Suite

Ajout de texte en tant qu'ICNE dans mapinfo dans les boutons mapinfo

Ajout de texte en tant qu'ICNE dans mapinfo dans les boutons mapinfo


C'est une question avec réponse oui ou non et si oui comment ? Est-il possible d'ajouter une étiquette de texte en tant qu'icône dans les boutons mapinfo.

  • À la place de :
Créer un pavé de boutons "sitestatusbutton" en tant que ToggleButton ID 1011 Icône MI_CURSOR_FINGER_LEFT <--------------------ici Appeler site_statusAction HelpMsg siteStatus(1) Afficher

  • Quelque chose comme:

    Créer un pavé de boutons "sitestatusbutton" As ToggleButton ID 1011 Icône "MYICON"<-------------ici Appeler site_statusAction HelpMsg siteStatus(1) Afficher


Réponse courte : non.

Réponse longue : voir le commentaire de Peter.


MapInfo Professionnel v17

MapInfo Professional est une puissante application de cartographie et d'analyse géographique. En visualisant les relations entre les données et la géographie, MapInfo Professional facilite et accélère la création, le partage et l'utilisation de cartes en transformant les données en informations.

MapInfo Professional v17 est une version transformationnelle avec des améliorations significatives qui aideront chaque professionnel, ingénieur ou analyste SIG à prendre de meilleures décisions.

Facile à apprendre, facile à utiliser!

L'environnement 64 bits de MapInfo Professional dispose d'une puissante interface utilisateur basée sur un ruban qui facilite l'apprentissage et la navigation dans les tâches quotidiennes.

Cette interface pousse la combinaison renommée de puissance et de facilité d'utilisation de MapInfo Professional plus loin que jamais !

Mini-barres d'outils – accès rapide !

Remplaçant les barres d'outils « flottantes » traditionnelles des versions 32 bits, dans MapInfo v17, vous pouvez facilement personnaliser les trois barres d'outils disponibles : Accès rapide (QAT), Carte et Mise en page (nouveau pour la v17). Pour chacun d'eux, vous pouvez ajouter et supprimer des fonctions ou modifier l'ordre d'apparition des icônes. Pour les barres d'outils de mise en page map &, il existe une capacité supplémentaire de créer plusieurs barres d'outils pour différents types de tâches telles que l'analyse ou la modification de données.

Fenêtre de bienvenue et recherche rapide

La fenêtre de bienvenue est une page informative et fonctionnelle qui s'affiche lorsque vous démarrez MapInfo Pro. Il vous offre un accès rapide aux tables et espaces de travail récemment utilisés et la possibilité d'en ouvrir de nouveaux, ainsi que des actualités et une chaîne vidéo, le tout pour aider les utilisateurs à migrer à partir d'une interface 32 bits.


Mapinfo professionnel android dans Description

Utilitaire de licence du serveur MapInfo

Le serveur de licences doit être installé par la personne qui le gérera et le maintiendra, veuillez donc donner ce CD à cette personne. MapInfo recommande que le serveur soit installé et que le nom de machine et le port corrects soient donnés à tous les utilisateurs MapInfo Professional de votre organisation avant l'installation, car ils seront invités à les indiquer au moment de l'installation.

Chargeur facile

EasyLoader est un utilitaire Windows uniquement disponible auprès de Pitney Bowes MapInfo Corporation qui vous permet de télécharger des fichiers MapInfo .tab dans une base de données distante. Si vous utilisez cette version d'EasyLoader v10.0 MBX via le menu Outils de MapInfo Professional, vous aurez besoin de MapInfo Professional v10.0.

  • Éditeur : Pitney Bowes Software Inc.
  • Page d'accueil : www.pbinsight.com
  • Dernière mise à jour : 23 novembre 2011

Profane

LayMan a été conçu pour accompagner MapInfo Professional. Il vous aidera avec des opérations simples dans la plupart des aspects de votre utilisation de MapInfo. Cette assistance se présente sous la forme de fonctions supplémentaires qui n'ont pas d'équivalent dans l'interface MapInfo actuelle ou de fonctions uniques qui enchaînent un certain nombre de primitives pour améliorer la productivité.

CarteBasic

MapBasic est un environnement de développement flexible de MapInfo Professional. Il vous permet d'automatiser les opérations répétitives et d'intégrer MapInfo Professional avec d'autres applications rapidement et facilement. Vous pouvez créer des applications personnalisées et modifier l'interface MapInfo Professional, créer et éditer des programmes avec MapBasic Text Editor et utiliser MapBasic Compiler pour créer un exécutable à partir d'un programme.

Données d'essai de Pitney Bowes Business Insight

MapInfo Professional® est une puissante application de cartographie et d'analyse géographique basée sur Microsoft® Windows®&ndash. Conçu pour visualiser facilement les relations entre les données et la géographie, MapInfo Professional 11 permet de créer, partager et utiliser des cartes plus rapidement et plus facilement que jamais.

  • Éditeur : Pitney Bowes Software, Inc
  • Page d'accueil : www.pbinsight.com
  • Dernière mise à jour : 28 janvier 2012

Si la fenêtre du Finder est ouverte, utilisez Spotlight pour ouvrir TextEdit. Lorsque vous êtes prêt à enregistrer le fichier, option + faites glisser l'icône du fichier texte de la barre de titre de TextEdit dans la fenêtre du Finder où vous souhaitez l'enregistrer.

Vous pouvez également le faire dans Terminal. Accédez au répertoire dans lequel vous souhaitez créer le fichier, puis exécutez la commande suivante :

Ou rediriger « rien » vers un fichier texte

La version la plus simple ne nécessite pas la sélection d'un fichier ou d'un dossier, et ajoute un raccourci clavier de votre choix.

