété de situations, par exemple, ils peuvent décrire les relations entre les personnages d'œuvres littéraires, comment les auteurs se citent dans une discipline particulière ou comment les gens interagissent sur les réseaux sociaux. Grâce à une combinaison de conférences et d'activités, cet atelier de 2 heures fournira une introduction à l'analyse et à la visualisation de réseau à l'aide d'un outil gratuit et open source appelé Gephi. Pour nos exemples, nous commencerons par des réseaux plus petits, en examinant les relations entre les personnages de la pièce Roméo et Juliette et les acteurs de cinéma qui travaillent ensemble sur les mêmes films. Fichiers d'atelier

Après avoir suivi cet atelier, les participants seront capables de :

  • Reconnaître les réseaux et les situations qui nécessitent une visualisation et une analyse de réseau
  • Utiliser des termes appropriés pour décrire les réseaux
  • Comprendre les formats de données réseau et formater les données à utiliser dans Gephi
  • Utilisez Gephi pour charger, visualiser, analyser et publier des graphiques de réseau

Analyse et visualisation de réseau à l'aide de Gephi - Une introduction (Partie 2)

Grâce à une combinaison de conférences et d'activités, et construire sur la partie 1, this 2-hour workshop will introduce key network analysis metrics, their basic applications, and how to calculate them using Gephi. For our example, we will be working with larger networks concerning political twitter data for particular hashtags. Workshop Files

After taking this workshop, participants will be able to:

  • Identify key network analysis metrics and their uses
  • Calculate network statistics in Gephi
  • Apply basic network metrics to a real world dataset
  • Use Gephi to create dynamic graphs that change over time

NVivo 12 Basics (for Windows)

This hands-on workshop provides the foundation for using NVivo 12 (for Windows) and is designed for anyone who is analyzing qualitative research. You will gain key skills in NVivo 12:

  • Create a research project | Use real research data to set up a project so it is clear and organized
  • Import files into a project | Bring documents into a project and prepare data for coding
  • Code data | Analyze data and learn how to attach notations/comments to your data

This workshop will be for Windows only. Participants using the Mac version are welcome to attend but the workshop will only cover the functions available for the Windows version, which are not all the same for the Mac version. This workshop is best suited for: Researchers, graduate students, post-graduate students, and research staff.

QGIS - An Introduction to Open Source Geographic Information Systems

Participants in this workshop will learn the basics manipulating, visualizing and analyzing geospatial datasets in open source desktop GIS software, QGIS. Topics covered will include: A tour of QGIS Loading and Manipulating shapefiles and other datasets Symbology Cartography Spatial and Attribute Joins Querying Summarized Statistics Subsetting Clipping Erasing and Buffering Geocoding.

R - An Introduction

This is a hands-on workshop that introduces the R statistical programming language using RStudio. The topics covered are reading and exploring data, graphs, managing data etc. It is most suitable for new R users or users looking to review their knowledge in R. Offered as an online self-paced course (Self-enroll with your UTORID. If you don't have one, contact us) and also as a live online session - see the "upcoming events" listing above for schedule information.

R - Intermediate

PART 1. This workshop introduces users to statistical methods using R in RStudio. In particular, it covers t-tests, ANOVA, correlation and linear regression.

PART 2. This workshop introduces users to intermediate data processing tools using R in RStudio including reshaping data files, loops, ggplot2 and R Markdown.

Please note that users do not need to attend Intermediate R part 1 to attend part 2 because they cover different topics.

SimplyAnalytics

SimplyAnalytics is a web-based mapping, analytics, and data visualization application for creating maps, charts and report using demographic, business, health and marketing data. This session will show you how to create custom maps for projects and presentations, as well as generate reports and download data to support your research.

Spatial Analytics: An Introduction to Insights for ArcGIS

In this workshop, attendees will be given an overview of the new tools available from Esri that will enable them to answer questions they didn't know to ask from their data, quickly delivering powerful results via Insights for ArcGIS. Insights for ArcGIS is Esri’s new web-based, data analytics workbench for exploring and visualizing spatial and non-spatial data. Through a combination of lecture and activities, attendees will also gain hands-on experience via a worked example containing freely available data from open sources.

SPSS - An Introduction

This workshop provides an introduction to using SPSS to perform common data management and basic statistical analysis tasks. Participants will work through hands-on exercises in SPSS, and will learn to import spreadsheets, manage and edit data, create charts and other visualizations, and run descriptive statistical tests. Note: this workshop will not cover advanced statistical concepts, but participants will be provided with suggested resources for additional skills development. Workshop Files

Stata - An Introduction

In this hands-on workshop, students will learn how to read, explore, manipulate and combine data in Stata as well as run some common statistical analyses. It is suitable for new Stata users and Stata users looking to develop their familiarity with common Stata syntax.

Story Maps (https://storymaps.arcgis.com/en/)

This workshop is an introduction to Esri's Story Maps platform. Participants will learn to build three popular Story Map types, Tour, Cascade and Journal. Participants will load original spatial data along with Social Media data to create interactive Story Maps. Participants will also learn the basics of using ArcGIS Online.

