Suite

Comment planifier la préservation des zones humides à l'aide d'un MNT et d'ArcMap ?

Comment planifier la préservation des zones humides à l'aide d'un MNT et d'ArcMap ?


J'essaie de planifier une préservation des zones humides. Voici le DEM que j'ai :

Mon objectif est de retenir le plus d'eau de pluie possible dans ma zone d'intérêt (poly rouge) en construisant (le moins possible) de nouveaux barrages et en élevant les barrages existants. Les sols étant (pour la plupart) imperméables à l'eau, je n'ai qu'à analyser le ruissellement de surface (et la transpiration des plantes, cela se fait séparément). J'ai déjà essayé de calculer les bassins versants des points d'écoulement environnants (Différents bassins versants pour la même zone à cause des "cours d'eau brûlés"). Comme je ne m'intéresse pas directement à la provenance de l'eau qui atteint les points d'écoulement mais à l'endroit où s'écoule l'eau vers laquelle tombe la pluie, je me demande si c'est la bonne façon de gérer ma tâche ou s'il y a de meilleures solutions.

Quelle serait la manière correcte et la meilleure pratique de résoudre ce problème ?


Oui, je pense que l'approche de HSR est un bon début. Ce document récemment publié fait à peu près ce que vous désirez en identifiant les chemins d'écoulement concentrés.

C'est dans JAWRA, le Journal de l'American Water Resources Association.

Une méthodologie géospatiale pour identifier les emplacements de ruissellement concentré des champs agricoles.

DOI : 10.1111/1752-1688.12345

La bonne nouvelle, c'est qu'ils ont payé des frais d'accès ouverts, donc c'est public.

La deuxième bonne nouvelle est qu'ils fournissent leur modèle ArcGIS en complément.

La troisième bonne nouvelle, c'est qu'ils n'ignorent pas les méthodes ArcGIS.

Votre polygone serait leur marge de champ. Ceci et le DEM sont tout ce dont vous avez besoin pour suivre leur processus. Assurez-vous que toutes les données sont projetées avant de commencer. Je conseillerais votre zone UTM en NAD 83 aux USA ou WGS 84 ailleurs.

Ce processus permettra d'identifier les emplacements exacts des m chemins d'écoulement concentrés. Vos digues s'étendent bien de manière linéaire reliant ces points. Les zones les plus prioritaires sont les chemins avec les valeurs les plus élevées. Ne bloquez aucune valeur négative, c'est votre eau d'entrée.

Mon approche lorsque vous avez les lignes des digues serait un maximum zonal pour la hauteur des digues, à moins que vous n'ayez un relief massif, ce qui est peu probable s'il s'agit d'une zone humide.

Vous voyez comment ils ont brûlé à travers une "digue" en utilisant le minimum zonal est cette réponse (comptez les passages supérieurs de pont dans un DEM au sol pour permettre l'écoulement de l'eau sous le passage supérieur), vous créeriez la barrière en utilisant le maximum zonal.


Est-ce une idée d'échantillonner votre DEM le long de la ligne rouge tous les 10 mètres environ (selon la taille de votre zone) ? Sélectionnez ensuite le point avec l'altitude la plus basse, qui devrait être le premier point où l'eau s'écoulera de votre AOI. À partir de là, vous pouvez donner la priorité à la construction ou à l'élévation de digues en sélectionnant à plusieurs reprises le prochain point le plus bas.

Vous pouvez utiliser l'interpolation de forme de la boîte à outils ArcGIS 3D pour échantillonner le DEM sur votre ligne.

mise à jour : vous pouvez ensuite utiliser l'outil Sommets d'entités en points. Vérifiez que la valeur DEM de chaque sommet est transmise à chaque point en tant qu'attribut. Vous pouvez ensuite symboliser la classe d'entités ponctuelles le long de son attribut d'altitude. Cela devrait instantanément mettre en évidence les zones basses et hautes du périmètre de vos zones.


Voir la vidéo: Créer une carte des inondations et submersion marine à partir dun MNT.