Partie 1 : Créer une nouvelle action rapide (auparavant Service)

Dans Automator, créez un nouveau Une action rapide (auparavant appelé un Service) :

Sur le site de gauche, cliquez sur Utilitaires, puis faites glisser "Exécuter Applescript" sur le panneau de droite.

Modifiez les deux menus déroulants en haut du panneau de droite pour lire :

Remplacez TOUS le script violet par :

Enregistrez le service en tant que "Nouveau fichier texte vide" (l'extension .workflow sera ajoutée automatiquement).

Ce service est maintenant disponible sous le Chercheur menu dans le Finder.

Partie 2 : Créer un raccourci clavier

En dessous de Préférences Système › Clavier › Raccourcis › Services, faites défiler jusqu'à Général (c'est à la fin).

Tu verras Nouveau fichier texte vide répertorié avec "aucun" comme raccourci.

Cliquez sur aucun et tapez le raccourci de votre choix (j'ai utilisé cmd alt N):

Vous pouvez désormais taper votre raccourci dans le Finder chaque fois que vous souhaitez créer un nouveau document texte vide.

Merci à Syreeni, dont la réponse a rendu cela possible, et à RoG (commentaire ci-dessous) qui a contribué à la ligne qui sélectionne automatiquement le nouveau fichier.

Faites-le une fois, créez un fichier texte vide sur votre bureau pour servir de modèle.

Opt / Alt -faites glisser ce fichier dans le dossier pour en faire une copie.

Il y a deux façons de le faire, la plus simple est la première option

Ouvert TexteModifier et tapez tout ce dont vous avez besoin, puis enregistrez-le à l'emplacement où vous souhaitez que le fichier vive.

Tu peux ouvrir TexteModifier rapidement en invoquant Projecteur et en train de taper Texas , vous devriez voir le Top Hit est l'application que vous voulez, vous pouvez donc simplement appuyer sur Entrée pour l'ouvrir.

Ceci est plus complexe et vous obligera à créer un AppleScript. Le contenu du script doit être :

dire à l'application "Finder" de créer un nouveau fichier sur (la cible de la fenêtre avant) en tant qu'alias

Exportez le script en tant que Application un endroit sûr et assurez-vous de cocher Seulement courir lors de sa sauvegarde. Ensuite, faites glisser le fichier résultant vers le barre d'outils dans Chercheur

Cela vous permettra ensuite de créer un fichier texte vierge dans n'importe quelle fenêtre dans laquelle vous affichez Chercheur appelé sans titre que vous pouvez ensuite double-cliquer pour éditer dans TexteModifier

The Ultimate Beginner's Guide To AppleScript, est bon si vous voulez en savoir plus sur AppleScript.

Vérifiez ma réponse sur - SuperUser.

REMARQUE: Après l'introduction de SIP, cette application ne ne pas fonctionner sauf si vous le désactivez. En savoir plus sur la façon de le faire, mais c'est déconseillé.

Cette application est tout simplement géniale, a résolu tous mes besoins de base après être passé d'une plate-forme Windows, comme l'ajout de "Nouveau fichier" dans le menu contextuel et la barre d'outils du chercheur, etc. Certaines des fonctionnalités répertoriées sur leur site Web sont -

XtraFinder ajoute des onglets et des fonctionnalités à Mac Finder.

• Onglets et double panneau.

• Disposez les dossiers en haut.

• Couper et coller.

• Touches de raccourci globales.

• "Copier le chemin", "Afficher les éléments cachés", "Masquer le bureau", "Actualiser", "Nouveau fichier", "Copier vers", "Déplacer vers", "Nouveau terminal ici", "Créer un lien symbolique", "Contenu ", "Les attributs", … .

• Étiquette héritée pour OSX 10.9 & 10.10. Texte clair sur fond sombre. Fenêtre transparente.

• Icônes colorées dans la barre latérale.

• Taille des éléments sélectionnés dans la barre d'état.

• Ajuster automatiquement la largeur des colonnes.

• Appuyez sur Entrée ou Retour pour ouvrir la sélection.

• Afficher le nombre d'éléments de dossier dans la vue Liste.

• Cliquez avec le bouton du milieu pour ouvrir le dossier dans une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet.

• Beaucoup plus.

J'utilise cette application avec OS X 10.9.5 et je n'ai rencontré aucun problème avec. Il a un style d'icône natif os x qui convient également aux écrans de rétine. Voici une capture d'écran de ma barre d'outils de recherche -


Auteurs

Cet article est une critique économique politique et une exploration des façons dont les entreprises du secteur privé dans l'industrie des systèmes d'information géographique (SIG) ont émergé et se sont consolidées. Cela comprend une discussion sur l'achat, l'analyse et la vente de données spatiales extraites d'Internet et d'autres ressources publiques, et sur la manière dont elles sont conditionnées et vendues à d'autres sociétés à but lucratif. Je détaille les projets de recherche et développement SIG et les activités qui alimentent la croissance. L'un des secteurs de l'activité SIG à la croissance la plus rapide est l'exploration de données et le traitement de l'information, où les entreprises sont en mesure de capitaliser sur le flux d'informations via des systèmes propriétaires ou des réseaux publics comme Internet, et en tant que telles, accumulent une grande richesse. Les projets de logiciels SIG sont souvent le résultat d'une politique et d'un financement politiques et économiques directs, et les géants de l'industrie ont un meilleur accès à l'achat d'énormes ensembles de données et de la main-d'œuvre pour les analyser et les revendre. L'adoption et l'utilisation publiques des outils SIG via Internet créent des tensions concurrentielles au sein de l'industrie des SIG et produisent de nouveaux partenariats complexes. Ce qui est le plus important à explorer en ce moment, ce sont les détails de l'industrie, qui elle sert et dans l'intérêt de qui. Une compréhension du terrain des SIG permettra au public de mieux prendre des décisions éclairées sur la manière dont les politiques de l'État et les pratiques des consommateurs contribuent ou perturbent ces activités.