Urban Modelling with CityEngine

Are you interested in learning more about geodesign, 3D modelling, rule-based planning and interactive 3D urban analysis?

This hands-on workshop will guide you through the basics of setting up a CityEngine project, modelling out streets and buildings, and publishing your content online.

  • Introduction to CityEngine interface and application
  • Importing spatial and non-spatial data
  • Visualizing urban forms through off-the-shelf rules
  • Performing real-time shadow and view analyses

Working with Messy Data in OpenRefine

This workshop will provide an introduction to OpenRefine, a powerful open source tool for exploring, cleaning and manipulating “messy” data. Through hands-on activities, using a variety of datasets, participants will learn how to explore and identify patterns in data, normalize data, transform and reshape data, and more. Online self-paced course (Self-enroll with your UTORID. If you don't have one, contact us). Workshop Files


GIS/RS Data Services

The research process often produces a great variety of data - some quantitative, some qualitative, and often a mixture of both. Data visualization -- also named as information visualization or information design -- refers to the methodologies, tools, and modes of representation ( i.e., products) involved in the process of visually communicating data to others. Data can be visually communicated in many ways, ranging from a simple table of numbers to complex and highly sophisticated charts and interactive graphics. In GIS and Remote Sensing, the data visualization is frequently presented in maps and web applications.

In this session you can learn more about tools, methods, resources that are available to incorporate the visual component into your gis/rs research data.

The growing and varied public using cartography science started a process of concern for the treatment of information to ensure the correct interpretation of the information observing the inherent properties of visual perception.

According to Maceachren and Kraak (1997) the process called cartographic visualization -- the concern with data presentation -- has essential for the correct transmission of knowledge.


"Some study groups on this theme supported their proposals in the search for a monosemic graphic representation, which means that the definition of each sign precedes its transcription or interpretation. In between the most widespread works are the so-called methodology of the "Semiology of graphics", developed under the coordination of Prof. Jacques Bertin (1967). "MOURA et al., 2006, p.3).

The semiology of graphics works with the concept of map to seen and not to be read. In this way, the perception happens immediately, starting from the work with semantic rules according to the relation of conception of the universal language of codes.

Learn more about the best way to represent the map according to the type of map and data in this session.

Within the context of mapping and communication models, the maps arise as important means of communication to provide the user information about spatial phenomena duties of support for decision making and spatial analysis. The role of communication beyond the maps are used as tools for visual analysis, the process called cartographic visualization (International Cartographic Association, 2001). From simplified, means use of visualization methods for graphical analysis and presentation of data (DiBiasi et al, 1992).

One of the most common way to deliver and present your final GIS/RS product is using a map.

Among the concepts studied by semiology reference to graphic composition - thematic session-, the concept that the whole is more than the sum of the parts. This means that two elements together are more than the of their characteristics, but the creation of a third element with personal characteristics. Thus, special attention should be paid to the composition of a map to not create undesirable elements, generating false reading and interpretation of the data.

The objectives of the map, the target audience, the scale to be used and the format needs to be defined beforechoosing graphic elements and the graphic of representation. Caring for the map references is essential, such as data source, orientation, date, coordinate system. It is also important to choose a representative title, toponymy and elements of the legend. These items should not be placed second plan, especially if the work involves a heterogeneous public in terms of knowledge, as is observed today.

In this session you can learn how to create a layout map using ArcGIS.

With the exponential growth of people who are connected to the worldwide network of computers, the World Wide Web has become a very important vehicle for dissemination of information for everyone. Their activities began with the dissipation of documents containing text and some images of low quality, such as GIF and JPEG. The protocol HyperText Transfer Protocol (HTTP) and HyperText Markup Language (HTML) on the operation and were allowed, and transmit content online, increasing interactivity, and although limited to the current standards of conventional graphics applications. The most basic form of dissemination in the context of geospatial data, are WebMaps and Web Applications.

According to Ramos (2005), from the concept of hypertext, the hipermaps emerged, defined as interactive digital maps, which allow the user to access a series of georeferenced information through links. It is an index map, which allows queries to different scales and different sets of information. The constant evolution of technology has enabled the creation of digital libraries for publishing data. The digital libraries of geographic information are centers that provide spatial data infrastructure for the creation, structuring, storage, processing, retrieval and distribution of spatial data (Chambers et al., 1996). You could say that Webgis and the portals are part of such service.

Technological advances resulted in a new map in which the products are organized more quickly and interaction is almost in real time. Starts up the period of multimedia cartography. The design of interactive multimedia and hypermedia was introduced to refer to the media combined with the structure of interactive links. The emphasis changes from "static" to "dynamic". With this, the media has become the interface of communication between sender and recipient of information, interaction and the key to the formation of knowledge. "Systems are becoming interactive ways to communicate the endless spatial information" (Rijken, 1996, p.37).

There are many different applications that you can customize to create your own web-application. You can also create your own web application, which requires more development capabilities.


Voir la vidéo: NETFLIX SARJAT JOTKA SUN TÄYTYY NÄHDÄ