La source de données géodésiques

Geographic Imager comprend une vaste base de données de paramètres géodésiques appelée Geodetic Datasource. Il contient toutes les dernières mises à jour de l'ensemble de données de paramètres géodésiques EPSG largement utilisé, maintenu par le sous-comité de géodésie de l'OGP (Association internationale des producteurs de pétrole et de gaz), ainsi que des systèmes personnalisés gérés par Avenza.

De plus, la source de données géodésique de l'imageur géographique prend en charge vos définitions personnalisées et vous permet d'importer des fichiers de paramètres externes WKT (Well-Know Text) et PRJ (fichier de projection Esri).

Plus de 3 500 systèmes de coordonnées prédéfinis sont facilement disponibles pour une utilisation dans la plupart des projets cartographiques. Même si la liste actuelle des systèmes est complète, il peut y avoir des cas où les utilisateurs finaux peuvent souhaiter ajouter un tout nouveau système de coordonnées pour répondre à leurs besoins particuliers, ou peut-être dupliquer et modifier une définition existante pour

changer les unités par exemple. Un guide complémentaire Avenza Projections est installé avec Geographic Imager. Il décrit toutes les méthodes de projections et de décalages de données prises en charge par Geographic Imager, pour aider les utilisateurs dans le processus de création ou de modification d'un système de coordonnées.

Les paramètres par défaut installés avec Geographic Imager sont stockés dans des fichiers de base de données XML en lecture seule appelés source de données géodésiques (fichiers nommés geodata.xml et avenza.xsp ). Les fichiers de source de données de base fournis avec Geographic Imager sont installés dans le dossier Data Source Files à l'emplacement suivant :

Windows : C:Program FilesAvenzaGeographic ImagerData Source Files

Mac : /Applications/Avenza/Geographic Imager/Geographic Imager Plug-in/Fichiers de source de données

Geographic Imager permet la création de définitions personnalisées où les paramètres sont stockés dans un fichier XML distinct qui peut être enregistré ou chargé, nommé customsystems.xml par défaut. Il est recommandé d'utiliser le nom et l'emplacement de sauvegarde par défaut car Geographic Imager aura la possibilité de conserver une sauvegarde de ces fichiers lors de la désinstallation (Windows uniquement) ou de la réinstallation. Les fichiers de sauvegarde se trouvent dans :

Windows : C:ProgramDataAvenzaGeographic Imager

Mac : /Applications/Avenza/Imageur géographique/Sauvegarde de la source de données

Geographic Imager créera également un fichier appelé customview.xvw . Ce fichier de vue stocke l'organisation et la structure de dossiers de vos systèmes de coordonnées personnalisés dans la source de données géodésiques. Ce fichier sera également inclus dans les emplacements ci-dessus lors de la désinstallation (Windows uniquement) ou de la réinstallation.

Pour les utilisateurs de Mac, pour restaurer la source de données géodésiques, copiez les fichiers de sauvegarde du dossier de sauvegarde vers les emplacements appropriés. Pour les utilisateurs Windows, la source de données géodésiques personnalisée est restaurée automatiquement si l'option de sauvegarde des fichiers a été choisie lors du processus de désinstallation.

Charger un système de coordonnées personnalisé

Une source de données géodésiques ou une base de données de système de coordonnées peuvent être chargées dans Geographic Imager, étendant considérablement les systèmes de coordonnées disponibles. Dans le menu d'options du panneau Imageur géographique, cliquez sur Charger les systèmes de coordonnées et recherchez une source de données géodésiques.

Lors du chargement d'un système de coordonnées personnalisé, n'oubliez pas qu'un fichier de schéma accompagné nommé geocalc.xsd doit être présent avec le fichier XML. S'il n'est pas présent, le fichier geocalc.xsd peut être copié à partir du dossier Data Source Files situé dans :

Windows : C:Program FilesAvenzaGeographic ImagerData Source Files

Mac : /Applications/Avenza/Geographic Imager/Geographic Imager Plug-in/Fichiers de source de données

Modifier le système de coordonnées personnalisé

Geographic Imager peut être étendu pour prendre en charge des systèmes de coordonnées personnalisés. En modifiant la source de données géodésiques, il est possible de transformer les coordonnées vers et depuis un système de coordonnées basé sur une projection cartographique standard mais qui n'est pas prédéfini dans Geographic Imager. Pour modifier un système de coordonnées personnalisé, cliquez sur Modifier les systèmes de coordonnées personnalisés dans le menu d'options du panneau Imageur géographique.

En haut de la boîte de dialogue Modifier les systèmes de coordonnées personnalisés, deux chemins de répertoire sont répertoriés : le chemin de la source de données géodésiques et le chemin des données personnalisées.

Le fichier de source de données géodésiques est protégé (lecture seule). Tous les ajouts ou modifications aux systèmes de coordonnées sont stockés dans un fichier XML distinct appelé customsystems.xml.

Sur le côté gauche de la boîte de dialogue se trouvent les dossiers d'objets de source de données. Pour développer un dossier afin d'afficher ses sous-dossiers, cliquez sur le signe plus (Windows) ou la flèche (Mac) à gauche du nom de la catégorie. Pour voir les entrées à un niveau particulier de catégorie, cliquez sur la catégorie elle-même. Lorsqu'un objet, un dossier ou un sous-dossier est sélectionné, la zone de liste des objets de source de données à droite affiche les informations stockées dans chacun d'eux. Les objets du système de coordonnées définis par l'utilisateur peuvent être organisés par glisser-déposer entre les dossiers. Les colonnes peuvent être redimensionnées et triées par ordre alphabétique/numérique. Cliquez avec le bouton droit sur un en-tête de colonne pour l'afficher ou le masquer. Les entrées chargées à partir de la principale source de données géodésiques seront affichées en texte noir, tandis que les entrées du fichier de données personnalisé seront affichées en bleu.

Pour créer un nouveau dossier, cliquez sur le bouton Nouveau dossier. Un nouveau dossier sera intitulé "Nouveau dossier" par défaut et pourra être renommé. Des sous-dossiers peuvent également être créés en utilisant la même méthode. Seules les catégories définies par l'utilisateur peuvent être supprimées à l'aide du bouton Supprimer le dossier.

Créer de nouveaux objets de source de données

Dans la boîte de dialogue Modifier les systèmes de coordonnées personnalisés, cliquez sur le bouton Nouvel objet pour créer un nouvel objet de source de données. Lors de la création de nouveaux objets de source de données, les informations d'identification et les paramètres de définition doivent être renseignés. Complétez ces informations dans les onglets respectifs Identification et Définition.

L'onglet Identification permet de nommer l'objet et de lui associer des codes d'identification (le cas échéant). Il est important d'entrer un nom approprié pour l'objet. Le champ Remarques peut être utilisé pour ajouter des notes sur une définition et est facultatif. La liste des identifiants peut être utilisée pour ajouter des codes d'identification pour un objet qui peuvent provenir d'autres bases de données. Le code GC est un identifiant unique attribué par Geographic Imager et ne doit pas être modifié. Pour entrer des codes supplémentaires, utilisez l'espace en dessous. Lors de l'utilisation de l'automatisation, l'émetteur et le code de l'émetteur sont utilisés pour identifier les systèmes de coordonnées. Pour une liste plus complète des codes EPSG, visitez www.spatialreference.org.

L'onglet Définition permet de définir les paramètres d'un objet. Chaque objet a des paramètres qui lui sont propres. Reportez-vous à la liste ci-dessous lors de la création de nouveaux objets.

Reportez-vous au Guide des projections Avenza pour plus d'informations sur les projections prises en charge et leurs paramètres ainsi que sur les méthodes de transformation de données prises en charge.

Pour modifier un objet personnalisé ou défini par l'utilisateur, cliquez sur le bouton Modifier l'objet . Les modifications peuvent être effectuées dans la boîte de dialogue de l'éditeur d'objets correspondante. Vous pouvez également double-cliquer sur un objet pour ouvrir la boîte de dialogue de l'éditeur. Lorsqu'un objet de source de données appartenant à l'ensemble de données maître est sélectionné, le bouton Modifier l'objet est désactivé (car ces objets sont en lecture seule). Pour modifier un objet d'origine, créez d'abord une copie de l'objet, puis modifiez-la.

Lorsqu'un objet de source de données appartenant à l'ensemble de données maître est sélectionné, le bouton Supprimer l'objet est désactivé. Seuls les objets définis par l'utilisateur peuvent être supprimés.

Tout objet peut être copié. Pour créer une copie d'un objet, sélectionnez un objet et cliquez sur le bouton Copier l'objet . Une boîte de dialogue apparaîtra avec "Copie de :" précédant le nom de l'objet dans la zone Nom.

Tout objet défini par l'utilisateur peut être déplacé. Faites glisser et déposez un objet de la liste des objets de source de données vers un dossier d'objet de source de données. Une boîte de dialogue vous invitera à déplacer l'objet ou à créer un raccourci vers celui-ci.

Charger les définitions du système de coordonnées

Dans certains cas, le système de coordonnées d'une image n'est pas répertorié dans la source de données géodésiques ou le format de fichier de référence ne prend pas en charge le système de coordonnées. Dans de tels cas, il peut être utile de charger des définitions de système de coordonnées personnalisées. Dans le menu d'options du panneau Imageur géographique, cliquez sur Charger le système de coordonnées. Geographic Imager peut utiliser les formats de fichier de système de coordonnées suivants : définitions WKT (.wkt), fichiers MapInfo MAP (.map), fichiers MapInfo TAB (.tab) et fichiers de projection Esri (.prj).

Lorsqu'un système de coordonnées est chargé à partir d'un fichier (WKT ou PRJ), il est ajouté à la source de données géodésiques mais n'est pas enregistré. Si le fichier chargé correspond à une définition existante, la définition d'origine sera utilisée et la définition chargée ne sera pas ajoutée. Toutes les nouvelles définitions sont situées au niveau supérieur de la catégorie appropriée dans la liste de dossiers Systèmes de coordonnées (en géodésique ou projetée). Avant de quitter Adobe Photoshop, veillez à enregistrer votre source de données géodésiques si vous souhaitez réutiliser la définition du système de coordonnées. Cela peut être fait via l'option Modifier le système de coordonnées personnalisé.


20 réponses 20

Répondre à votre question - utilisez l'événement contextmenu, comme ci-dessous :

Mais vous devriez vous demander si vous voulez vraiment écraser le comportement par défaut du clic droit - cela dépend de l'application que vous développez.

A été très utile pour moi. Pour le bien des gens comme moi, en attendant le dessin du menu, j'ai mis ici le code que j'ai utilisé pour faire le menu clic droit :

Une combinaison de quelques CSS sympas et de quelques balises html non standard sans bibliothèques externes peut donner un bon résultat (JSFiddle)

Remarque : la balise menu n'existe pas, je l'invente (vous pouvez utiliser n'importe quoi)

le JavaScript est juste pour cet exemple, je le supprime personnellement pour les menus persistants sur Windows

Notez également que vous pouvez potentiellement modifier le menu > menu au menu > menu pour un menu qui s'étend de droite à gauche. Vous auriez besoin d'ajouter une marge ou quelque chose quelque part cependant

D'après les réponses ici et sur d'autres flux, j'ai réalisé une version qui ressemble à celle de Google Chrome, avec transition css3. JS Violon

Commençons par eazy, puisque nous avons le js ci-dessus sur cette page, nous pouvons nous soucier du css et de la mise en page. La mise en page que nous utiliserons est un élément <a> avec un élément <img> ou une icône de police géniale ( <i ></i> ) et un <span> pour afficher les raccourcis clavier. Voici donc la structure :

Nous allons les mettre dans un div et afficher ce div sur le clic droit. Stylisons-les comme dans Google Chrome, d'accord ?

Nous allons maintenant ajouter le code de la réponse acceptée et obtenir les valeurs X et Y du curseur. Pour ce faire, nous utiliserons e.clientX et e.clientY . Nous utilisons client, donc le menu div doit être corrigé.

Et c'est tout ! Ajoutez simplement les transitions CSS pour les fondus entrants et sortants, et le tour est joué !


Outlook 2010 (x86) sur Windows 7 (x64) : lancer et réduire dans la barre d'état système au démarrage

Je sais que ce fil est un peu ancien, cependant, une recherche sur le Web révèle de nombreux comptes rendus de ce problème et je n'ai pas pu en trouver un qui offre une solution fonctionnelle. Pour une raison quelconque, les solutions normales à ce problème ne fonctionnent pas dans tous les cas.

Problème:

  • Lors de la connexion initiale, l'icône Outlook reste visible sur la barre des tâches, forçant à restaurer la fenêtre, puis à la minimiser manuellement avant qu'Outlook ne se retire de la barre des tâches.
  • Le simple fait d'ajouter le raccourci Outlook au dossier de démarrage et de sélectionner Masquer lorsque réduit dans le menu contextuel de l'icône de la barre d'état Outlook ne résout pas le problème.
  • L'utilisation de l'indicateur /Min à partir d'un fichier batch ou d'un raccourci ne fonctionne pas non plus.

Solution:

    Ouvrez Outlook manuellement et cliquez avec le bouton droit sur l'icône de la barre d'état Outlook pour vérifier que Masquer lorsque réduit est coché.

Créez un nouveau fichier texte et insérez le code suivant.

IMPORTANT! Assurez-vous de modifier PATH_TO_OUTLOOK pour refléter l'emplacement réel de votre installation.

Optionnel:

  1. Stockez le script où vous le souhaitez.
  2. Créez un raccourci vers le script et placez-le dans le dossier de démarrage à la place.
  3. Cliquez avec le bouton droit sur le raccourci et sélectionnez les propriétés.
  4. En utilisant le Changer l'icône , accédez à l'emplacement de l'exécutable Outlook et sélectionnez l'icône Outlook stockée dans l'exécutable.

Amélioration des performances:

Au lieu de placer le script ou un raccourci vers le script dans le dossier de démarrage, le registre peut être modifié afin d'exécuter le script immédiatement lors de la connexion.

  1. Suivez les étapes 1 à 4 de la Solution rubrique ci-dessus.
  2. Placez le script où vous le souhaitez.
  3. Ajouter un nouveau Valeur de chaîne ou un nouveau Valeur de chaîne extensible si nécessaire à la clé de registre HKEY_CURRENT_USERSoftwareMicrosoftWindowsCurrentVersionRun .
  4. Nommez-le comme vous le souhaitez.
  5. Modifiez la nouvelle valeur que vous avez créée avec le chemin d'accès au script.

Outlook n'a pas de fonctionnalité intégrée pour cela, mais vous pouvez utiliser la commande start :

Créez un raccourci dans votre dossier de démarrage en pointant qui exécute la commande

ou un fichier batch contenant la commande

Cliquez avec le bouton droit sur l'icône de la barre d'état système et vérifiez Masquer lorsque minimisé.

J'ai utilisé le code ci-dessus pendant un certain temps et je tiens à remercier tous les contributeurs précédents pour avoir partagé leur travail/améliorations/suggestions. Récemment, cependant, j'ai rencontré deux problèmes indésirables et irritants lorsqu'il est utilisé avec Windows 10 (64 bits) et Outlook 2016 (64 bits) :

L'icône Outlook dans la barre d'état système affiche une superposition de « rouage » avec le message « Un autre programme utilise Outlook. Pour déconnecter des programmes et quitter Outlook, cliquez sur l'icône Outlook, puis sur Quitter maintenant ».

Les tentatives d'ouverture d'Outlook à partir du menu contextuel "Ouvrir Outlook" (clic droit sur l'icône Outlook dans la barre d'état système) provoque l'apparition d'une boîte de dialogue indiquant "Aucun objet explorateur actif trouvé". Cliquer sur l'option "OK" en réponse lance Outlook (bien que le problème 1 - superposition de rouage) reste.

Afin de résoudre les problèmes ci-dessus, j'ai cherché à trouver un code similaire que je pourrais compiler pour répondre aux objectifs souhaités de l'affiche originale (qui reflète mes propres exigences).

Le code ci-dessous est proposé "en l'état" pour le plus grand bénéfice des autres superutilisateurs, il est important de noter que même si j'ai testé le code sur deux systèmes W10 64 bits (tous deux avec 64 bits Office installé), je dois encore résoudre un RunTime problème sur l'un des systèmes. L'autre fonctionne parfaitement. Tous les détails peuvent être consultés ici si nécessaire : https://stackoverflow.com/questions/45533261/start-outlook-2016-64-bit-automatically-minised-to-windows-10-64-bit-syste

Je vous tiendrai au courant de tout développement au fur et à mesure que les tests se poursuivent.

** Mise à jour rapide ** Maintenant testé sur un ordinateur portable HP Elitebook 8440P - Windows 10 Pro 64 bits avec Office 64 bits + les mêmes 12 modules complémentaires Outlook - Fonctionne parfaitement selon les exigences décrites dans le message original ci-dessus.

** Mise à jour supplémentaire ** Testé sur un deuxième ordinateur portable HP Elitebook 8440P - Windows 10 Pro 64 bits avec Office 64 bits + les mêmes 12 modules complémentaires Outlook - Erreur d'exécution à nouveau :(


Utilisation de la géoréférence

Le mode de couleur d'index n'est pas pris en charge. Toute image référencée ou non référencée peut être utilisée avec la boîte de dialogue Géoréférencement : vérifiez une image référencée ou référencez une image non référencée.

En général, les étapes de géoréférencement d'une image sont les suivantes :

1. Ajoutez des points de contrôle. Via la vue d'image ou l'importation dans la liste des points de contrôle.

2. Attribuez des coordonnées mondiales (WX et WY) à chaque point de contrôle (PX et PY) pour créer une paire de contrôle. Entrez manuellement ou attribuez des coordonnées mondiales à l'aide d'un service de carte en ligne.

3. Par défaut, la boîte de dialogue Géoréférencement est configurée pour référencer une image sans rectification. Si vous souhaitez rectifier l'image, choisissez une méthode de transformation appropriée (la rectification est généralement utilisée pour redimensionner, étirer, faire pivoter et déformer une image).

4. Choisissez un système de coordonnées d'image approprié. Spécifiez-en un ou utilisez Solve/Find Best et choisissez-en un dans une liste de systèmes de coordonnées estimés.

5. Vérifiez l'erreur mondiale totale des points de contrôle et ajustez si nécessaire.

6. Validez l'exactitude du géoréférencement.

7. Référencez ou rectifiez l'image lorsque vous êtes satisfait de l'enregistrement.

Avec une image ouverte (référencée ou non référencée), cliquez sur le bouton Géoréférencement dans le panneau Imageur géographique pour ouvrir la boîte de dialogue Géoréférencement. La vue d'image montre l'image actuelle et tous les points de contrôle existants. Ces points de contrôle et leurs coordonnées et valeurs d'erreur (si disponibles) sont affichés dans la liste des points de contrôle.

Ajouter un point de contrôle à l'aide de la vue d'image

Pour ajouter des points de contrôle dans la vue de l'image, cliquez d'abord sur le bouton Ajouter un point pour l'activer. Le curseur dans la vue de l'image devient un réticule. Cliquez dans l'étendue de l'image actuelle pour ajouter un point de contrôle. Les emplacements des pixels et des coordonnées du réticule sont affichés en bas de la vue de l'image. Les points sont ajoutés à la liste des points de contrôle sous la vue de l'image et reçoivent automatiquement un nom et des coordonnées en pixels (PX et PY). Si vous attribuez des coordonnées mondiales en ligne, vous pouvez ajouter des points ultérieurement avec la boîte de dialogue Attribuer des coordonnées mondiales en ligne ouverte. De cette façon, vous pouvez vous assurer que vous pouvez identifier l'emplacement en ligne avant de créer le point de contrôle.

Ajouter des points de contrôle à partir d'un fichier

Pour importer un ensemble de points de contrôle définis, cliquez sur le bouton Importer des points de contrôle supplémentaires. Les formats de fichiers de points de référence pris en charge incluent les fichiers de référence Blue Marble (.rsf), les fichiers MapInfo Tab (.tab), les fichiers délimités par des virgules (.csv). Les points de contrôle importés sont ajoutés à la liste existante. Voir Fonctionnalités de géoréférencement supplémentaires pour plus d'informations sur les formats. Les fichiers CSV exportés créés avec Geographic Imager contiennent le nom du point de contrôle, l'emplacement des pixels, les coordonnées mondiales et le système de coordonnées associé dans lequel les coordonnées mondiales sont saisies.

Lorsqu'un fichier CSV contient des points de contrôle qui n'ont pas d'informations sur le système de coordonnées, les points importés se verront attribuer le système de coordonnées de l'image. Si aucun système de coordonnées d'image n'est spécifié, le "Image CS" lui sera attribué jusqu'à ce qu'un système soit spécifié.

Saisir les coordonnées mondiales manuellement

Pour chaque point de contrôle, entrez les coordonnées réelles correspondantes (WX et WY) dans la liste des points de contrôle pour créer une paire de contrôle. Double-cliquez sur la cellule Système de coordonnées, WX ou WY d'un point de contrôle pour entrer ou modifier ses coordonnées mondiales manuellement dans la boîte de dialogue Modifier l'emplacement.

Vous pouvez spécifier un système de coordonnées de point de contrôle à l'aide du lien hypertexte Système de coordonnées. Tout système de coordonnées peut être utilisé pour spécifier des coordonnées. S'il est inconnu, la saisie des valeurs X et Y utilisera un système de coordonnées d'image. Il est courant que les valeurs lat/long dans les coordonnées WGS 84 soient utilisées. Consultez la section Formats de coordonnées pour en savoir plus sur les types de formats de coordonnées qui peuvent être saisis.

Les coordonnées mondiales peuvent provenir d'informations affichées sur l'image elle-même (telles que des grilles ou des graticules), de sources externes (par exemple, un sondage, des cartes correspondantes, etc.) ou de sources cartographiques en ligne.

Le format d'affichage des coordonnées mondiales dans le tableau est défini dans les préférences de géoréférencement.

Attribuer des coordonnées mondiales en ligne

Un point de contrôle doit être créé avant de lui attribuer une coordonnée mondiale en ligne. Cliquez sur le bouton Attribuer des coordonnées mondiales en ligne pour attribuer des coordonnées WGS 84 réelles à l'aide d'un service de carte en ligne (une connexion Internet est requise). Dans la boîte de dialogue Ajouter des coordonnées mondiales en ligne, choisissez un emplacement de point de contrôle non attribué dans la liste déroulante Emplacement du point correspondant, puis cliquez sur l'emplacement correspondant sur la carte en ligne pour lui attribuer une coordonnée mondiale. Il est recommandé de zoomer sur l'image pour s'assurer que le point est au bon endroit. Vous pouvez créer/déplacer/modifier ou supprimer un point de contrôle à tout moment lorsque la boîte de dialogue Attribuer des coordonnées mondiales en ligne est ouverte.

La fenêtre de carte en ligne et la vue d'image dans la boîte de dialogue Géoréférence peuvent être parcourues en même temps, souvent côte à côte. Pour naviguer sur la carte en ligne, effectuez un panoramique et un zoom avec la souris (et la molette de la souris) ou utilisez le curseur de contrôle de navigation. Vous pouvez également saisir des noms de rue ou de ville dans la barre de recherche de lieux pour trouver rapidement des lieux. Pour naviguer dans la vue de l'image de la boîte de dialogue Géoréférence, utilisez Ctrl (ou Commande) et la molette de la souris pour vous déplacer vers la gauche ou la droite, utilisez Maj et la molette de la souris pour vous déplacer vers le haut ou vers le bas, utilisez Alt (ou Option) et la molette de la souris pour zoomer entrer ou sortir, et utilisez les raccourcis clavier pour basculer rapidement entre les outils. (Les raccourcis clavier pour les outils peuvent être vus en survolant chaque bouton.)

Les coordonnées mondiales dans la liste des points de contrôle sont mises à jour après l'attribution de points correspondants dans la boîte de dialogue Attribuer les coordonnées mondiales en ligne. Lorsqu'un point de contrôle a à la fois une coordonnée de pixel et une coordonnée universelle, il est considéré comme une paire de contrôle.

Lorsqu'au moins quatre paires de contrôles sont valides et qu'un système de coordonnées d'image est choisi, une bordure d'étendue d'image est dessinée dans la boîte de dialogue Affecter les coordonnées mondiales en ligne.

Lors de l'ajout de points de contrôle, une certaine imprécision peut se produire et peut entraîner des valeurs d'erreur supérieures aux valeurs souhaitées. La modification de l'emplacement des points de contrôle peut grandement améliorer les statistiques d'erreur pour affiner le géoréférencement. Modification des points de contrôle dans la liste des points de contrôle ou directement dans la vue image. Pour modifier les coordonnées mondiales, double-cliquez sur les cellules de coordonnées mondiales correspondantes ou cliquez sur le bouton Affecter les coordonnées mondiales en ligne.

Supprimer ou désactiver un point de contrôle

Pour supprimer un point de contrôle dans la vue de l'image, cliquez dessus avec le bouton droit pour ouvrir le menu contextuel et choisissez Supprimer le point sélectionné. En option, choisissez Désactiver le point sélectionné pour désactiver le point de contrôle et l'empêcher d'être utilisé dans le calcul pour le géoréférencement

Pour supprimer un point de contrôle dans la liste des points de contrôle, cliquez sur une ligne de point de contrôle pour le sélectionner et cliquez sur le bouton Supprimer les points de contrôle sélectionnés. Pour désactiver un point de contrôle dans la liste des points de contrôle, sous la colonne Utiliser, cochez la case correspondante pour la décocher.

Par défaut, la boîte de dialogue Géoréférencement est configurée pour référencer une image sans rectification. La géoréférencement nécessite un minimum de trois points de contrôle valides pour localiser exactement une image à un emplacement spatial. Lorsque plus de trois points de contrôle sont utilisés, des erreurs résiduelles sont introduites. Ces erreurs ne doivent pas être vues sous un jour négatif car elles peuvent fournir des informations sur l'exactitude de la référence. It is common to use more than three control points because if one control point is in the wrong location, it can greatly affect the reference. Thus, even though the residual error may increase as you add more control points, the overall accuracy of the reference may increase as well.

Rectify Using a Transformation Method

To rectify an image, click the Rectify using check box and choose a transformation method. The control points are used to build a polynomial transformation that will shift the image from its existing location to the correct spatial location. Depending on how many control points are valid, one method may be better than another. Depending on the method, a minimum number of control points are required:

Quadratic Polynomial (6 pts)

Quartic Polynomial (15 pts)

Quintic Polynomial (21 pts)

An affine method preserves collinearity (i.e. preserves points, straight lines and planes) and ratios of distances (e.g. the midpoint of a line segment remains the midpoint after transformation). In this sense, typical maps you are working with are affinely referenced to their respective plane of projection and may only need a slight shift to improve referencing. Rectifying an image using the affine method will perform a transformation and create a north-up image without correcting any distortion.

Higher transformation methods than affine have the ability to correct complex image distortions, also known as rectifying. However, it is not common to use transformations higher than third-order. Higher-order methods require more control points and will require more inputs, processing, and adjusting to achieve an acceptable result. In general, if your image needs to be scaled, stretched, and rotated, use a lower-order method (quadratic). If the image must be distorted even more (i.e. bent or curved) it may be more appropriate to use a third-order method.

While an image with a large set of control points should provide the best results, using an affine or a second-order method may not take advantage of the additional control points. In general, your control points should be accurate, have good coverage across the image, and are well spread out when attempting to rectify. Having the sufficient number of points does not guarantee that the highest degree polynomial available will result in a plausible solution a trial-and-error approach may be appropriate to obtain the best results.

All control points will be maintained and can be edited until the document is closed, rectified or transformed. Maintaining the control points will allow you to make adjustments until the desired referencing is achieved. Control points are not saved with the image itself. To save control points to a file, use Export Control Points.

Control points are maintained in the coordinate system they are entered.

Choose an Image Coordinate System

With a sufficient number of control pairs and a chosen transformation method, the next step is to choose an image coordinate system. If you know the image coordinate system, click the Specify hyperlink and choose a coordinate system. If you do not know the image coordinate system, click the Solve button to see a list of suggested coordinate systems. The Solve feature is only available for referencing. When rectifying and using a transformation method, click the Find best button to see a list of coordinate systems to rectify the image to.

When you click the Solve or Find best button, a list of coordinate systems that are estimated based on calculations made with the selected transformation method and control pairs provided is shown. The table is initially sorted by descending rank. A rank of 0.00 or 1.00 means that it is a highly suitable coordinate system based on the control pairs you specified, however, it doesn't necessarily mean the reference is perfect. The Rotation column shows how much rotation the image is subject to for a selected coordinate system. The Shearing column shows how much the image will be skewed for a selected coordinate system. Selecting a coordinate system is based on additional information such as your knowledge of the image, geography that the image represents, and your project requirements. It is recommended to view and compare combined error before selecting a coordinate system to reference or rectify to.

To use a coordinate system as the reference solution, select it from the list and click OK. In the Control Point List, errors are populated in the error columns for each control point. Try to minimize combined error by removing or adjusting control points with high error. Each time you remove or modify a control point's coordinates to minimize error, the Solve or Find best coordinate system list may be different and results could have improved. It is an iterative process to achieve the best results.


Vettori Oracle Spatial¶

The spatial features in Oracle Spatial aid users in managing geographic and location data in a native type within an Oracle database. QGIS now has support for such layers.

Creare una connessione¶

The first time you use an Oracle Spatial data source, you must create a connection to the database that contains the data. Begin by clicking on the Add Orcale Spatial Layer toolbar button, selecting the Add Orcale Spatial Layer. option from the Layer menu, or typing Ctrl+Shift+O . To access the connection manager, click on the [New] button to display the Create a New Oracle Spatial Connection dialog. The parameters required for a connection are:

Nome: Nome della connessione. Può essere uguale a quello del Base de données.

Base de données: SID o SERVICE_NAME dell’istanza Oracle.

Port: Numero di porta su cui il database Oracle rimane in ascolto. La porta predefinita è 1521.

Nome utente: Nome utente che accede al database.

Password: Password usata dallo Username per collegarsi al database.

Come opzione, puoi spuntare le seguenti caselle di controllo:

Salva nome utente specifica se vuoi salvare il nome utente del database nelle configurazioni di connessione.

Salva password specifica se vuoi salvare la password del database nelle configurazioni di connessione.

Cerca solo nelle tabelle dei metadati restringe le tabelle visualizzate a quello che sono presenti nella vista all_sdo_geom_metadata. Questo procedimento velocizza la visualizzazione iniziale delle tabelle spaziali.

Cerca solo tabelle dell’utente: nella ricerca di tabelle spaziali, si limita a quelle di proprietà dell’utente.

Mostra anche tabelle senza geometria specifica che anche le tabelle senza geometria devono essere elencate.

Usa i metadati stimati del vettore: quando il vettore è stato impostato, la tabella Oracle richiede diversi metadati. Sono necessarie informazioni come il conteggio delle righe della tabella, il tipo di geometria e l’estensione spaziale nella colonna geometria. Se la tabella contiene un grande numero di righe che descrivono i metadati, stimare questi metadati porterà via molto tempo. Attivando questa opzione verranno eseguite le seguenti rapide operazioni sulla tabella dei metadati: Il conteggio delle righe è determinato da all_tables.num_rows . Le estensioni della tabella saranno sempre determinate con la funzione SDO_TUNE.EXTENTS_OF anche se è stato applicato un filtro al vettore.

Solo tipi di geometrie esistenti elenca solo i tipi di geometria esistenti e non permettere di aggiungerne altre.

Quando hai impostato tutti i parametri, puoi testare la connessione cliccando sul pulsante [Test Connessione].

Impostazioni utente e sicurezza

Depending on your computing environment, storing passwords in your QGIS settings may be a security risk. Passwords are saved in clear text in the system configuration and in the project files! Your customized settings for QGIS are stored based on the operating system:

le impostazioni sono salvate nella tua cartella home nel file

le impostazioni sono salvate nel registro di sistema.

Caricare un vettore Oracle Spatial¶

Once you have one or more connections defined, you can load layers from the Oracle database. Of course, this requires having data in Oracle.

Per caricare un vettore da Oracle Spatial, segui i seguenti passaggi:

    Si la Add Oracle Spatial layers dialog is not already open, click on the Add Oracle Spatial Layer toolbar button.

Scegli la connessione dal menu a tendina e clicca su [Connetti].

Seleziona/deseleziona Mostra anche le tabelle senza geometria.

Spunta la casella di controllo Opzioni di ricerca per specificare quali elementi caricare dal vettore oppure usa [Imposta filtro] per avviare la finestra di dialogo Costruttore interrogazioni.

Scegli il vettore che vuoi caricare dalla lista di quelli disponibili.

Seleziona il vettore cliccando sul nome. Puoi selezionare più vettori tenendo premuto il tasto Shift mentre stai selezionando. Vedi la sezione Costruttore di interrogazioni per informazioni su come usare il Costruttore di interrogazioni Oracle.

Clicca su [Aggiungi] per aggiungere il vettore alla mappa.

Vettori Oracle Spatial

Normalmente un vettore Oracle Spatial è definito con una voce nella tabella USER_SDO_METADATA.

Se non specificato diversamente, tutti i contenuti sono soggetti alla licenza Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 licence (CC BY-SA)


Voir la vidéo: TUTO DE MAPINFO PRO COMMENT ajouter DES Lignes SUR UNE CARTE.